Je culpabilise le décès de mon chat

Répondre Lancer une nouvelle discussion
02/07/2013, 13h51
Bonjour à tous.
Je viens d'être confronté au décès de mon chat persan qui avait 11ans 1/2. Je culpabilise beaucoup, car il est décédé quelques semaines après avoir déménagé et je me demande si se changement ne l'a pas stressé (il s'était pourtant le jour-même habitué à son nouveau logement) et déclenché la maladie.
Je vais reprendre l'historique pour mieux présenter. Mon chat vivait en appartement, super heureux et détendu dans cet environnement, en pleine santé. En février je constate une tâche dans un oeil, consulte le véto qui diagnostique un ulcère et prescrit traitement ; 3 semaines plus tard l'ulcère s'est résorbé, tout va donc pour le mieux. Mi-avril je déménage et pars habiter avec mon chat en maison dans laquelle il prend immédiatement ses aises sans manifester d'inquiétude (le jour-même il s'alimente, boit et fait ses selles). Fin avril, forte diarrhée, consultation véto qui prescrit traitement ; la diarrhée se passe en qq jours mais mon chat ne se ré-alimente pas, semble apathique, retour chez véto qui lui injecte un antibiotique car constation fièvre ; retour à la maison, légère amélioration d'une journée, le temps d'effet de l'injection, puis de nouveau apathie et mon chat se cache derrière canapé, re-véto (la fièvre a disparu) qui l'hospitalise alors sous perfusion et effectue analyse de sang. Le lendemain le diagnostic tombe : invasion des globules blancs et présence de pus dans poumons. Deux choix me sont proposés : intervention chirurgicale pour ponctionner le pus avec obligation de refaire cela ensuite chaque jour sous anesthésie avec très peu de chance de succès, ou euthanasie pour abréger les souffrances. J'ai donc choisi l'euthanasie et j'ai assisté à l'endormissement définitif de mon chat qui est parti en ronronnant sous mes dernières caresses.
Depuis je ne parviens pas à trouver la quiétude, fais des cauchemards et culpabilise d'avoir déménagé alors que rien ne m'y obligeait.
Bien qu'il n'y ait pas eu d'autopsie, je me demande si ce n'est pas la pif (mon chat pouvait être porteur du coronavirus qui a muté suite au stress provoqué par le déménagement : en effet pensant limiter le stress, mais ai-je bien fait, je n'ai amené mon chat dans le nouveau logement que le lendemain une fois tous les meubles ré-installés, le laissant seul une nuit dans l'ancien appartement, certes vide de meubles, mais en prenant soin de laisser sa gamelle d'eau et croquettes, sa litière, sa couverture du canapé.
Ou alors un irréversible processus infectieux était-il déjà engagé lors de ce déclenchement d'ulcère à l'oeil ?
Merci de votre lecture et de vos réponses.
Réponse rapide à ce message
10/07/2013, 18h43
courage Bruno ! nous venons de vivre pratiquement la même chose avec Artur notre chat de 8 ans que nous avons dû faire euthanasier le lendemain du vôtre, le 3 juillet. Il était soigné depuis 1 mois (antibio, corticoïdes tous les 2 jours puis tous les jours). Le véto pense qu'il avait sans doute le sida (peut-être à cause des chats errants que nous avons plus ou moins adoptés mes voisins et moi...). Vous ne serez pas surpris d'apprendre que nous avons versé de chaudes larmes mon mari et moi !
Je suis persuadée que vous n'avez pas à culpabiliser Bruno. Votre déménagement n'a sûrement rien à voir : votre chat est tombé malade à ce moment-là, c'est tout (et hélas le vôtre non plus n'a pas pu être sauvé). Vous avez fait ce qu'il fallait en le soignant. Le notre aussi a semblé avoir des rémissions, se cachait aussi quelquefois et il a été endormi sous nos caresses... et nos larmes.
encore bon courage bruno. Je sais ce que vous vivez !
christine
Réponse rapide à ce message
24/07/2013, 09h50
Cher Bruno,
Je compatis sincèrement, j'ai deux chats, dont une persane chinchillla (ceux qui n'ont jamais eu de persan ne peuvent pas imaginer ce que c'est que le caractère de ces bêtes à poil...) et je ne peux m'empêcher de penser ce que je ferais dans votre cas. Ce dont je suis sûre par contre, c'est que le stress du déménagement n'y est pour rien. Le stress a bon dos, en fait, on lui met tout dessus, pour les humains aussi, mais je en crois pas qu'une leucémie (ou ce qui y ressemble beaucoup) puisse s'expliquer par le seul déménagement. Votre chat devait être malade depuis un moment, simplement les symptômes sont passés inaperçus. Il faut dire que les persans ne sont pas des chats très très actifs, et on peut passer à côté d'une fatigue anormale. Vous avez dans tous les cas fait un choix très courageux, accompagner votre ami jusqu'à son dernier ronronnement. C'est le choix de l'amour: préférer assumer la peine et même la culpabilité de l'euthanasie avant que de voir souffrir votre animal. Il vous a répondu par ses ronrons, c'est très émouvant.
J'espère que le temps soulagera peu à peu la tristesse, et que les bons souvenirs des câlins partagés, de ses manies et de ses jeux vous redonnera le chaleur de sa présence. Autrement...
Bon courage à mchrsit033 aussi. Je compatis très sincèrement.
Réponse rapide à ce message
Répondre Lancer une nouvelle discussion
Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Navigation rapide  :  

Vous aimez les chats ?

Rejoindre la communauté

Rejoignez la communauté Chatsdumonde.com ; échangez conseils et avis avec des milliers d'autres passionné(e)s !