Maine Coon

Maine Coon

Nom d'origine : Maine Shag
Standard : Standard LOOF – Maine Coon

Partager
 

Qualités du Maine Coon

Tempérament du Maine Coon

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Joueur
Peut rester seul
Sociable

Le Maine Coon au quotidien

Mange peu
Miaule peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Maine Coon

Durée de vie moyenne
De 9 à 15 ans
Poids de la femelle
De 4 à 7 kilos
Poids du mâle
De 6 à 10 kilos
Taille de la femelle
De 25 à 40 cm
Taille du mâle
De 30 à 45 cm

Le Maine Coon : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chat
Pour personne peu disponible
Pour petit budget
Pour une personne âgée

Informations sur le Maine Coon

Les origines du Maine Coon

Race naturelle originaire du nord-est des Etats-Unis, et plus précisément de l’Etat du Maine, dont il est le « chat officiel » depuis 1985, le Maine Coon est connu depuis le 19ème siècle. Toutefois, ses origines exactes ne sont pas claires, et de nombreuses légendes plus ou moins farfelues l’entourent.


La plus répandue, mais aussi la moins crédible, est à l’origine de son nom : le mythe expliquant qu’il résulte du croisement entre des chats domestiques et des ratons laveurs sauvages (« Raccoons » ou « Coons », en anglais) est fort sympathique, mais génétiquement impossible.

 

Une autre théorie populaire raconte que le Maine Coon descend de six Angoras Turcs appartenant à la reine de France Marie-Antoinette (1755-1793). Préparant sa fuite de France à la suite de la Révolution francaise, elle les aurait confiés au soin d’un certain capitaine Nathaniel Clough, qui leur aurait ensuite fait traverser l’Amérique pour les ramener à Wiscasset, dans l’Etat du Maine. La reine n’ayant pas pu fuir et récupérer ses chats, ceux-ci restèrent donc dans le Maine et commencèrent à se reproduire avec des félins locaux, donnant naissance à cette race.

 

Bien que peu probable, cette théorie reste néanmoins crédible. En effet, il est aujourd’hui largement accepté que le Maine Coon est le fruit de croisements entre des chats à poil court présents sur le territoire nord-américain et des chats à poil long venus d’Europe. Néanmoins, faute de preuves réelles, il est impossible de savoir si ces chats sont venus avec les Vikings norvégiens du 11ème siècle (ce qui expliquerait leur ressemblance frappante avec le Chat des forêts norvégiennes), avec les marins anglais au 19ème siècle (tel le capitaine Charles Coon) ou avec les pêcheurs de Nouvelle-Angleterre à la même époque.

La reconnaissance du Maine Coon

Quelle que soit son origine exacte, dès le tout début du 19ème siècle, les fermiers et pêcheurs du Maine appréciaient déjà les talents de chasseur de souris et autres rongeurs du Maine Coon. Utile et solide, ce chat résistant au froid commença à être présenté dans les expositions agricoles locales à partir des années 1850.


Les premières références au Maine Coon apparurent en 1861 et portèrent sur un individu noir et blanc nommé Captain Jenkins of the Horse Marines. En 1895, un Maine Coon femelle nommé Cosey fut présenté à la première exposition féline d’Amérique du Nord, tenue au Madison Square Garden de New York ; il y remporta un collier d'argent gravé à son nom, ainsi que le titre de « Best in Show ».

 

Cependant, la popularité du Maine Coon fut grandement mise à mal au début du 20ème siècle par l’émergence de races plus exotiques comme le Persan ou le Siamois, et son déclin fut si brutal qu’au début des années 50, la race fut déclarée éteinte. Cette affirmation était prématurée et exagérée, mais elle permit aux amoureux de ce chat de prendre conscience de la gravité de la situation. Sous l’impulsion de Ethylin Whitemore, Alta Smith et Ruby Dryer fut créé le Central Maine Cat Club, qui fit de nombreux efforts pour la promouvoir lors de différents concours et expositions, et en rédigea un premier standard en 1960.

 

Suivirent alors la reconnaissance officielle par la Cat Fanciers Association (CFA) américaine en 1976, The International Cat Association (TICA) en 1979, la Fédération Internationale Féline (FIFé) en 1982 puis par le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique en 1993. Ainsi, en à peine quelques décennies, non seulement le Maine Coon renaquit de ses cendres, mais il se retrouva même propulsé parmi les races de chats les plus populaires au monde.

 

La popularité du Maine Coon dans le monde

Présent depuis de nombreuses années dans le Top 5 des races de chat les plus populaires aux Etats-Unis, le Maine Coon fait désormais également partie des chats les plus courants en Europe. Par exemple, en Grande-Bretagne, il est désormais solidement installé là aussi dans le top 5 des races les plus populaires du pays.

 

Mais c’est surtout en France que son succès a été le plus fulgurant : depuis 2011, il est la race de chat la plus populaire auprès des Français. Année après année, il finit même par creuser un véritable fossé par rapport à ses poursuivants : avec près de 14.000 enregistrements au Livre Officiel des Origines Félines en 2018 (contre presque trois fois moins pour le Sacré de Birmanie, le premier de ses poursuivants), il représente à lui seul plus du tiers des nouvelles naissances enregistrées dans l'année. En outre, on compte dans l’Hexagone plus de 2.500 élages de Maine Coon actifs, c’est-à-dire ayant enregistré au moins une portée au cours des deux dernières années.

Le Maine Coon est un chat de taille imposante, au point d’ailleurs que ses représentants décrochent régulièrement le record du plus grand chat du monde : certains spécimens mâles atteignant en effet un poids de 12kg et une longueur de 120 cm ! Cependant, il s’agit là de cas exceptionnels : bien qu’effectivement beaucoup plus grand qu’un chat « normal », un Maine Coon n’atteint en général pas ces dimensions record. La vaste majorité a une taille similaire à celle des Norvégiens, une race avec laquelle il partage d'ailleurs de nombreuses caractéristiques.

 

Plutôt long et rectangulaire, son corps est musclé et harmonieux tandis que ses pattes, de hauteur moyenne, sont fortes, avec un pied solide et large : à ce titre, il s'agit d'un chats de type long et puissant. La queue est une des caractéristiques les plus distinctives de cette race : touffue et portée haute, elle est aussi longue que le corps et s’effile à la pointe.

 

Les pommettes sont hautes et saillantes. Vu de profil, le front est subtilement bombé et la ligne du nez forme une courbe ininterrompue légèrement concave. Vu de face, son museau anguleux paraît carré ; ses grands yeux expressifs, implantés en oblique, semblent ronds lorsqu’il est attentif et peuvent arborer toutes les nuances de vert, doré, cuivre ou jaune. Chez les individus de couleur blanche, ils peuvent même être bleus ou vairons. Ses grandes oreilles, larges à la base et modérément pointues, sont placées haut sur la tête, et les poils internes sortent horizontalement vers l’extérieur. Des plumets à l'extrémité des oreilles, semblables à ceux du lynx, sont recherchés.

 

Son poil semi-long, dense et imperméable, lui offre une bonne protection contre les intempéries. Il est plus court sur la tête et les épaules, mais s’allonge graduellement sur les côtés. Son sous-poil est moins dense que celui d’autres races de chats à poil long, mais il se densifie en hiver pour le protéger du froid. Le Maine Coon arbore alors une collerette dense qui n’est pas sans rappeler la crinière d’un lion. Sa robe peut être de différentes couleurs, généralement tigrée, bien que les sujets unicolores sont aussi acceptés. Le brun tabby est la couleur la plus commune. Par contre, certaines couleurs de robe, comme par exemple chocolat ou lavande, ne sont pas acceptées par tous les standards.

 

Le dimorphisme sexuel est bien marqué : les femelles sont sensiblement moins grandes que les mâles, dont les oreilles inclinées paraissent plus petites.

 

Enfin, le Maine Coon connaît une croissance lente, n’atteignant sa taille adulte que vers l’âge de 3-4 ans.

Standard LOOF – Maine Coon (06/12/2009)



TETE = 35 points

Forme et taille = 15

Museau = 5

Yeux = 5

Oreilles = 10


CORPS = 40 points

Forme et taille = 10

Ossature et musculature = 10

Pattes et pieds = 10

Queue = 10


COULEUR = 5 points


ROBE = 20 points

Longueur = 10

Texture = 10


Robes reconnues :

Catégorie : traditionnelle

Divisions : solide, tabby, silver/smoke, solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc

Couleurs : toutes sauf celles basées sur chocolat, lilac, cinnamon et fawn


Mariage autorisé :

Maine Coon X Maine Coon



Introduction :

Le Maine Coon est un chat à poil milong natif de l’Etat du Maine, sur la côte est des Etats-Unis. La race s’est développée à partir de croisements entre des chats de ferme locaux et d’autres chats aux origines mal cernées, importés par les immigrants européens et qui ont su s’adapter aux conditions de vie et au climat difficiles de la région.

Remarques importantes : le type ne doit pas être sacrifié à la taille, ni la taille au type. Les mâles sont nettement plus imposants que les femelles.



Tête :

En longueur comme en largeur, la tête est de bonne taille avec des pommettes hautes et saillantes. De profil, la ligne du nez forme une légère courbe concave sans stop. Le crâne est légèrement arrondi.



Museau :

De face, le museau semble s’emboîter dans un carré. De profil, le museau se détache nettement du crâne et n’est jamais ni pointu ni étroit. Le nez, les lèvres et la pointe du menton sont alignés sur la même verticale renforçant l’impression "carrée" du museau. Le menton est ferme et fort. L’équilibre des proportions entre la tête et la longueur du museau est essentiel.



Yeux :

Grands, légèrement ovales et bien espacés l’un de l’autre, les yeux sont implantés en oblique mais peuvent apparaître ronds quand le chat est attentif. Toutes les nuances de vert, de doré, de cuivre ou de jaune sont acceptées sans qu’il y ait de relation entre la couleur des yeux et celle de la robe. Les yeux bleus ou impairs sont acceptés chez les chats blancs.



Oreilles :

Grandes, larges à la base, placées haut sur la tête (voir les tolérances), les oreilles sont séparées l’une de l’autre par un espace équivalent à la largeur de la base d’une oreille. Modérément pointues, elles sont très légèrement inclinées vers l’extérieur. Elles sont bien fournies et des plumets (lynx tips) sont souhaitables.



Encolure :

De taille moyenne, l’encolure est bien musclée.



Corps :

De format long et puissant, le corps est de grande taille, bien musclé, avec une poitrine large. De forme rectangulaire, il ne doit cependant montrer aucune exagération qui viendrait nuire à l’équilibre général.



Pattes :

Solides, avec une musculature puissante et une ossature forte, les pattes sont moyennement hautes, ce qui renforce l’apparence rectangulaire du corps.



Pieds :

Grands et ronds, avec cinq doigts à l’avant et quatre à l’arrière, les pieds présentent une importante pilosité interdigitale.



Queue :

Longue, la queue doit idéalement atteindre la base de l’omoplate. Large à la base, elle est particulièrement bien fournie de poils longs qui forment des mèches souples et se termine en pointe.



Robe et texture :

Courte sur les épaules et les cuisses, la fourrure s’allonge graduellement sur les flancs pour atteindre sa pleine longueur sur le ventre et les culottes. Recherchée sous la gorge, la collerette ne s’étend pas sur la poitrine. La texture est soyeuse tout en ayant de la tenue et tombe naturellement de chaque côté du corps. Le sous-poil est fin.
La longueur de la fourrure et la densité du sous-poil varient avec les saisons et une robe nettement plus courte en été ne doit pas être pénalisée en jugement.




Tolérances :

Le Maine Coon est une race longue à arriver à maturité et il doit en être tenu compte en jugement.

Les adultes présentent une évolution caractérisée par un élargissement de la tête qui fait paraître les oreilles plus petites et plus basses.

Une légère bosse est autorisée sur le bout du nez.

Pénalités :

Profil droit.

Stop.

Bosse prononcée sur le nez.

Menton fuyant ou prognathe.

Museau court ou pointu.

Robe courte en hiver ou d’égale longueur.

Absence de pilosité interdigitale.

Sous-poil laineux.



Refus de tout titre :

Tache blanche chez les chats autres que les particolores.

Corps court et trapu.

Ossature fine.

Manque de structure ou de musculature.

Polydactylie (nombre de doigts incorrect).

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.

Existant depuis les débuts de la race, le Maine Coon polydactile est reconnu comme une variété à part entière par la TICA (The International Cat Association). Comme son nom l’indique, ce chat peut avoir des griffes ou orteils en plus.

 

La polydactylie du chat existe chez de nombreuses races, mais le Maine Coon fait clairement partie des races les plus touchées, puisqu’on estime qu’elle concerne environ 2% des individus. Certains historiens estiment que c’est un trait hérité des chats marins, qui avaient besoin d’un meilleur équilibre et de meilleures prises pour résister au tangage des bateaux.

Le Maine Coon est un chat calme, intelligent et affectueux, qui s’adapte facilement à différents styles de vie et personnalités. Il est très attaché à son maître et aime sa compagnie, mais ne réclame pas pour autant d’attention particulière : les caresses lui plaisent, mais il est tout aussi heureux assis à ses côtés ou à superviser ses actions. Il est ainsi courant qu’il le suive partout dans la maison ou l’attende patiemment derrière une porte fermée. En revanche, il se montre nettement plus suspicieux envers les personnes qu’il ne connaît pas.

 

Intelligent et proche de son maître, le Maine Coon est un bon candidat au dressage : armé d’une bonne dose de patience et de ses friandises préférées, il est tout à fait possible d’apprendre des tours à son chat.

 

Par ailleurs, la cohabitation avec d'autres chats et même la cohabitation avec des chiens ne sont pas un problème, à condition que ces derniers soient habitués aux chats. Le Maine Coon est aussi une race de chat idéale pour les enfants, car il les adore, se montre très tendre à leur égard et se fait un plaisir de s’amuser avec eux. C’est en effet un chat très joueur qui, même à l’âge adulte, aime courir après une balle ou « chasser » les jouets pour chats.

 

Malgré sa grande taille, le Maine Coon peut parfaitement vivre en appartement. Moins porté sur l’exploration verticale que ses congénères, il préfère rester au sol ou sur le canapé plutôt que de grimper aux rideaux ou sur les meubles. Vu son gabarit, ce n’est pas forcément une mauvaise chose…


Par contre, dès que l’occasion se présente, ses instincts de chasseur se réveillent, et il poursuit sans faiblir les souris et autres petits rongeurs. Il est d’ailleurs particulièrement réputé pour ses talents de chasseur de souris. De fait, une cohabitation avec des rongeurs domestiques comme le hamster, le cochon d’Inde ou tout autre petit animal est à exclure, car elle aurait toutes les chances de mal se finir.

 

Par ailleurs, grâce à sa dense fourrure imperméable qui le protège des conditions climatiques difficiles, c’est une race de chat qui ne craint pas le froid, ni d'ailleurs l’humidité.


De nombreux Maine Coon sont fascinés par l’eau : peut-être une réminiscence de leurs ancêtres qui voyageaient sur les bateaux de pêcheurs de Nouvelle-Angleterre ?  Aidés sans doute par leur fourrure imperméable, ils aiment venir se coucher sur le sol d’une douche encore humide ou toucher l’eau du bain de leur patte curieuse. Néanmoins, la plupart du temps, cette attraction ne va pas plus loin : le Maine Coon ne fait pas partie des races de chats qui aiment nager, et n'est pas vraiment du genre à suivre son maître dans le bain ou sous la douche.

 

Enfin, il ne miaule pas, ou peu, mais émet un pépiement aigu surprenant pour un animal de cette taille.

Le Maine Coon est plutôt une race de chat robuste, à la santé solide. Il présente néanmoins quelques risques.

 

Tout d’abord, il a une prédisposition à la cardiomyopathie hypertrophique féline (CMH), la forme de maladie du cœur la plus commune chez les chats domestiques, qui touche plutôt les chats adultes. Avec près d’un individu sur trois porteur du gène, le dépistage de la mutation de la protéine de liaison de la myosine cardiaque est recommandé afin de diminuer le risque de CMH, sans pour autant permettre de le supprimer.

 

Le risque de polykystose rénale, une maladie évoluant lentement et pouvant occasionner une insuffisance rénale fatale, est également plus prononcé que chez d’autres races. Il est conseillé de bien s’informer sur la santé des parents avant d’adopter un chaton Maine Coon, car cette maladie est héréditaire.

 

L’atrophie musculaire spinale, qui affecte les muscles du tronc et des membres, est une autre maladie génétique à laquelle ce chat est exposé. Toutefois, elle n’est pas fatale, et la plupart des individus affectés vivent confortablement pendant de longues années. Il existe un test permettant de déceler les spécimens porteurs et les chatons affectés.

 

En outre, comme toutes les races de chat de grande taille, le Maine Coon présente un risque accru de dysplasie de la hanche. Selon une étude intitulée « Demographics of hip dysplasia in the Maine Coon cat » et réalisée en 2015 aux Etats-Unis par la Orthopedic Fundation for Animals sur plus de 2500 chats Maine Coon, 24,9% des sujets sont atteints de dysplasie de la hanche. La prévalence est plus importante chez les mâles (27,3%) que chez les femelles (23,3%).

 

Certains professionnels estiment que cette épidémie de dysplasies est due à la mode des chats Maine Coon géants à la fin de la première décennie du 21ème siècle. Pour répondre à la demande, de nombreux éleveurs de Maine Coon ont cherché à créer des individus de plus en plus grands en sélectionnant les spécimens les plus imposants pour la reproduction, mais aussi en leur fournissant une nourriture très riche en protéines afin de favoriser une croissance rapide. Or cette dernière est dangereuse pour les articulations.

 

En outre, il convient de souligner que le Maine Coon est très peu prolifique, puisque les portées  sont limitées à 2 ou 3 chatons.

Malgré un pelage dense et relativement long, la texture soyeuse du poil du Maine Coon empêche la formation excessive de nœuds et paquets. Il est cependant recommandé de brosser son chat avec un peigne en inox chaque semaine, afin de démêler le poil et bien repartir uniformément les sécrétions de la peau. 

 

Un râteau de toilettage (ou étrille) pour chat est également utile afin de retirer le sous-poil mort, qui risque de causer des nœuds s’il s’accumule. Cet accessoire doit être utilisé avec douceur, surtout au niveau du ventre, où la peau est plus sensible.

 

En tout état de cause, le Maine Coon perd beaucoup de poils, surtout en période de mue (en automne et au printemps). Il n’est donc pas recommandé aux personnes souhaitant avoir un intérieur toujours parfaitement propre.

 

Il convient également de vérifier quotidiennement le dessous de sa queue, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de restes de déjections incrustés dans la fourrure. Le cas échéant, elles peuvent être nettoyées avec une lingette pour bébé. De nombreux propriétaires choisissent de couper courts les poils dans cette zone afin d’éviter ce désagrément.

 

Enfin, il est recommandé d'entretenir les oreilles de son chat toutes les 2 à 3 semaines, en vérifiant notamment qu'elles sont propres et ne présentent pas d'infection. Il faut aussi régulièrement brosser les dents de son chat pour retirer les restes de nourriture et empêcher la formation de tartre. Les séances d'entretien sont aussi l'occasion de vérifier si ses griffes n’ont pas besoin d’être taillées.

Le Maine Coon s’accommode parfaitement bien de la nourriture industrielle pour chat, qu'il s'agisse de nourriture sèche ou de nourriture humide (boîtes et barquettes). Cependant, quelle que soit l’alimentation qui lui est donnée, il est important de s’assurer qu’elle est de qualité et lui apporte bien les éléments dont il a besoin. Il faut donc qu’elle soit riche en protéines, pauvre en glucides, sous les 20% de lipides, mais aussi qu’elle comporte toutes les vitamines et nutriments que le chat ne peut synthétiser.

 

Il est aussi possible de lui préparer ses repas à la maison, par exemple avec un régime de type BARF constitué essentiellement de viande crue, d'organes et d'os. Dans ce cas, il est indispensable de consulter le vétérinaire pour s’assurer de mettre en place un régime apportant tous les nutriments et vitamines nécessaires pour le chat, et de ne pas souffrir de carences en vitamines ou en minéraux.

 

Sauf cas particulier (maladie ou problème d’obésité du chat), le Maine Coon s’auto-régule, et doit donc avoir à tout moment de la nourriture et de l’eau disponibles. Par contre, une eau riche en chlore risque d’endommager ses reins et provoquer une insuffisance rénale ; le cas échéant, il est donc souhaitable de la filtrer, voire de lui préférer de l’eau en bouteille.

Le prix varie selon la couleur du pelage, mais en général un chaton Maine Coon femelle se vend aux alentours de 1400 à 1500 euros, alors qu’un chaton Maine Coon mâle se situe plutôt entre 1600 et 1800 euros.

 

En 2010, le livre Guinness des Records enregistra un mâle Maine Coon nommé Stewie et mesurant 123 cm du bout du nez à l’extrémité de la queue comme étant le grand long chat du monde. Stewie est décédé en 2013, mais son record reste aujourd'hui encore inégalé.

 

En 2015, toujours selon le livre Guinness des Records, le titre du plus long chat du monde en vie revenait également à un Maine Coon, Ludo, qui atteignait pour sa part 118 cm. Plus récemment, en mai 2018, Barivel, un Maine Coon vivant à Vigevano, près de Milan (Italie), détrônait Ludo, en affichant 120 cm mesurés officiellement par l'institution.

Voir plus d'éleveurs
Voir plus d'annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Maine Coon

Looking for the perfect male between now and December 2017. I will offer top price for a castrated show cat quality but only to stay at home with us. We don't show cats.

   
Par Novack Mark

Bonjour,

Oh oui, j'ai ma Déesse depuis 14 ans et c'est la meilleure. Je l'ai adoptée à la SPCA, elle était presque bébé et je le ne regrette pas du tout...
J'ai eu beaucoup de chats dans ma vie, c'est la première fois que j'ai une chatte. My God, je le conseille à d'autres, je peux vous dire que c'est la meilleure race que j'ai connu.
Elle, Déesse, est très intelligente autant qu'un chien. Très calme, très colleuse, ne miaule pas pour un rien, même petite, j'ai du lui montrer à le faire un peu plus fort au besoin. Elle est très protectrice, so, pour moi, elle ne parle pas et c'est juste......
Oui, oui, le Main Coon est la meilleure race!

0    0
Par Claudine

j'ai un chat male qui a maintenant 5ans et que j'ai ete chercher a la spa a l'age de 1an il avait ete abandonner dans un appartement d'apres la spa je ne connait pas a fond les race mais il a tout les caracteristiques du main coon mais ont le fait tondre a tout les 6 a 9 mois avec la coupe lynx il est jaune avec des lignes plus foncer et il a les yeux jaunes ont le fait tondre parce que il vient le temps qu'il est trop motonner il est un chat d'interieur ont a trop peur de le perde si ont l'envoie a l'exterieur

0    0
Par demontigny

trè belle race!!!!

0    0
Par leandri