Qualités du Minskin

Tempérament du Minskin

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Joueur
Peut rester seul
Sociable

Le Minskin au quotidien

Mange peu
Miaule peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Minskin

Poids de la femelle
De 2 à 3 kilos
Poids du mâle
De 2 à 3 kilos
Taille de la femelle
De 18 à 20 cm
Taille du mâle
De 18 à 20 cm

Le Minskin : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chat
Pour personne peu disponible
Pour petit budget
Pour une personne âgée

Informations sur le Minskin

HistoirePopularitéApparenceCaractèreFoyer idéalSantéEntretienAlimentationPrix

Genèse

L’atypique Minskin est le résultat de la volonté de Paul McSorley, un éleveur américain de Munchkin installé à Boston (Massachusetts) qui se mit un jour en tête de créer une race de chat dépourvue de poils et possédant des pattes courtes – d’où le nom qu’il lui donna, puisque « min » est l’abréviation de « miniature » et « skin » fait référence à sa peau.

 

Pour parvenir à ses fins, il accoupla en 1998 un spécimen de son élevage avec un Sphynx. En effet, la caractéristique la plus marquante du Munchkin est d’avoir des pattes très courtes, tandis que celle du Sphynx est de posséder une peau glabre ou des poils aux extrémités (pattes, queue, oreilles et masque du visage). Ce croisement lui permit donc de réunir les deux particularités qu’il souhaitait.

 

Il continua ensuite son programme d’élevage en introduisant des Burmese Américains et des Devon Rex. Il souhaitait ainsi élargir le pool génétique tout en récupérant certains traits physiques et de tempérament de ces races.

 

Les premières générations n’ayant pas donné le résultat escompté, Paul McSorley dut attendre juillet 2000 pour obtenir le premier chaton qui réponde à ses attentes. Dans les cinq années qui suivirent, pas moins d’une cinquantaine de chats aux pattes courtes et à la peau glabre virent le jour.

 

Reconnaissance par les organismes officiels

Les pattes courtes du Minskin, caractéristique qu’il partage avec son ancêtre le Munchkin, correspondent à un retard de croissance des os qu’elles comportent. De ce fait, les quatre membres ne grandissent pas autant que le reste du corps, qui lui a une taille dans la moyenne.

 

Ceci est dû à une mutation génétique spontanée associée à un gène dominant. Autrement dit, il suffit qu’un individu possède une seule copie dudit gène pour qu’il présente cette particularité. Cela implique également que lors d’un accouplement, les chatons peuvent en hériter même si un seul des deux parents en est porteur.

 

Cette particularité morphologique explique que le Munchkin génère depuis toujours débats et controverses. À l’instar de The International Cat Association (la TICA) ou du Livre Officiel des Origines Félines (LOOF), certains organismes félins de référence l’ont reconnu, mais d’autres associations au contraire refusent de franchir le pas : le fait que la race soit basée sur une anomalie génétique les rebute.

 

Sans surprise, le Minskin a hérité des polémiques associées à son ancêtre : le fait qu’il s’agisse d’une race de chat récente est donc loin d’être la seule explication au fait que sa reconnaissance par les institutions félines mondiales ou nationales demeure pour l’instant quasi-inexistante.

 

La TICA fit un temps exception, puisqu’elle le reconnut en 2008 au titre de race expérimentale. Il fut alors suivi de près par le comité de génétique de l’organisme, qui se donne pour mission de surveiller le travail des élevages et de superviser le développement des races. L’organisme finit par revenir sur sa décision en 2019, et ne reconnaît donc plus la race.

Le Minskin fait partie des races de chat les plus rares du monde. Le fait qu’il ne soit pas (encore ?) reconnu par les principaux organismes félins n’encourage évidemment pas son essor, sans parler du fait que certains éleveurs rebutent à développer une race basée sur une anomalie génétique.

Dans son pays d'origine

Même sur ses terres d’origine, les États-Unis, le Minskin demeure méconnu. Les éleveurs de la race se comptent sur les doigts d’une main, si bien que le nombre annuel de naissances est extrêmement limité.

En France

Le Minskin n’a pas encore vraiment franchi les frontières : il n’existe aucun élevage hors de son pays d’origine, les États-Unis. Il n’est donc pas présent en Europe.

Au Canada

Même au Canada, pourtant frontalier des États-Unis (dont il est originaire), le Minskin n’est pas encore parvenu à se faire une place : le pays ne compte aucun éleveur de la race.

Le Minskin a une apparence particulièrement originale, et laisse rarement indifférent. Presque entièrement glabre, il est de petite taille et possède des pattes courtes qui le font avancer au ras du sol.

Taille & poids

Taille du mâle
De 18 à 20 cm
Taille de la femelle
De 18 à 20 cm
Poids du mâle
De 2 à 3 kilos
Poids de la femelle
De 2 à 3 kilos

Morphologie

Le Minskin est de type médioligne (semi-cobby). Long mais de taille petite à moyenne, son corps repose sur une ossature solide et une musculature puissante. Sa poitrine est large et forte. Comme il grandit peut, à l’âge adulte, il garde son apparence de mignon chaton.

 

Le Minskin se distingue notamment par ses pattes très courtes et de même longueur. Elles peuvent faire paraître son corps plus long qu’il ne l’est réellement, mais n’entravent en rien son agilité : cette dernière est assez comparable à celle des autres chats.

 

Par ailleurs, elles se terminent par des pieds ronds compacts, positionnés dans l’alignement des pattes et orientés vers l’avant, qui lui procurent une assise solide.

 

Il faut toutefois savoir que cette particularité héritée de son ancêtre le Munchkin ne va pas sans faire débat. En effet, elle résulte d’une mutation génétique qui correspond en fait à un retard de croissance des os des quatre membres.

Queue

Le dos du Minskin est plat se termine par une queue légèrement plus grande que le corps, qui s’amincit de la base vers la pointe. Cette dernière est un peu émoussée.

Tête

Reposant sur un cou bien développé, la tête du Minskin est plus large que longue. Elle est de forme arrondie, au point de ne présenter aucune surface plate. Le profil montre un léger stop.

 

Les oreilles sont particulièrement grandes et placées soit sur le haut de la tête, soit sur les côtés. Elles possèdent une base large et bien ouverte, ainsi qu’une extrémité arrondie.

 

Quant aux yeux, ils sont espacés, grands, ronds et bien ouverts. Ils lui donnent à la fois un air doux qui fait fondre ceux qui croisent son chemin, mais aussi une expression éveillée et intelligente.

 

Le nez n’est ni droit, ni bosselé. Il est prolongé dans son alignement par un menton fort et ferme.

 

Les coussinets des moustaches sont proéminents, et elles-mêmes peuvent être très denses, clairsemées ou carrément absentes.

Pelage

Le Minskin possède un pelage court sur les extrémités (pattes, queue, oreilles et masque du visage), tandis que le reste du corps présente un petit duvet à peine visible ou est totalement nu. Les poils des pattes peuvent toutefois remonter un peu sur les épaules, les hanches ou l’arrière-train. Ceux sur les tempes sont très disséminés, mais en revanche des touffes de pelage sont parfois présentes à l’entrée des oreilles. Le ventre lui est toujours entièrement glabre.   

 

Dans tous les cas, cette particularité ne résulte pas d’une manipulation génétique ou d’une maladie de l’épiderme : elle correspond simplement à une mutation génétique naturelle qui existe depuis très longtemps au sein de la gent féline, et qu’il a en l’occurrence héritée de son ancêtre le Sphynx. Le gène correspondant est récessif : pour présenter cette particularité, un individu doit donc être porteur de deux copies dudit gène. Cela signifie aussi que seuls deux parents à la peau glabre ou possédant un léger duvet peuvent donner naissance à des petits qui présentent eux aussi ces particularités (mais ce ne sera pas forcément le cas de tous).

 

Par ailleurs, la peau du Minskin peut être ridée, a fortiori lorsqu’il est encore un chaton. Au toucher, sa texture est semblable à celle du cachemire.

Couleurs de robe

La robe du Minskin peut présenter tous les motifs et être de toutes les couleurs ; il n’existe pas de restrictions à ce niveau.

Proximité avec ses maîtres

Le Minskin ne se distingue pas seulement par son physique tout à fait atypique, mais aussi par son caractère très affectueux.

 

De fait, c’est un chat idéal pour une famille, tant il adore et recherche la compagnie des humains, se montrant très chaleureux et aimant avec tout le monde. Il n’est pas avare en affection, exprimant par exemple son attachement en attendant ses propriétaires devant la porte pour les accueillir lorsqu’ils rentrent. Il peut d’ailleurs manifester une légère préférence pour son humain de référence (la personne qui s’en occupe le plus), mais n’est pas du genre à n’être le chat que d’un seul maître ; il entretient donc de bonnes relations avec tous les membres du foyer.

 

Appréciant les câlins et qu’on lui porte de l’attention, il sait parfaitement se faire comprendre lorsqu’il ressent le besoin qu’on s’occupe de lui, sans pour autant se montrer alors trop bruyant ou trop envahissant.

 

Il obtient d’autant plus facilement satisfaction que le caresser est très agréable : sa peau presque glabre et chaude donne la sensation que l’on touche du cachemire. L’absence de pelage implique d’ailleurs qu’il vient lui-même recherche la chaleur des autres : il n’hésite pas à se pelotonner contre un des siens pour se réchauffer et se prélasser.

Capacité à supporter la solitude

Très attaché à sa famille, le Minskin supporte mal de rester seul des heures voire des jours durant, même s’il partage son foyer avec un congénère ou avec un chien.

 

Pour adopter ce chat, mieux vaut donc avoir une vie plutôt casanière, au risque qu’il ne soit mal dans sa tête voire finisse de ce fait par développer des troubles du comportement.

Entente avec les enfants

Le Minskin est un bon compagnon pour les enfants, car il aime jouer avec eux et sait se montrer patient.

 

Néanmoins, il n’est pas forcément à mettre entre les mains d’un petit très agité. En effet, tant sa petite taille que sa peau nue le rendent particulièrement exposé et impliquent qu’il est nécessaire de le traiter avec douceur.

 

En tout état de cause, aucun chat quelle que soit sa race ne doit être laissé seul avec un très jeune enfant, hors de toute surveillance par un adulte : il en va de la sécurité des deux comparses.

Entente avec les personnes inconnues

Ce chat étant encore récent et peu développé, certains traits de son caractère demeurent peu établis. C’est le cas notamment de sa relation avec les humains inconnus, qui peut varier fortement d’un sujet à l’autre.

 

En attendant d’y voir plus clair, il est important de veiller au début à ne jamais le forcer et à ce qu’il dispose toujours d’une solution de repli. Un arbre à chat est un accessoire indispensable pour lui permettre non seulement de se dépenser, mais aussi d’observer le monde qui l’entoure et évaluer les situations d’en haut, de manière à se sentir rassuré. Si l’envie lui prend de faire connaissance avec le visiteur, libre à lui alors de s’en approcher.

Besoin d'exercice

Contrairement à ce que son apparence courte sur pattes pourrait laisser penser, le Minskin est relativement sportif et a un assez grand besoin d’exercice.

 

Il aime particulièrement courir, et est capable d’aller beaucoup plus vite qu’on ne le croirait. Il adore aussi grimper, et là aussi sa morphologie particulière ne l’handicape que peu.

 

Tout ceci explique qu’il lui faut un certain espace pour être à ses aises : pas question de le faire vivre entre les quatre murs d’un tout petit appartement.

Activités recommandées

Si le Minskin apprécie les enfants, c’est aussi parce qu’il est très joueur. Grands et petits ont donc tout intérêt à ne pas simplement se contenter de le caresser et lui offrir de l’affection, mais aussi à solliciter son intelligence à travers différents jeux. Il est donc recommandé de prendre une vingtaine de minutes deux à trois fois par jour pour jouer avec lui et ainsi non seulement le stimuler physiquement, mais aussi intellectuellement. 

 

Lui laisser des jouets interactifs comme des puzzles est aussi un bon moyen de l’occuper en cas d’absence.

Niveau sonore

Le Minskin sait communiquer et se faire comprendre de sa famille quand il a une demande à formuler, par exemple s’il une envie de câlins. Pour autant, il n’est pas du genre à miauler immodérément (voire sans raison), et le volume sonore de ses miaulements est tout à fait raisonnable.

 

Autrement dit, il n’hésite pas à s’exprimer au besoin, mais le fait avec douceur.

Adaptation au changement

Un déménagement ou un départ en vacances n’est pas forcément de nature à perturber un Minskin autant que ce n’est généralement le cas pour ses congénères. En effet, sa curiosité fait qu’il s’adapte assez facilement aux changements d’environnement : il ne manque pas alors de faire le tour de son nouveau lieu de vie, et y trouve assez rapidement sa place.

Entente avec les autres chats

Le Minskin n’a généralement pas de difficultés à coexister avec un congénère : cela lui fait un compagnon de jeu, et rend les absences de ses maîtres moins pénibles.

 

Toutefois, si les deux compères ne se connaissent pas depuis tout petits, il est préférable de les faire s’habituer l’un à l’autre par étapes, pour que chacun trouve sa place et se sente bien.

 

Par ailleurs, comme le Minskin n’a pratiquement pas de poils, sa peau est plus facilement sujette aux petites blessures. Il faut donc contrôler régulièrement les griffes de son petit partenaire et les couper dès qu’elles deviennent trop longues, pour éviter qu’il ne l’écorche involontairement.

Entente avec les chiens

Le Minskin s’entend très bien avec les représentants de la gent canine, sous réserve bien sûr d’opter pour une race de chien compatible avec les chats. Lui faire partager son foyer avec un autre animal est d’ailleurs un excellent moyen de lui procurer un partenaire de jeux et qu’il se sente moins seul lors des absences de ses maîtres.

 

Les choses se passent d’autant plus facilement que la cohabitation est instaurée dès le plus jeune âge des deux protagonistes. Dans le cas contraire, mieux vaut effectuer la mise en relation graduellement, afin que chacun trouve sa place et donc minimiser le risque de conflits.

 

Quoi qu’il en soit, il faut veiller à couper régulièrement les griffes de son(es) compagnon(s), car l’absence de poils implique que sa peau n’est pas vraiment protégée : celui-ci pourrait le blesser involontairement lorsqu’ils jouent ensemble.

En appartement ?

Le Minskin est un chat adapté en appartement, sous réserve que ce dernier soit suffisamment vaste pour qu’il puisse se dépenser à sa guise. Il ne faut pas en effet se laisser induire en erreur par ses pattes courtes : ce chat n’est pas moins athlétique que ses congénères. Certes, il court au ras du sol, mais cela ne l’empêche pas de se déplacer rapidement, comme tout chat. Il est également tout à fait capable de grimper et de sauter, et ne manque pas au besoin de trouver un autre itinéraire pour aller là où il veut.

 

En revanche, le fait de résider en intérieur le met à l’abri des agressions extérieures : le froid, le soleil, les intempéries… En effet, sa peau presque nue peut facilement être brûlée par les rayons ultraviolets en cas d’exposition prolongée au soleil, et le rend particulièrement sensible au froid lorsque le mercure descend.

Dans le jardin ?

Même s’il trouve parfaitement sa place en appartement, le Minskin n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il vit dans une vaste maison avec un accès libre à l’extérieur, grâce à une chatière lui permettant d’aller et venir à sa guise.

 

Toutefois, certaines précautions s’imposent alors, du fait de son absence de pelage. Ainsi, lorsque les températures sont basses, il est utile de l’équiper d’un manteau pour chat et/ou de ne pas le laisser dehors aux heures les plus froides. Cet accessoire présente d’ailleurs aussi l’avantage de protéger sa peau, pour éviter par exemple qu’il ne se blesse sur des branches d’arbres, des buissons, etc. Pendant la saison chaude, il est indispensable de l’enduire d’une crème solaire destinée à la gent féline, et mieux vaut éviter qu’il reste en plein soleil lorsque celui-ci est au zénith.

Comme premier chat ?

Le Minskin a besoin que ses maîtres soient assez présents à ses côtés, et sa peau pratiquement ou totalement glabre implique un besoin accru de vigilance et d’entretien.

 

C’est donc une race assez exigeante, qui n’est pas forcément recommandée pour une première adoption.

Pour une personne peu disponible ?

Le Minskin n’est clairement pas un bon choix pour une personne peu disponible, car sa proximité avec ses humains implique qu’il vit mal les éventuelles longues absences de ces derniers : elles peuvent être à l’origine d’une véritable anxiété de séparation.

 

Le problème a un peu moins de chances de se poser s’il partage son foyer avec un congénères ou un représentant de la gent canine, mais il n’en reste pas moins vrai qu’il a besoin de présence humaine, et qu’on s’occupe de lui quotidiennement.

 

Avant d’adopter un chat de cette race, il est donc important de réfléchir au temps qu’on sera en mesure de lui consacrer, au risque de se retrouver avec un compagnon malheureux.

Pour une personne âgée ?

Le Minskin est tout à fait adapté pour une personne âgée, dès lors que cette dernière est prête à faire les efforts nécessaires pour s’en occuper correctement - y compris en termes d’entretien quotidien de sa peau.

 

En effet, il est proche des humains, affectueux et lui-même adepte de câlins, sans pour autant être « pot-de-colle ». En outre, tout en étant joueur, il apprécie aussi de bénéficier de longs moments de repos.

 

La cohabitation peut donc s’avérer tout à fait profitable pour chacun des protagonistes.

Pour une personne allergique ?

Comme le Minskin a la peau presque glabre, il est parfois présenté comme une race hypoallergénique.

 

C’est oublier qu’aucune race ne l’est pleinement. En effet, l’allergie aux chats est provoquée par des protéines (notamment la Fel d 1, la plus allergisante) qui se trouvent dans l’urine, le sébum, la salive, la transpiration ainsi que dans certaines cellules cutanées. Tous les chats en produisent, et sont donc susceptibles de causer une réaction allergique.

 

Il est vrai toutefois que le fait d’être presque entièrement glabre implique que le Minskin ne perd pas de poils et ne laisse donc pas partout sur son passage des allergisants.

 

Comme le risque zéro n’existe pas, une personne allergique ne saurait se dispenser d’un test en conditions réelles, consistant à passer plusieurs heures aux côtés de l’animal dont elle envisage l’adoption.

Pour un petit budget ?

Ce qui est rare est cher, et le Minskin ne fait pas exception. Par conséquent, à l’achat, c’est loin d’être une race adaptée pour un petit budget.

 

En outre, le montant à consacrer à son alimentation tend à être un peu plus élevé que la moyenne. En effet, son absence de poils implique que pour garder continuellement une température corporelle entre 40° et 41°C (soit deux degrés de plus que la majorité des autres races), il doit brûler davantage de calories et donc manger plus.

Résistance au froid et à la chaleur

La peau totalement ou presque entièrement nue du Minskin le rend particulièrement sensible aux températures froides et aux rayons du soleil. En effet, même dans le cas où son corps est recouvert d’un petit duvet presque invisible, celui-ci ne suffit pas à le protéger des agressions extérieures – pas que climatiques, d’ailleurs.

 

Par conséquent, en période estivale, il faut appliquer sur son corps de la crème solaire pour chat, et éviter qu’il sorte pendant les heures les plus chaudes. On lui évite ainsi les coups de soleil, les brûlures et un potentiel cancer de la peau.

 

À l’inverse, il est également essentiel d’investir dans un petit manteau pour qu’il n’ait pas froid lorsque les températures sont basses, voire ne tombe malade. En tout état de cause, mieux vaut éviter en hiver qu’il soit dehors pendant les heures les plus froides, tôt le matin ou le soir.

 

Au sein du foyer, il doit disposer en permanence d’un coin où il peut se mettre au chaud, à l’abri du froid et des courants d’air.

Maladies

Le Minskin étant une race récente et encore peu répandu, on manque de recul concernant sa santé.

 

Néanmoins, il est comme toute race davantage enclin à certaines maladies en particulier. Dans son cas, il s’agit de :

 

  • la cardiomyopathie hypertrophique, qui correspond à un épaississement du muscle cardiaque. Elle peut générer des problèmes respiratoires, une fatigue importante et des difficultés à l’effort. Elle est causée par une mutation génétique, elle peut être dépistée grâce à un test ADN. Il est cependant impossible de savoir à quel moment les symptômes vont commencer à apparaître ;

 

  • la lordose, c’est-à-dire une courbure excessive de la colonne vertébrale ;

 

  • le pectus excavatum, une déformation concave de la cage thoracique. Cela entraîne une compression à l’origine de problèmes respiratoires ou cardiaques ;

 

  • la mastocytose cutanée, maladie de la peau qui provoque des lésions nécessitant des traitements en général ponctuels. Les causes de cette affection sont méconnues.

Adoption en bonne santé

Comme pour toute race, s’adresser à un éleveur digne de ce nom est essentiel pour mettre toutes les chances de son côté d’adopter un chaton Minskin en bonne santé. C’est aussi la garantie que le petit félin a été élevé et sociabilisé dans un environnement qui lui permet d’être bien dans sa tête et dans ses pattes.

 

Un professionnel sérieux veille notamment à faire effectuer certains tests génétiques sur les reproducteurs envisagés, pour s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs d’une maladie génétique transmissible à leur descendance. Il exclut sans hésiter de son programme de reproduction tout individu présentant un tel risque.

 

En plus des résultats des tests effectués sur les géniteurs, il doit être en mesure de présenter un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire ainsi que la liste des vaccins inoculés au chaton, qui ont été inscrits sur son carnet de vaccination ou de santé.

Maintien en bonne santé

Une fois l’adoption effectuée, le nouveau propriétaire devient responsable du maintien en bonne santé de son petit compagnon tout au long de son existence.

 

Pour cela, il doit notamment l’emmener régulièrement faire un bilan de santé complet chez un vétérinaire. Une fois par an suffit les premières années, mais cette fréquence doit augmenter au fur et à mesure que l’animal vieillit.

 

Ces contrôles permettent au professionnel de diagnostiquer de potentiels soucis parfois avant même qu’ils ne se manifestent (et donc le cas échéant d’y faire face dans des conditions optimales), mais aussi de procéder aux éventuels rappels de vaccins nécessaires.

 

Ils ont toutes les chances de se dérouler sans trop de difficultés : connu pour aimer être manipulé, le Minskin n’est pas du genre à opposer une résistance farouche lorsqu’il est examiné.

 

Par ailleurs, le maître doit également veiller à renouveler les traitements antiparasitaires de son compagnon chaque fois que nécessaire, et ce tout au long de l’année. Cet effort de prévention est indispensable pour que celui-ci reste continuellement protégé contre les parasites et vaut même s’il vit cantonné entre quatre murs. En effet, bien que la probabilité soit sensiblement plus faible, même un chat d’intérieur peut attraper des parasites.

Entretien du pelage

Comme le Minskin n’a des poils qu’aux extrémités et que le reste de son corps est complétement glabre ou recouvert d’un très léger duvet, sa peau est particulièrement exposée et requiert un certain effort d’entretien.

 

Il convient ainsi de passer dans l’idéal chaque jour un chiffon doux et humide sur celle-ci, afin de la garder saine. Des bains fréquents sont également indispensables.

Bains

Il est nécessaire de donner un bain au Minskin environ une fois toutes les deux semaines. En effet, le léger duvet qui recouvre sa peau ne suffit pas pour absorber tout le sébum émis par le derme (la partie inférieure de la peau), et celle-ci devient alors adipeuse. La laver permet d’ôter l’accumulation d’huile et de garder un tissu cutané souple et propre. Comme pour tout chat, il faut pour cela utiliser un shampoing hydratant spécialement conçu pour la gent féline.

 

Une fois savonné, et après l’avoir bien rincé pour prévenir toute irritation de sa peau, il convient d’utiliser une serviette douce pour le sécher. Recourir à un séchoir électrique n’est pas approprié, car on risquerait de lui infliger des brûlures.

Entretien des oreilles

Les oreilles du Minskin doivent être vérifiées et nettoyées chaque semaine. Ôter les saletés à l’aide d’un tissu humide permet d’éviter les infections (à commencer par les otites).

 

C’est d’autant plus important que le Minskin n’a pas ou peu de poils pour les protéger.

Entretien des yeux

Comme pour les oreilles, il est nécessaire de vérifier les yeux du Minskin de manière hebdomadaire.

 

S’ils ne sont pas propres, il est indispensable d’en nettoyer le coin avec un chiffon humide : cela permet d’éviter l’accumulation de saletés, source de potentielles affections.

Entretien des dents

Comme pour n’importe quelle race, entretenir les dents du Minskin est absolument primordial. Cela permet en effet de freiner – voire empêcher - l’accumulation de plaque dentaire, qui en se transformant en tartre peut entraîner non seulement des problèmes de mauvaise haleine du chat, mais aussi et surtout des maladies plus ou moins graves.

 

Brosser ses dents une fois par semaine avec un dentifrice spécifiquement prévu pour les petits félins est un minimum, mais l’idéal est même de le faire chaque jour.

Entretien des griffes / ongles

Il convient de vérifier au moins une fois par mois la longueur des griffes du Minskin, et ce même s’il a accès à l’extérieur. En effet, l’usure naturelle peut en effet ne pas s’avérer suffisante. Or, dès lors qu’elles sont trop longues, elles risquent de le gêner, se casser voire le blesser. Par conséquent, si elles ont trop poussé, il est nécessaire de les couper manuellement.

 

Par ailleurs, comme n’importe quel chat, le Minskin doit pouvoir faire ses griffes dès qu’il en ressent le besoin. Mettre un griffoir à sa disposition est donc indispensable ; à défaut, il n’a potentiellement d’autre choix que de se rabattre sur le mobilier ou les rideaux.

Initiation au toilettage

Que ce soit ceux de la peau, des oreilles, des yeux, des dents ou des griffes, les soins d’entretien d’un Minskin ne sont pas d’une grande complexité. Pour autant, il est indispensable de maîtriser les bons gestes, au risque de lui faire mal voire de le blesser. Mieux vaut donc la première fois les apprendre auprès d’un vétérinaire ou d’un toiletteur professionnel.

 

En tout état de cause, le Minskin a l’avantage d’aimer être manipulé. Il accepte donc facilement ces moments de toilettage, et se montre d’autant plus réceptif et coopératif que son maître sait faire de ces occasions des moments privilégiés de caresses et de tendresse. Les choses se passent également d’autant mieux qu’il y est habitué dès son plus jeune âge.

Comme n’importe quel chat, le Minskin doit recevoir une nourriture en adéquation avec ses besoins nutritionnels, que ce soit quantitativement ou qualitativement. Cela implique qu’elle diffère selon son âge, son niveau d’activité ainsi que son état de santé.

 

Il se distingue en tout cas par son appétit un peu plus important que la plupart de ses congénères, comme d’ailleurs son ancêtre le Sphynx. En effet, sa peau presque nue l’oblige à devoir continuellement garder une température corporelle entre 40 et 41°C, soit deux degrés de plus que la plupart des autres races de chats. Pour ce faire, il doit brûler plus de calories… et donc se nourrir davantage.

 

C’est particulièrement en hiver que le phénomène est le plus visible et qu’il a davantage besoin de se nourrir, en particulier s’il a accès à l’extérieur. En tout état de cause, pour éviter de le sous-alimenter ou au contraire de lui donner plus que nécessaire, mieux vaut s’adresser à un vétérinaire afin de connaître la dose journalière à lui fournir.

 

L’alimentation industrielle peut parfaitement satisfaire ses besoins, à partir du moment où elle est de qualité. En revanche, il faut éviter de lui donner de la nourriture destinée aux humains, sauf à la sélectionner avec attention pour que justement elle corresponde à ses besoins. Sans même parler du risque des aliments appréciés par les humains, mais qui s’avèrent toxiques pour les chats. Autrement dit, même s’il sait s’y prendre pour attendrir ses propriétaires, ceux-ci doivent s’abstenir de lui donner systématiquement des restes de repas et de lui offrir l’accès aux poubelles, qu’il n’hésite pas à fouiller avec délectation si la possibilité lui en est offerte.

 

Pour finir, comme tout petit félin, il est primordial que le Minskin ait continuellement de l’eau fraîche à sa disposition, afin d’être en mesure d’étancher sa soif dès qu’il il en ressent le besoin.

Le Minskin est une race récente très rare. Le fait qu’elle ne soit reconnue par aucun organisme félin d’envergure (à cause notamment de la polémique sur la mutation génétique associée aux pattes courtes) explique qu’elle peine à se développer.

De fait, tant en Europe qu’au Canada, il n’existe pour l’heure aucun éleveur de la race.

 

Pour adopter un Minskin, il faut donc se tourner vers les États-Unis, son pays d’origine. On n’y trouve guère plus qu’une poignée d’éleveurs, qui proposent généralement leurs petits entre 1500 et 2400 dollars américains (soit 1200 à 2000 euros, ou 1800 à 3000 dollars canadiens).

 

Adopter un chat à l’étranger implique toutefois de bien se renseigner sur la réglementation relative à l’importation d’animaux domestiques dans le pays où l’on réside, afin d’éviter toute mauvaise surprise. Par ailleurs, il faut prendre en compte que des frais administratifs et de transport viennent alors s’ajouter au prix d’achat.

 

Quoi qu’il en soit, ce dernier peut différer sensiblement en fonction de la réputation de l’élevage, de la lignée dont provient l’animal mais aussi de ses caractéristiques intrinsèques, en particulier physiques. Ce dernier point justifie d’ailleurs des écarts parfois sensibles au sein d’une même portée.

Trouvez un élevage de Minskin près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Minskin

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race féline !

Vous connaissez bien les Minskins, ou possédez vous-même un Minskin ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Vous pouvez devenir membre pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois.
Votre adresse e-mail :
Vous pouvez devenir membre pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois.
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer