Faire identifier son chat par puce électronique ou tatouage

Faire identifier son chat par puce électronique ou tatouage

En France, tout propriétaire de chat doit faire identifier ce dernier, même s'il l'a obtenu gratuitement ou s'il le destine à une vie d'appartement. L'identification officielle du chat est d'ailleurs requise dans de nombreux cas, comme par exemple pour déposer son chat en pension. Elle peut se faire par puce électronique, par tatouage, ou les deux à la fois.


En dehors de l'obligation légale, faire identifier son chat présente de nombreux avantages, le premier étant de pouvoir retrouver rapidement les coordonnées de son propriétaire si jamais il se perd.

Qu'est-ce que l'identification ?

Un vétérinaire utilise un détecteur pour lire le numéro d'identification d'un chat

L'identification d'un animal de compagnie en général et d'un chat en particulier est un procédé permettant de savoir rapidement s'il possède un propriétaire officiel, et le cas échéant d'obtenir les coordonnées de ce dernier.

 

Contrairement à ce que l'on imagine parfois, l'identification même par une puce électronique ne permet pas de connaître à tout instant l'emplacement d'un chat. Ainsi, elle ne permet pas de géolocaliser l'animal - en tout cas à ce jour -, contrairement par exemple à un collier GPS pour chat : elle sert donc juste à connaître son identité avec une quasi-certitude et à retrouver ses maîtres éventuels. Ces atouts sont toutefois suffisants pour qu'un certain nombre de localités l'aient rendu obligatoire.

Pourquoi faire identifier son chat ?

Si l'identification des chats a été rendue obligatoire dans de nombreux territoires, ce n'est pas sans raisons. En effet, elle possède beaucoup d'avantages tant pour le maître que pour son animal, mais aussi pour les tiers.

Pour retrouver son chat disparu

Un chat perdu dans la rue

Le faire tatouer ou pucer augmente les chances de retrouver son chat perdu ou volé. En effet, grâce à son numéro d'identification, toute personne qui le trouve a la possibilité de contacter ses propriétaires, soit directement lorsque le fichier d'identification est en libre accès, soit indirectement par l'intermédiaire de l'organisme en charge de sa gestion.

 

Cette précaution trouve également à s'appliquer pour un animal vivant en appartement, car il suffit d'une fenêtre entrouverte, d'un ami qui entre sans faire attention à bloquer le passage, d'un grillage un peu lâche ou même d'un félin adepte du base jump depuis le balcon, pour qu'il parvienne à prendre la poudre d'escampette.

Pour connaître l'identité du propriétaire du chat

Une femme âgée protège son chat avec un pistolet

L'identification d'un chat permet également de connaître de manière sûre (ou presque) l'identité de son propriétaire.

 

Cette information est cruciale dans certains cas bien précis, comme un vol par un tiers, un litige concernant la garde du chat lors d'un divorce, ou même une plainte à la suite de dégâts ou de blessures qu'il aurait occasionnés sur des objets, un tiers ou d'autres animaux.

Pour voyager à l'étranger avec son chat

Un chat allongé dans une valise de voyage

Le faire identifier est bien souvent une étape nécessaire pour pouvoir partir à l'étranger avec son chat et/ou ensuite être en mesure de revenir dans son pays d'origine à la fin de son voyage. C'est le cas notamment au sein de l'Union Européenne, puisque l'identification est nécessaire pour pouvoir passer d'un pays à l'autre avec son animal.

 

Il existe toutefois des pays dans lesquels on peut entrer sans avoir nécessairement fait identifier son animal : ainsi, il est par exemple possible d'entrer avec un chat au Canada même si ce dernier n'est ni pucé, ni tatoué.

Pour certaines situations du quotidien

Un homme et son chat arrivent dans un camping

Enfin, l'identification du chat est généralement réclamée pour pouvoir effectuer certaines actions du quotidien, comme par exemple :

  • le confier à une pension féline ;
  • l'emmener avec soi dans un camping ou sur un ferry ;
  • le faire participer à une exposition féline ;

Les différentes techniques d'identification des chats

À ce jour, on dénombre trois méthodes permettant d'identifier un chat domestique : le tatouage, la puce électronique, et le collier d'identification (qu'il soit doté ou non d'une médaille). La deuxième est clairement l'option qui est privilégiée dans la plupart des pays, car c'est celle qui présente le plus d'avantages.

L'identification par tatouage

L'identification par tatouage

Le tatouage est une marque indélébile sur la peau du chat d'une série de chiffres et de lettres qui constitue un code unique, propre à chaque animal, et qui est enregistré dans le fichier national ou local correspondant. Le tatouage est très souvent réalisé sur la face interne de l'oreille, plus rarement au niveau de la cuisse.

 

De nos jours, le tatouage a très largement été remplacé par la puce électronique, qui présente plus d'avantages. Il reste toutefois toléré voire même pratiqué dans différents pays, dont la France, la Belgique et la Suisse.

Les avantages du tatouage

Un vétérinaire tatoue l'oreille d'un jeune chat

Le processus de tatouage d'un chat est le même que pour un humain. Il est généralement pratiqué par un vétérinaire sous anesthésie générale, pour éviter que l'animal ne souffre.

 

Le tatouage du chat présente l'avantage d'être valable partout en France et d'être tout de suite visible par quiconque trouve le chat. De plus, n'importe quel vétérinaire ou refuge peut rapidement obtenir les coordonnées du propriétaire en consultant le fichier national.

Les inconvénients du tatouage

Un chat avec un tatouage à peine lisible dans l'oreille
Le tatouage perd en lisibilité avec les années

Faire tatouer son chat présente également des inconvénients. Tout d'abord, tous les pays ne reconnaissent pas ce moyen d'identification. Par exemple, dans l'Union Européenne, le tatouage est toléré seulement s'il a été réalisé avant le 3 juillet 2011. Par conséquent, pour qui souhaite voyager avec son compagnon au sein de l'Union Européenne, l'avoir fait tatouer ne sera peut-être pas suffisant.

 

Ensuite, la marque a tendance à être moins lisible au fil des années, ce qui peut rendre le déchiffrage difficile, notamment dans le cas d'un individu âgé.

 

Enfin, les trafiquants et voleurs d'animaux peuvent facilement le falsifier ou le faire disparaître, par exemple en brûlant l'intérieur de l'oreille du chat ou en la sectionnant.

 

Ces inconvénients expliquent que le tatouage a de moins en moins la cote à travers le monde : ainsi, la quasi-totalité des identifications de chats se fait désormais par puce électronique.

Le prix du tatouage pour chat

Un vétérinaire tatoue l'oreille d'un chat sous anesthésie

Faire tatouer son chat coûte généralement entre 45 et 80 euros.

 

À cette somme, doit généralement être ajouté le montant des dépenses liées à l'anesthésie, car l'animal est endormi pendant l'intervention. Une bonne option peut donc être de faire réaliser le tatouage en même temps que la stérilisation du chat : cela évite de devoir l'endormir à deux reprises et permet d'économiser autant d'argent.

L'identification par puce électronique

L'identification par puce électronique

La puce électronique, aussi appelée transpondeur, est un minuscule appareil de quelques millimètres de longueur, étanche et biocompatible (c'est-à-dire bien toléré par l'organisme), que l'on insère sous la peau du chat, au niveau de sa jugulaire gauche.

 

Elle contient un code de 15 chiffres composé du numéro d'identification du pays (250 pour la France, 056 pour la Belgique, 756 pour la Suisse, 124 pour le Canada), du numéro du type d'espèce (26 pour les animaux carnivores) et d'un numéro propre à chaque individu.

Les avantages de la puce électronique

Un vétérinaire implante une puce électronique à un chat roux

La puce électronique présente de nombreux avantages. En premier lieu, sa présence directement sous la peau du chat la rend invisible (il n'y a donc pas d'inconvénient esthétique à faire pucer son chat, contrairement au tatouage) et très difficile à falsifier ou retirer.

 

En outre, son injection, réalisée par un vétérinaire, ne présente aucun danger pour la santé de l'animal. Elle se fait en quelques secondes et ne nécessite pas d'anesthésie générale, à moins qu'il soit très stressé.

 

Enfin, elle est reconnue par la quasi-totalité des pays du monde, et le fichier constitué est mondial : un chat peut sans problème être retrouvé à l'étranger, son numéro permettant de savoir de quel pays il est originaire et de contacter l'organisme correspondant. C'est donc la méthode d'identification idéale pour les personnes qui souhaitent pouvoir emmener leur compagnon à l'étranger.

Les inconvénients de la puce électronique

Un vétérinaire approche un lecteur de puce d'un chat Abyssin

Le principal défaut de la puce électronique est qu'elle nécessite un appareil spécifique pour être détectée et lue. Ce lecteur est détenu par les fourrières, les refuges animaliers et les vétérinaires. Un particulier qui a trouvé un chat ne peut donc pas savoir au premier coup d'oeil s'il appartient déjà à quelqu'un ou non, puisque la puce est invisible. Certaines personnes n'ont d'ailleurs pas encore le réflexe de conduire l'animal trouvé chez un vétérinaire pour y chercher une puce éventuelle, le dispositif étant encore relativement récent.

 

De plus, contrairement à ce que l'on croit parfois, la puce électronique n'est pas un capteur GPS : elle ne permet donc pas de géolocaliser l'animal s'il se perd ou est volé. Même si cela peut être amené à changer à l'avenir, la seule information qu'elle contient à ce jour est le numéro d'identification du chat.

Le prix de la puce électronique pour chat

Faire pucer son chat coûte entre 40 et 70 euros. Le prix est généralement un peu plus élevé lorsque l'utilisation d'un sédatif ou une anesthésie est nécessaire, par exemple si l'animal se montre vraiment très agité.

Le collier ou médaille d'identification pour chien

Un chat roux aux yeux verts porte un collier

Le collier est une méthode d'identification non reconnue officiellement pour les démarches administratives : par conséquent, mettre un collier à son chat ne dispense pas de le faire identifier par une des deux méthodes précédentes.

 

Le collier pour chat présente l'avantage d'être simple, facile à mettre en place, peu onéreux, et surtout bien visible. Ainsi, les personnes ayant trouvé un chat savent au premier coup d'oeil qu'il ne s'agit pas d'un chat errant ou abandonné, et elles peuvent contacter le propriétaire elles-mêmes sans avoir besoin de passer par un vétérinaire ou un refuge.


Il est cependant difficile de trouver le collier parfait pour son chat :

  • soit il est peu solide, et dans ce cas il risque de se casser facilement et d'être perdu ;
  • soit il est solide, et dans ce cas il devient potentiellement dangereux pour l'animal. On recense régulièrement des accidents de chats qui se prennent la patte dans leur collier et n'arrivent plus à marcher, ou encore pire, qui finissent pendus parce que leur collier est resté accroché à une branche...

 

De toute façon, même si le collier parfait existait, il demeurerait facile à falsifier ou à retirer par une personne mal intentionnée qui souhaiterait dérober l'animal, ce qui en fait une méthode d'identification peu fiable.

Les fichiers d'identification des chats domestiques

Un vétérinaire identifie un chat par puce électronique

Dans les territoires où l'identification des chats domestiques est obligatoire, des fichiers d'identification ont été mis en place : ils ont pour but de recenser les caractéristiques de tous les individus qui ont effectivement été identifiés, ainsi que les coordonnées de leurs propriétaires. Grâce à ces bases de données, il est ensuite possible d'identifier un chat perdu et de contacter ses maîtres.

 

Ces fichiers d'identification sont :

 

En revanche, il n'existe à ce jour aucun organisme national chargé de recenser les chats identifiés au Canada. Certaines villes ont en revanche pris cette initiative à l'échelle de leur territoire : c'est le cas par exemple de la ville de Québec, puisque l'identification des chats domestiques y est obligatoire.

 

Enfin, si jamais le maître emménage dans une ville ou un territoire dans lequel l'identification et l'enregistrement sont obligatoires, il doit évidemment prendre soin de se mettre en conformité rapidement avec la réglementation locale. Cela implique donc de se renseigner sur la législation en vigueur dans son nouveau lieu d'habitation.

Mettre à jour les informations du fichier d'identification

Un chat allongé au-dessus d'un carton de déménagement
Tout déménagement implique une mise à jour des coordonnées

Si un chat qui a au préalable été identifié puis enregistré dans le fichier correspondant se perd, il est possible de joindre ses propriétaires pour les prévenir une fois qu'il a été retrouvé... à condition que les informations renseignées dans ce fichier soient bien à jour !

 

En cas de changement important, il est donc crucial de tenir au courant les personnes qui tiennent ces bases de données, pour qu'elles puissent mettre à jour les renseignements dont elles disposent.

 

Cette mise à jour doit survenir notamment en cas de :

  • modification de coordonnées des maîtres, par exemple après un déménagement ;
  • changement de propriétaires, si l'animal est donné ou vendu à quelqu'un d'autre ;
  • décès du chat, afin qu'il soit retiré du fichier de recensement dans lequel il était enregistré.

 

Ces démarches peuvent être effectuées par internet, ou éventuellement par courrier postal. Selon les territoires, il est même possible de les réaliser directement depuis son smartphone, en téléchargeant puis en utilisant l'application correspondante. Elles sont bien évidemment gratuites.

La législation sur l'identification des chats

Dans nombre de territoires à travers le monde, l'identification des chiens domestiques est une obligation légale.

La législation sur l'identification des chats en France

Un vétérinaire s'apprête à implanter une puce électronique à un chat

En France, il est obligatoire de faire identifier son chat depuis le 1e janvier 2012, comme stipulé dans la proposition de « simplification et d'adaptation du droit », votée par l'Assemblée nationale en février 2011. Ainsi, tous les chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de plus de 7 mois doivent être identifiés via une méthode agréée par le Ministère de l'Agriculture. Les modalités exactes d'identification des chats sont définies par l'arrêté du 2 juillet 2001 relatif à l'identification des carnivores domestiques par radiofréquence.

 

Malgré cela, un certain nombre de maîtres continue de trouver futile de payer pour faire identifier leur chat, sous prétexte par exemple que celui-ci ne sort jamais. À titre d'exemple, un état des lieux de l'identification des chiens et chats en France réalisé par TNS SOFRES en septembre 2016 pour le compte de l'I-CAD a estimé que sur les 13 millions de chats domestiques vivant alors en France, seuls 46% étaient effectivement identifiés. L'identification des animaux domestiques est pourtant une obligation légale dans de nombreux pays du monde.

La législation sur l'identification des chats en Belgique

Un vétérinaire implante une puce à un chat

En Belgique, la législation concernant l'identification des chats n'est pas aussi stricte que celle pour les chiens. En effet, il n'est à ce jour pas totalement obligatoire de faire identifier son animal.

 

L'identification n'est en fait requise que dans le cas où le chat est cédé ou vendu à un tiers. En revanche, si la personne qui l'a vu naître souhaite le garder, il n'y a aucune obligation de le faire tatouer ou pucer - même si cela est évidemment recommandé.

 

À ce jour, le tatouage et la puce restent tous deux autorisés, mais dans les faits, la seconde a largement remplacé le premier.

La législation sur l'identification des chiens en Suisse

Comme en Belgique, l'identification des chats en Suisse n'est pas imposée par la législation, contrairement à ce qui se fait pour les chiens. Libre donc à chacun de choisir de faire pucer ou tatouer son compagnon, les deux techniques restant à ce jour autorisées.

La législation sur l'identification des chiens au Québec

Un vétérinaire utilise un détecteur pour lire la puce électronique d'un chat

Comme pour les chiens, aucune législation nationale n'impose de faire identifier son chat au Canada, et aucune réglementation provinciale n'existe à ce sujet au Québec.

 

En revanche, certaines villes québécoises ont pris l'initiative de rendre obligatoire l'identification des chats sur leur territoire : c'est le cas par exemple de Québec (alors que celle des chiens n'y est pas encore imposée), de Laval et de Montréal. Dans ces villes, l'identification doit nécessairement être réalisée par puce électronique.

Le mot de la fin

Bien qu'elle soit obligatoire dans de nombreux pays et qu'elle présente de nombreux avantages, l'identification des chats domestiques est encore minoritaire. On note tout de même que les chats de race sont plus souvent identifiés par leur propriétaire que les chats de gouttière, et que les chats d'appartement sont moins tatoués ou pucés que leurs congénères vivant en extérieur.

 

Aujourd'hui, la puce électronique est utilisée principalement pour connaître l'identité du propriétaire, mais on commence à voir apparaître des chatières connectées qui sont capables de lire la puce à distance et s'ouvrent donc automatiquement à l'approche du chat (un peu comme les chatières magnétiques, qui elles fonctionnent avec un collier). À terme, la puce servira peut-être également de GPS, à l'instar des colliers connectés pour chat, ou contiendra des informations présentes pour l'heure dans le carnet de santé du chat.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 06/01/2021.