Changer l’alimentation de son chat : la transition alimentaire

Un chat devant son bol de croquettes

Il n'est pas toujours évident de choisir quelle nourriture donner à son chat, d'autant que ce dernier se montre parfois assez difficile. Lorsque le maître parvient donc à trouver un type d'aliments qui convient à son animal, il n'a donc pas spécialement intérêt à en changer souvent.


Toutefois, il arrive qu'un changement d'alimentation du chat soit nécessaire dans certains cas. Et si cela semble plutôt simple à faire sur le papier, il n'en va pas forcément de même dans la réalité, d'où l'intérêt d'y aller en douceur en faisant une transition alimentaire.


Dans quels cas doit-on changer l'alimentation de son chat ? Pourquoi est-il important de faire une transition alimentaire ? Comment la réaliser, et quelles sont ses limites ?

Le chat n'a pas besoin de changer souvent d'alimentation

Deux bols remplis de croquettes pour chat

Le chat n’a pas besoin d’avoir une alimentation très variée. Il peut très bien se contenter de manger la même ration de nourriture tous les jours, non seulement sans se lasser, mais aussi et surtout sans que cela ait de conséquences négatives pour sa santé.

 

De fait, une fois qu’il est habitué à une certaine nourriture, il est préférable de ne pas en changer.

Quand une transition alimentaire est-elle nécessaire ?

Même si le chat se satisfait généralement très bien de manger souvent le même repas, un changement d’alimentation peut tout de même être requis dans certaines situations.

pour tenir compte de son âge

Il existe des aliments spécifiques pour les chatons, les chats adultes et les chats âgés, car les besoins nutritionnels du chat évoluent tout au long de sa vie.

en cas de changement du cadre de vie

L’environnement dans lequel évolue le chat (qui influe sur son niveau d’activité physique, à travers notamment la possibilité ou non d’accéder à l’extérieur) et son climat sont à prendre en compte pour déterminer la nourriture qui lui est adaptée.

pour des raisons de santé

Un chat malade allongé sur le sol

Le vétérinaire peut dans certains cas conseiller de modifier le régime alimentaire du chat afin d’améliorer ses conditions de vie et sa santé.

 

Ce peut être le cas par exemple à la suite de la stérilisation d’un chat, en cas de surpoids ou d'obésité, d’insuffisance rénale, de maladie cardiaque ou hépatique (entre autres exemples).

pour passer à une alimentation de meilleure (ou moins bonne) qualité

Un superbe chat aux yeux vairons mange de la viande crue

L’offre de nourriture pour chat disponible sur le marché est pléthorique, et il est donc possible à tout moment de basculer par exemple vers des aliments de qualité supérieure, en fonction notamment du budget dont on dispose pour nourrir son compagnon.

 

En effet, comme chez l’Homme, l’alimentation joue un rôle important dans la santé. Avec une alimentation de meilleure qualité, il sera d’autant plus en forme et aura davantage de chances de vivre longtemps. Il peut notamment être intéressant pour sa santé d'opter pour des aliments naturels pour chat, voire de passer à un régime alimentaire B.A.R.F à base de viande crue, c'est-à-dire une alimentation la plus proche possible de celle qu’il aurait à l’état sauvage.

Pourquoi une période de transition est-elle nécessaire ?

Pourquoi une période de transition est-elle nécessaire ?

Quelles que soient les raisons qui poussent à changer l’alimentation de son chat, et avant d’entamer ledit changement, il est important de comprendre pourquoi une transition est nécessaire.

 

Beaucoup plus que l’Homme, le chat a l’habitude de manger la même nourriture tous les jours. De ce fait, son système digestif (estomac, foie, intestins…) y est habitué. Un changement d’alimentation trop brutal peut donc perturber sa flore intestinale (et de ce fait, sa digestion), a fortiori si elle a déjà été altérée par une alimentation de mauvaise qualité.

 

D’autre part, le chat est un animal très routinier, qui n’aime guère que l’on vienne bousculer ses habitudes. Cela vaut également pour son alimentation, si bien qu’il peut refuser durablement de se nourrir si ce qui est présent dans sa gamelle ne lui convient pas. Ceci est lié à son caractère néophobique : même domestiqué, il garde une part sauvage en lui, se méfiant des choses inconnues. Il peut donc arrêter volontairement de s’alimenter, quitte à mettre sa santé en danger.

 

Pour toutes ces raisons, imposer un changement alimentaire du jour au lendemain est tout sauf une bonne idée : une période de transition s’impose.

Réussir la transition alimentaire du chat

Réussir la transition alimentaire du chat

Une transition alimentaire réussie s’étale sur la durée, afin que le chat s’accommode progressivement de sa nouvelle alimentation. Il faut compter en moyenne une quinzaine de jours.

 

Avant toute chose, si cela n’a pas été déjà fait, il peut être utile de consulter un vétérinaire pour avoir une bonne vision de l’état de santé de son compagnon. Un changement d’alimentation peut en effet exacerber un problème de santé sous-jacent, qui n’avait jusqu’alors pas été identifié. De plus, certaines races de chat sont plus sensibles que d’autres aux changements alimentaires, et la transition se doit alors d’être d’autant plus soignée. Le vétérinaire pourra aussi confirmer que le nouveau régime alimentaire envisagé est adapté, et donner des conseils sur la marche à suivre.

La méthode de transition alimentaire

La méthode de transition alimentaire

Il existe une méthode plutôt simple pour réussir à modifier l’alimentation d’un chat : incorporer progressivement une portion croissante du nouvel aliment dans sa gamelle du chat, et dans le même temps diminuer petit à petit la part de l’ancien aliment. Par exemple, les 4 ou 5 premiers jours, vous pouvez la remplir avec le nouvel aliment à hauteur de 25 %, et l’ancien à hauteur de 75 %. Puis, dans un deuxième temps et pendant la même durée, passer à 50/50, avant que d’entamer une troisième phase, elle aussi de 4 à 5 jours, pendant laquelle la gamelle du chat est remplie à 75% du nouvel aliment, et à 25% de l’ancien. Au terme de cette dernière, il est alors possible de retirer entièrement ce dernier, et donc de passer la part du nouvel aliment à 100 %.

 

Cette méthode permet à l'animal de s’habituer petit à petit à sa nouvelle alimentation. Il est alors moins brusqué par le changement de goût et de texture, et l’accepte donc plus facilement. Dès lors qu'il mange le contenu de sa gamelle goulûment sans trier sa nourriture et qu’il n’y a pas de changement significatif dans la litière du chat, cela signifie que la transition alimentaire est réussie !

 

Toutefois, tous les individus n'ayant pas la même capacité d'adaptation, il peut être nécessaire de faire preuve de patience. En outre, certains facteurs de risque font que la transition a plus de chances d’être chaotique. C’est le cas par exemple pour une chatte gestante ou pour un chat souffrant d’une maladie. Pour ce genre de cas un peu plus complexes, les conseils d’un vétérinaire peuvent s’avérer particulièrement utiles afin de maximiser les chances de réussite.

Une vigilance accrue est nécessaire

Un chat gris allant dans sa litière

Dans tous les cas, il est nécessaire de surveiller attentivement l’état de santé du chat tout au long des différentes étapes.

 

En effet, un changement trop brutal de nourriture peut entraîner des problèmes de santé importants. Les plus fréquemment rencontrés sont des problèmes digestifs : vomissements, diarrhées, flatulences...

 

Ils sont particulièrement courants lorsque le changement alimentaire s’effectue de la nourriture humide de type pâtée vers de la nourriture sèche comme des croquettes.

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires

Sur conseil du vétérinaire, il est possible d’incorporer des compléments alimentaires pro-biotiques à la nourriture du chat afin de renforcer sa flore intestinale et l’aider à s’adapter à sa nouvelle alimentation.

 

Les pro-biotiques apportent au tube digestif une certaine diversité microbienne, ce qui facilite le travail de digestion. Ils peuvent donc s’avérer utiles tant en amont que pendant la transition alimentaire, notamment en cas de modification des selles (constipation ou diarrhée du chat…)

Que faire en cas d'échec de la transition alimentaire ?

Que faire en cas d'échec de la transition alimentaire ?

Dans certains cas, le chat peut rejeter les nouveaux aliments proposés au point de purement et simplement refuser de s’alimenter. En effet, étant très sensible aux changements alimentaires, une simple modification de goût ou de texture peut l’amener à refuser de goûter le nouvel aliment. Or, le jeûne pouvant être particulièrement dangereux, surtout chez les races de chats de grande taille, il convient d’être particulièrement vigilant, plutôt que de se dire qu’il s’obstine et finira bien par céder, comme le ferait un enfant capricieux.

 

Si le chat refuse de manger pendant plus de 4 jours, il est nécessaire d’incorporer progressivement son ancienne nourriture, jusqu’à ce qu’il mange de nouveau. Il peut ainsi être nécessaire de continuer à le nourrir de la sorte un certain temps, avant que de reprendre la transition au stade où elle a été arrêtée. De fait, il est courant que la première tentative de transition échoue : il n’y a pas lieu de s’en inquiéter outre mesure, mais plutôt de faire montre de patience et de vigilance.

 

Toutefois, en cas de multiples échecs, il est recommandé de demander conseil à un vétérinaire. Il en va de même si pendant plusieurs jours d’affilée l'animal est particulièrement affaibli, qu’il régurgite ou qu'on peut observer une modification de ses selles.

Le mot de la fin

Changer l’alimentation d’un chat peut constituer un réel défi, et demande en tout état de cause préparation et patience. Néanmoins, sous réserve d’être effectuée intelligemment et progressivement, cette transition alimentaire peut parfaitement se dérouler sans accroc, même s’il est parfois nécessaire de s’y reprendre à plusieurs fois afin d’identifier la nourriture la plus adaptée.

 

Une fois cette dernière trouvée et la transition achevée, et sachant que le chat apprécie peu les changements alimentaires, il est conseillé de ne pas en changer, à moins bien sûr que le besoin ne s’en fasse à nouveau sentir.

Par Justine U. - Dernière modification : 02/14/2021.

Discussions sur ce sujet