Les autres fleurs toxiques pour le chat

Plein de belles fleurs roses et toxiques

Lorsqu'on a la main verte, la tentation est grande de planter des fleurs, pour embellir son intérieur et/ou son jardin. Mais là encore, beaucoup d'entre elles sont en fait toxiques pour les animaux de compagnie, a fortiori les chats. La dangerosité dépend du type de plante, voire parfois de l'espèce.

 

Voici ci-dessous une liste non exhaustive de quelques plantes appréciées pour leur belle floraison, mais qu'il vaut mieux s'abstenir d'avoir chez soi lorsqu'on possède un petit félin...

L'allamanda

Un allamanda avec de belles fleurs jaunes

L’allamanda est une plante (plus précisément un arbuste) originaire d'Amérique latine, qui se reconnaît à ses feuilles persistantes (c'est-à-dire qui ne tombent pas en hiver), ainsi qu'à ses belles fleurs en forme d'entonnoir. La couleur la plus répandue est le jaune, mais d'autres teintes existent comme le rose, le mauve, l'orange ou le blanc.

 

Comme beaucoup d'autres plantes, l'allamanda est toxique si jamais il est ingéré. Sa sève contient en effet des substances qui causent de violentes irritations lorsqu'elles entrent en contact avec une muqueuse (notamment l'intérieur de la gueule ou les parois digestives). Les diarrhées et autres symptômes qu'il cause si le chat en mange une grande quantité sont susceptibles de causer une déshydratation, et même le décès dans les cas extrêmes.

 

Si jamais un chat s'amuse à croquer de l'allamanda, il est préférable de contacter un vétérinaire sans attendre, ou à défaut un centre antipoison. En fonction des cas, une hospitalisation peut être conseillée pour éviter une déshydratation.

L'amaryllis

Vue proche d'amaryllis en fleur

Aisément reconnaissable à ses très larges fleurs en forme d'entonnoir et le plus souvent d'un beau rouge vif, l'amaryllis est une belle plante à bulbe, qui se cultive très bien en appartement et même en extérieur dans les régions dont l'hiver reste doux.

 

Comme beaucoup de plantes à bulbe, l'amaryllis est en fait toxique pour le chat. Il doit sa toxicité à une substance que l'on retrouve également chez la jonquille ou le narcisse : il s'agit de la lycorine. Cette dernière cause toutes sortes de symptômes plus ou moins graves lorsqu'elle est ingérée : vomissements, tremblements, perte d'équilibre, ralentissement du rythme cardiaque et baisse de tension sont quelques-uns des plus fréquents chez le chat. En cas d'intoxication sévère, le décès peut même survenir par arrêt cardiaque.

 

Heureusement, c'est le bulbe qui contient le plus de toxines : un chat a donc peu de chances de s'intoxiquer gravement, car c'est surtout les feuilles qui sont des chances de l'intéresser. Malgré tout, si jamais il en mange, mieux vaut contacter un vétérinaire ou un centre antipoison sans attendre, pour savoir quelle attitude adopter.

L'azalée

Un azalée tout en fleurs

Reconnaissable à ses belles fleurs roses, l'azalée est un type de rhododendron très apprécié pour constituer des haies ainsi que des massifs dans les parcs et les jardins. Il en existe plusieurs centaines d'espèces différentes à travers le monde.

 

Comme le rhododendron, l'azalée est toxique pour le chat comme d'ailleurs d'autres animaux de compagnie. Elle contient en effet de nombreuses substances dangereuses : les principales sont l'oxalate de calcium, l’andromédotoxine, l’arbutine, l’éricoline et le grayanotoxine. La dose toxique n'est pas connue, mais elle ne semble pas très élevée. Les symptômes en cas d'intoxication sont divers : on constate entre autres des vomissements, des diarrhées, une hypersalivation, difficultés à se déplacer, dépression, convulsions, problèmes cardiaques et/ou respiratoires, paralysie... Dans les cas graves, un coma voire même la mort peuvent survenir en quelques heures.

 

Si jamais on surprend son chat en train de manger de l'azalée, ou si on le soupçonne d'en avoir avalé, le mieux est de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison pour animaux sans attendre, et de leur décrire la situation. Ce sont les mieux placés pour donner des conseils sur la meilleure façon de réagir.

Le brunfelsia

Une floraison de brunfelsia dans un parc

Originaire d'Amérique du Sud, le brunfelsia est un arbuste doté d'une floraison massive et qui dure de longs mois. Cette dernière possède en outre la particularité de changer de couleur avec le temps : elle commence par être violette, puis prend une couleur rose avant de devenir blanche. Lorsque des fleurs sont à différents stades de floraison sur un même arbuste, cela donne un beau panaché de couleurs.

 

Le brunfelsia doit sa toxicité à une substance appelée brunfelsamidine, qui est présente aussi bien dans les feuilles, les tiges, les fleurs ou les graines. Les symptômes en cas d'intoxication sont divers : vomissements, hypothermie ou au contraire hyperthermie, tremblements, convulsions, tachycardie, difficultés respiratoires sont quelques exemples des troubles susceptibles d'apparaître si un chat mange du brunfelsia. Il existe même un risque de décès si la quantité ingérée est importante.

 

Si jamais un chat en avale, le mieux est de ne pas perdre de temps avant de réagir, et de contacter un vétérinaire (ou à défaut un centre antipoison pour animaux) sans attendre. Ces spécialistes indiqueront la marche à suivre en fonction de la quantité de brunfelsia ingérée et de la gravité estimée de l'intoxication.

Le calla

Des fleurs de calla de toutes les couleurs

Le calla est une plante originaire d'Afrique de la même famille que l'arum, et dont le vrai nom est Zantedeschia. Comme ce dernier, il possède des fleurs enveloppées dans de longues feuilles colorées appelées spathes ou bractées. La couleur blanche est la plus populaire, mais beaucoup d'autres sont possibles. La fleur couramment appelée arum des fleuristes, qui est très appréciée pour composer d'élégants bouquets, est en fait une espèce de calla, et non un arum comme son nom pourrait le laisser croire.

 

Comme les autres plantes de la même famille, le calla doit sa toxicité à sa teneur en oxalate de calcium. Il s'agit d'une substance qui cause quasi instantanément une intense brûlure au niveau de la gueule, dès que le chat mâchouille une tige ou une feuille. Cela se traduit notamment par un gonflement local ainsi qu'une hypersalivation. L'avantage est qu'il se détourne aussitôt de la plante, et ne cherche pas à en avaler : si malgré tout il en ingère, il risque de souffrir de diarrhée, de vomissements et/ou de douleurs abdominales. Dans les cas graves, des troubles neurologiques tels que des tremblements ou des convulsions sont susceptibles de survenir.

 

Si jamais on surprend son chat en train de mastiquer du calla, la principale chose à faire est de soulager la sensation de brûlure dans sa gueule en la rinçant avec de l'eau. Cela permet d'éliminer un maximum de substances toxiques. Une fois que cela est fait, il est conseillé de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison : des soins supplémentaires ne sont pas forcément nécessaires, mais c'est toujours mieux d'avoir un avis médical.

Le chrysanthème

Des chrysanthèmes de toutes les couleurs

Courant dans les cimetières, le chrysanthème possède la particularité de fleurir assez tard dans l'année, et d'avoir une floraison très colorée. C'est ce qui lui vaut d'être autant apprécié pour fleurir les tombes des défunts pendant la saison froide. Il en va d'ailleurs de même pour le cyclamen.

 

Comme beaucoup de plantes, le chrysanthème est toxique s'il est ingéré. Cela vaut surtout pour les rongeurs, mais aussi pour le chat. Les symptômes susceptibles d'apparaître sont notamment des troubles digestifs (diarrhée, vomissements...) ainsi qu'éventuellement des troubles nerveux (tremblements, difficulté à se déplacer...).

 

Heureusement, le risque de décès reste faible pour un chat, d'autant qu'il a tendance à n'en consommer qu'une petite quantité. En cas d'intoxication, mieux vaut tout de même contacter un vétérinaire ou un centre antipoison pour animaux : cela reste plus prudent pour éviter les complications.

Le clivia

Des fleurs de clivia orange

Le clivia est une fleur originaire d'Afrique australe, qui appartient à la même famille que l'amaryllis. Il pousse de préférence dans les endroits ombragés tels que les sous-bois, mais est très apprécié aussi comme plante ornementale en raison de ses jolies grappes de fleurs colorées en forme de cloches.

 

Le clivia est toxique pour les humains ainsi que pour les animaux de compagnie. Il contient en effet plusieurs substances dangereuses pour la santé, notamment la lycorine (présente aussi dans l'amaryllis) et la clivimine. Ce sont surtout les rhizomes qui en contiennent le plus et qui sont donc les plus toxiques : les feuilles, les fleurs et les graines ne sont toutefois pas sans danger si jamais elles sont ingérées. En cas d'intoxication, le chat souffre surtout de problèmes digestifs, en particulier des vomissements, une diarrhée et/ou une colique. D'autres symptômes plus graves sont susceptibles d'apparaître, notamment des convulsions et une défaillance cardiaque si la quantité ingérée est élevée.

 

Si jamais on surprend son animal en train de manger du clivia, le mieux est de contacter un vétérinaire sans attendre (le sien de préférence, s'il est disponible) afin de recevoir des indications concernant la meilleure façon de réagir. En fonction des cas, une hospitalisation dans une clinique vétérinaire peut être conseillée pour éviter les complications.

Le cyclamen

Des cyclamens en fleurs rouges, roses et blancs

Aisément reconnaissable à ses feuilles marbrées et ses fleurs à la forme si particulière, le cyclamen est, avec le chrysanthème, une plante couramment appréciée pour fleurir les tombes des défunts dans les cimetières. Il faut dire qu'il a une floraison plutôt tardive dans l'année, contrairement à la plupart des autres plantes. Ses pétales peuvent prendre différentes couleurs, notamment le rouge, le rose, le violet ou encore le blanc.

 

Comme beaucoup d'autres fleurs, le cyclamen est toxique pour les animaux de compagnie, notamment le chat. Il contient en effet une substance appelée cyclamine, qui cause une violente irritation des muqueuses digestives lorsqu'elle est avalée. Concrètement, cela se traduit essentiellement par une diarrhée et/ou des vomissements. Des problèmes neurologiques tels que des tremblements et/ou des convulsions sont toutefois possibles si la quantité de cyclamen avalée est importante. Heureusement, il est peu probable que l'intoxication aille jusqu'au décès - même si bien sûr le risque n'est jamais nul.

Le narcisse

Un champ rempli de narcisses

Jolie plante à bulbe que l'on rencontre couramment dans les jardins, le narcisse est de la même famille que l'amaryllis et le clivia, même s'il ne leur ressemble pas vraiment de prime abord. Il en existe environ une centaine d'espèces, la plus célèbre étant bien sûr la jonquille : selon les cas, les fleurs peuvent avoir des formes et couleurs variées.

 

Si le narcisse est toxique pour le chat, c'est en raison de différentes substances qu'il contient : la narcissine, l'oxalate de calcium, la lycorine, la galantamine... Ces dernières sont présentes dans toute la plante, mais c'est toutefois le bulbe qui en contient le plus et est donc le plus dangereux. En cas d'intoxication, les symptômes susceptibles d'apparaître sont multiples : troubles digestifs, léthargie, hypothermie, hypoglycémie, troubles cardiaques et/ou nerveux, insuffisance rénale... sont les plus courants. Le décès peut même survenir si la quantité ingérée est importante.

 

Pour ces raisons, mieux vaut contacter immédiatement un vétérinaire (le sien de préférence) si jamais on soupçonne son chat d'avoir mangé du narcisse : c'est le meilleur moyen de mettre en place un traitement adapté avant que des symptômes graves ne soient présents. Si la prise en charge est rapide, l'animal récupère généralement en quelques jours sans séquelles particulières : autant donc ne pas perdre de temps pour réagir le cas échéant.

Le pavot

Des fleurs de pavot jaunes et rouges dans un champ

Connu pour être la plante à partir de laquelle on extrait l'opium, le pavot est une petite herbe très courate dans tout l'hémisphère nord. Il se reconnaît notamment à ses fleurs délicates aux larges pétales colorés, à son odeur caractéristique, et à ses longues tiges duveteuses d'où s'écoule une sève d'un blanc laiteux. L'espèce de pavot la plus connue est le coquelicot, mais on en compte en fait environ cinquante espèces différentes.

 

Quelle que soit l'espèce, le pavot est toxique pour le chat s'il est ingéré. Il contient en effet de la rhoeadine, une substance qui cause des symptômes très variés tels qu'une diarrhée, des nausées, des vomissements, une grande fatigue, des crampes abdominales, une agitation, une défaillance cardiaque et/ou respiratoire, voire un coma et la mort dans les cas les plus sévères. L'intégralité du pavot est dangereux, mais ce sont les feuilles et les tiges qui sont les plus toxiques.

 

Pour limiter le risque de complication voire de décès, le mieux est de contacter un vétérinaire sans attendre si on s'aperçoit que son chat a mangé du pavot. Cela permet de mettre en place une surveillance des fonctions cardiaques et respiratoires, et d'administrer divers traitements pour lutter contre les symptômes le cas échéant.

 

La primevère

Des primevères de toutes les couleurs dans un jardin

Petite plante dont le nom vient des mots latins « prima » et « vera » qui signifient respectivement « premier » et « printemps », la primevère fleurit très tôt dans l'année, et peut arborer toutes sortes de couleurs : rouge, jaune, rose, violet, blanc... Son nom scientifique est Primula, et il en existe plus de 400 espèces différentes dans le monde.

 

Bien qu'elle soit considérée comme une fleur toxique pour le chat, la primevère n'est en fait pas très dangereuse - en tout cas beaucoup moins que les autres. Le principal risque lorsqu'elle est ingérée est l'apparition de problèmes digestifs, en particulier des diarrhées et/ou des vomissements. Elle peut aussi causer une irritation et une rougeur si jamais elle entre en contact avec la peau. Dans les deux cas, cela reste heureusement sans grande conséquence.

 

Si jamais on surprend son chat en train de manger de la primevère, il n'est pas utile de s'inquiéter outre mesure, car l'intoxication reste normalement très mesurée. Cela ne doit toutefois pas dispenser de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison en cas de doute, ou si l'état de l'animal semble se dégrader.

Les autres fleurs toxiques pour le chat

Des pieds d'alouette en fleurs

En plus des espèces précédemment citées, voici d'autres fleurs toxiques pour le chat :

  • le cerisier d'amour (Solanum) ;
  • le cerisier de Jérusalem (Solanum pseudocapsicum) ;
  • la fleur de sang (Haemanthus) ;
  • l'oreille d'éléphant (Haemanthus) ;
  • la pervenche de Madagascar (Catharanthus roseus) ;
  • le pied d'alouette (Delphinium) ;
  • le piment d'ornement (Capsicum annuum) ;
  • la queue de chat ou queue de renard (Acalypha hispida) ;
  • la rose du désert (Adenium).
Dernière modification : 07/02/2023.

Commentaires sur cet article

Article intéressant et il faut effectivement faire en sorte que nos petits félins n'approchent pas ces plantes
Perso j'ai trouvé une alternative, je mets du poivre dans la terre et ça marche :-)

   
Par Patricia

Cette liste est très utile. Dommage que je ne l'ai pas lu avant que mon chaton ne mange du lis. Je regrette que les étiquettes des fleurs et plantes ne mentionnent pas que leurs plantes peuvent tuer l'un des principaux animaux de compagnie des français.

+1    0
Par Kililou

Merçi de votre diffusion de la liste des plantes toxiques pour les chats. J'en connaissais une bonne partie, mais loin d'immaginer que l'hortensia (si beau) en faisait partie. En somme, il faut "eduquer" nos petits félins, à ne pas toucher les plantes. Je possède une véritable forêt vierge chez moi, plantes exotiques pour laplupart, très toxiques, et chaque fois que minou s'en est approché, il a reçu plusieurs jet d'un pulvérisateur d'eau, si bien que maintenant il ne les regarde même plus, je l'ai surpris à s'en approcher, doucement, avec un mouvement de méfiance, car il a associé approche de plante/pulvérisation, et c'est très bien. diffuser votre article à grande échelle

+1    0
Par Martine RAYMOND

Comme Martine, je trouve cela très utile... surtout, quand comme moi, on n'y connait rien en plantes. Pour les "incultes" dans mon genre, il existe sur Internet des listes avec photos. Malheureusement on ne sait jamais de quoi sont garnis les autres jardins visités par nos amours!

+1    0
Par valmong

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L'aloe vera
  3. Page 3 : L’anthurium
  4. Page 4 : L'arum
  5. Page 5 : Le cactus
  6. Page 6 : La citronnelle
  7. Page 7 : Le coquelicot
  8. Page 8 : Le dahlia
  9. Page 9 : Le dieffenbachia
  10. Page 10 : Le dipladénia
  11. Page 11 : Le dracaena
  12. Page 12 : L'euphorbe
  13. Page 13 : Le ficus
  14. Page 14 : La fraxinelle
  15. Page 15 : Le géranium
  16. Page 16 : La glycine
  17. Page 17 : Le gui
  18. Page 18 : L'hortensia
  19. Page 19 : Le houx
  20. Page 20 : L'iris
  21. Page 21 : La jacinthe
  22. Page 22 : Le jasmin
  23. Page 23 : La jonquille
  24. Page 24 : Le laurier-rose
  25. Page 25 : La lavande
  26. Page 26 : Le lierre
  27. Page 27 : Le lilas
  28. Page 28 : Le lys
  29. Page 29 : Le muguet
  30. Page 30 : L'oeillet
  31. Page 31 : L'oeillet d'Inde
  32. Page 32 : Le philodendron
  33. Page 33 : Le poinsettia
  34. Page 34 : Le pothos
  35. Page 35 : Le rhododendron
  36. Page 36 : Le ricin
  37. Page 37 : Le spathiphyllum
  38. Page 38 : La tulipe
  39. Page 39 : La verveine
  40. Page 40 : Le yucca
  41. Page 41 : Les autres fleurs toxiques
  42. Page 42 : Les autres plantes toxiques