Les autres plantes toxiques pour le chat

L'aglaonema

Un aglaonema vu du dessus

Originaire d'Asie, l'aglaonema est une plante tropicale très appréciée comme plante d'intérieur en raison de son beau feuillage luxuriant.On en compte une soixantaine d'espèces au total : la plupart d'entre elles sont vertes tachetées de jaunes ou de blanc, mais certaines ont des couleurs tirant plutôt sur le rouge.

 

Comme beaucoup d'autres plantes tropicales, l'aglaonema est toxique pour les animaux, notamment le chat. Il contient en effet de l'oxalate de calcium, une substance qui cause une irritation violente lorsqu'elle entre en contact avec une muqueuse. L'avantage est que la brûlure qu'elle entraîne dans la gueule repousse aussitôt le chat, qui s'en détourne avant d'avoir eu le temps d'en manger beaucoup. Malgré tout, si l'animal en avale, il risque de souffrir de divers troubles digestifs (diarrhée, vomissements...) voire de problèmes neurologiques dans les cas graves.

 

Un chat qui mange de l'aglaonema souffre très vite d'une irritation au niveau de la bouche : il faut donc commencer par le soulager en lui rinçant l'intérieur de la gueule avec de l'eau, pour éliminer les restes de plante. Puis, une fois que cela est fait, le mieux est de contacter un vétérinaire et de lui décrire la situation, pour savoir quoi faire.

L'aloès

Vue proche des feuilles d'un aloès

Originaire d'Afrique et du Moyen-Orient, l'aloès est une plante grasse pouvant atteindre des dimensions impressionnantes. Il est doté de feuilles charnues, dans lesquelles il stocke de l'eau afin de constituer des réserves : cela lui permet de survivre dans les climats les plus arides. On en recense plus de 700 espèces différentes à ce jour, la plus célèbre étant bien sûr l'aloe vera.

 

Quelle que soit l'espèce, l'aloès est toutefois toxique pour le chat, car sa sève contient deux types de substances ayant des effets délétères sur l'organisme. Si elle est ingérée, divers symptômes sont susceptibles d'apparaître : des troubles digestifs bien sûr, mais aussi des problèmes rénaux (volume d'urine augmenté...), des troubles neurologiques (tremblements, convulsions...) et même potentiellement des difficultés respiratoires dans les cas les plus graves.

 

Si jamais on surprend son animal en train de manger de l'aloès, le mieux est de contacter un vétérinaire sans attendre, ou si ce n'est pas possible, d'appeler à défaut un centre antipoison pour animaux. Ces derniers se chargent de fournir des conseils pour une prise en charge adaptée à chaque cas de figure. Si l'intoxication s'avère sévère, une hospitalisation dans une clinique vétérinaire peut être recommandée.

L'asparagus

Des petits asparagus en pot dans un appartement

L'asparagus est une plante herbacée qui pousse dans les milieux ombragés, notamment de l'hémisphère nord. Il se reconnaît à ses feuilles en forme d'épines, qui le fait ressembler à une sorte de conifère miniature. Il en existe de nombreuses espèces et variétés différentes à travers le monde : les plus connues sont probablement :

  • Asparagus setaceus, dont le feuillage vaporeux est très apprécié en intérieur ;
  • Asparagus officinalis, dont les pousses sont comestibles et sont appelées asperges.

 

L'asparagus fait partie des plantes toxiques pour les chats, car il contient diverses substances potentiellement dangereuses pour la santé. En cas de contact cutané, une réaction locale (gonflement, cloques...) est possible. En cas d'ingestion (notamment de feuilles ou de baies), des symptômes digestifs tels que des diarrhées et vomissements ont toutes les chances d'apparaître. En revanche, les asperges ne sont elles pas problématiques et peuvent être consommées sans risques.

 

Si jamais on surprend son chat en train de manger de l'asparagus, il n'est pas utile de paniquer : il s'agit certes d'une plante toxique, mais dont la toxicité n'est pas très élevée. Le plus important est de veiller à ce que l'animal ne se déshydrate pas à cause des diarrhées ou vomissements : si ces derniers ne semblent pas vouloir cesser d'eux-mêmes, le mieux est de se tourner vers un vétérinaire pour mettre en place un traitement adéquat.

Le caladium

Des feuilles de caladium vertes et rouges

Le caladium est une plante tropicale originaire d'Amérique latine (notamment du Brésil), qui apprécie les milieux plutôt ombragés et humides. Il en existe 12 espèces et plus de 1000 variétés différentes à ce jour. Il appartient à la même famille que l'arum, le spathiphyllum et le philodendron. Ses feuilles sont larges, en forme de coeur ou de fer de lance, et arborent généralement plusieurs couleurs : vert et blanc, vert et rouge...

 

Le caladium est, comme les autres plantes de la même famille, toxique pour les animaux et notamment les chats. Sa sève contient en effet de l'oxalate de calcium, qui provoque une violente irritation lorsqu'elle entre en contact avec les muqueuses de la bouche ou la paroi digestive. En général, le chat se contente seulement d'en mastiquer, car la brûlure que les toxines occasionnent le dissuader d'avaler des feuilles ou des tiges. Si malgré tout cela devait se produire, il en résulterait divers problèmes digestifs (diarrhée, vomissements...) voire des troubles neurologiques dans les cas graves.

 

Si jamais on surprend son chat en train d'en mâchouiller ou d'en manger, il faut commencer par rincer sa gueule avec de l'eau, pour soulager la sensation de brûlure et éliminer un maximum de substances toxiques. Puis, une fois que cela est fait, le mieux est de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison, pour avoir leur avis sur la bonne marche à suivre.

Le croton

Des crotons avec des feuilles multicolores vus de dessus

Aisément reconnaissable à son feuillage original dont la couleur va du vert au rouge en passant par le jaune, le croton (Codiaeum variegatum) est très apprécié comme plante d'intérieur. Pourtant, à l'origine, il s'agit d'un arbuste originaire des régions tropicales d'Amérique latine. Il appartient en fait à la même famille que l'euphorbe, et comme cette dernière, il est toxique pour les animaux de compagnie - notamment les chats.

 

En effet, en cas d'ingestion, la sève du croton occasionne divers problèmes de santé, en particulier une diarrhée, des vomissements, une hypothermie, des tremblements, ou encore une accélération du rythme cardiaque. Heureusement, comme les feuilles sont très rigides et coriaces, elles sont désagréables à mâcher : il y a peu de chances qu'un chat s'amuse à les grignoter, même s'il est très curieux de les goûter.

 

Si malgré tout il s'intoxique en mangeant du croton, le mieux est de contacter un vétérinaire sans attendre - le sien de préférence, car le fait qu'il connaisse déjà l'animal facilite la prise en charge. En fonction de la quantité avalée et de la gravité des symptômes présents, il peut être nécessaire de lui administrer divers traitements, voire de le faire hospitaliser quelques heures à quelques jours pour surveiller qu'il récupère correctement.

Le cycas

Le cycas

Ressemblant beaucoup à un petit palmier, le cycas possède effectivement de très longues feuilles dentelées, mais il appartient en fait à une autre famille de plantes. On le trouve essentiellement dans les régions chaudes voire tropicales, en particulier en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Il est présent aussi en Europe, essentiellement dans le bassin méditerranéen, où les températures sont suffisamment élevées pour lui permettre de survivre - notamment en hiver.

 

Contrairement au palmier, le cycas est lui très toxique pour les animaux de compagnie, en particulier le chien et le chat. Il contient en effet une substance appelée cycasine, qui lorsqu'elle est ingérée détériore grandement le foie. La dose toxique n'est pas connue avec précision, mais l'ingestion de quelques graines de cycas peut suffire à tuer un chat : même si l'animal survit, il peut conserver des séquelles à vie.

 

Par conséquent, si jamais on surprend son chat en train de manger du cycas, ou si on le soupçonne d'en avoir avalé, le mieux est de contacter immédiatement un vétérinaire - le sien de préférence s'il est disponible, puisqu'il connaît déjà l'animal. Ce dernier peut ainsi mettre en place un traitement adapté pour limiter la gravité de l'intoxication. Dans l'ensemble, le pronostic est bon si la prise en charge a lieu avant l'apparition des premiers symptômes : mieux vaut ne pas tarder.

L'if

Des branches d'if avec des fruits

L'if (Taxus) est un conifère de petite taille qui possède plusieurs particularités, notamment le fait de ne pas avoir de résine et de produire des petits fruits rouges semblables à des baies. On en compte aujourd'hui environ dix espèces différentes, la plus répandue étant l'if commun ou if à baies (Taxus baccata).

 

On l'utilise couramment dans les parcs et les jardins, notamment pour constituer des haies. Il s'agit pourtant d'une plante très toxique pour les animaux, notamment les chats. À l'exception de la chair rouge des fruits, tout l'arbuste contient des substances dangereuses, qui en cas d'ingestion sont susceptibles d'entraîner une défaillance cardiaque puis le décès en quelques jours. Les graines et les aiguilles sont les parties de l'if les plus toxiques.

 

De manière générale, un chat a peu de chances d'avoir envie de grignoter les aiguilles de ce conifère, ce qui serait de toute façon désagréable pour lui. S'il le fait malgré tout, il faut impérativement contacter un vétérinaire sans attendre, pour faire hospitaliser le pauvre animal : c'est le seul moyen d'espérer le sauver. Malgré tout, le pronostic reste globalement réservé voire sombre dans le cas d'une intoxication à l'if, même avec une prise en charge rapide...

Le laurier

Des feuilles de laurier sauce

Connu pour conserver ses feuilles toute l'année (on parle de feuillage persistant), le laurier est un arbuste apprécié pour constituer des haies dans les parcs et les jardins.

 

L'espèce la plus connue est le laurier noble, ou laurier-sauce (Laurus nobilis) : il est considéré comme comestible pour l'être humain, qui s'en sert d'ailleurs comme épice dans diverses préparations culinaires. Il est en revanche toxique pour le chat si jamais ce dernier en ingère. Les symptômes qui surviennent alors sont surtout d'ordre digestif : diarrhée, vomissements... Ils apparaissent le plus souvent dans l'heure qui suit.

 

D'autres arbustes sont eux aussi appelés « laurier », même s'ils n'en sont pas vraiment. C'est le cas du laurier-cerise, qui contient une substance proche du cyanure et peut causer notamment une démarche chancelante et des difficultés respiratoires en cas d'ingestion. C'est le cas aussi du laurier-rose, qui est lui extrêmement toxique pour les chats - bien plus que les vrais lauriers : une intoxication se traduit alors par toutes sortes de problèmes digestifs, neurologiques et/ou cardiovasculaires, et le décès survient généralement en quelques heures à quelques jours.

 

Comme la toxicité du laurier est très variable en fonction de l'espèce dont il s'agit, le mieux si on surprend son chat en train d'en manger est de contacter immédiatement un vétérinaire pour le faire hospitaliser. C'est encore plus vrai si l'on ne connaît pas le type de laurier dont il s'agit : autant une intoxication au laurier-sauce se traite bien, autant une ingestion de laurier-rose est généralement très grave voire fatale, a fortiori en l'absence de prise en charge.

L'oxalis

Un jardin rempli d'oxalis verts

Souvent confondu avec le trèfle, l'oxalis est une petite plante herbacée dont les feuilles ont une forme de coeur. Très courante dans les champs et les jardins, il est également vendu comme plante d'intérieur, en raison notamment de ses jolies feuilles dont la couleur peut tirer sur le violet. Il en existe plus de 300 espèces à travers le monde.

 

L'oxalis fait toutefois partie des plantes toxiques pour le chat, en raison notamment de sa teneur en acide oxalique et en sels d'oxalate. Lorsqu'elles sont ingérées, ces substances entraînent non seulement une violente irritation au niveau de la bouche, mais aussi potentiellement des symptômes plus dangereux tels que des problèmes musculaires, une défaillance rénale et/ou un état de grande fatigue. Ces derniers cas se produisent toutefois à condition que la quantité d'oxalis ingérée soit importante, ce qui dans la pratique a peu de chances de se produire.

 

Si jamais un chat mange de l'oxalis et s'intoxique avec, le mieux à faire est de commencer par rincer sa gueule avec de l'eau, pour éliminer un maximum de substances toxiques et soulager son irritation. Une fois que cela est fait, il convient d'appeler un vétérinaire et de lui décrire la situation. C'est ce dernier qui estime la gravité de l'intoxication, et juge si une consultation voire une hospitalisation est préférable.

Le schefflera

Vue proche d'un schefflera

Appelé couramment arbre à ombrelles, le schefflera est un arbre tropical originaire d'Amérique latine et d'Asie, très apprécié en intérieur comme dans les jardins. Il atteint facilement 2 ou 3 mètres de hauteur lorsqu'on le laisse pousser en appartement, et peut même atteindre plusieurs dizaines de mètres de haut lorsqu'il est planté dans de bonnes conditions. Son feuillage dense le fait d'ailleurs paraître encore plus imposant.

 

Comme beaucoup de plantes tropicales, le schefflera est toxique pour les chats s'il est ingéré. C'est surtout sa sève qui est problématique : elle possède un pouvoir irritant qui provoque des troubles digestifs divers, notamment des vomissements et/ou des diarrhées. D'autres symptômes peuvent survenir si la quantité avalée est importante, mais cela reste heureusement rare.

 

Si jamais on se rend compte que son chat a mangé du schefflera, il est inutile de paniquer, car une telle intoxication est rarement grave. Le mieux est de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison pour animaux, pour obtenir des conseils utiles sur la meilleure façon de réagir. Une hospitalisation dans une clinique n'est en général pas nécessaire, mais si les symptômes digestifs ne semblent pas cesser d'eux-mêmes, le vétérinaire peut prescrire des médicaments.

Le thuya

Des branches de thuya

Le thuya (Thuja) est un conifère d'hémisphère nord, que l'on rencontre fréquemment en Europe et en Amérique du Nord. Il ressemble beaucoup au cyprès, avec qui il est d'ailleurs souvent confondu. Il est également parfois confondu avec le cèdre, car il est couramment baptisé « cèdre » au Canada. Son nom vient du grec ancien : il signifie « bois parfumé », en raison de son bois qui dégage une odeur typique et très apprécié.

 

Le thuya est couramment utilisé pour confectionner des haies dans les parcs et les jardins, et c'est bien dommage car il est en fait toxique pour les chats et autres animaux. Ses aiguilles, branches et graines contiennent en effet de la thuyone, une substance susceptible de causer de graves problèmes digestifs et respiratoires - voire le décès - si elle est ingérée. Elles ne perdent d'ailleurs pas de leur toxicité en séchant : le chat peut ainsi s'empoisonner en grignotant du thuya mort ou séché.

 

Pour cette raison, il ne faut pas perdre de temps pour réagir si jamais on surprend son animal en train d'en manger. L'idéal pour l'aider est de contacter un vétérinaire et de lui décrire la situation. Ce dernier jugera du traitement à mettre en place en fonction de la quantité de thuya ingérée et de la gravité des symptômes déjà présents.

 

Dernière modification : 02/12/2023.

Commentaires sur cet article

Article intéressant et il faut effectivement faire en sorte que nos petits félins n'approchent pas ces plantes
Perso j'ai trouvé une alternative, je mets du poivre dans la terre et ça marche :-)

   
Par Patricia

Cette liste est très utile. Dommage que je ne l'ai pas lu avant que mon chaton ne mange du lis. Je regrette que les étiquettes des fleurs et plantes ne mentionnent pas que leurs plantes peuvent tuer l'un des principaux animaux de compagnie des français.

+1    0
Par Kililou

Merçi de votre diffusion de la liste des plantes toxiques pour les chats. J'en connaissais une bonne partie, mais loin d'immaginer que l'hortensia (si beau) en faisait partie. En somme, il faut "eduquer" nos petits félins, à ne pas toucher les plantes. Je possède une véritable forêt vierge chez moi, plantes exotiques pour laplupart, très toxiques, et chaque fois que minou s'en est approché, il a reçu plusieurs jet d'un pulvérisateur d'eau, si bien que maintenant il ne les regarde même plus, je l'ai surpris à s'en approcher, doucement, avec un mouvement de méfiance, car il a associé approche de plante/pulvérisation, et c'est très bien. diffuser votre article à grande échelle

+1    0
Par Martine RAYMOND

Comme Martine, je trouve cela très utile... surtout, quand comme moi, on n'y connait rien en plantes. Pour les "incultes" dans mon genre, il existe sur Internet des listes avec photos. Malheureusement on ne sait jamais de quoi sont garnis les autres jardins visités par nos amours!

+1    0
Par valmong

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L'aloe vera
  3. Page 3 : L’anthurium
  4. Page 4 : L'arum
  5. Page 5 : Le cactus
  6. Page 6 : La citronnelle
  7. Page 7 : Le coquelicot
  8. Page 8 : Le dahlia
  9. Page 9 : Le dieffenbachia
  10. Page 10 : Le dipladénia
  11. Page 11 : Le dracaena
  12. Page 12 : L'euphorbe
  13. Page 13 : Le ficus
  14. Page 14 : La fraxinelle
  15. Page 15 : Le géranium
  16. Page 16 : La glycine
  17. Page 17 : Le gui
  18. Page 18 : L'hortensia
  19. Page 19 : Le houx
  20. Page 20 : L'iris
  21. Page 21 : La jacinthe
  22. Page 22 : Le jasmin
  23. Page 23 : La jonquille
  24. Page 24 : Le laurier-rose
  25. Page 25 : La lavande
  26. Page 26 : Le lierre
  27. Page 27 : Le lilas
  28. Page 28 : Le lys
  29. Page 29 : Le muguet
  30. Page 30 : L'oeillet
  31. Page 31 : L'oeillet d'Inde
  32. Page 32 : Le philodendron
  33. Page 33 : Le poinsettia
  34. Page 34 : Le pothos
  35. Page 35 : Le rhododendron
  36. Page 36 : Le ricin
  37. Page 37 : Le spathiphyllum
  38. Page 38 : La tulipe
  39. Page 39 : La verveine
  40. Page 40 : Le yucca
  41. Page 41 : Les autres fleurs toxiques
  42. Page 42 : Les autres plantes toxiques