La cryptorchidie chez le chat : symptômes, risques, traitement...

Un chat à poil long confortablement couché

Chez beaucoup d'animaux, dont le chat, l'appareil reproducteur peut être touché par divers problèmes de santé : c'est ce que l'on appelle les maladies génitales.


La plupart d'entre elles sont des infections et/ou des tumeurs, et apparaissent donc en cours de vie. Il existe toutefois aussi des pathologies génitales qui sont présentes dès la naissance ou apparaissent peu après. C'est le cas notamment de la cryptorchidie, plutôt fréquente mais sans gravité dès lors qu'elle est prise en charge tôt - et qui se soigne d'ailleurs très bien.


À quoi reconnaît-on qu'un chat est atteint de cryptorchidie ? Quels sont les risques pour sa santé ? Comment peut-on y remédier, et à quel coût ?

Qu'est-ce que la cryptorchidie ?

Un chat mâle en train de se lécher les testicules

La cryptorchidie est un terme médical indiquant l'absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum chez un mâle. On parle aussi parfois de « trouble de la migration du testicule », ou plus simplement de « testicule non descendu ». Il vient des mots grec « kryptos » et « orkhis », signifiant respectivement « caché » et « testicule ».

 

Cette maladie apparaît peu après la naissance et est susceptible de toucher tous les animaux dotés de testicules externes - dont l'Homme, le chien ou encore le chat. Il s'agit d'une anomalie assez répandue, puisqu'elle toucherait entre 1 et 10% des chats mâles, d'après une étude intitulée « Incidence of cryptorchidism in dogs and cats » et publiée en 2003 dans la revue Veterinary Record. La prévalence chez la gent féline est donc similaire à ce qu'on constate chez l'humain, chez qui environ 5% des garçons nouveaux-nés sont concernés.

Les deux types de cryptorchidie chez le chat

Un chat noir et blanc en train de faire sa toilette

Chez le chat comme chez les autres espèces, la cryptorchidie ne touche pas forcément les deux testicules : il est possible qu'un seul le soit.

 

On distingue donc :

  • l'anorchidie (ou cryptorchidie bilatérale), quand les deux testicules sont concernés ;
  • la monorchidie (ou cryptorchidie unilatérale), quand un seul l'est.

 

Le second type représente la très large majorité des cas : environ 80%, aussi bien chez le chat que chez le chien ou même l'humain. Il semble par ailleurs que le testicule droit soit davantage concerné que le gauche, pour des raisons morphologiques.

 

Pour autant, même si un seul testicule est touché et l'autre est tout à fait normal, la cryptorchidie reste problématique et nécessite la mise en place d'un traitement - notamment chirurgical.

Le mécanisme de la cryptorchidie chez le chat

Deux jeunes chatons devant une fenêtre

Pour comprendre comment survient une cryptorchidie, il faut se pencher sur la façon dont les testicules migrent jusqu'à leur emplacement définitif.

 

Chez un embryon mâle, les testicules se forment d'abord dans l'abdomen, à proximité des reins. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'ils migrent jusqu'au scrotum, juste en-dessous du pénis. Cette migration s'étale sur quelques semaines, et ils sont censés être en place dans les 30 à 40 jours après la naissance.

 

Les choses ne se passent toutefois pas toujours comme prévu. En effet, un testicule - ou même les deux - peut rester bloqué en cours de route, et ne pas atteindre le scrotum : c'est ce que l'on appelle une cryptorchidie. Il se situe alors quelque part dans l'abdomen ou dans le canal inguinal (l'orifice qui le relie au scrotum).

La cause de la cryptorchidie chez le chat

Un groupe de jeunes chats Persans assis dans un panier

La cryptorchidie a beau être un problème relativement courant, sa cause exacte n'est pas connue à ce jour. Elle diffère d'ailleurs vraisemblablement d'une espèce à l'autre.

 

Chez le chat, les spécialistes soupçonnent fortement une origine génétique et héréditaire, même si celle-ci n'a pas encore été prouvée. Il est probable que plusieurs gènes différents soient impliqués.

 

D'ailleurs, certaines races semblent prédisposées à la cryptorchidie, comme chez le chien. C'est le cas notamment du Persan : divers travaux ont montré une sur-représentation de cette race parmi les sujets atteints. On peut citer par exemple l'étude intitulée « Cryptorchidism and monorchism in cats: 25 cases (1980-1989) », publiée en 1992 dans le Journal of the American Veterinary Medical Association.

Les conséquences de la cryptochirdie pour le chat

Un chat roux couché sur le dos sous une couverture

La cryptorchidie peut sembler un problème anodin, a fortiori lorsqu'elle ne touche qu'un seul testicule. Pourtant, elle a dans la pratique des conséquences très concrètes.

 

La principale d'entre elles est qu'elle diminue la fertilité du chat touché. En effet, les testicules ne peuvent produire des spermatozoïdes qu'à condition de se situer à une température suffisamment basse : or, s'ils restent coincés dans l'abdomen, ils se trouvent dans une zone trop chaude pour eux. La production de spermatozoïdes est alors fortement diminuée - voire bloquée, et le cas échéant l'animal est stérile. Cela concerne naturellement davantage les cas d'anorchidie que les cas de monorchidie.

 

Un aspect encore plus problématique est qu'elle entraîne un risque de tumeur au niveau du ou des testicule(s) touché(s). En effet, sa position anormale le rend davantage sujet à un phénomène cancéreux. Il est toutefois à noter que ce risque est moins élevé chez le chat que chez le chien : le plus souvent, un testicule atteint se transforme simplement en tissu fibreux inactif et sans conséquence.

Le diagnostic de la cryptorchidie chez le chat

Un vétérinaire fait passer une échographie à un chat gris

En théorie, les testicules d'un chat doivent se trouver dans le scrotum au bout d'environ 30 à 40 jours après la naissance. Il existe toutefois une certaine variabilité d'un individu à l'autre, notamment en fonction de la race : chez certaines, il peut arriver que la descente soit plus tardive - parfois plusieurs mois après que l'animal a vu le jour.

 

Du reste, même quand ils sont à la bonne place, les testicules sont au début de petite taille, et ne sont pas évidents à détecter même par palpation des bourses. Il n'est donc pas toujours simple de réaliser un diagnostic précis lors des premiers mois.

 

Pour ces raisons, le vétérinaire attend généralement l'âge de 6 mois pour établir un diagnostic officiel et définitif. Il peut bien sûr soupçonner une cryptorchidie avant cet âge, mais il n'a alors aucun moyen d'en être totalement certain.

 

Dès lors que la cryptorchidie est avérée, il pratique généralement une échographie de l'abdomen, dans le but de localiser le ou les testicule(s) non descendu(s). Cela permet de préparer l'intervention chirurgicale à venir, en déterminant précisément à quel endroit pratiquer l'incision.

Le traitement de la cryptorchidie chez le chat

Un vétérinaire en train d'opérer un chat mâle

Dans l'ensemble, il est conseillé de faire opérer tout chat atteint de cryptorchidie afin de retirer le ou les testicule(s) non descendu(s). Cette opération est appelée coelioscopie ou laparoscopie. Elle suppose de réaliser une petite incision dans l'abdomen et d'y insérer une minuscule caméra qui permet de visualiser les organes internes.

 

En effet, il n'est pas possible de corriger la position d'un testicule mal placé et de le mettre dans le scrotum : les seules options possibles sont soit de le laisser en place (ce qui n'est pas conseillé, à cause du risque de tumeur), soit de le retirer.

 

Dans le cas d'une monorchidie, c'est-à-dire si un seul testicule est concerné, le vétérinaire recommande généralement de retirer aussi le second. Certes, cela revient à stériliser le chat, mais comme cette maladie est vraisemblablement héréditaire, il est de toute façon préférable qu'il ne se reproduise pas - même s'il est en capacité de le faire.

 

L'opération est non seulement très fiable, mais aussi très rapide : dans la plupart des cas, elle ne dure que 20 à 30 minutes. Le coût se situe quant à lui généralement entre 150 et 250 euros. Il dépend essentiellement de la localisation du ou des testicule(s) à retirer : sous la peau, l'opération est plus simple et donc moins coûteuse que plus en profondeur. Il faut toutefois relativiser ce montant : le prix de la castration d'un chat mâle est de l'ordre de 50 à 100 euros, et il s'agit d'une opération recommandée si l'on ne souhaite pas le faire reproduire. Le traitement de la cryptorchidie ne représente pas une dépense beaucoup plus élevée.

 

Au demeurant, si on a pris soin d'assurer la santé de son compagnon (par exemple en passant par un comparateur d'assurance animaux), tout ou partie du montant est susceptible d'être pris en charge. Il peut d'ailleurs être judicieux de vérifier ce qu'il en est au moment de souscrire une assurance, du moins dans le cas d'un jeune chaton.

La prévention de la cryptorchidie chez le chat

Une jeune femme porte son chat sur son épaule

Même si cela n'a pas encore été prouvé, la cryptorchidie a vraisemblablement une origine génétique et héréditaire. C'est pourquoi on considère que le meilleur moyen de la prévenir est de ne pas faire se reproduire un chat qui en est atteint : cela évite que potentiellement il transmette cette anomalie à sa descendance.

 

Dans le cas d'un chat atteint d'anorchidie (c'est-à-dire n'ayant aucun testicule normal), la question a de toute façon peu de chances de se poser, car il est alors probable qu'il soit de toute façon stérile - ou en tout cas très peu fertile.

 

Un chat atteint de monorchidie possède quant à lui encore un testicule fonctionnel, si bien qu'il est possible qu'il soit capable de se reproduire. Il y a toutefois de fortes chances qu'il soit moins fertile que la moyenne. Quoi qu'il en soit, mieux vaut par précaution l'écarter de la reproduction.

Conclusion

La cryptorchidie est une maladie génitale relativement fréquente chez le chat, comme d'ailleurs chez le chien ou même chez l'être humain. Elle peut ne toucher qu'un seul testicule, ou bien les deux à la fois. Quoi qu'il en soit, un animal atteint est moins fertile que ses congénères, voire même carrément stérile - en particulier dans le second cas. Ce ne serait pas forcément une anomalie grave si en plus de cela elle n'augmentait pas le risque de tumeur testiculaire.

 

Lorsqu'un chat est atteint de cryptorchidie, le vétérinaire recommande généralement de retirer ses deux testicules à l'aide d'une petite opération. Cela permet d'éviter non seulement qu'il développe un jour une telle tumeur, mais aussi qu'il transmette la maladie à sa descendance - dans le cas où celle-ci aurait effectivement une cause génétique, ce qui est fortement soupçonné par la communauté scientifique.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 29/04/2023.

Toutes les maladies génitales