Les vers du chat

Les vers du chat

Presque tous les chatons naissent avec des vers déjà présents dans leur système digestif, transmis par leur mère. Par la suite, tout au long de leur vie, les chats adultes sont susceptibles d’être porteurs de vers ayant des conséquences plus ou moins graves sur leur santé, mais aussi potentiellement sur celle des humains qui les côtoient.


Il existe différents types de vers infestant les chats, avec donc à la clef différents types de traitement pour les éradiquer. Mais encore faut-il être capable de les détecter et d’agir rapidement, afin que votre animal et le reste de la famille ne subissent pas de fâcheuses conséquences.

Partager :  

Les différentes sortes de vers du chat

Les parasites internes du chat comprennent principalement des vers plats ou longs (ténia) et des vers ronds (ascaris et ankylostomes).

Les vers plats ou longs

Cette catégorie de vers plats, communément appelés ténias ou « vers solitaires », est très fréquente chez les chats. Ils peuvent mesurer jusqu’à 80 cm de long, et coloniser complément les intestins de l’animal. Les chats infestés ont souvent l’anus irrité, et tentent de se soulager en se frottant l’arrière-train contre le sol. L’animal élimine également dans ses selles des anneaux de ténia remplis d’œufs. Il est donc possible que vous remarquiez ces anneaux, qui ressemblent à des grains de riz, dans la litière de votre chat ou dans son pelage.

 

Les puces sont souvent porteuses d’œufs de ténia. En se toilettant ou en se léchant pour chasser les puces qui le démangent, le chat se contamine en les avalant. Ces ténias provoquent des troubles intestinaux comme des diarrhées, des vomissements ou des démangeaisons.

Les vers ronds

Il s’agit principalement d’ascaris. Ces vers peuvent mesurer jusqu’à 20cm de long et ressemblent à des spaghettis. Ils sont très fréquents chez les chatons, qui sont contaminés directement par leur mère, que ce soit dans le ventre ou lors de la tétée.

 

Les vers ascaris vivent dans l’intestin grêle de l’animal et se nourrissent à son détriment. Ils sont souvent responsables de diarrhées, de vomissements, de constipation, d'amaigrissement, de ballonnement abdominal, de retards de croissance, et même parfois d'obstruction intestinale, voire de perforation. Le système immunitaire du chaton étant encore trop faible pour se défendre, une infestation d’ascaris peut aller jusqu’à entraîner la mort du chat.

 

Les vers ronds comprennent aussi les ankylostomes, qui sont des vers de couleur blanche rougeâtre, car ils se nourrissent du sang de l’animal. Les ankylostomes peuvent entrainer des lésions de l’intestin. Les chats touchés par ces vers sont principalement ceux vivant en collectivité, par exemple dans un refuge félin. Si la présence d’ankylostomes est trop importante dans l’intestin de l’animal, il pourra être victime d'anémie et tomber gravement malade.

Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Santé de votre chat : agissez avant qu'il ne soit trop tard

Ne laissez pas la santé de votre compagnon entre les mains du hasard : assurez-le !

Service de comparaison des offres d'assurances et mutuelles.
Gratuit & sans engagement !

Les risques pour l’être humain

La plupart de ces parasites du chat sont ce qu’on appelle zoonotiques, c’est-à-dire transmissibles de l’animal à l’être humain, et vice-versa. Si les vers peuvent avoir de graves conséquences sur la santé du chat lorsqu’ils ne sont pas traités, il en est de même lorsqu’ils sont présents dans le corps humain.

 

Les ténias peuvent s’attraper en ingérant des œufs présents dans les selles du chat, par exemple après avoir changé sa litière (ils peuvent être restés sous les ongles), après qu'un chat ait fait ses besoins à proximité. Une forme de ténia appelée échinococcose peut provoquer des kystes sur le foie, les poumons ou encore le cerveau, pouvant mener dans les cas les plus extrêmes (et rares) à la mort.

 

Quant aux ascaris, ils sont surtout dangereux pour les enfants. En effet, il est courant que les bacs à sable, les espaces verts et les aires de jeu des jardins publics soient contaminés par des œufs d’ascaris. En outre, ils sont aussi présents sur le pelage du chat, si bien qu’il est possible d’ingérer des œufs de vers simplement en le caressant et en portant ensuite ses mains à la bouche. Une fois dans l’organisme, les larves d’ascaris peuvent migrer et aller se loger dans les muscles, les yeux ou même le cerveau de la personne. On recense chaque année en France plusieurs cas graves. Les populations les plus sensibles sont les personnes âgées, les jeunes enfants, les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes.

Comment savoir si mon chat a des vers, et s’en débarrasser ?

Les chats attrapent des vers en mangeant des petites proies (souris, oiseaux, lézards, grenouilles…), ou encore du poisson ou de la viande crue. Les œufs d’ascaris étant aussi présents dans les puces, le chat peut en ingérer en faisant sa toilette.

 

On pourrait alors penser que seuls les chats d’extérieur sont sujets aux vers, mais ce n’est pas le cas. En effet, les chats d’appartement sont eux aussi susceptibles d’avoir des vers : quand bien même leurs œufs se trouvent originellement à l’extérieur, ils peuvent être ramenés à la maison sous des chaussures ou sur des vêtements.

 

Par ailleurs, votre chat peut tout à fait avoir des vers sans que vous ne vous en aperceviez et qu’il ne présente de symptômes spécifiques. De manière générale, votre animal a de très grandes chances d’être porteur de parasites internes et externes au cours de sa vie : il est donc important de traiter votre petit félin contre ces envahisseurs.  C’est le rôle du vermifuge pour chat.

 

Vermifuger son chat améliore son système immunitaire, tout en évitant la transmission de maladies plus ou moins graves, ainsi que les problèmes digestifs et dermatologiques. Il est primordial de traiter votre animal dès les premiers mois et tout au long de sa vie. Parlez-en à votre vétérinaire, qui pourra vous conseiller à quelle fréquence votre chat a besoin d’être vermifugé et avec quel type de vermifuge, sachant que cela dépend notamment de son mode de vie.

 

En parallèle, il convient aussi de protéger son chat contre les puces et tiques. En effet, ces dernières sont porteuses d’œufs de vers, mais aussi de nombreuses autres maladies et infections pouvant représenter un danger pour la santé du chat.

Le mot de la fin

Les œufs de vers sont présents dans notre environnement quotidien, et il est difficile d’y échapper. Cependant, le respect de certaines règles d’hygiène simples permet de réduire grandement les risques d’infestation.

 

En particulier, il faut bien se laver les mains après avoir manipulé la litière du chat, déparasiter régulièrement son animal, et porter une attention particulière aux enfants : n’ayant pas encore parfaitement acquis les règles d’hygiène, ils sont plus facilement susceptibles d’ingérer des œufs de vers. Enfin, n’hésitez à vous vermifuger ainsi que le reste de votre famille en demandant conseil à votre médecin : ceci permet d’éliminer tout risque de maladie qui pourrait s’aggraver par manque de précaution.

Reproduction interdite sans autorisation.

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Discussions sur ce sujet