La DAPP ou pulicose chez le chat

Ces 4 initiales signifient littéralement Dermatite Allergisante aux Piqûres de Puces
On l'appelle aussi plus scientifiquement "Pulicose".
si elle touche plus souvent le chien, elle existe aussi chez le chat.

Partager :  

Les puces sont à l'origine de la maladie

Même si les puces sont présentes toute l'année, les beaux jours sont plus favorables à leur multiplication. Certains chats sont particulièrement sensibles aux piqûres de puces, et peuvent présenter une DAPP.

 

Les puces piquent le chat pour se nourrir de leur sang, et à l'occasion de cette piqûre, un peu de leur salive est "injectée" à votre animal. La DAPP n'est autre qu'une allergie provoquée par la salive de puces. Il n'y a pas une puce mais "des puces" : on en connaît des dizaines de variétés! Ces parasites sont peu spécifiques, ce qui veut dire qu'ils peuvent se promener allègrement d'une espèce à l'autre. Ainsi, Ctenocephalides felis, comme son nom l'indique, la puce du chat, est l'espèce la plus souvent rencontrée.

 

On connaît bien la litanie de symptômes infligés à nos compagnons par ces indésirables. Mais on ignore encore trop souvent qu'elles peuvent transmettre ou provoquer des maladies très variées. Gratouilles, démangeaisons... en elles-mêmes, ne sont pas bien graves. Malheureusement, certains chats deviennent allergiques à la salive de puce. Cette dernière, en piquant, introduit dans l'organisme des substances appelées allergènes.

 

Prenons un exemple : La même chose se passe pour nous, avec par exemple, les pollens ou la poussière de maison. Bien entendu nous ne sommes pas tous allergiques à ces substances : vous avez sans doute connu un ami qui dans votre jardin, éternue sans cesse alors même que vous ne ressentez rien.

 

Le même processus est observé chez le chat :

  • Certains vont développer une réaction de défense appelée hypersensibilité alors que d'autres supportent, plus ou moins allègrement, un fardeau parasitaire impressionnant.
  • Chez les chats sensibilisés, quelques piqûres seulement suffisent à provoquer la D.A.P.P.
  • Chez de très jeunes chatons, une infestation massive par les puces peut exercer une action dite spoliatrice : des milliers de parasites peuvent en effet, se nourrir de sang en quantité suffisante, provoquant une véritable anémie.
Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Santé de votre chat : agissez avant qu'il ne soit trop tard

Ne laissez pas la santé de votre compagnon entre les mains du hasard : assurez-le !

Service de comparaison des offres d'assurances et mutuelles.
Gratuit & sans engagement !

Les puces et les vers ou inversement

La puce, cependant, et on l'oublie trop souvent, est l'élément essentiel de la transmission de ce que les maîtres décrivent comme un "grain de riz" lors de leur consultation chez le vétérinaire. Ce "grain de riz" n'est rien d'autre que l'anneau d'un ver intestinal appelé Dipylidium caninum. C'est une sorte de ténia qui peut mesurer plus d'un mètre et qui vit dans l'intestin du chat. Il libère petit à petit ses "grains de riz" dans les selles et aux marges de l'anus. Lutter contre les puces , c'est donc efficacement lutter contre ce ténia.

 

En effet, la puce joue un rôle déterminant dans le cycle de cet indésirable : sa larve ingère un oeuf du parasite, et, une fois devenue adulte, elle l'héberge puis le transmet au chat.
Il est donc essentiel, lors de la prise en charge d'une DAPP, de vermifuger préalablement l'animal concerné contre les ténias, tout en mettant en parallèle un programme d'action contre les puces , y compris dans son environnement.

Les symptômes de la DAPP

Bien que, de manière générale, les félins supportent mieux ces infestations, il n'en reste que certains chats de race sont sujets à cette affection. Chez le félin domestique, la DAPP présente en général l'aspect d'une dermatite miliaire. La peau prend un aspect "sableux", on observe des papules et des croûtes principalement sur le dos et autour du cou.

 

Le chat se lèche beaucoup et l'on peut remarquer des pertes de poils au niveau de la face interne des cuisses, l'abdomen ou la queue. On observe également l'apparition de pustules et de nombreuses croûtes surtout dans la région lombaire, parfois sur toute la ligne du dos.

Le diagnostic de la DAPP

C'est une allergie qui se développe à partir de 1 an. En plus des renseignements et de l'examen clinique (présence dans le pelage de crottes de puce, des "virgules noires"), le diagnostic de certitude par le vétérinaire est fait par intradermoréaction avec un extrait de salive (comme chez les humains allergiques). 

Les traitements de la DAPP

Pour soulager le chat en crise de prurit, le vétérinaire a recours a des molécules anti-allergiques, souvent des corticoïdes, par voie orale ou en piqûre ou encore par des solutions appliquées sur les lésions. Ces produits sont souvent forts et doivent être réservés au début de l'allergie. Car à forte dose ou trop souvent donnés, ils sont responsables d'effets secondaires graves (évolution purulente, appétit et boisson accrus, maladie hormonale sévère...).

 

Le vétérinaire met aussi en place un programme "stop-puces", en expliquant au propriétaire de l'animal comment traiter l'infestation, y compris dans l'environnement. Chez le chien il semble que les produits à base de perméthrine soient efficaces (interdits bien sûr chez le chat). Cependant, l'ensemble de ces actes reste ce que l'on appelle un traitement symptomatique : il s'attaque en effet aux symptômes mais pas à la cause, en l'occurrence l'hypersensibilité de terrain de l'animal concerné. En naturopathie, il est de mise de démarrer systématiquement une prise en charge par le questionnement minutieux de l'anamnèse du chat afin de déterminer comment modifier son terrain hyperallergique.

 

On appelle ceci une désensibilisation, mais elle est pratiquée par la voie de l'isothérapie, sous forme de granules, de doses-globules ou encore de dilutions homéopathiques, selon les cas et surtout l'ancienneté de la maladie. L'immunité est ensuite stimulée, ainsi que la réaction anti-histaminique naturelle. Le but du traitement est que le chat arrive à vivre comme n'importe quel autre de ses congénères avec quelques puces, sans que celles-ci déclenchent une DAPP.

 

A ces fins, la phytothérapie, les cures de détoxification et de re-nutrition (compléments alimentaires sous forme de plantes riches en nutriments essentiels), interviennent systématiquement dans le traitement. L'organothérapie peut être envisagée ponctuellement, mais c'est dans 95% des cas l'hétéro-isothérapie qui est efficace avec succès chez le chat. Une prise en charge correcte en naturopathie se fait sur deux mois : une phase de mise en route, suivie d'une phase de stabilisation, dans laquelle les cures à suivre au cours de l'année sont proposées.

 

Il est essentiel, pour obtenir la guérison d'une DAPP. que le propriétaire respecte convenablement les durées et modalités de la prescription car, comme toute affection allergique, une rechute est inévitable si le traitement n'est pas correctement suivi.

Reproduction interdite sans autorisation.

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Auteur

Phyto-aromatologue spécialisée Canins & Félins

Voir le site

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet