La phytothérapie pour les chats : soigner son chat avec les plantes

Des produits issus de la phytothérapie animale

La phytothérapie, c'est-à-dire la thérapie par les plantes, a le vent en poupe, comme beaucoup de techniques naturelles. Il faut dire la médecine classique (dite aussi allopathique) a, en dépit de ses vertus indéniables, des limites et des effets néfastes pour l'organisme, qui conduisent de plus en plus de personnes à s'en méfier.


Toutefois, comme toutes les autres techniques thérapeutiques, la phytothérapie n'est pas sans risques et ne doit donc pas être utilisée à la légère.


Quels sont les bienfaits de la phytothérapie pour les chats ? Comment utiliser les plantes pour soigner et soulager les maux de nos petits félins ?

Qu'est-ce que la phytothérapie ?

Des plantes et fleurs posées sur un livre de phytothérapie

La phytothérapie (nom qui vient des mots grecs « phytos » et « therapeuo », signifiant respectivement « plante » et « soigner ») est une pratique thérapeutique utilisant des végétaux ou certains principes actifs qui en sont extraits pour prévenir ou traiter certains problèmes de santé. Elle s'appuie donc la botanique (ou phytologie), c'est-à-dire la connaissance et l'étude des plantes.

 

À l'inverse de ceux d'autres médecines naturelles comme la naturopathie, les bienfaits de la phytothérapie ne font pas vraiment débat au sein de la communauté scientifique : cette technique est donc considérée comme une véritable science et est même reconnue comme médecine conventionnelle par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 

Même si elle reste pratiquée essentiellement sur les humains, elle commence à être aussi de plus en plus utilisée pour les animaux domestiques, notamment le chat et le chien.

L'histoire de la phytothérapie

Des plantes séchées et des flacons d'huiles posés sur une table

L'intérêt de l'Homme pour les plantes en général et la phytothérapie en particulier semble aussi vieille que le monde, puisque de nombreux écrits très anciens témoignent de remèdes fabriqués à partir de végétaux. Ces « médicaments » n'étaient pas utilisés uniquement pour les humains, mais aussi pour leurs animaux domestiques (chats, chiens, bétail, etc.).

 

Au fur et à mesure des siècles, les connaissances des Hommes sur les plantes et leurs vertus pour la santé se sont accrues, ce qui a permis de concocter de plus en plus de traitements et de soigner un nombre toujours croissant de problèmes de santé.

 

Cela étant, la fin du 19ème siècle fut la période de la mise au point des premiers médicaments de synthèse tels que les sulfamides et les antibiotiques, dont l'efficacité et la rapidité d'action sont sans commune mesure avec les produits obtenus à partir de végétaux. À la suite de l'apparition de ces types de traitements, bon nombre de scientifiques estimèrent ne plus avoir besoin de remèdes traditionnels pour soigner, ce qui sonna (temporairement) le glas de la phytothérapie dans bon nombre de pays.

 

Une laborantine prépare un remède à base de plantes

Ce que les spécialistes n'avaient toutefois pas anticipé, c'est qu'une utilisation massive de médicaments de synthèse n'est pas sans conséquence pour la santé. En effet, elle entraîne divers désagréments voire de véritables problèmes : risque accru d'allergies, effets secondaires parfois graves, accoutumance à certaines molécules... Ainsi, malgré leurs bienfaits indéniables, les traitements de synthèse commencèrent à susciter une certaine défiance dans l'opinion publique.

 

C'est ce qui explique qu'à partir des années 70, l'être humain s'intéressa de nouveau à la phytothérapie, cherchant non pas à la substituer à l'allopathie (c'est-à-dire la médecine classique), mais à associer les deux afin de profiter à la fois des vertus des plantes médicinales et des bienfaits des produits de synthèse.

 

De nos jours, la phytothérapie est massivement pratiquée dans un grand nombre de territoires : c'est le cas par exemple en Asie, en Afrique, au Canada, ou encore dans certains pays d'Europe comme la Suède ou la Finlande. Dans d'autres États comme la France, la Belgique et la Suisse, elle ne fait pas vraiment partie du quotidien, même si elle est de plus en plus utilisée - tant pour les humains que pour les animaux.

Phytothérapie et allopathie, différentes mais complémentaires

Phytothérapie et médecine classique sont deux pratiques thérapeutiques complémentaires, car elles n'agissent pas exactement de la même façon et ne sont pas forcément employées dans les mêmes cas de figure. Pourtant, nombreux sont ceux qui aujourd'hui encore continuent de les opposer, comme si elles étaient obligatoirement incompatibles.

Les points communs entre phytothérapie et allopathie

Des plantes séchées et des flacons d'huiles posés sur une table

La phytothérapie et l'allopathie peuvent toutes deux être utilisées pour :

 

  • soigner certains problèmes de santé. C'est particulièrement vrai pour les maladies parasitaires et/ou problèmes de peau, car beaucoup d'entre eux répondent bien aux traitements naturels et se soignent donc facilement de cette façon ;

 

  • soulager des douleurs, du stress ou d'autres symptômes.

Les différences entre phytothérapie et allopathie

Des plantes utilisées pour préparer des produits phytothérapeutiques

Même si elles ont des points communs, phytothérapie et allopathie ne fonctionnent pas exactement de la même façon.

 

Les principales différences entre ces deux techniques sont :

 

  • la phytothérapie n'est pas vraiment utilisable en cas d'urgence, car son action est globalement assez lente ;

 

  • elle a une action plus douce, et donc mieux tolérée par le corps : les effets secondaires et les allergies sont moins fréquents ;

 

  • ses bienfaits sur l'organisme sont plus globaux, alors que ceux de l'allopathie sont locaux, car cette dernière agist sur certains problèmes précis ;

 

  • une utilisation préventive (afin par exemple de renforcer le système immunitaire, et donc de réduire le risque de maladies) est possible avec la phytothérapie, mais pas avec la médecine classique.

Les deux approches de la phytothérapie

Des tubes à essai contenant des plantes et des fleurs

La phytothérapie cherche à tirer profit des plantes afin de soigner certaines maladies, soulager certains symptômes ou encore prévenir les problèmes de santé. Son champ d'action est donc de fait plus large que celui de la médecine allopathique, car cette dernière n'a qu'un rôle curatif ou palliatif.

 

Elle se décline en deux approches différentes :

 

  • l'approche dite traditionnelle : les plantes sont employées dans leur intégralité, et leurs effets visent à impacter sur l'ensemble de l'organisme (pas uniquement sur un symptôme précis) ;

 

  • l'approche dite moderne (aussi appelée rationnelle ou médicale) : les principes actifs que les plantes contiennent sont séparés pour être utilisés indépendamment les uns des autres, et servent à soigner ou soulager différents problèmes bien particuliers.

 

L'approche à privilégier dépend de l'usage que l'on souhaite faire et de l'objectif à atteindre.

Comment fonctionne la phytothérapie pour les chats ?

Un chat roux allongé à coté d'un bouquet de fleurs blanches

Selon les types de plantes, les extraits qui en sont font et la façon dont ils sont utilisés sur l'organisme, la phytothérapie peut prendre des formes finalement assez variées. Il n'est donc pas vraiment surprenant que cette médecine se décline en plusieurs techniques différentes.

 

On peut citer par exemple :

 

  • les huiles essentielles utilisées à des fins thérapeutiques. Elles sont toutefois moins courantes pour le chat que pour le chien ou l'Homme, car l'organisme des félins métabolise mal certaines substances qu'elles contiennent. Ainsi, dans l'ensemble, les huiles essentielles sont dangereuses pour les chats ;

 

  • les fleurs de Bach, qui sont des macérations de plantes dans de l'alcool afin d'en faire des élixirs floraux ;

 

 

 

  • l'homéopathie, lorsque les granules sont produits à partir de végétaux.

 

Selon les cas, une ou plusieurs de ces techniques peuvent être utilisées : tout dépend de l'animal en question et de l'objectif visé.

Dans quels cas utiliser la phytothérapie pour son chat ?

Dans l'ensemble, tous les chats sont susceptibles de tirer profit des bienfaits de la phytothérapie, quels que soient leur âge, leur taille, leur race, leur mode de vie, etc.

 

Il existe toutefois des situations lors desquelles le soutien des plantes est davantage utile qu'à d'autres moments.

Pour soigner certains problèmes de santé

Un chat malade allongé sur un lit

Si la naturopathie n'a pas de vertu curative directe, la phytothérapie est quant à elle tout à fait capable de soigner certains maladies : elle peut donc parfaitement être utilisée en complément ou à la place de la médecine classique, en tout cas pour certains problèmes de santé.

 

C'est particulièrement vrai pour les maladies parasitaires, notamment celles causées par des acariens comme la teigne ou la trombiculose (infection du chat par des aoûtats), car il existe des plantes possédant des vertus acaricides. Il en va de même pour certains parasites internes, notamment des vers.

 

Il existe également d'autres cas dans lesquels les plantes peuvent remplacer au moins en partie les médicaments classiques, comme par exemple :

  • le stress, l'anxiété et les troubles du sommeil, qui sont traitables avec la valériane ;
  • les infections urinaires, grâce à la canneberge et ses propriétés diurétiques et antiseptiques ;
  • les problèmes digestifs, en utilisant le pissenlit ou le radis noir ;
  • certaines maladies de peau, grâce à la bardane ou la sauge.

Pour booster un chat affaibli physiquement

Un chat gris et blanc fatigué allongé sur un canapé

Certaines plantes possèdent une action permettant de stimuler les défenses immunitaires d'un chat momentanément ou durablement affaibli, afin de réduire les risques qu'il tombe malade ou que son état s'aggrave.

 

De telles plantes sont donc utilisables notamment si :

  • il souffre d'une maladie affectant le système immunitaire, comme la leucose féline ou le sida du chat ;
  • il est en convalescence après une opération chirurgicale ou une maladie lourde ;
  • il est très stressé voire en dépression ;
  • il est âgé et possède donc des défenses naturelles affaiblies.

 

La phytothérapie est donc un excellent soutien des animaux fragiles ou vulnérables : sans parvenir nécessairement à les soigner, elle les aide en tout cas à rester en forme - ou du moins à éviter que leur état ne s'aggrave trop vite ou trop fortement.

Pour prévenir certains problèmes de santé

Un chat en bonne santé court dans le jardin

Même si ce n'est pas forcément à eux qu'elle s'adresse de prime abord, la phytothérapie est aussi utile dans une certaine mesure pour les chats en bonne santé.

 

En effet, certaines plantes ont des vertus intéressantes pour prévenir certains problèmes. C'est le cas notamment du curcuma et du pissenlit, dont les propriétés anti-cancéreuses sont reconnues, et qui permettent donc de réduire le risque de tumeur.

 

L'acérola, le cassis et les autres fruits ou végétaux riches en antioxydants sont quant à eux très utiles pour stimuler le système immunitaire dans des périodes où ce dernier est naturellement plus sollicité (par exemple en hiver).

Quelles plantes utiliser en phytothérapie féline ?

Un chat allongé au milieu de fleurs et plantes

Bien que les plantes possédant des propriétés intéressantes soient légion, certaines ne sont pas exploitables en phytothérapie :

  • soit parce que les principes actifs qu'elles contiennent sont présents en trop petites quantités ;
  • soit parce qu'elles renferment également des substances toxiques pour les chats (c'est le cas notamment du gui ou de l'hortensia).

 

Cela restreint donc nécessairement les choix possibles.

 

Parmi les plantes utilisables en phytothérapie sur un chat, on peut citer :

  • l'aloe vera, car elle possède des vertus apaisantes et cicatrisantes ;
  • le curcuma, dont l'action bénéfique sur le foie est reconnue ;
  • le pissenlit, en raison de ses bienfaits pour le foie, le pancréas et les reins.

 

Ce ne sont là que quelques exemples : il existe des dizaines voire centaines d'autres de plantes présentant un intérêt, comme la camomille, la bardane, l'acérola, le cassis, la valériane, le ginkgo ou encore la canneberge. Selon les cas, certaines combinaisons peuvent être plus intéressantes que des utilisations séparées : par exemple, les problèmes de peau des chats sont souvent soignés en utilisant à la fois la bardane et le cassis, car leurs vertus sont complémentaires.

Les principes actifs utilisables en phytothérapie féline

Une laborantine étudie des plantes dans des tubes à essais

Le fait que certains végétaux permettent de soigner ou prévenir des problèmes de santé (et sont donc utilisables en phytothérapie) vient du fait qu'ils contiennent des principes actifs. Ces derniers sont des substances particulières possédant des vertus thérapeutiques.

 

Les principes actifs pouvant être intéressants pour les chats sont :

  • les vitamines, minéraux, acides gras essentiels et autres nutriments ;
  • les coumarines ;
  • les mucilages ;
  • les saponosides ;
  • les flavonoïdes ;
  • les lactones sesquiterpéniques ;
  • les anthocyanes ;
  • les substances amères ;
  • les tanins.

 

Les plantes ne contiennent évidemment pas toutes les mêmes principes actifs dans les mêmes proportions : c'est la raison pour laquelle leurs propriétés diffèrent.

 

De plus, même lorsqu'elles en contiennent, les principes actifs ne sont pas forcément répartis équitablement dans leurs différentes parties : feuilles, fleurs, tiges, racines, graines, fruits... Par exemple, la bardane intéresse uniquement pour ses racines, alors que chez l'aloe vera, ce sont essentiellement les feuilles qui sont utilisées.

Les modes d'administration de la phytothérapie

Des plantes séchées utilisées en phytothérapie

Il existe trois modes d'administration des produits phyto-thérapeutiques pour chats : les gélules, les infusions ainsi que les macérats et teintures-mères. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, mais dans la pratique le moyen à privilégier et la posologie correspondante sont fonction de l'individu à traiter et du mal dont il souffre ; il est donc primordial de bien suivre les recommandations d'un spécialiste.

 

Quoi qu'il en soit, les huiles essentielles ne sont pour leur part que très peu utilisées en phytothérapie pour les chats, car elles peuvent s'avérer dangereux pour eux. Les diffuseurs d'essences et huiles essentielles ne font donc pas partie des modes d'administration classiques.

Les gélules

Un vétérinaire donne une gélule à un chat

Les gélules utilisées en phytothérapie sont des petites capsules fabriquées en fibre végétale comestible, qui contiennent une poudre fabriquée par broyage d'une ou de plusieurs plantes (ou de certains de leurs extraits).

 

Cette poudre est généralement obtenue par cryobroyage, c'est-à-dire broyage à froid : on broie sous azote liquide et à une température de -196°C les parties actives des plantes jusqu'à obtenir une poudre très fine et homogène. L'intérêt du procédé est d'éviter de recourir à la chaleur, car celle-ci détériore les vitamines, enzymes et autres substances intéressantes contenues dans les plantes.

 

Chez les chiens et les humains, les gélules peuvent facilement être avalées en entier : elles se décomposent dans l'appareil digestif à l'occasion de la digestion et libèrent alors les principes actifs qu'elles contiennent. En revanche, chez les chats, le risque de fausse route est bien plus important : mieux vaut donc ne pas donner les gélules telles quelles, mais plutôt les ouvrir et saupoudrer leur contenu dans la nourriture ou l'eau de l'animal. D'ailleurs, certains fabricants de produits phytothérapeutiques destinés aux chats proposent des poudres mises en flacon plutôt qu'en gélules.

Les infusions et tisanes

Des tasses contenant des tisanes et infusions

Les infusions sont courantes en grande surface, mais sont bien moins efficaces que les gélules et la poudre.

 

En effet, toutes les parties des végétaux ne sont pas forcément exploitables pour préparer une infusion efficace en phytothérapie. Le plus souvent, ce sont uniquement les feuilles, les racines et éventuellement les fleurs qui sont utilisables : le choix est donc nécessairement restreint par rapport à d'autres modes d'administration qui peuvent employer aussi d'autres morceaux de végétaux (fruits, tige, pépins, sève...).

 

De plus, l'eau bouillante altère grandement la qualité de la substance obtenue et de ses propriétés.

 

Si un produit présenté sous forme d'infusion peut sembler attrayant, il n'est donc pas nécessairement ce qui se fait de plus efficace : tout dépend de la façon dont il a été préparé et du problème que l'on souhaite traiter. L'administration est toutefois globalement plus simple qu'avec une gélule.

Les macérats et teintures-mères

Un homme donne un médicament à son chat avec une pipette

Les macérats et teintures-mères sont des solutions liquides obtenues après avoir fait macérer des plantes dans un solvant (le plus souvent un alcool), afin d'en extraire les principes actifs. Ils s'administrent par voie orale à l'aide d'une pipette.

 

Dans la mesure où la fabrication de la teinture-mère ou d'un macérat est coûteuse (d'où un prix pouvant parfois atteindre plusieurs dizaines d'euros pour un flacon de 100 mL), ce mode d'administration n'est généralement conseillé que dans le cas où les autres modes ne sont pas utilisables ou efficaces.

Risques et conseils pour utiliser la phytothérapie pour un chat

La phytothérapie présente des avantages certains, mais n'est pas pour autant exempte d'inconvénients et peut même s'avérer dangereuse si elle est mal employée. Du reste, elle a également des limites, comme d'ailleurs n'importe quelle pratique thérapeutique.

Demander conseil à un vétérinaire

Une femme vétérinaire tient un chat dans ses mains

Comme tous les médicaments ou presque, les produits issus de la phytothérapie peuvent être dangereux s'ils sont mal utilisés. Les risques sont divers et multiples : inefficacité, surdosage, interaction avec d'autres traitements...

 

Le meilleur moyen d'éviter les mauvaises surprises est donc de ne pas jouer à l'apprenti sorcier avec son chat et de ne jamais faire d'automédication, même avec des produits naturels. Tout traitement phytothérapeutique ne doit se faire qu'après avoir demandé conseil à un vétérinaire, afin d'être sûr de choisir les bonnes substances et de les administrer correctement.

 

Cela étant, tous ne sont pas forcément des spécialistes de ces questions : mieux vaut donc privilégier un vétérinaire ayant également suivi une formation en phytothérapie animale.

Faire attention aux arnaques et contrefaçons

Un pharmacien conseille une femme sur les médicaments à acheter

Avec la multiplication des produits disponibles (y compris en ligne), il est parfois difficile pour une personne non avertie de s'y retrouver et de parvenir à faire le bon choix.

 

En effet, certains traitements mis en vente (notamment sur internet) sont en réalité des contrefaçons ou des produits non autorisés, qui n'ont pas forcément été testés et n'ont parfois même pas été mis au point par de vrais vétérinaires. Dans le meilleur des cas, ces substances sont inefficaces ; dans le pire, elles peuvent provoquer à plus ou moins long terme une intoxication, et sont donc dangereuses.

 

Pour être sûr de faire le bon choix, il est préférable de se tourner vers des points de distribution officiels et agréés, ou, dans le cas de la vente en ligne, de se renseigner sur la provenance des produits et les ingrédients qu'ils contiennent. Au moindre doute, il convient de demander conseil à un vétérinaire ou un centre antipoison.

Faire attention aux produits toxiques

Un chat tricolore empoisonné

Si la phytothérapie peut avoir des effets positifs non négligeables sur la santé d'un chat, encore faut-il que les produits utilisés ne soient pas toxiques pour lui.

 

En effet, il existe un grand nombre de plantes dangereuses pour les chats, comme le gui, le muguet ou l'euphorbe. Des gélules, poudres ou dilutions obtenus à partir de ces plantes ont donc toutes les chances de causer plus de tort que de bien.

 

En outre, même des plantes théoriquement non toxiques peuvent causer un empoisonnement, par exemple si elles ont été cultivées à l'aide de certains produits chimiques dangereux (pesticides, engrais, désherbants...) et que leurs feuilles, fruits, racines ou autres comportent des résidus de poison.

 

Dans un cas comme dans l'autre, les dégâts sont d'autant plus pernicieux que l'empoisonnement n'est pas toujours visible immédiatement : les toxines peuvent par exemple s'accumuler dans le foie ou dans les reins pendant des semaines voire des mois, et empoisonner le pauvre animal à petit feu.

Utiliser uniquement des produits destinés aux chats

Une femme dans une pharmacie ne sait pas quel médicament choisir

La phytothérapie a beau être une méthode thérapeutique naturelle, elle ne peut être utilisée n'importe comment, en faisant fi des dosages et des modes d'administration propres à chaque espèce - et même parfois à chaque animal.

 

Ainsi, au-delà des différences évidentes de gabarit qui peuvent exister entre les deux espèces, il faut savoir que les muqueuses des chats sont plus fines que celles des chiens, ce qui signifie que la même quantité de produit pénètre plus massivement dans leur organisme. Les doses sont donc nécessairement plus limitées.

 

De plus, certaines substances sont toxiques pour les chats sans forcément pour autant l'être également pour d'autres espèces. C'est le cas notamment de certaines huiles essentielles contenant beaucoup de phénols comme le citron ou la bergamote : contrairement à celui des chiens ou des humains, l'organisme des petits félins ne produit pas l'enzyme permettant d'éliminer ces composés, qui finissent par s'accumuler et détruire le foie.

 

Pour toutes ces raisons, sauf instruction contraire d'un vétérinaire, il ne faut utiliser sur son chat que des produits qui ont été expressément fabriqués à destination de la gent féline, et ne jamais lui donner des médicaments ou traitements qu'on utilise pour soi-même.

Ne pas remplacer la médecine classique par la phytothérapie

Des plantes séchées utilisées en phytothérapie

La phytothérapie a beau posséder des vertus et des bienfaits que la médecine classique n'a pas, l'inverse est vrai également.

 

Par exemple, les plantes ne peuvent pas traiter tous les problèmes de santé, en particulier les maladies lourdes : cancer, infection sévère... De plus, leurs effets apparaissent généralement assez lentement, ce qui les rend assez inopérantes en situation d'urgence.

 

Il serait donc irrationnel et dangereux de remplacer totalement la médecine classique par la phytothérapie. Mieux vaut plutôt utiliser éventuellement les plantes en complément voire à la place des médicaments habituels lorsque c'est possible, et se tourner vers l'allopathie dans les autres cas.

Le mot de la fin

La phytothérapie a le vent en poupe, non seulement pour les humains, mais aussi pour les animaux. Elle présente l'avantage d'être naturelle, peu onéreuse et beaucoup moins lourde que les médicaments classiques, tout en ayant une action réelle sur l'organisme.

 

Toutefois, naturel ne signifie pas sans risque : pour limiter le risque d'empoisonnement du chat du fait de l'administration d'un produit toxique ou mal dosé, mieux vaut se fixer comme règle de toujours demander conseil à un vétérinaire spécialiste de la question avant d'agir.

 

Sources :

Wikipedia

Faculté de Pharmacie de Nancy

PasseportSanté

Dernière modification : 07/17/2021.