La toxoplasmose

Page précédente :
La toxocarose

La toxoplasmose est causée par le parasite Toxoplasma gondii. Comme dans le cas de la toxocarose, le chat peut en être l’hôte définitif, ce qui signifie que le parasite peut prospérer dans son organisme. En revanche, il ne s’agit ici pas de vers, mais de parasites intracellulaires qui ne sont donc pas visibles à l’œil nu. Le plus souvent, le chat devient infesté en mangeant une proie elle-même porteuse du parasite ou en buvant de l’eau contaminée, voire en ingérant des selles d’un autre animal infesté. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie.

La transmission de la toxoplasmose à l'Homme

La transmission de la toxoplasmose à l’Homme se fait par voie oro-fécale. Pour être contaminé, il faut donc ingérer des précurseurs de parasite, qui se trouvent dans les excréments du chat malade. Cependant, les parasites ne peuvent pas se transmettre par des fèces fraîches. En effet, ne sont présents dans les excréments récents que des oocystes (sortes d’œufs), qui ne sont pas encore pathogènes. Ils ne deviennent pathogènes qu’après au minimum 24 heures.

 

Par conséquent, en cas d'infestation de votre animal, il est recommandé de nettoyer la litière du chat avec des gants tous les jours, de manière à limiter les risques de transmission, même s’ils sont relativement faibles.

 

Le parasite peut uniquement se reproduire de manière sexuée chez le chat (d’où la présence d’oocystes dans ses selles), mais pas chez l’Homme, chez qui seule une reproduction asexuée est possible, si bien qu’aucun œuf n’est créé. De ce fait, une transmission entre humains est impossible. Toutefois, chez l’Homme comme chez le chat, à défaut de traitement, les parasites peuvent rester viables pendant des années, parfois même jusqu’à la mort de l’hôte. Ils restent alors en dormance dans des kystes, sans causer de symptômes.

Les symptômes de la toxoplasmose chez le chat

Dans à peu près 60% des cas, le chat infesté par la toxoplasmose ne montre aucun symptôme, car son système immunitaire crée des anticorps pour combattre le parasite. En quelque sorte, il accueille alors le parasite, mais rejette ses œufs dans ses excréments pendant environ 3 semaines. Au cours de cette période, son organisme n’a pas encore développé une immunité suffisante. Puis la réponse immunitaire du chat se renforce, si bien que le parasite devient dormant et cesse de pondre, ce qui fait disparaître les œufs des excréments. Pour autant, il est toujours présent, et susceptible de se réactiver si le système immunitaire faiblit. En attendant, tant que le système immunitaire du chat est efficace, il reste en dormance au sein de kystes dans lesquels il est repoussé par les défenses immunitaires. Cette situation peut durer des années, ces parasites du chat étant très tenaces.

 

Dans les cas où des symptômes se manifestent, ce ne sont en général qu’une légère fièvre du chat et de la fatigue.

 

En revanche, si le chat présente une faiblesse immunitaire (qui peut être causée par un trouble congénital, ou bien une maladie comme le FIV ou la leucose féline), il se peut que la maladie crée des kystes dans ses muscles et son cerveau, ce qui peut engendrer des complications telles qu’une pneumonie ou une pancréatite, ainsi que des troubles neurologiques, oculaires et cardiaques. En outre, chez la chatte en gestation, la contamination par la toxoplasmose peut entraîner des problèmes chez les chatons (séquelles du système nerveux, troubles locomoteurs ou de la vision…), voire des fausses couches.

 

Dans tous les cas, une fois le chat débarrassé des parasites à l'aide d'un traitement antibiotique approprié, il est immunisé contre toute contamination postérieure grâce aux anticorps créés lors de la première infestation.

Les symptômes de la toxoplasmose chez l’Homme

Le plus souvent, une personne contaminée par la toxoplasmose ne présente aucun symptôme, car le parasite est dormant. En effet, les larves, attaquées par le système immunitaire, migrent depuis le système digestif et causent des kystes dans les poumons, le cerveau, les cellules musculaires ou les yeux, dans lesquels elles restent en dormance jusqu’à une éventuelle réactivation de la maladie.

 

Ces kystes peuvent persister durant des années sans causer le moindre symptôme. Cependant, dans des cas isolés où la maladie est réactivée par un affaiblissement du système immunitaire, elle peut entraîner un syndrome mononucléosique (apparition de cellules n’ayant qu’un seul noyau dans le sang, ce qui peut déclencher de la fièvre, des angines, des éruptions cutanées et de la fatigue) ou des adénopathies généralisées (grossissement des ganglions lymphatiques).

 

En revanche, si la personne touchée a un système immunitaire très affaibli, par exemple à cause d’une longue période de fatigue ou de stress, d’une ablation de la rate (qui rend l’organisme plus sensible aux infections bactériennes) ou encore d’une maladie qui affaiblit les défenses immunitaires (comme une grosse grippe, le diabète, une maladie rénale ou encore le SIDA), l’infection peut être beaucoup plus sévère. Les femmes enceintes sont les plus à risque, car le parasite peut causer des déficiences congénitales chez le bébé, voire une fausse couche.

Page précédente :
La toxocarose
Dernière modification : 09/12/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Discussions sur ce sujet