La pancréatite chez le chat : symptômes, diagnostic, traitement...

La pancréatite chez le chat : symptômes, diagnostic, traitement...

La pancréatite féline est, comme son nom l’indique, une pathologie qui affecte le pancréas du chat et son fonctionnement. La bonne marche de cet organe étant vital pour l’organisme, il convient de savoir reconnaître les signes de cette maladie et d’agir sans tarder, d’autant qu’elle évolue très vite.


À quoi est due la pancréatite chez le chat ? Comment reconnaître cette maladie ? Est-ce grave ? Quels sont les traitements préconisés par les vétérinaires ?

Partager
 

Qu’est-ce qu’une pancréatite ?

Qu’est-ce qu’une pancréatite ?

Chez le chat tout comme chez l’Homme, le pancréas est un organe vital qui se trouve sur le côté droit de l'abdomen, coincé entre l’estomac, le foie, le gros intestin et la vésicule biliaire.

 

Il a deux fonctions :

  • la fonction endocrine, la plus connue des deux, qui consiste à sécréter l’insuline, une hormone régulant le taux de glucose dans le sang ;
  • la fonction exocrine, qui consiste à produire des enzymes impliquées dans le processus de digestion.

 

Les deux fonctions du pancréas étant indépendantes, une des deux peut être altérée sans que cela n’ait forcément d’impact sur l’autre. Mais elles peuvent bien sûr aussi dysfonctionner conjointement.

 

L'exemple de dysfonctionnement de la partie endocrine le plus courant est le diabète sucré du chat : il intervient lorsque le pancréas ne produit plus de quantités d’insuline suffisantes pour réguler la glycémie dans le sang.

 

Les troubles impliquant la partie exocrine du pancréas sont également fréquents. Le pancréas peut par exemple ne pas produire suffisamment d'enzymes digestives : c’est ce que l’on appelle l’insuffisance pancréatique exocrine du chat.

 

 

La pancréatite est un autre type de mauvais fonctionnement des enzymes digestives. Dans un organisme en bonne santé, ces enzymes sont produites à l'état inactif et voyagent par le canal pancréatique jusqu'au duodénum, une partie de l'intestin grêle. Une fois qu'elles atteignent cet organe, elles sont activées pour que la digestion des aliments se poursuive. Mais dans le cas d’une pancréatite, elles sont activées prématurément dans le pancréas au lieu de l'être plus tard, ce qui cause une inflammation de cet organe – c’est un peu comme si le pancréas s’auto-digérait…

 

Deux types de pancréatites peuvent affecter le chat : la forme aiguë, qui survient brutalement et se manifeste à travers des symptômes violents, et la forme chronique, qui évolue lentement dans le temps et dont les symptômes sont plus diffus. C’est cette dernière qui est la plus fréquente. Dans un cas comme dans l’autre, il ne s’agit pas d’une maladie contagieuse : la pancréatite ne se transmet pas aux autres chats, ni aux Hommes ou aux autres animaux.

 

Selon le Cornell Feline Health Center de l’Université de Cornell (Etat de New York, Etats-Unis), la pancréatite toucherait moins de 2% des chats, a priori sans distinction de sexe, de race et d’âge. Cependant, certaines études comme celle menée par des chercheurs de l’Université de Californie à Davis (Etats-Unis), dont les résultats ont été exposés au sein d’un article intitulé « Prevalence and Histopathologic Characteristics of Pancreatitis in Cats » paru en 2007 dans Veterinary Pathology, ont confirmé une corrélation significative entre l'âge avancé du chat et la forme chronique de la maladie.

 

Les causes de la pancréatite chez le chat

Les causes de la pancréatite chez le chat

Les causes précises de la pancréatite chez le chat restent encore mal connues, au point que dans environ 90% des cas, on dit qu’elle est idiopathique, c’est-à-dire de cause indéterminée.

 

Certaines causes sont toutefois plus probables que d’autres, qu’il s’agisse de la pancréatite aiguë ou de la forme chronique. Les scientifiques soupçonnent par exemple certaines infections comme la calicivirose, la toxoplasmose, la péritonite infectieuse féline ou l’herpèsvirose d’être des facteurs déclencheurs. Certains cancers ainsi que quelques médicaments comme des antibiotiques ou des traitements contre le cancer, justement, pourraient également être impliqués dans le processus d’apparition de la maladie. Néanmoins, cela reste pour l’instant au stade de l’hypothèse.

 

Il semble aussi que dans certains cas, des traumatismes physiques (comme un choc avec une voiture) peuvent déboucher sur un dysfonctionnement du pancréas.

 

Les chats souffrant de troubles métaboliques comme le diabète ou l’obésité, ainsi que ceux qui ont des problèmes de foie et/ou d’intestin, semblent également prédisposés à la pancréatite.

 

Comme le rappelle la synthèse établie par P. Jane Armstrong et David A. Williams, chercheurs respectivement à l’Université du Minnesota de Saint-Paul (Etats-Unis) et à l’Université de l’Illinois à Urbana (Etats-Unis), intitulée « Pancreatitis in Cats » et parue en 2012 dans la revue scientifique Topics in Companion Animal Medicine, plusieurs études ont aussi mis en évidence une prédisposition chez les sujets âgés de plus de 7 ans ainsi que chez les chats d’appartement et/ou pratiquant peu d’activité physique, peut-être justement en raison de leur tendance à prendre plus facilement du poids.

 

A l’instar par exemple du Siamois, certaines races de chats pourraient également y être plus enclines que d’autres. C’est notamment ce qu’a établi l’étude dont les résultats ont été rendus publics dans l’article de 2003 intitulé « Clinical differentiation of acute necrotizing from chronic nonsuppurative pancreatitis in cats: 63 cases (1996-2001) » Mais encore une fois, il est difficile de tirer des conclusions définitives, dans la mesure où les mécanismes qui conduisent à l’apparition de la pancréatite sont encore très mal compris.

Les symptômes de la pancréatite féline

Les symptômes de la pancréatite féline varient peu entre la forme aiguë et la forme chronique de la maladie : la principale différence réside plutôt dans leur intensité et dans la rapidité de leur apparition.

Les symptômes de la pancréatite aiguë

Les symptômes de la pancréatite aiguë

De nombreuses études ont été faites pour identifier les symptômes les plus courants de la pancréatite chez le chat. Dès 1993, Richard C. Hill et Thomas J. Van Winkle, deux chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, Etats-Unis) publient dans le Journal of Veterinary Internal Medicine une étude intitulée « Acute necrotizing pancreatitis and acute suppurative pancreatitis in the cat. A retrospective study of 40 cases (1976-1989) », dans laquelle ils définissent clairement les 3 symptômes rencontrés dans plus de 3/4 des cas : léthargie, perte d’appétit voire anorexie, déshydratation.

 

Par la suite, d’autres études scientifiques ont confirmé ce trio de tête.

 

D’autres symptômes sont également possibles, même s’ils sont moins fréquents : des vomissements, des diarrhées, des douleurs abdominales ou encore de la fièvre.

 

Dans le cas d’une pancréatite aiguë, les symptômes apparaissent très rapidement, en seulement quelques jours, et le chat perd très rapidement du poids.

 

Dans les formes les plus graves (dites nécrosantes), qui surviennent par exemple après un choc au niveau de l’abdomen, le pancréas peut être lésé. Dans ce cas, les enzymes digestives sécrétées par ce dernier se déversent sur les organes environnants (foie, rate, etc.) et les détruisent, ce qui aboutit la plupart du temps à la mort du chat.

 

Les symptômes de la maladie sous sa forme aiguë étant graves et soudains, le pronostic est sombre. Il est donc urgent de conduire son chat chez un vétérinaire sans tarder afin que celui-ci puisse poser un diagnostic et mettre en route un traitement. À terme, des crises de pancréatite aiguë peuvent aboutir à une forme chronique de la maladie, tout aussi pernicieuse même si elle passe plus facilement inaperçue.

Les symptômes de la pancréatite chronique

Les symptômes de la pancréatite chronique

La pancréatite chronique est une inflammation chronique du pancréas, qui aboutit à la fibrose irréversible d’une partie de l’organe, les tissus détruits par l’inflammation ne se régénérant pas. Elle peut faire suite à une pancréatite aiguë : elle est alors la conséquence des lésions sévères survenues pendant cette dernière.

 

La pancréatite chronique présente généralement des symptômes similaires à ceux de la forme aiguë, si ce n’est qu’ils sont moins violents, plus diffus et parfois seulement périodiques : par exemple, un chat peut simplement vomir de temps en temps, sans plus. Certains individus restent même asymptomatiques tout au long de leur vie, la maladie n’évoluant finalement jamais vers une forme grave.

Le diagnostic de la pancréatite féline

Le diagnostic de la pancréatite féline

Qu’elle soit aiguë ou chronique, la pancréatite est difficile à diagnostiquer, car les signes cliniques ne sont pas spécifiques à cette maladie : de nombreuses autres pathologies peuvent causer les mêmes symptômes, comme par exemple l’entérite infectieuse, la péritonite infectieuse féline ou le sida du chat (FIV). La forme chronique est la plus difficile à déceler, car les individus malades présentent les symptômes seulement de manière périodique.

 

Pour compliquer encore les choses, la pancréatite se développe souvent en même temps que d'autres maladies, comme l’a souligné notamment une étude de chercheurs de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie (Etats-Unis) dont les résultats sont parus en 2003 au sein du Journal of the American Veterinary Medical Association dans un article intitulé « Clinical differentiation of acute necrotizing from chronic nonsuppurative pancreatitis in cats: 63 cases (1996-2001) ». Les affections qu’on retrouve fréquemment en parallèle de la pancréatite sont la lipidose hépatique (aussi appelée maladie du foie gras), la cholangite (inflammation du foie et des voies biliaires) ainsi que des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). L'apparition simultanée de troubles touchant ces trois organes (le foie, le pancréas et les intestins) est d’ailleurs appelée maladie de la triade féline, ou triadite.

 

Du fait que les symptômes de la pancréatite ne sont pas propres à cette maladie, le vétérinaire a souvent recours à des examens poussés pour la diagnostiquer, et si possible en trouver la cause (par exemple une tumeur). Il peut par exemple effectuer une fPLI (feline Pancreatic Lipase Immunoreactivity), qui correspond à la mesure de la lipase sérique, une enzyme secrétée uniquement par le pancréas et impliquée dans la digestion des graisses. Dans les cas les plus compliqués, il peut aussi procéder à une biopsie du pancréas. Une prise de sang du chat réalisée en parallèle peut permettre de vérifier le bon fonctionnement de l’organisme en général.

Peut-on soigner une pancréatite chez le chat ?

Peut-on soigner une pancréatite chez le chat ?

Dans les deux types de pancréatite, les causes étant souvent impossibles à déterminer, le traitement est principalement d’ordre symptomatique, c’est-à-dire qu’il vise en premier lieu à atténuer les symptômes, voire les faire disparaître.

 

La guérison dépend grandement de la précocité du diagnostic et des soins mis en place.

 

Ces derniers, ainsi que le coût des visites chez le vétérinaire, sont normalement prises en charge par l’assurance santé du chat, sous réserve des éventuelles restrictions contractuelles : franchise, plafond de remboursements annuels, etc.

Le traitement de la pancréatite aiguë

Le traitement de la pancréatite aiguë

Le traitement de la pancréatite aiguë consiste à :

  • restaurer l’équilibre hydrique et minéral du chat par des perfusions, pour éviter la déshydratation ;
  • gérer son état de choc et ses douleurs abdominales avec des opioïdes ;
  • mettre au repos le pancréas par un jeûne via une alimentation intra-veineuse.

 

L’utilisation d’antibiotiques pour chat est également nécessaire lorsque qu’une infection par des bactéries ou germes est suspectée.

 

D’autres traitements peuvent aussi être prodigués, selon que la cause de la pancréatite a pu être déterminée ou non.

 

Le pronostic de l’animal est fonction des autres atteintes et de la sévérité de la maladie. Il est particulièrement sombre pour les pancréatites aiguës sévères auxquelles viennent s’ajouter une lipidose hépatique, puisque cette combinaison conduit à la mort du chat dans une large majorité des cas.

Le traitement de la pancréatite chronique

Le traitement de la pancréatite chronique

Dans le cas d’une pancréatite chronique, une supplémentation en enzyme pancréatique et une complémentation en vitamine B12 sont mises en place pour aider à réduire les problèmes gastro-intestinaux. Selon les cas, le vétérinaire peut aussi prescrire des anti-nausées et des antidouleurs.

 

Même s’il n’est pas sûr que les aliments riches en graisses jouent un rôle quelconque dans la pancréatite féline (contrairement à la pancréatite canine, par exemple), une alimentation allégée en graisses est de toute façon conseillée si la maladie va de pair avec un diabète, une insuffisance pancréatique exocrine ou à d’autres maladies digestives.

 

Selon les cas, la pancréatite chronique requiert parfois l'utilisation de corticoïdes sur une longue durée, voire pour toute la vie. L'impact de l'utilisation de ces médicaments sur le reste de l'organisme et sur l'évolution de la maladie pancréatique doit toutefois être régulièrement contrôlé, en raison des potentiels effets secondaires problématiques.

 

Dans tous les cas, le vétérinaire met en place un rendez-vous régulier (hebdomadaire au début du traitement, puis plus espacé par la suite) afin d’évaluer avec le maître les progrès concernant l'activité, l'appétit et le poids corporel du chat. Des examens peuvent être pratiqués en parallèle en fonction de l'évolution de la pancréatite et des éventuelles autres maladies dont l’animal souffre en parallèle.

 

La pancréatite chronique symptomatique nécessite souvent un traitement à vie, mais une activité physique adaptée, une alimentation adéquate et un suivi médical approprié contribuent à maintenir la santé du chat et à éviter que son état ne s’aggrave. Ainsi, le pronostic est nettement plus optimiste que dans le cas de la pancréatite aiguë.

Le mot de la fin

La pancréatite du chat est une maladie grave et qu’il peut être difficile de reconnaître. Dans sa forme aiguë, une prise en charge rapide est indispensable afin d’éviter le pire. Dans sa forme chronique, plus difficile à diagnostiquer, un traitement à vie est généralement requis pour stabiliser l’état de l’animal.

 

Dans la mesure où les causes de cette maladie sont très majoritairement inconnues, elle est difficile à prévenir. A défaut de prévention, il est d’autant plus important d’apprendre à en repérer les premiers symptômes pour pouvoir intervenir rapidement avant qu’il ne soit trop tard. Heureusement, même les chats qui développent d’autres maladies en parallèle, comme par exemple une insuffisance pancréatique exocrine ou un diabète sucré, sont capables de vivre longtemps et heureux dès lors que la pancréatite est prise en charge à temps et qu’ils bénéficient de soins appropriés.

Dernière modification : 09/12/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Discussions sur ce sujet