L’épilepsie chez le chat : symptômes, causes et traitements

L’épilepsie chez le chat : symptômes, causes et traitements

L’épilepsie féline est une affection nerveuse chronique se caractérisant par la récurrence de crises similaires. Les crises d’épilepsie sont un dysfonctionnement soudain et transitoire de l’encéphale, et représentent le motif de consultation le plus fréquent en neurologie chez les chats. Une étude publiée en 2008 par une équipe de chercheurs estime à 2,1% la proportion de chats touchés par des crises d’épilepsie convulsives. Connaître les symptômes, les causes et traitements envisageables pour l’épilepsie du chat permet de prendre les mesures appropriées le plus tôt possible.

Partager
 

Qu’est-ce que l'épilepsie ?

© Cliniqueveterinairecalvisson.com
© Cliniqueveterinairecalvisson.com

L’épilepsie est une maladie nerveuse en relation avec l'électricité cérébrale, qui peut engendrer des troubles moteurs ou sensoriels, avec à la clef perte de conscience et convulsions, si la crise est violente.

 

Le terme "épilepsie" vient d’un mot grec signifiant "attaquer par surprise", ce qui décrit bien l’aspect imprévisible des crises. Une crise d’épilepsie est une manifestation clinique transitoire, liée à une activité électrique anormale des cellules nerveuses du cortex cérébral (tissu organique qui recouvre les deux hémisphères du cerveau).

Les différentes formes d’épilepsie du chat

Pour identifier les symptômes et comprendre les causes de l’épilepsie chez un chat, il faut dans un premier temps connaître la forme d’épilepsie dont il souffre. Il existe en effet 4 formes d’épilepsie féline : 

L'épilepsie du chat de forme idiopathique

L'épilepsie du chat de forme idiopathique

L’origine de l’épilepsie idiopathique du chat est inconnue ou non identifiable avec les outils de diagnostic dont disposent les vétérinaires actuellement. De fait, son diagnostic est difficile. Les animaux touchés voient leur première crise se déclencher entre 3 et 5 ans. Il s’agit généralement de crises partielles. Entre les crises, aucun symptôme n’est détectable.

L’épilepsie du chat de forme cryptogénique

L’épilepsie du chat de forme cryptogénique

L’épilepsie cryptogénique du chat est considérée comme un sous-genre de l’épilepsie idiopathique. Cette forme peut se déclarer à n’importe quel âge et serait la plus fréquente chez les chats. Une origine intracrânienne (tumeur du chat, infection, anomalie cérébrale, comme par exemple une malformation) est fortement suspectée, mais ne peut être clairement identifiée. Généralement, les animaux souffrent de crises partielles.

L’épilepsie du chat de forme secondaire

L’épilepsie du chat de forme secondaire

Egalement nommée épilepsie structurelle, intracrânienne ou symptomatique, l’épilepsie secondaire du chat désigne les épilepsies se déclarant après que l’animal a subi une lésion au cerveau, telles qu’une inflammation, une infection ou une tumeur féline. Elle touche principalement les chats âgés (8 ans en moyenne), mâles comme femelles.

L’encéphalopathie réactive du chat

L’encéphalopathie réactive du chat

Egalement appelée épilepsie réactive ou réactionnelle, l’encéphalopathie réactive du chat est une forme d’épilepsie qui se déclare suite à une atteinte métabolique d’un organe autre que le cerveau, comme par exemple le foie ou le pancréas. Cette atteinte métabolique est à l’origine de crises épileptiques car son développement entraîne des répercussions au niveau cérébral. L’encéphalopathie réactive touche généralement les chats âgés (8 ans en moyenne).

Les symptômes de l’épilepsie féline

Le seul symptôme de l’épilepsie du chat est la crise épileptique elle-même. Cela dit, les formes prises par cette dernière peuvent être variées, car l’expression de l’épilepsie dépend de la localisation et l’extension de l’activité électrique anormale dans le cerveau de l’animal. Néanmoins, quelle que soit sa cause et sa forme, une crise d’épilepsie se déroule toujours de la même façon, suivant un schéma précis qui se décompose en 3 phases :

La phase d’aura

La phase d’aura

La phase d’aura correspond au moment où la crise est proche. Le sujet montre de l’anxiété, de l’agitation ou tout autre signe propre signifiant que la crise est imminente. Selon les sujets, elle peut durer de quelques heures à plusieurs jours.

 

Néanmoins, chez la plupart des chats, les signes sont trop discrets pour être détectés, voire carrément absents. Lorsqu’ils sont présents, selon son caractère, le chat sera soit à la recherche d’un contact constant avec ses maîtres, soit au contraire anormalement isolé et fuyant.

L’ictus (ou phase ictale)

L’ictus (ou phase ictale)

La phase ictale est la deuxième phase de la crise d’épilepsie chez le chat et correspond à la crise en elle-même. Autrement dit, il s’agit du moment où l’activité anormale du cerveau se déclare. Elle dure généralement entre 5 et 10 minutes.

La phase post-ictale

La phase post-ictale

Que ce soit chez l’Homme ou chez le chat, la phase post-ictale est la dernière phase de la crise d’épilepsie. Elle correspond à une période de récupération consécutive à l’épuisement cérébral engendré par la crise. A ce moment-là, le chat est généralement fatigué, prostré et/ou en état de confusion. Il peut aussi manifester des signes d’anxiété ou d’agressivité. Certains chats ont en outre besoin de boire et manger plus que d’habitude dans ces moments-là. Selon la puissance de la crise, le chat peut également tituber, perdre l’équilibre, voire souffrir d’une perte de vision temporaire. La durée de cette phase est comprise entre quelques minutes et plusieurs jours selon les individus et selon la cause physiologique ayant provoqué la crise, le cas échéant.

Crise d’épilepsie partielle et crise généralisée

Quelle que soit la forme d’épilepsie, on distingue deux grands types de crises d’épilepsie :

La crise d’épilepsie partielle du chat

La crise d’épilepsie partielle du chat

La crise d’épilepsie partielle est l’expression clinique dominante de la crise d’épilepsie idiopathique du chat. Une seule ou plusieurs zones du cerveau sont alors concernées. Selon ces dernières, les répercussions peuvent être motrices, comportementales et/ou affecter le système nerveux.

 

Une crise d’épilepsie partielle peut s’exprimer de plusieurs manières. Si la conscience n’est pas altérée, on l’appelle crise partielle simple. Dans le cas contraire, on parle de crise partielle complexe. Cette dernière entraîne un état de prostration du chat, qui a généralement le regard dans le vide durant plusieurs minutes.

 

Lors d’une crise d’épilepsie partielle, qu’elle soit simple ou complexe, le chat peut être atteint de mouvements répétés compulsifs de plusieurs membres, avoir la tête penchée, mâcher sans raison, avoir les muscles faciaux contractés, souffrir d’hypersalivation, avoir les pupilles dilatées, être atteint de tremblements incontrôlés, chasser des bestioles imaginaires, miauler ou hurler sans raison, courir après sa queue de manière répétitive...

La crise d’épilepsie généralisée du chat

La crise d’épilepsie généralisée du chat

Les crises d’épilepsie généralisées sont dues à une activité électrique anormale dans l’ensemble du cerveau, et non pas seulement une ou plusieurs zones. Des manifestations cliniques touchent alors l’ensemble du corps de l’animal. L’expression de cette crise est généralement plus violente que pour la crise partielle, et elle se déroule le plus souvent de la même manière d’une fois à l’autre. Ce type de crise peut se rencontrer chez un chat souffrant d’épilepsie secondaire.

 

Lors d’une crise d’épilepsie généralisée, l’animal perd totalement conscience et se couche sur le côté. Il souffre de contractions musculaires généralisées, a généralement les membres rigides et la tête en arrière. On observe ensuite des convulsions (mouvements musculaires rythmiques) au cours desquelles le chat fait des mouvements de pédalier avec ses membres et claque des mâchoires. Ce type de crise peut se manifester différemment selon les chats, c’est-à-dire que certains de ces symptômes peuvent ne pas être au rendez-vous, mais elle est dans tous les cas violente et impressionnante.

Les causes de l’épilepsie chez le chat

Les causes de l’épilepsie chez le chat

Contrairement à ce qui a été démontré pour le chien, les études réalisées chez le chat n’ont jamais établi qu’une origine génétique pouvait être une cause du développement de l’épilepsie. Il semblerait toutefois que les chats Européens à poils courts soient davantage atteints d’épilepsie que les autres races. Par ailleurs, elle peut toucher des chats de tous âges, aussi bien mâles que femelles.

 

Les causes du déclenchement de crises d’épilepsie chez le chat sont diverses et diffèrent selon la forme d’épilepsie.

 

Dans le cas de l’épilepsie cryptogénique, on suspecte une lésion cérébrale d’être l’élément déclencheur.

 

Dans celui de l’épilepsie secondaire, la crise d’épilepsie est la conséquence d’une lésion du cerveau (inflammation, infection, tumeur du chat…).

 

Quant à l’encéphalopathie réactive, c’est une atteinte métabolique d’un organe autre que le cerveau (foie ou pancréas, par exemple) qui en est à l’origine.

 

Enfin, la cause à l’origine de l’épilepsie idiopathique demeure inconnue.

 

Afin de diagnostiquer l’épilepsie chez le chat, c’est-à-dire de confirmer que le phénomène observé est bien de l’épilepsie et d’identifier de quelle forme il s’agit, le vétérinaire pose au maître beaucoup de questions à propos de l’animal, à commencer par le nombre de crises par an/mois/semaine et son attitude. Il procédera ensuite à des analyses sanguines, urinaires, rénales et hépatiques, afin de contrôler le fonctionnement de ses organes vitaux. A cela pourra éventuellement s’ajouter une ponction, un scanner et/ou une IRM. Grâce aux résultats, il pourra définir si le chat souffre d’épilepsie physiologique (c’est-à-dire dont une cause physiologique est identifiable) ou idiopathique (cause inconnue).

Le traitement de l’épilepsie du chat

Le traitement de l’épilepsie du chat

S’il s’avère que le chat souffre d’épilepsie idiopathique, le vétérinaire prescrit un traitement anti-convulsifiant qui peut être donné à vie. Ce traitement empêchera les convulsions du chat, et si crise il y a, elle sera beaucoup moins violente. L’animal pourra mener une vie tout à fait normale, d’autant que ce traitement ne présente pas d’effets secondaires importants. Il peut en effet souffrir de légers troubles gastro-intestinaux au début du traitement (diarrhée et/ou vomissements du chat), mais rien de bien grave.

 

Dans le cas contraire, si jamais la cause provoquant l’épilepsie est décelée et curable, alors le traitement prescrit visera bien évidemment à s’attaquer à la source du problème (lésion au cerveau, atteinte du foie ou du pancréas, ou tout autre dysfonctionnement de l’organisme). Un traitement médicamenteux et/ou chirurgical sera donc nécessaire.

Comment réagir en cas de crise d’épilepsie d’un chat ?

Comment réagir en cas de crise d’épilepsie d’un chat ?

Certaines règles sont à connaître et respecter si jamais vous assistez à une crise d’épilepsie d’un chat :

  • Ne le stimulez pas : ne le touchez pas (caresses…) et ne vous adressez pas à lui ;
  • Prenez-le dans vos bras uniquement s’il risque de se blesser ;
  • Eloignez tout objet susceptible de le blesser ;
  • Faites taire les sources de bruit : éteignez les TV, radios ou tout autre appareil ;
  • N’essayez surtout pas de lui attraper la langue : contrairement à l’Homme, il ne risque pas de l’avaler ;
  • Chronométrez la crise afin d’en connaître la durée exacte, et filmez-la, car les symptômes et le déroulé pourront être d’une grand utilité pour le vétérinaire.

 

En tout état de cause, si jamais les crises sont très rapprochées (plusieurs fois dans la même journée), il s’agit d’une urgence : contactez votre vétérinaire le plus rapidement possible.

 

Si c’est la première fois que le chat fait une crise d’épilepsie, il convient d’appeler le vétérinaire et de lui demander son avis. Parfois, il est recommandé d’attendre quelques semaines afin d’être en mesure de fournir des détails sur la fréquence et la durée de ces crises, de manière à lui permettre de définir plus aisément de quelle forme d’épilepsie souffre l’animal.

Le mot de la fin

L’épilepsie féline touche environ 2% des chats et peut affecter des individus de toutes races et de tous âges.

Son traitement diffère selon la cause qui en est à l’origine. S’il s’agit d’une épilepsie idiopathique, le traitement est généralement médicamenteux, et peut être prescrit à vie sans effets secondaires handicapants. Dans les autres cas, le traitement chirurgical ou médicamenteux dépend des lésions ou de tout autre dysfonctionnement de l’organisme du chat.

 

Certaines assurances santé pour animaux prennent en charge les traitements contre l’épilepsie, mais il ne faut pas hésiter à examiner leurs conditions en détails, afin de s’en assurer.

 

Dans tous les cas, il est essentiel de savoir réagir en conséquence afin de faciliter la vie de l’animal touché.

Dernière modification : 10/26/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Chien.com Vous aimez aussi les chiens ?

Vous aimez aussi les chiens ?

Discussions sur ce sujet