A Tokyo (Japon), un neko-café accueille des chats porteurs du FIV

22.07.2016
Partager
 

Après le travail, les Japonais aiment venir se détendre dans un neko-café pour boire un thé brûlant, en profitant de la présence des chats qui y circulent en liberté. Ces établissements sont très populaires dans les grandes villes japonaises où le manque de place ne permet pas toujours d'adopter un chat.

La chaîne Neco Republic accueille des chats abandonnés pour les soigner et les proposer à l'adoption, à sa clientèle. Elle a choisi d'aller un peu plus loin, en n'accueillant que des chats atteints du virus FIV, Virus d’Immunodéficience Féline (ou sida du chat), dans un de ces établissements du quartier Nakano, à Tokyo. Bien que ne présentant aucun danger pour les êtres humains, les chats touchés par la maladie, sont souvent abandonnés et n'ont pratiquement aucune chance de trouver un nouveau maître.

Neco Republic a fait le choix de les accueillir pour sensibiliser le public à leur sort et leur a donné le surnom de « ringo neko», un nom Kawaï (terme utilisé pour définir tout ce qui est « mignon »), que l'on peut traduire par « chat pomme ». Le but est de changer l'image de ces chats et de mieux les faire accepter par la société.

 

 

Vidéos sur ce sujet