La gestation de la chatte : étapes, risques, soins...

La gestation de la chatte : étapes, risques, soins...

Dès la fin de l’hiver, les chaleurs des chattes commencent : elles durent 10 à 15 jours en moyenne et se répètent toutes les 2 à 3 semaines environ, et ce jusqu’à l’automne. C’est au cours de ces périodes qu'elles peuvent se reproduire, ce qui explique que les naissances de bébés chats surviennent beaucoup au printemps et en été.


La perspective de l'arrivée de chatons est sans aucun doute réjouissante. Cependant, pour que la gestation se déroule bien et maximiser les chances d’avoir des nouveau-nés en pleine santé, il faut veiller à ce que la future mère bénéficie d'un environnement et d'une alimentation de qualité.


Combien de temps dure la gestation d'une chatte ? Quelles en sont les différentes étapes ? Comment savoir qu'elle est pleine et s'occuper d'une chatte en gestation ?

Offrez les meilleurs soins à votre chat !
Offrez les meilleurs soins à votre chat !
Les frais vétérinaires peuvent très vite grimper...

Choisissez une assurance qui le couvre en cas d'accident et de maladie.
Partager
 Envoyer cette page à un ami

Les étapes de la gestation de la chatte et du développement des foetus

La gestation de la chatte dure en moyenne entre 60 et 67 jours, soit environ 8 à 9 semaines. C'est donc à peu près autant que la gestation de la chienne (qui s'étend sur 63 jours), mais beaucoup moins que celle de l'Homme, qui comme chacun sait dure environ 9 mois.

 

Au cours de cette période, la femelle voit globalement son poids augmenter de 40 à 50%, ce qui est considérable. C'est comme si une femme de 60 kg en pesait quasiment 90 à la fin de sa grossesse !

 

Contrairement à l'être humain, il est assez rare que la gestation d'une chatte ou même d'une chienne dure plus longtemps que le délai prévu. À partir du 60ème jour, il faut donc se préparer à une arrivée imminente de petites boules de poils à la maison.

La phase embryonnaire

Un chaton au stade d'embryon
Un chaton au stade d'embryon

La phase embryonnaire correspond à la morphogenèse, c'est-à-dire la période au cours de laquelle les formes et les structures des différents organes se dessinent. On parle d'embryon pour désigner le chaton en devenir.

 

Jour 1 : la fécondation a lieu dans l’oviducte, c'est-à-dire la trompe utérine. La rencontre et l’union entre le gamète mâle (spermatozoïde) et le gamète femelle (ovule) créent la première cellule embryonnaire.

Jour 3 : la cellule embryonnaire initiale se scinde en 2 cellules, puis en 4, puis 8, etc. Cette division cellulaire s’accompagne de la fusion des patrimoines génétiques du père et de la mère, pour former celui du futur chaton.

Jour 5 à 6 : l’embryon entame sa migration vers l’utérus. Il descend le long des trompes, jusqu’à atteindre la corne utérine afin de s’y implanter. Plusieurs œufs fécondés peuvent être présent dans chacune des deux cornes utérines.

 

Jour 7 à 12 : l'embryon a pris place dans l'utérus, mais contrairement à ce qui se passe chez un humain, il ne se fixe pas immédiatement à sa paroi. Il flotte librement pendant quelques jours, tandis que ses cellules continuent de se diviser. Il mesure alors à peine 0,5 à 0,6 mm.

 

Jour 13 à 14 : c’est le début de la nidation. L’embryon évolue et change de forme afin de s’implanter dans la paroi utérine, dont l’endomètre (c'est-à-dire la muqueuse) a augmenté de taille afin d’accueillir l'ensemble des œufs fécondés.

Jour 17 : le placenta et le cordon ombilical entament leur formation autour de l'embryon. C'est grâce à eux que ce dernier est relié au système sanguin de sa mère et qu'il commence à recevoir des nutriments et de l'oxygène. L’amnios, qui est le liquide gestationnel présent dans l’enveloppe embryonnaire, apparaît et englobe l’embryon pour le protéger pendant toute sa croissance.

Jour 20 : l’embryon ne mesure que 7 à 8 mm, c'est-à-dire autant qu'un petit pois. Une ébauche de ses pattes, sa queue, sa tête et son cou apparaissent petit à petit.

Jour 22 : le développement embryonnaire s’accélère, mais l’abdomen reste trop petit pour accueillir les prémices du système digestif. Les intestins prennent donc place dans le cordon ombilical.

Jour 23 : à la fin de la troisième semaine, les embryons mesurent en moyenne 2 cm. C'est à ce moment-là que les changements de comportements de la mère commencent à être visibles : elle devient plus câline ou au contraire plus distante, en fonction de son caractère habituel. Ces modifications de son humeur et de son attitude étant tout à fait normaux, il est inutile de s’inquiéter.

La phase foetale

La phase foetale

Faisant suite à la morphogenèse, la phase foetale est l'étape de la croissance et du développement de l'organisme. Elle s'étend du 25ème jour environ jusqu'à la mise bas de la chatte. On ne parle alors plus d'embryon, mais de foetus.

 

Jour 25 : les yeux du foetus entament leur phase de croissance, et ses paupières apparaissent. Même si un chaton naît sourd, la croissance du pavillon interne de son oreille débute dès cette étape de la gestation. Dans le même temps, ses vibrisses se forment et le sens tactile apparaît : il devient ainsi capable de percevoir la présence de ses frères et soeurs à ses côtés, et de sentir qu'une personne touche le ventre de sa mère.

Jour 28 : les viscères, os et muscles grandissent plus nettement, et les oreilles deviennent apparentes. À ce stade, le foetus mesure presque 3 cm et devient bien visible lors d’une échographie, ce qui permet de confirmer la gestation. Il reste toutefois encore trop petit pour qu'on puisse déterminer avec précision la taille de la portée.

Jour 30 à 32 : les viscères enfin formées migrent vers l’abdomen, désormais suffisamment grand pour les accueillir. Le sens du goût apparaît, tout comme les griffes, même si elles sont encore molles. La croissance des yeux continue, amenant les paupières à se fermer. À ce stade, les battements de cœur du foetus peuvent être entendus lors d'une échographie. En parallèle, le comportement de la mère continue de changer. Elle devient plus calme, se repose beaucoup et sort peu, gardant son énergie pour les jours à venir. Elle change aussi physiquement : son ventre s’arrondit et grossit de jour en jour, et son dos se creuse sous le poids de sa portée. Ce sont les premiers signes de gestation visibles pour un œil non-expert.

Jour 33 : le foetus effectue ses premiers gestes, qui sont des mouvements du dos. C'est à ce stade que la mère commence à le sentir bouger dans son ventre, même s'il est encore trop tôt pour qu'une personne puisse les percevoir à travers la peau. L’étape cruciale de la différenciation sexuelle s'effectue à ce moment-là, c'est-à-dire globalement à la moitié de la période de gestation.

Jour 35 : en plus des gestes dorsaux, le foetus commence à bouger aussi les pattes. Les vibrisses terminent leur croissance et apparaissent clairement sur sa face. Tous ses organes sont définitivement formés et se mettent à grandir de manière exponentielle.

Jour 38 : le foetus ne mesure encore que 5 cm, mais il commence à prendre du poids, puisque ses organes et ses muscles croissent de manière très rapide. En parallèle, les extrémités de ses membres se détaillent et ses orteils se séparent.

Jour 40 : les papilles olfactives terminent leur croissance et le goût s'affine. Le squelette est bien formé et visible aux rayons X, ce qui permet de déterminer précisément le nombre de petits attendus à l'aide d'une échographie. Les portées de chats comptent généralement 4 à 8 bébés, mais ce nombre peut varier notamment en fonction de la race : par exemple, le Persan et l’Exotic Shorthair ont en moyenne 2 à 3 petits, alors que les plus grandes races de chats, à l'instar par exemple du Sibérien ou du Maine Coon, se rapprochent plutôt des 4 chatons par portée.

Jour 45 : à ce stade avancé, le fœtus ressemble déjà énormément à un nouveau-né, même s'il ne mesure que 7 cm de long. Ses poils commencent à faire leur apparition, et ses griffes durcissent.


Jour 50 : le développement du fœtus s’accélère de plus en plus, jusqu'à atteindre le poids et la taille de naissance. La mère sent que la gestation arrive bientôt à son terme : elle commence donc à chercher et préparer un endroit calme et douillet pour la mise bas.

Jours 58 à 61 : chaque petit a une taille d'environ 13 cm et peut peser jusqu’à 100 grammes, en fonction de la race et de la taille de la portée. Le développement physique étant terminé, il est donc à terme. À ce stade, si naissance prématurée il y a, le risque qu'un chaton soit mort-né est donc mince. Le sens de l'équilibre, le dernier à se former, apparaît enfin.

Jour 65 : il ne reste plus qu’à attendre la mise bas. D'après une étude intitulée « A Questionnaire-Based Study of Gestation, Parturition and Neonatal Mortality in Pedigree Breeding Cats in the UK » publiée en 2006 dans le Journal of Feline Medicine and Surgery, 2 heures s’écoulent entre la première contraction de la chatte et la première naissance dnas plus de 80% des cas. La patience est donc de rigueur !

La phase de parturition

La phase de parturition

Comme toujours chez les mammifères, les contractions constituent le signal d’alarme de l’arrivée imminente des chatons. Elles sont d’abord espacées, puis se rapprochent de plus en plus, enclenchant l’expulsion des fœtus l'un après l'autre, toutes les 30 à 60 minutes en moyenne.

 

À chacune des naissances, la mère coupe elle-même le cordon ombilical du nouveau-né et mange ensuite son placenta, très riche en nutriments et en calories. Ce processus naturel ne doit pas être empêché même s'il peut choquer, car il aide la chatte à prendre des forces pour le reste de la mise bas, et à se refaire une santé une fois le travail fini. En temps normal, chaque placenta est expulsé dans les minutes qui suivent la naissance correspondante, mais il peut arriver que plusieurs sortent en une seule fois, après 2 ou 3 chatons d'affilée. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter, du moment qu'à la fin de la parturition, le nombre de petits et de placentas concorde bien.

 

Contrairement à ce qui se produit chez les humains, la poche des eaux ne se perce pas avant la naissance. C’est donc la chatte qui s'en charge juste après l’expulsion d'un nouveau-né. Elle lèche ensuite ce dernier consciencieusement afin de le débarrasser du liquide amniotique et pour l'imprégner de son odeur. Une fois propre, le chaton se dirige instinctivement vers les mamelles pour téter le colostrum, c'est-à-dire le premier lait, qui lui apporte les anticorps indispensables à sa survie. L'allaitement des premiers sortis commence donc alors que la mise bas n'est pas terminée.

La phase néonatale

La phase néonatale

À la naissance, un chaton pèse plus ou moins 100 grammes, en fonction de la race, mais aussi de la taille de la portée (plus elle est nombreuse, plus les petits sont menus et légers). Il est déjà doté d'un pelage et de griffes dures, mais est encore sourd et aveugle. Son sens de l'équilibre et son goût sont présents mais peu performants ; en revanche, son odorat est suffisamment développé pour lui permettre de reconnaître sa mère et de trouver l'odeur du lait sortant des mamelles.

Il ouvre ensuite les yeux autour du 10ème jour, et ses oreilles se redressent vers le 14ème, ce qui lui permet de voir et d'entendre. À la fin du premier mois, son sens de l'équilibre se développe alors qu'il commence à faire ses premiers pas. Il entame à ce moment-là l'apprentissage de la propreté et l'utilisation de la litière : avant cela, c'est sa mère qui l'aide à faire ses besoins et qui le nettoie.

Comment savoir qu'une chatte est en gestation ?

Les tests réalisés par le vétérinaire

Chatte gestante vue aux rayons X
Chatte gestante vue aux rayons X

Dans les premières semaines qui suivent la saillie d'une chatte, il est pour ainsi dire pratiquement impossible de savoir si elle attend des petits, car elle prend très peu de poids et son comportement ne change pas immédiatement. Seul l’œil expert d'un vétérinaire peut le remarquer à ce stade.

 

Ce n'est qu'au bout de la 3ème ou la 4ème semaine que la gestation commence à être visible. En effet, les mamelles auparavant blanches se mettent à grossir et à rosir, des nausées matinales et des vomissements occasionnels apparaissent, le ventre gonfle, devient bien rond et tendu. Les ronronnements de la chatte deviennent plus nombreux, au même titre quel les moments de calme, qui sont néanmoins entrecoupés de phases plus actives au cours desquelles elle cherche et aménage un endroit calme pour mettre bas en toute sérénité.

 

Dès que ces signes se manifestent, il est important de se rendre chez un vétérinaire pour confirmer la gestation. Une échographie est alors réalisée, et permet de s'assurer que tout est en ordre. Elle permet aussi d'avoir une idée du jour de la mise bas. Il faut compter généralement entre 40 et 75 euros, qui peuvent être partiellement voire intégralité pris en charge par l'assurance santé du chat, en fonction de l'offre souscrite.

 

Si la date exacte de la saillie est connue, la gestation peut également être confirmée par le biais d'une prise de sang du chat, afin de mesurer le taux de relaxine, une hormone sécrétée par les ovaires dans les semaines précédant la mise bas. Pour que le résultat soit fiable, cette prise de sang doit toutefois être réalisée entre le 25ème et le 31ème jour de la grossesse supposée. Elle est facturée entre 10 et 25 euros (en plus du prix de la consultation), et l'assurance peut là aussi éventuellement payer une partie voire la totalité du montant.

Les tests de gestation rapides

Les tests de gestation rapides

À l'instar de ce qui existe pour les humains, on trouve sur les sites de vente en ligne des tests de grossesse pour chat, qui permettent de déterminer si une femelle est gestante ou non.

 

Cependant, ces kits sont loin d'être aussi simples d'utilisation que pour les femmes. Ils requièrent en effet de prélever un échantillon de plasma ou sérum avec une seringue ou une aiguille stérile. Des gestes professionnels et très précautionneux sont donc nécessaires pour avoir un résultat fiable.

 

De plus, pour être totalement efficace, le test doit être effectué entre le 25ème et le 31ème jour de gestation de la chatte, ce qui implique de connaître la date de la saillie, au moins approximativement. Enfin, le prix d'un test de grossesse pour chat est assez onéreux, puisqu'il faut compter autour de 30 euros à l'unité, ou environ 150 euros pour une boîte de cinq.

 

Pour toutes ces raisons, l’échographie chez un vétérinaire reste l’option la plus simple et la plus courante pour confirmer la gestation d'une chatte.

Le suivi de la gestation

Le suivi de la gestation

Une fois la gestation confirmée, le vétérinaire propose un planning de consultations pour de futures échographies, en fonction des besoins de l'animal.

 

Ces examens ont pour but de suivre la croissance des foetus à intervalle régulier, mais aussi de déterminer le nombre de petits dans la portée. En tout état de cause, il est impossible de le faire avant la fin de la 5ème semaine, car ils sont trop petits : leur squelette n'est pas encore bien visible aux rayons X.

Les risques de la gestation et complications possibles

En général, la gestation de la chatte se passe très bien, cette dernière parvenant à tout gérer sans difficultés, en toute autonomie. Les complications sont d'ailleurs beaucoup plus probables lors de la mise bas plutôt que pendant toute la période qui précède.

 

Pour autant, dans la mesure où le risque zéro n’existe pas, il est important d’être présent et de suivre ces 9 semaines de grossesse de près, au cas où justement un problème surviendrait qui nécessiterait une intervention humaine.

Le risque de fausse couche

Le risque de fausse couche

La fausse couche, c’est-à-dire l’avortement spontané avant terme, existe chez le chat comme chez les autres mammifères. Elle se distingue de la mise bas prématurée par le fait que les petits expulsés ne sont pas viables : on parle alors de mort-nés.

Une fausse couche est généralement la conséquence de malformations des embryons et/ou de problèmes de santé susceptibles de mettre la vie de la mère en danger si elle menait sa gestation jusqu’à son terme. Elle se produit souvent lors des premières semaines, et conduit à la perte de toute la portée. La chatte n’est pas particulièrement perturbée par l’évènement : il n’est donc pas nécessaire de s’inquiéter outre mesure.

 

Dans certains cas toutefois, la fausse couche peut survenir à un stade avancé de la gestation, au-delà du 40ème jour, par exemple si elle est causée par un stress important, un choc violent ou une maladie. Il faut alors consulter un vétérinaire afin de s'assurer que la mère est en bonne santé et que tous les placentas ont bien été expulsés en même temps que les nouveaux-nés. En effet, un placenta qui resterait accroché dans l'utérus serait susceptible de provoquer une infection utérine grave.

Les conséquences du stress sur la gestation

Les conséquences du stress sur la gestation

La gestation est une période stressante pour la chatte, puisque de nombreux changements s'opèrent, tant sur le plan physique qu'émotionnel. Ce niveau d'anxiété demeure toutefois acceptable et bien vécu par la future mère.

 

Pour autant, un excès de stress peut apparaître à la suite d'un bouleversement brutal dans son environnement ou son mode de vie, comme une séparation d'avec son maître, un déménagement, ou encore l'arrivée d'un nouveau membre dans le foyer. Le chat est en effet un animal très routinier, qui voit rarement les changements d'un bon oeil. Un manque de distractions ou d'attention, un mauvais accès à la nourriture ou même des nuisances sonores sont quelques autres exemples de facteurs stressants qui peuvent avoir des répercussions sur la mère, et surtout sur ses petits.

 

En effet, les hormones de stress produites par la chatte angoissée peuvent traverser la barrière placentaire et être transmises aux foetus, chez lesquels elles provoquent un déséquilibre hormonal et altèrent la formation de l'organisme. Le niveau de connexion dans le système nerveux des petits peut par exemple se retrouver inférieur à la moyenne, et les vaisseaux sanguins être de taille anormalement réduite, entraînant de fait un mauvais développement de l'ensemble des organes et des tissus. Les chatons naissent alors affaiblis voire malformés ; ils peuvent aussi être plus émotifs, timides et peureux que leurs congénères. Un stress très important peut même provoquer une fausse couche ou une naissance prématurée.

Le risque est encore plus élevé lors de la mise bas, car une chatte anxieuse peut "interrompre" les naissances pour aller s'isoler dans un lieu plus calme. Ce déplacement entraîne une souffrance non seulement pour les fœtus sur le point de naître, mais aussi pour les nouveaux-nés, qui sont abandonnés quelques minutes. Or, cette durée peut faire toute la différence, car à leur naissance, les chatons sont très vulnérables : ils ont impérativement besoin de leur mère non seulement pour recevoir le colostrum et les anticorps qui vont avec, mais aussi pour se réchauffer, puisqu'ils sont incapables de réguler leur température corporelle.

Les cas d'avortement

Les cas d'avortement

Les visites chez le vétérinaire commencent à partir de la 4ème ou 5ème semaine, notamment pour confirmer que la chatte est en gestation. L'objectif est de s'assurer que tout se déroule bien, aussi bien pour elle que pour ses futurs petits.

Si la grossesse se passe mal, le vétérinaire peut proposer l'avortement de la chatte, en particulier si sa vie est menacée. Deux méthodes sont possibles :

 

  • l'interruption médicamenteuse, qui est possible jusqu'au 45ème jour de gestation, et qui peut aussi être utilisée si le maître ne veut pas de la portée. Le produit injecté empêche la nidation des embryons sur la paroi utérine, ou les détache s'ils y sont déjà accrochés. Dans les deux cas, les organes reproducteurs ne sont pas affectés : la femelle pourra donc très bien être de nouveau pleine par la suite. Le prix d'un avortement médicamenteux est d'environ 50 euros ;

 

  • l'opération chirurgicale, qui consiste en fait en une stérilisation de la chatte, puisque ses ovaires et son utérus sont retirés. C'est une intervention lourde pratiquée sous anesthésie générale : elle n'est donc considérée que si la vie de la mère est en jeu et si l'option médicamenteuse n'est pas envisageable. Il faut compter entre 100 et 200 euros.

 

Dans un cas comme dans l'autre, les dépenses vétérinaires relatives à l'avortement ne sont que rarement prises en charge par les assurances santé pour chat.

Prendre soin d'une chatte gestante

L'alimentation de la chatte gestante

L'alimentation de la chatte gestante

L'alimentation d'une chatte gestante doit répondre à ses besoins nutritionnels particuliers afin que ses petits grandissent du mieux possible et soient en parfaite santé. Le mieux est donc de lui fournir des croquettes spéciales pour chatte en gestation, qui couvrent son grand besoin d’énergie et contiennent tous les nutriments, vitamines et minéraux nécessaires. Si les produits choisis sont de qualité, il n'est pas nécessaire de recourir à des compléments alimentaires pour chat ; en revanche, il faut bien procéder à un changement progressif de son alimentation pour éviter qu'elle ne souffre de problèmes digestifs, comme des diarrhées.

 

Pendant les premières semaines, sa nouvelle alimentation peut lui être laissée en libre accès, si c'est ainsi qu'elle a l'habitude d'être nourrie. Mais à partir de la 4ème semaine environ, lorsqu'elle commence à prendre du poids, il est préférable de ne plus laisser sa nourriture à volonté, pour éviter toute goinfrerie. En effet, comme la femme enceinte, la femelle gestante est susceptible d'avoir de grosses fringales, qui peuvent la faire tomber dans le surpoids et menacer le bon déroulement de sa gestation. Il faut donc les contenir en pesant soi-même les rations quotidiennes.

 

Concrètement, la chatte gestante doit manger en moyenne l'équivalent de sa ration habituelle (définie au préalable en fonction de son poids de forme et son mode de vie) jusqu'à la 4ème semaine, puis 10% de plus chaque semaine jusqu'à la mise bas. L’eau fraîche doit quant à elle rester en libre accès tout du long.

 

Vers la fin de la gestation, les foetus ont quasiment atteint leur poids de naissance et prennent beaucoup de place dans le ventre. Par conséquent, tous les organes de l'appareil digestif de la mère sont à l’étroit. Il est donc normal qu'elle perde un peu d'appétit à ce stade.

 

Pour continuer à lui apporter tous les nutriments nécessaires, il faut donc lui fournir plus souvent de plus petites portions. Sa nourriture peut également être changée pour une alimentation spécialement conçue pour les chatons, beaucoup plus nutritive. Là encore, une transition alimentaire est nécessaire pour éviter les problèmes digestifs.

 

Après la naissance des petits et jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 8 semaines, la quantité de nourriture fournie à la mère doit rester la même que juste avant l'accouchement, car l'allaitement l'épuise et elle doit donc prendre des forces.

La préparation du lieu de la mise bas

La préparation du lieu de la mise bas

Environ deux semaines avant la mise bas, la femelle s'active pour préparer le lieu où elle donnera naissance à ses petits. Même si elle anticipe normalement bien cet évènement et se débrouille très bien seule pour tout préparer, il n'est pas forcément inutile de l'aider.

 

Avant toute chose, il est préférable de l'inciter à choisir un lieu approprié pour la mise bas en prenant les devants. Ce dernier doit en effet être propre, confortable, calme, et à l'abri des courants d'air, car les chatons tout juste nés sont très fragiles et sensibles aux chocs thermiques. Mieux vaut également encourager la chatte à rester à l’intérieur afin de ne pas prendre le risque qu’elle mette bas dehors, ce qui empêcherait de surveiller l’évolution des choses. Pour orienter son choix vers un emplacement qui réponde à tous ces critères, le mieux à faire consiste à y placer des journaux, du papier, des tissus fins et épais, des couvertures... environ 3 semaines avant la date prévue pour la mise bas : elle sera ainsi tentée de s'installer à proximité et pourra même aménager son petit nid douillet comme elle l'entend.

 

Une fois la mise bas achevée, il faudra d'ailleurs veiller à ce que la température de la pièce reste clémente, en plus d'empêcher les éventuels autres animaux de la famille d'y entrer, pour ne pas déranger les nouveaux-nés.

Enfin, le fait de la caresser est aussi d’une grande aide pour préparer la mise bas d'une chatte gestante. En effet, les hormones produites pendant la gestation la rendent beaucoup plus affective, tendre et câline envers son propriétaire. Il faut donc répondre à son attente de câlins, car incontestablement, cela l'apaise et permet d'aborder le jour J en étant paisible et détendue.

La vermifugation et la vaccination de la chatte gestante

La vermifugation et la vaccination de la chatte gestante

Pour que la gestation se passe au mieux, il est évidemment essentiel que la mère se porte bien, puisque c'est d'elle que dépendent la croissance et le développement des petits à naître. Certaines maladies qu'elle est susceptible de contracter peuvent engendrer par exemple un retard de croissance, des malformations, des fausses couches...

 

Il est donc important de faire vacciner son chat dès son plus jeune âge et d'effectuer les rappels chaque fois que cela est nécessaire, pour qu'il ne cesse jamais d'être protégé. L'injection doit dans la mesure du possible être réalisée avant le début de la gestation, car certains symptômes bénins provoqués par les piqûres (par exemple une légère fièvre) peuvent avoir des répercussions sur ses petits. En tout cas, dès lors que la mère est correctement vaccinée, ses anticorps sont à leur maximum : ils protègent donc sa descendance pendant la gestation, et pourront même être transmis aux petits dès leur naissance par le biais du colostrum. En cas de doute sur les vaccins utiles à réaliser ou sur la fréquence des rappels, il ne faut pas hésiter à se tourner vers le vétérinaire.

 

Dans le même ordre d'idées, il faut être particulièrement vigilant à bien vermifuger son chat pendant la gestation, afin de limiter le risque qu'il tombe malade et contamine les futurs chatons. Il existe là aussi des règles à respecter pour limiter les risques que la mère transmette des vers à ses petits. Une première vermifugation doit être effectuée en amont de la saillie si les choses sont programmées à l'avance, ou dès la confirmation de la grossesse dans le cas où elle est inattendue. Ensuite, il faut vermifuger à nouveau l'animal 15 jours avant la mise bas, et encore 15 jours après cette dernière.

La mise bas

La mise bas

Certains signes permettent de savoir qu'une chatte va mettre bas. En effet, elle se montre alors beaucoup plus agitée que d'habitude, tout en passant plus de temps dans son couchage. Elle respire aussi beaucoup plus fort et plus rapidement. Son abdomen commence à se contracter de temps en temps : ce sont les fameuses contractions, qui apparaissent en moyenne 2 heures avant la première naissance. Comme chez l’humain, elles se rapprochent de plus en plus pour accélérer le processus.

 

En temps normal, la future mère gère tout toute seule : elle donne naissance à un petit toutes les 30 à 60 minutes, dont elle s'occupe ensuite elle-même. Le placenta correspondant est normalement expulsé dans les 15 minutes qui suivent.

 

En définitive, le maître n'a pas grand-chose à faire lors de la parturition, si ce n'est surveiller que les naissances se passent bien, pour pouvoir intervenir au cas où. Il doit cependant le faire de manière discrète pour ne pas perturber la chatte pendant le travail, car elle pourrait alors être tentée de changer de lieu pour être tranquille, alors qu'il est préférable pour sa vie et celle de ses petits qu'elle reste le plus immobile possible.

 

Le maître doit donc simplement s'assurer :

  • qu'il se passe moins de deux heures entre deux naissances ;
  • que le nombre de placentas expulsés est strictement identique à celui des chatons ;
  • que la mère n'a plus de forte contraction une fois que tous les petits sont nés.

 

S'il constate quelque chose d'anormal concernant un ou plusieurs de ces trois points, il doit contacter un vétérinaire en urgence. Ce dernier décidera alors de la procédure à suivre.

Le mot de la fin

En général, la gestation d'un chat se déroule bien, les complications possibles étant peu nombreuses et se produisant rarement. Il est toutefois important de connaître les risques potentiels et d'y être préparé : cela permet de réagir rapidement en cas de problème, et donc d'éviter que la vie des petits et/ou de leur mère soit en danger. En parallèle, différentes dispositions permettent de diminuer sensiblement la probabilité de certains risques.

 

Il faut également savoir se montrer présent pour accompagner la chatte gestante, sans pour autant la surprotéger. En effet, si elle est trop habituée à la présence de son maître, elle peut devenir anxieuse lorsqu'il s'absente, et ainsi mal vivre sa gestation. Il est donc important d'attendre la mise bas de la chatte et l’arrivée des bébés avec patience et bienveillance, mais sans plus. Il sera toujours temps ensuite de consacrer beaucoup d'attention et d'affection à chaque petit (en particulier pendant les différentes phases de croissance des chatons, qui demandent une implication certaine de la part du maître) pour ne pas avoir besoin de tomber dans l'excès pendant la grossesse.

Dernière modification : 09/06/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Un chat assuré, c’est un chat en bonne santé
Un chat assuré, c’est un chat en bonne santé
Accidents, maladies, vaccins… : détendez-vous, l'assurance s’occupe de tout et vous rembourse sous 48h !

Vidéos sur ce sujet

Chien.com Vous aimez aussi les chiens ?

Vous aimez aussi les chiens ?

Discussions sur ce sujet