Carpentras : "SOS sacs à puces" milite pour la stérilisation des chats

23/03/2010
Partager :  

Cette nouvelle association veut sensibiliser le public à cette action.
Lorsqu'elle est arrivée dans son nouvel appartement, ça lui a sauté aux yeux: "Mes fenêtres surplombent les immeubles voisins. J'ai vu des tas de chats et de chatons errer dans le quartier dans des états déplorables, raconte Simone Guinamand, 63 ans, retraitée installée au Clos Saint-Labre à Carpentras depuis un an et demi. J'ai fait connaissance avec un monsieur qui adore les animaux mais qui était dépassé par l'ampleur des événements" Le quartier avait pris des allures romaines et grecques, le Colisée et le Parthénon en moins, tant le nombre de chats était devenu considérable. Effectivement, à moins de se lancer dans un élevage, la prolifération des chats errants et des chatons domestiques non désirés est un véritable problème en ville.

Il est pourtant facile de le résoudre en le réglant à la source. C'est ce qu'a décidé de faire Mme Guinamand en créant l'association SOS sacs à puces du Comtat. Depuis la fin 2009, cette association a entamé des actions de stérilisation de chats sur Carpentras, Monteux et Aubignan. Les bénévoles sont facilement reconnaissables: ils se baladent avec des cages trappes et font "la chasse" aux chats errants. "En général, ce sont des chats que l'on connaît et qu'on nous a signalés, ajoute Simone. On les attire avec de la nourriture, ensuite nous les amenons chez le vétérinaire, et nous les remettons dans leur milieu."

PHOTO :
A 63 ans, Simone Guinamand, jeune retraitée, a décidé de défendre la stérilisation des chats. "Les gens doivent comprendre que si on ne fait pas ça, les animaux sont malheureux".
Photo M.F


Pour l'instant, l'association fonctionne sur ses fonds propres. "Malgré tout, indique la bénévole, la population augmente. C'est une action sporadique, qui n'est pas structurée pour l'instant. Il y a une forte concentration dans le Comtat venaissin, et sur Carpentras, dans les quartiers Saint-André, aux Éléphants et aux Amandiers. Il y a de véritables nids de chats", avance-t-elle.

L'aide de la SPA

Si l'association se heurte parfois à l'incompréhension de certains, elle a obtenu une aide précieuse auprès de la SPA qui lui fournit des bons de stérilisation utilisables dans les cliniques vétérinaires. "Il faut que les gens prennent conscience que si on ne fait pas ce geste, les chatons et les chats adultes qui ne sont pas stérilisés vont courir, se battre, se faire écraser. Les minettes, elles, vont attraper des abcès…" "SOS sacs à puces du Comtat" veut éviter tous ces désagréments quotidiens et contenir la population féline. Pour cela, elle a pris contact avec les autres associations sensibilisées à la cause des félins.

"En 2009, 50 à 60 chats ont été stérilisés. Mon but, c'est de voir avec la mairie et avec la Cove qui sont responsables respectivement de la capture et des transports d'animaux, de quelle façon on peut intervenir, comment ils peuvent nous aider. On nous a écoutés. Nous avons fait part du nombre anormal de chats errants sur la commune et ses environs", dit Simone qui tient à ce qu'il n'y ait aucune capture sauvage. "Je veux que les choses soient bien faites et dans le respect des animaux". Car pour elle, "une ville qui prend soin de ses animaux, prend soin de son environnement et de son cadre de vie". Dans cette perspective, Simone Guinamand qui se bat pour la stérilisation des chats, milite aussi pour leur bien être. Elle en a déjà fait adopter une quinzaine qui errait dans son quartier après leur stérilisation. Les personnes qui veulent aider l'association (nourriture, dons, adhésion de 20€ par an) ou à la capture peuvent contacter le 0490289226 ou le 0689994812. En passant par l'association, les riverains et non les particuliers peuvent obtenir des tarifs spéciaux auprès des vétérinaires.

Mélanie FERHALLAD ([email protected] )