Parler du deuil de son animal à des personnes compréhensives

Parler du deuil de son animal à des personnes compréhensives

Le deuil est une « expérience » très personnelle, que chaque être humain vit à sa manière, qu’il s’agisse de la disparition d’un proche ou du décès d’un chien ou d'un chat. Pour cette raison, personne ne peut ni ne doit dire à quelqu’un d’autre comment il doit se sentir ou réagir face à une perte. C’est à lui, et à lui seul, de juger à quel moment il se sent en mesure de « passer à autre chose ».


Il n’y a pas non plus de honte à être affecté par la perte d’un chien ou d’un chat. Après tout, même si la question de la place dans la famille du chien ou du chat ne fait pas consensus, la plupart des maîtres considèrent leur animal de compagnie comme un membre du foyer, avec qui ils ont partagé leur quotidien et leur vie pendant un grand nombre d’années… Chercher à hiérarchiser les douleurs, sous prétexte qu’un chat ou un chien n’est pas aussi « important » qu'un humain, est un non-sens : chaque deuil est vécu différemment par chacun, en fonction de son histoire personnelle et du lien qui l’unissait à l’être disparu.


Malheureusement, certaines personnes qui n’ont jamais eu d’animal de compagnie ont tendance à se montrer maladroites en essayant – à tort – de minimiser l’évènement. Ainsi, des phrases telles que « Ce n’est qu’un animal, il n’y a pas mort d’homme », « Ne te mets pas dans des états pareils pour un chat » ou même « Tu n’as qu’à adopter un nouveau chien ou chat pour remplacer celui qui est décédé », sont monnaie courante. Et quand bien même elles seraient prononcées avec les meilleures intentions du monde, elles ne parviennent qu’à faire souffrir un peu plus la personne endeuillée, en la faisant se sentir tour à tour coupable et totalement incomprise par son entourage. Cela peut l’amener à taire ses sentiments, voire à se couper des autres.


Il est pourtant essentiel de pouvoir parler de la peine qu’on éprouve autour de soi, sans se sentir jugé ou critiqué, car le silence ne fait que compliquer et allonger le processus de deuil en intensifiant le désespoir ressenti. Les émotions qui ne peuvent pas être exprimées ne disparaissent pas pour autant : elles s’enfouissent temporairement dans un coin de notre cœur pour refaire surface à intervalle régulier et nous replonger chaque fois un peu plus dans le chagrin.


Si votre entourage ne comprend pas votre douleur, ou s’il ne sait pas comment vous aider, il ne faut pas hésiter à solliciter des personnes n’appartenant pas à votre groupe d’amis habituels. Tournez-vous vers votre vétérinaire, un groupe de parole, un professionnel de l’accompagnement du deuil ou encore un psychologue, pour ne pas avoir à surmonter cette épreuve tout seul. Il existe désormais des sites de soutien en ligne pour ceux qui font face au décès d'un animal de compagnie et qui ont besoin de se confier à des personnes ayant vécu la même situation.

Dernière modification : 09/06/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager