Parler aux enfants de la mort du chien ou du chat

Annoncer le décès d'un animal de compagnie à un enfant

Annoncer le décès d'un animal de compagnie à un enfant

Lors d’un évènement dramatique, les parents ont souvent le réflexe de cacher la vérité aux enfants, pour éviter de les rendre malheureux. C’est d’autant plus vrai que le décès du chien ou du chat de la famille est souvent la première expérience de la mort pour eux. Pourtant, même les plus jeunes ont besoin de connaître la vérité pour pouvoir comprendre la situation et l’accepter - d’autant qu’ils remarqueront forcément l’absence au quotidien de leur compagnon préféré.


Affirmer que l’animal est parti, a fugué, ou que la famille a été victime du vol de son chien ou de son chat, dans l’espoir d’atténuer la douleur de la disparition, n’est pas non plus une bonne solution, car elle peut conduire l’enfant à se sentir coupable (« est-ce parce que j'ai puni ou grondé le chien ou le chat qu'il est parti ? »), ou à lui faire espérer indéfiniment - et inutilement - son retour. Il est également possible qu’il se sente trahi le jour où, fatalement, il apprendra la vérité.


Mieux vaut donc dire les choses clairement dès le début, pour permettre à toute la famille de faire le deuil. En annonçant cette dure vérité aux plus jeunes, on les aide à grandir et à se préparer sainement à la vie et aux pertes inévitables qui la jalonnent.


Bien évidemment, les enfants seront plus ou moins troublés ou affectés par cette perte selon leur caractère et selon leur âge. C’est pourquoi le discours doit être adapté à chacun.


Pour les enfants de moins de 6 ans, des explications justes mais simples suffisent. À ces âges-là, les notions de mort, de "plus jamais", n'existent pas encore : il ne s'agit donc pas d'un véritable deuil pour eux, mais plutôt d'expérience de séparation, de perte, qu'il ne faut pas les laisser vivre dans la solitude.


Les enfants plus âgés posent quant à eux de nombreuses questions, car ils comprennent ce que la mort signifie. S’il est inutile d'entrer dans des détails qui pourraient les choquer, il convient en revanche de répondre avec clarté à leurs interrogations, telles que « Est-ce qu'il a mal ? », « Est-ce qu'il a froid ? ». Cela les rassure et les aide à faire leur deuil.

Aider un enfant dans le deuil de son animal

Aider un enfant dans le deuil de son animal

Présenter franchement les faits douloureux, voire permettre à l’enfant qui le demande de voir le corps de l'animal mort, n'est pas aussi choquant pour lui que ce que l’on pourrait croire. Cela l’aide au contraire à accepter cette réalité et à aller de l’avant.


À l’inverse, sa souffrance est accrue si les parents font silence sur l'évènement et ne veulent pas lui laisser vivre la réalité des choses. Le sentiment de solitude et d'abandon qui pourrait en résulter ne ferait que l'empêcher de dépasser la souffrance liée à la disparition de l'animal.


Il est donc capital que l'enfant puisse dire sa peine à ses parents, extérioriser ses émotions et se sentir accompagné dans son chagrin. Il peut le faire d'autant mieux que les adultes eux-mêmes ne dissimulent pas leur propre peine, en lui montrant ainsi qu'il est normal de l'exprimer. Et si, à la suite de cette perte, il éprouve de l'angoisse face à la mort, il est possible de le rassurer en lui expliquant que toutes les maladies ou blessures n'y mènent pas forcément.

 

L'enfant est également aidé dans son travail de deuil s'il peut fleurir la tombe de son animal (si on a choisi de faire enterrer son chien ou enterrer son chat) ou savoir où se trouvent ses cendres (si l'incinération du chien ou la crémation du chat a été privilégiée).

Dernière modification : 11/10/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager