Chats polydactyles : la polydactylie chez le chat

Chats polydactyles : la polydactylie chez le chat

Il est bien connu que diverses mutations génétiques et malformations peuvent toucher l’Homme. Les chats ne sont pas à l’abri, et peuvent aussi être concernés par de tels problèmes de santé affectant leur organisme et/ou leur apparence.


Certaines peuvent menacer leur vie, comme des malformations cardiaques ou du cerveau, et d’autres sont simplement des anomalies sans grandes conséquences. C'est le cas par exemple de l’absence de queue et de la polydactylie.


Qu’est-ce que cette dernière ? A quoi est-elle due, y a-t-il lieu de s’en inquiéter, et dans quelle mesure impacte-t-elle la vie du chat ?

Partager
 

Qu’est-ce que la polydactylie ?

Qu’est-ce que la polydactylie ?

Le mot « polydactylie » vient des mots grecs « poly », qui signifie « plusieurs », et « daktulos », qui signifie « doigts ». Ainsi, un être vivant polydactyle présente la particularité d’être doté de plus de doigts que la normale.

 

Cette anomalie physique se retrouve chez les humains, les chiens, les cochons d’Inde, les gallinacés (ordre d’oiseaux comprenant notamment les poules, les dindes, les pintades, les cailles et les faisans) et les chats. La polydactylie a toutefois ses propres caractéristiques et modes de transmission selon l’espèce. 

La polydactylie chez le chat

La polydactylie chez le chat

Normalement, le chat possède 4 doigts plus un ergot sur ses pattes avant, et 4 doigts sur ses pattes arrière. Lorsqu’il est atteint de polydactylie, il peut avoir jusqu’à 7 doigts par patte.

 

La majorité des cas de polydactylie chez le chat touchent uniquement les pattes antérieures. Cette anomalie n’est pas si exceptionnelle et touche plus de chats qu’on ne le croit. En revanche, les cas de polydactylie des pattes postérieures sont plus rares, et les cas où toutes les pattes sont touchées (antérieures comme postérieures) le sont encore davantage.

 

Par ailleurs, la polydactylie est la plupart du temps symétrique : si une des pattes avant présente 6 doigts, il y a de fortes chances pour que l’autre en présente le même nombre. Il en va de même en cas de polydactylie des pattes arrière. Cela dit, beaucoup de combinaisons différentes sont possibles.

 

Comme pour l’Homme, il existe deux formes de polydactylie chez le chat : la polydactyle postaxiale (ou « pattes en forme de hamburger ») et la polydactylie préaxiale (« pattes en forme de moufle »). Dans le premier cas, le(s) doigt(s) supplémentaire(s) se trouve(nt) à côté du « petit doigt ». Dans le second cas, il(s) se trouve(nt) à côté du « pouce ». La polydactylie postaxiale est plus rare, et les doigts supplémentaires ne sont pas toujours complètement formés. Dans un cas comme dans l’autre, chaque doigt supplémentaire est doté de son propre coussinet terminal ainsi que, normalement, de ses propres coussinets palmaires et plantaires.

 

Dans la grande majorité des cas, la polydactylie est la conséquence d’une mutation génétique héréditaire qui se forme dans l’embryon, et peut être détectée dès le 20ème jour de gestation de la chatte. Le responsable est un gène autosomique dominant à expression variable (gène PD). Dit plus simplement, il suffit qu’un des parents soit porteur du gène pour que le chaton soit polydactyle.

 

Un chat qui est polydactyle du fait de la mutation de ce gène ne voit aucunement son espérance de vie ou même simplement son confort de vie menacés. Il s’agit d’une simple anomalie physique, et non d’une maladie.

 

Par contre, la polydactylie peut aussi résulter d’autres désordres génétiques rares et plus graves, comme le syndrome d’Ellis van Creveld ou l’hypoplasie radiale féline, dont elle est un des symptômes.

 

En présence d’un chat polydactyle, il faut donc rester vigilant et à l’affut d’autres symptômes (nanisme, malformations dentaires, difficultés à se déplacer…) qui pourraient indiquer que la polydactylie est le résultat d’une cause plus grave que la simple mutation génétique du gène PD.

 

Pour différencier un cas de polydactylie génétique d’un cas plus sérieux où l’anomalie est causée par une maladie ou un syndrôme, il est possible de faire examiner l'animal par un vétérinaire. Ce dernier pourra examiner les pattes en les manipulant et/ou en faisant une radiographie, et poser des questions sur ses parents et sur l’éleveur, dans le cas où le chat provient d’un élevage félin.

 

Si certains signes laissent à penser que la cause de la polydactylie n’est pas la mutation du gène PD (notamment d’autres symptômes physiques, comme des pattes plus courtes et des dents mal placées), il est susceptible de faire faire au chat une prise de sang ou un examen d'urine, en vue de déterminer la cause exacte de l’anomalie.

Les races de chat prédisposées à la polydactylie

Les races de chat prédisposées à la polydactylie

Tous les chats peuvent être touchés par la polydactylie, peu importe leur sexe, leur race et leur origine. Ceci dit, c’est parmi les Maine Coon et les Pixie Bob que les chats polydactyles sont le plus nombreux, car ces deux races sont marquées par une prédisposition pour cette anomalie génétique.

 

Le Maine Coon, comme son nom l’indique, est originaire de l’Etat du Maine, aux Etats-Unis. Situé au nord-est du pays, à la frontière du Canada, ce dernier peut connaître des hivers extrêmes, avec beaucoup de chutes de neige. On estime qu’à une époque, 40% de la population de Shags (l’ancêtre du Maine Coon) était polydactyle : cette particularité leur permettait d’avoir des pattes plus larges et mieux isolées du froid, qui leur servaient en quelque sorte de raquettes. Aujourd’hui, si seulement environ 2% des Maine Coon sont polydactyles, cette race reste l’une des plus susceptibles de présenter l’anomalie.

 

Le Pixie Bob est quant à lui une race de chat très récente, dont l’un des deux chats fondateurs était polydactyle. Cette caractéristique se retrouve chez ses descendants, puisqu’environ 50% des représentants de la race sont aujourd’hui polydactyles. Il est tellement courant de voir un chat polydactyle chez les Pixie Bobs que c’est la seule race pour laquelle la polydactylie n’est pas un motif de disqualification dans les expositions félines.

La polydactylie féline dans l’Histoire

La polydactylie féline dans l’Histoire

Le célèbre naturaliste Charles Darwin parlait déjà de polydactylie féline dans son ouvrage The Variation of Animals and Plants Under Domestication, paru en 1868. Avant cela, il n’y avait pas vraiment de connaissance scientifique autour de cette malformation, que ce soit chez les humains ou chez les animaux.

 

Cela ne signifie pas pour autant que la polydactylie n’existait pas. Ainsi, dans l’Europe du Moyen-Âge,  elle était considérée comme un signe de mauvaise fortune. De ce fait, les chats polydactyles étaient alors exterminés, du fait de la croyance selon laquelle cette caractéristique était un signe de sorcellerie. Cela expliquerait d’ailleurs pourquoi, encore aujourd’hui, on trouve si peu de chats polydactyles en Europe continentale, alors qu’ils sont sensiblement plus courants au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou encore au Canada.

 

© Hemingway Home
© Hemingway Home

Au contraire, les chats polydactyles étaient en effet très appréciés des marins occidentaux dès le 17ème siècle, qui les considéraient comme des porte-bonheurs. De fait, avec leurs grosses pattes, ils gardaient mieux l’équilibre sur les mers agitées et étaient particulièrement efficaces pour chasser les souris. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore, ils sont particulièrement répandus au Pays de Galles, du fait de l’influence des nombreux marins qui y vivaient. Ils y sont surnommés les « Cardi-Cats ».

 

C’est aussi un capitaine de bateau, Stanley Dexter, qui aurait offert à Ernest Hemingway son premier chat polydactyle dans les années 1930, un chaton blanc que l’auteur nomma Snow White. L’écrivain tomba sous le charme de ce chat et accueillit une cinquantaine de chats polydactyles dans sa maison de Key West, en Floride. Aujourd’hui encore, sa maison héberge de nombreux chats, dont la plupart sont les descendants de Snow White, et donc porteurs du gène polydactyle. En anglais, on surnomme même les chats polydactyles les « Hemingway Cats ».

 

Pour l’anecdote, le président américain Theodore Roosevelt (1901-1909) possédait un chat polydactyle du nom de Slippers, qui fut l’un des premiers chats de la Maison Blanche.

Les conséquences de la polydactylie sur la vie du chat

Les conséquences de la polydactylie sur la vie du chat

Il y a quelques décennies, certaines théories selon lesquelles la polydactylie était néfaste pour la santé des chats avaient un large écho. On disait notamment qu’ils étaient maladroits et n’arrivaient pas à chasser correctement, ce qui mettait leur survie en danger. On pensait également que la polydactylie indiquait que le chat était en mauvaise santé et plus faible que les chats normaux.

 

Or, on a établi depuis qu’en vérité, il n’en est rien. De nombreuses études scientifiques ont en effet prouvé que la polydactylie est sans danger pour le chat. Il s’agit uniquement d’une anomalie physique, qui causerait seulement un léger retard dans l’apprentissage de la marche et de la grimpe chez les chatons.

 

Au contraire, la polydactylie serait même parfois un atout, certains chats polydactyles ayant une plus grande habileté que leurs congénères, surtout lorsqu’ils ont des pattes en forme de moufle (polydactylie préaxiale). Cette particularité anatomique leur permet par exemple d’ouvrir facilement des portes, le(s) doigt(s) supplémentaire(s) faisant office de pouce. La polydactylie serait aussi bénéfique pour leur équilibre, et leur permettrait de chasser et de grimper de manière plus efficace.

 

Il faut toutefois prêter une attention toute particulière aux pattes polydactyles. La position de certains doigts peut en effet favoriser l’apparition de griffes incarnées, avec à la clef un risque d’infection si elles ne sont pas bien entretenues. De plus, certains doigts supplémentaires peuvent ne pas être rattachés directement au reste de la patte, car poussant sur un autre doigt. Bien que ça ne soit pas handicapant pour le chat et que ces doigts soient parfaitement utilisables, cela favorise l’apparition de fractures, car ils sont plus fragiles que les autres.

 

Enfin, il ne faut pas confondre la polydactylie, inoffensive, avec l’hypoplasie radiale féline, une malformation des pattes qui fait que le radius est beaucoup plus court. Cette mutation génétique provoque aussi l’apparition de doigts supplémentaires sur les pattes du chat, mais contrairement à la polydactylie, ils poussent au milieu des doigts normaux et non séparément et au bord de la patte. Il en résulte des pattes très larges et plates. Si des chats atteints d’hypoplasie radiale se reproduisent, de graves déformations de la patte peuvent apparaître dans les générations suivantes, qui, elles, peuvent réellement se montrer handicapantes, et avoir des conséquences néfastes sur la vie du chat. En anglais, on appelle d’ailleurs couramment les chats atteints d’hypoplasie radiale des « twisted cats », c’est-à-dire des « chats tordus ».

Le mot de la fin

Si vous possédez un chat polydactyle ou que vous envisagez d’adopter un chat qui l’est, il n’y a aucune raison de s’inquiéter de cette malformation : cette anomalie génétique n’a aucune conséquence néfaste sur la vie du chat, voire même peut être synonyme d’une agilité accrue. L’époque où elle conduisait à assassiner l’animal est bien révolue ; aujourd’hui, un chat polydactyle serait plutôt considéré comme un porte-bonheur...

Dernière modification : 11/11/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.