Skookum

Skookum

Partager
 

Caractéristiques du Skookum

Durée de vie moyenne
De 10 à 15 ans
Taille
15 cm
Taille de la femelle
De 2 à 4 m
Taille du mâle
De 3 à 5 m

Informations sur le Skookum

Le Skookum est une race de chat nain aujourd’hui classée comme race expérimentale par la majorité des organismes la reconnaissant. Si les races naines existent depuis au moins les années 40, le Skookum lui est nettement plus récent, ayant commencé à être développé aux Etats-Unis dans les années 90.


L’éleveur Roy Galusha est à l’origine de sa création. Il cherchait à créer un chat sortant de l’ordinaire, alliant la petite taille du Munchkin et le poil frisé ainsi que la grande intelligence du Laperm. Le Skookum apparut d’ailleurs au moment même où ces deux parents devenaient reconnues en tant que races officielles. Roy Galusha croisa donc ces deux races, et les chatons obtenus, de petite taille et au pelage ondulé, plurent très rapidement. Très vite, de nombreux éleveurs prirent le relais pour développer et diffuser le Skookum, tant aux Etats-Unis que dans d’autres pays (notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande).


 « Skookum » est un mot de la communauté amérindienne Chinook qui signifie « puissant ». Les raisons qui ont poussé Roy Galusha à choisir ce nom pour la race à laquelle il donna naissance sont peu claires, mais force est de reconnaître qu’il s’agit là d’un choix des plus surprenants, compte tenu du gabarit de l’animal. Quoi qu’il en soit, du fait de sa petite taille et de sa fourrure frisée, le Skookum est également surnommé affectueusement « la Shirley Temple du monde félin ».


Il est reconnu comme race expérimentale par la TICA (The International Cat Association, un des organismes félins de référence au niveau mondial), qui n’a toutefois pas encore statué sur son nom. L’organisation a en effet demandé des informations supplémentaires concernant le mot « Skookum », de manière à établir avec certitude qu’il ne porte pas une connotation négative dans certains pays du monde.


En tout état de cause, sachant que les chats aux poils frisés sont souvent appelés « Rex » (à l’instar par exemple du Devon Rex ou du Cornish Rex), il est fort possible qu’à plus ou moins brève échéance, le nom de la race soit modifié de manière à comporter le terme « Rex ».


De manière générale, le Skookum étant encore récent, il peine à être reconnu officiellement par les organismes de beaucoup de pays. Toutefois, à l’instar de la TICA aux Etats-Unis, certaines associations le reconnaissent déjà comme race expérimentale, attendant de voir comment elle se développera dans le futur pour ensuite potentiellement la reconnaître comme une race à part entière. À ce jour, seul l’organisme national australien, la Waratah National Car Alliance (WNCA), a franchi ce pas et permet donc à ses représentants de concourir dans les expositions félines organisées sous son égide.


Au final, le Skookum reste une race de chats rare au niveau mondial et très peu diffusée hors de son pays d’origine. En France, il n’est pas reconnu par le LOOF (Livre Officiel des Origines Félines), et il est fort probable que le nombre de spécimens présents dans le pays ne dépasse pas quelques unités.

Le Skookum est une race de chats naine. De ce fait, il possède des os bien plus courts que ses congénères, et ne pèse en moyenne qu’environ la moitié du poids d’un chat adulte moyen, affichant le plus souvent un poids de 3 à 4 kg. En outre, il a un corps trapu, avec des pattes avant plus courtes que les pattes arrière. Son corps ne doit d’ailleurs pas être trop allongé ; il est préféré un modèle de type morphologique bréviligne, légèrement cobby. Cette conformation ne l’empêche cependant pas de se déplacer sans difficulté et aussi rapidement que les autres races. Ses pieds sont compacts et arrondis.


À l’instar du reste de son corps, la queue porte des poils bouclés. Elle a une texture duveteuse, est large à la base et s’effile à son extrémité, où elle présente parfois un pompon.


Le nez du Skookum est plutôt large, droit, et de longueur moyenne. Son museau est assez massif et arrondi, et ses joues sont rebondies. Ses oreilles sont grandes, arrondies et plantées sur une tête assez large, ronde elle aussi. Le crâne est en revanche plutôt plat. Son cou quant à lui est assez épais, et sa poitrine est arrondie. Les yeux du Sookum, en forme de noix, sont très expressifs et peuvent être de taille moyenne ou grande. Toutes les couleurs sont acceptées.


Son pelage bouclé et très aéré est une caractéristique qui distingue cette race de beaucoup d’autres. On observe toutefois un certain dimorphisme sexuel à ce niveau, car les mâles possèdent des ondulations plus prononcées et des boucles plus resserrées. Les femelles ont donc généralement des boucles plus souples. Par ailleurs, le pelage peut être plus ou moins long en fonction des individus et de leur lignée. Mais dans tous les cas, sa texture est légère et l’ensemble du corps est frisé - même les sourcils et les moustaches -, ce qui fait du Skookum une race de chat au look très original. Par ailleurs, toutes les couleurs et tous les motifs sont acceptés, ce qui assure une grande diversité d’apparences.


Les traits et caractéristiques du Skookum ne sont pas encore définis de manière définitive, étant donné qu’il s’agit d’une race dite expérimentale et très peu reconnue. De ce fait, et vu que tous les résultats de croisements entre des Munchkins et des Laperms ne sont pas uniformes et homogènes, les chatons sont susceptibles d’être très différents les uns les autres, y compris au sein d’une même portée. Par exemple, un chaton peut ne pas naître nain, et croître de façon « normale ». De même, il peut naître et grandir avec des poils tout à fait lisses, sans jamais présenter d’ondulations. Même lors de mariages entre Skookums, il arrive que les chatons des portées ne possèdent pas une ou plusieurs des caractéristiques propres de la race. De ce fait, la sélection de ces chats reste encore quelque peu hasardeuse, ce qui explique la rareté de la race. 

Le Skookum étant une nouvelle race de chat, il est encore difficile de définir des généralités sur son caractère. En revanche, il est utile de connaître celui de ses deux ancêtres, le Munckhin et le Laperm. En effet, un Skookum peut avoir une personnalité combinant des traits de ces deux races, ou bien ne ressembler qu’à l’une d’elles.


Le Munchkin, son parent nain, est décrit comme un chat très affectueux, actif, sociable et grégaire. Il adore vivre en groupe avec d’autres animaux, qu’il s’agisse de congénères ou d’autres espèces, et est décrit comme un éternel chaton, toujours disposé à jouer. Le Laperm est plus indépendant et solitaire, mais apprécie tout de même énormément le contact avec son propriétaire. Il est réputé pour sa grande intelligence, son goût pour le jeu, et c’est de lui que le Skookum tient sa fourrure ondulée.


Ceci étant précisé, le Skookum est généralement un chat plutôt calme et très intelligent. En outre, malgré sa petite taille, il se montre athlétique et actif. Energique, espiègle et très curieux, il adore jouer avec ses propriétaires, ce qui en fait un parfait compagnon pour quiconque aime les chats joueurs et câlins. C’est d’ailleurs une race de chats recommandée pour une famille avec des enfants, et qui est également très heureux avec des personnes âgées aimant passer du temps avec leur animal.


Quoi qu’il en soit, avant d’envisager d’adopter un représentant de cette race, il faut s’assurer qu’un ou plusieurs membres du foyer sera(ont) en mesure de passer du temps avec lui et le divertir. En effet, le Skookum ne tient pas en place et adore interagir, car il est en constante quête d’attention : une maison avec beaucoup de compagnie lui convient donc parfaitement. Cette compagnie peut d’ailleurs prendre la forme d’autres animaux, avec qui il s’entend généralement très bien. À l’inverse, ce n’est pas du tout une race de chat qui supporte facilement la solitude : il aurait toutes les chances d’être malheureux s’il devait vivre avec une personne seule et souvent absente.


Chat d’intérieur par excellence, il apprécie vivre dans un lieu confortable où il est choyé au quotidien ; il adore que l’on prenne soin de lui et ne dit d’ailleurs jamais non à une session de brossage. Même s’il dispose d’un accès à l’extérieur, il est probable qu’il n’en fasse pas grand usage, et le risque de fugue du chat est quasi inexistant  Enfin, le fait qu’il soit plutôt discret, ne miaulant que très peu, le rend d’autant plus apte à la vie en appartement..

Le Skookum étant une race encore très récente, peu d’études existent à son sujet, et il est notamment encore difficile de définir clairement son espérance de vie moyenne.  Néanmoins, il ne présente à ce jour pas de prédisposition connue pour une quelconque maladie.


Cependant, chez le Skookum comme chez les autres races, le nanisme du chat peut entraîner certains problèmes de santé. Ainsi, une reproduction excessive de la femelle (par exemple dans le cas d’une activité d’élevage trop intense) est susceptible de causer des problèmes au niveau du bassin. En outre, la sélection du Skookum se base notamment sur la petitesse de ses pattes. Cette forme de nanisme est appelée achondroplasie, et on la retrouve également chez d’autres races comme le Munchkin et le Lambkin. Or, fondamentalement, l’achondroplasie est une maladie due à une mutation génétique, qui provoque un raccourcissement de la racine des membres. Il n’est d’ailleurs pas rare que les chatons concernés naissent avec des malformations des membres.


Bon nombre d’éleveurs de Skookum soutiennent aujourd’hui que le fait d’avoir des pattes courtes n’a aucune répercussion sur la qualité de vie générale du chat, mais aucune étude ne le prouve de manière certaine. En revanche, il a été observé que la mutation génétique entraînant l’achondroplasie est responsable de la mort d’un certain nombre de chatons avant même leur naissance. D’autres individus naissent sans difficulté, mais sont sujets à d’importants problèmes d’arthrose au cours de leur existence. De fait, certains vétérinaires s’inquiètent pour la santé générale du Skookum et tentent d’alarmer les potentiels acheteurs sur les problèmes de santé que peuvent connaître ces chats. Arguant qu’élever et sélectionner une race porteuse d’une mutation génétique pouvant entraîner des problèmes prévisibles chez ses représentants constitue un non-sens, ils sont partisans de l’arrêt total de l’élevage du Skookum et du Munchkin, et par conséquent souhaitent la disparition de ces deux races naines, pour des raisons d’éthique.


En effet, le parent nain du Skookum, le Munchkin, est sujet à des problèmes de conformation tels que la lordose (déformation de la colonne vertébrale), et le pectus excavatum (déformation du thorax). Ces défauts de morphologie, handicapants pour l'animal, sont également à prendre en compte quant aux potentiels problèmes auxquels peut être sujet le Skookum, puisqu’il est fort probable que certaines lignées de cette race en héritent. En revanche, le Laperm quant à lui ne présente pas de prédisposition à des maladies génétiques ou à des problèmes causés par sa morphologie.


Des études se poursuivent concernant le nanisme du Munchkin et les problèmes que cette particularité pourrait engendrer. Leurs résultats permettront assurément d’éclairer également le cas du Skookum.


Quoi qu’il en soit, tout propriétaire de Skookum doit veiller à lui assurer un suivi vétérinaire régulier, afin de prévenir tout problème de dos ou problème articulaire susceptible notamment d’être causé par la petite taille de ses pattes.

Contrairement à ce que pourraient laisser croire ces belles ondulations, l’entretien du Skookum n’est pas chose difficile. En effet, brosser son pelage deux fois par semaine suffit pour le maintenir en bon état. En outre, ces séances se passent parfaitement bien, car ce chat adore se faire chouchouter et se laisse donc soigner avec plaisir.


Cela dit, contrairement à de nombreuses autres races, le principal intérêt du brossage du chat n’est pas de retirer les poils morts, mais de conserver les belles ondulations de son pelage. En effet, le Skookum ne perd que très peu de poils.


Par ailleurs, il peut être nécessaire de couper ses griffes à intervalle régulier. Toutefois, cela dépend des individus, et plus précisément de leur niveau d’activité. En effet, le Skookum a beau vivre plutôt en intérieur, il n’en reste pas moins très actif, ce qui peut favoriser la taille naturelle de ses griffes.

Le Skookum n’a pas besoin d’une alimentation spécifique. Des repas utilisant une alimentation pour chat industrielle, équilibrée et de bonne qualité suffisent à le garder parfaitement en forme.

Le prix d’un Skookum se situe aux alentours des 2000 euros, mais varie grandement en fonction de la lignée et des caractéristiques physiques du chaton.

 

Quoi qu’il en soit, ce qui est rare est cher, et c’est ce qui explique ce prix relativement élevé, car le Skookum est encore très peu représenté.

Avis & conseils Skookum

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race féline !

Vous connaissez bien les Skookum, ou possédez vous-même un Skookum ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer