Scottish Fold

Scottish Fold

Standard : Standard LOOF – Scottish & Highland

Partager
 

Caractéristiques du Scottish Fold

Poids de la femelle
De 2.5 à 4 kilos
Poids du mâle
De 4 à 6 kilos
Taille de la femelle
De 20 à 25 cm
Taille du mâle
De 23 à 28 cm

Informations sur le Scottish Fold

Le Scottish Fold est apparu en 1961 à Coupar Angus, en Ecosse. Susie, une femelle de couleur blanche, vivait sur la ferme des MacRae et ne serait jamais passée à la postérité si elle n’avait pas été remarquée par William Ross, un berger qui était aussi éleveur de British Shorthair. Celui-ci s’enticha de Susie et ses oreilles pliées vers l’avant, et les MacRae promirent de lui donner un de ses chatons.

 

Il existe cela dit des références antérieures à des chats ayant de telles oreilles, notamment en Asie. Par exemple, le Magazine Universel du Savoir, publié par John Hinton en 1796, mentionne l’existence de chats sauvages dans ce cas en Chine. Plus récemment, le Guide des Chats du Monde (Loxton, 1975) affirme qu’il a de tout temps existé en Chine une race de chats aux oreilles pliées et dont certains spécimens auraient été ramenés en Europe par des marins.

 

Néanmoins, c’est bien Susie qui est à l’origine de tous les Scottish Fold existant aujourd’hui.

 

Les MacRae tinrent leur promesse, si bien qu’en 1963, Mary et William Ross reçurent Snooks, qui présentait la même fourrure blanche et les mêmes oreilles pliées que Susie, sa mère. Snooks donna naissance à une première portée, au sein de laquelle un mâle de couleur blanche nommé Snowball fut choisi pour être croisé avec un British Shorthair de couleur blanche nommé Lady May. Cette dernière donna ainsi naissance à cinq chatons ayant tous les oreilles pliées vers l’avant, et cette portée marqua le début de la lignée des Scottish Folds.

 

Au début, les Ross appelèrent « Lops » la race ainsi créée. Toutefois, à partir de 1966 et la reconnaissance officielle par le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique, avec à la clef la possibilité de les présenter en expositions félines, elle fut appelée Scottish Fold, en référence à ses origines écossaises.

 

Aidés par le généticien anglais Peter Dyte, les Ross commencèrent alors un programme d’élevage faisant appel à des croisements avec des British Shorthair et des chats de ferme.

 

Toutefois, la situation finit par se noircir pour le Scottish Fold dans son pays d’origine. Déjà inquiet au sujet d’un risque potentiel anormalement élevé d’infection des oreilles et de surdité (bien qu’il ait été démontré plus tard que cette crainte n’était pas fondée), le GCCF décida en 1971 de clore l’enregistrement de Scottish Fold, après l’apparition de premiers problèmes d’ordre génétique. Le dernier spécimen enregistré en Grande Bretagne fut donc Denisla Morag.

 

Tombé en disgrâce dans ses terres natales, le Scottish Fold avait néanmoins auparavant entamé sa conquête des Amériques. En effet, Denisla Judy, Denisla Joey et Denisla Hester, toutes filles de Snooks, avait été importées aux États-Unis en 1970 par le Dr. Neil Todd, un généticien de Newtonville, au Massachussetts. Toutefois, après avoir permis la naissance de deux portées, il arrêta son projet de recherche, et Denisla Hester atterrit entre les mains de Salle Wolf Peters, un éleveur de Manx reconnu.

 

En 1972, le premier Scottish fut présenté à une exposition de la Cat Fanciers’ Association (CFA) américaine, et l’intérêt fut immédiat. Plusieurs éleveurs commencèrent à s’impliquer dans le développement de la race. En particulier, Salle Wolf Peters de la chatterie Wyola et Karen Votava de la chatterie Bryric militèrent dès 1974 pour faire enregistrer les premiers individus auprès de la CFA, avec le statut de race expérimentale.

 

À cette époque, le gène responsable de la mutation à l’origine des oreilles pliées était encore méconnu. C’est justement à l’occasion de travaux sur ce gène réalisés au début des années 70 par le Dr. Oliphant Jackson, un généticien anglais, que furent mis à jour des problèmes osseux chez le Scottish Fold, dus essentiellement aux nombreux croisements consanguins réalisés entre les premières générations.

 

Il fut donc décidé d’apporter de grandes quantités de sang neuf dans la race, et de nombreux croisements avec des American Shorthair et des British Shorthair permirent de diminuer ces problèmes osseux. Aujourd’hui encore, les croisements entre un Scottish Fold et un Shorthair sont chose courante, et permettent de préserver la diversité génétique de la race. Ils sont d’ailleurs approuvés par les organismes félins de référence.

 

Le Scottish Fold reçut dès 1978 la reconnaissance définitive de la CFA, et la TICA (The International Cat Association) fit de même en 1979. En revanche, le GCCF, soutenu dans cette décision par la British Veterinary Association, n’est jamais revenu sur son choix de bannir cette race. On a donc là un cas assez rare de race féline reconnue dans de nombreux pays, mais pas dans celui où elle est née. Cela dit, le GCCF est loin d’être le seul sur cette position, puisque la Fédération Internationale Féline (FiFé), par exemple, ne la reconnaît pas non plus.

 

Ceci ne l’a pas empêché de conquérir le reste du monde et de devenir assez commune. D’après les chiffres de la CFA, Il fait même partie des 10 races de chats les plus populaires aux États-Unis, et ce devint d’ailleurs le cas dans un délai de quelques années à peine après sa reconnaissance officielle par l’organisme. En France, où il apparut pour la première fois en 1982, il connaît un succès croissant : alors que moins de 100 chatons étaient enregistrés chaque année au Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) au début des années 2000, ils sont désormais plus de 500, ce qui place le Scottish Fold autour de la 15ème place parmi les races de chat les plus populaires auprès des Français.

Le Scottish Fold est un chat de taille moyenne, tout en rondeur et à l’ossature solide, mais qui conserve une allure souple et agile. Ses pattes sont assez courtes, tandis que sa queue se doit d’être plutôt longue et s’effile pour finir en arrondi.

 

La tête est elle aussi ronde, avec un menton et des mâchoires bien marquées, ainsi que des pommettes proéminentes. Les yeux, larges et bien ronds, sont le plus souvent cuivre, mais peuvent avoir d’autres couleurs, notamment le bleu chez les sujets à la fourrure blanche.

 

Le Scottish Fold est connu pour ses petites oreilles au bout arrondi qui retombent vers l’avant. Cela dit, les chatons naissent avec les oreilles droites : elles ne commencent à se plier que vers l’âge de 3 semaines, du moins pour la moitié d’entre eux. En effet, l’autre moitié conserve des oreilles droites, et ils sont connus sous le nom de Scottish Straight ou Highland Straight Ils ne sont pas exclus de la reproduction, car leur croisement avec un Fold peur donner naissance à un chaton qui, lui, a les oreilles repliées.

 

Il convient en tout cas de souligner que le fait qu’elles soient repliées vers l’avant n’empêche pas les oreilles du Scottish Fold d’être mobiles et très expressives, pivotant pour mieux entendre ou se redressant à l’ouverture d’une boite de pâtée.

 

Par ailleurs, ce chat a une fourrure dense, avec un sous-poil abondant et un poil de couverture qui peut être court ou bien long. La texture peut varier en fonction de la robe et/ou de variations régionales ou saisonnières.

 

Toutes les couleurs sont possibles, mis à part celles qui démontrent un croisement non autorisé avec un autre Scottish Fold, ou toute autre race différente du British Shorthair ou de l’American Shorthair.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est bien marqué, les mâles étant plus grands que les femelles.

Standard LOOF – Scottish & Highland ()



TETE = 45 points

Profil = 5

Museau et nez = 5

Forme des yeux = 5

Couleur des yeux = 5

Menton = 5

Oreilles = 20 points

- Pliure = 7

- Taille = 5

- Placement = 5

- Forme = 3


CORPS = 35 points

Encolure = 5

Torse = 5

Pattes et pieds = 5

Queue = 10

Ossature = 5

Musculature = 5


ROBE = 15 points

Texture et longueur = 10

Couleur = 5


EQUILIBRE ET CONDITION = 5 points



Robes reconnues :

Catégories : toutes

Divisions : solide, tabby, silver/smoke, solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc

Couleurs : toutes



Mariage autorisé :

Scottish Fold X British Shorthair

Scottish Fold X British Longhair

Scottish Fold X Scottish Straight

Scottish Fold X Highland Straight

Scottish Straight X British Shorthair

Scottish Straight X British Longhair

Scottish Straight X Scottish Straight

Highland Fold X British Shorthair

Highland Fold X British Longhair

Highland Fold X Highland Straight

Highland Fold X Scottish Straight

Highland Straight X British Shorthair

Highland Straight X British Longhair

Highland Straight X Highland Straight


Les mariages de Fold entre eux sont strictement interdits.


Tous les Scottish (resp. Highland) ont accès au championnat jusqu’au 1er janvier 2012. Les Scottish Fold et les Scottish Straight (resp. Highland Fold et Highland Straight) concourent dans la même
classe.


Introduction :

Le Scottish existe en deux variétés : oreilles pliées («fold») et oreilles droites («straight»). Le Highland est la variété à poil long du Scottish, et existe donc également dans les deux variétés «fold» et «straight».
Le Scottish et le Highland sont des chats tout en rondeur, qui dégagent une impression générale de force et de douceur. Dans leurs variétés Fold, les petites oreilles sont repliées vers l’avant. La mutation spontanée responsable des oreilles pliées est apparue en 1961 chez des chats de ferme écossais. Tous les Scottish et Highland descendent de Susie, la première Fold découverte par les fondateurs de la race : William et Mary Ross.
En Ecosse et en Angleterre, la race a été fixée par des croisements entre des British Shorthair et des chats domestiques à oreilles pliées. En France, la race choisie dans les programmes d’élevage des Scottish et des Highland est le British.


Tête :

La tête est large avec des contours bien arrondis quel que soit l'angle sous lequel on la regarde. Les joues sont pleines. Le crâne est arrondi, descendant par une courbe légèrement concave. Le nez est court et large. Un léger stop est admis. Les mâles adultes ont des bajoues puissantes.


Museau :

Vu de face comme de profil, le museau s’inscrit dans un cercle bien défini avec des pâtons fermes et pleins. Le nez et l’arête du nez sont droits. Le bout du nez est placé dans l'alignement du menton qui est bien ferme.


Yeux :

Ronds, grands et bien ouverts, les yeux sont bien écartés l’un de l’autre, ce qui accentue encore la largeur du nez. La couleur doit être uniforme et en accord avec celle de la robe. Les tonalités les plus intenses et les plus brillantes sont préférées.


Oreilles :

Larges à la base, les oreilles sont de taille moyenne à petite, arrondies à leur extrémité et placées bien espacées l’une de l’autre, de manière à respecter l’arrondi de la tête.

Scottish Fold et Highland Fold : Les oreilles sont pliées («fold») vers l’avant, et peuvent être à simple ou double pliure. Des oreilles petites et bien pliées sont préférées à de plus grandes aux plis desserrés.

Scottish Straight et Highland Straight : Les oreilles sont droites.


Encolure :

Trapue et musclée, l’encolure est très courte jusqu’à apparaître presque inexistante.


Corps :

De format semi-cobby, le corps est large, épais, musclé et bien rond. L’ossature est robuste et la musculature puissante. La taille est moyenne à grande. L'arrière-main doit être très souple lors de la manipulation.


Pattes :

Moyennes, les pattes sont légèrement moins hautes que la longueur du corps. L’ossature est robuste et la musculature puissante. Une attention particulière sera portée à leur mobilité, qui doit être comparable à celle des autres races.


Pieds :

Ronds et fermes.


Queue :

Epaisse à la base, la queue est moyenne à longue. Elle s’affine légèrement jusqu’à un bout arrondi. Flexible, souple, elle ne doit présenter aucune raideur.

Highland : La queue doit être fournie et en panache.


Robe et texture:

Scottish : fourrure courte, dense, ferme et dressée au point de s’ouvrir sur l’encolure quand le chat tourne la tête. On peut la comparer aux poils d’un tapis de laine. La fourrure possède un sous-poil épais et donne l’impression d’une bonne protection naturelle.

Highland: fourrure mi-longue, soyeuse, avec un sous-poil épais. La collerette et les culottes sont bien fournies.


Tolérances :

Des variations saisonnières dans la texture du poil sont admises.

Scottish : La texture peut différer un peu chez les chats de couleurs autres que diluées.

Highland : La qualité de la texture peut être différente selon les couleurs, mais la densité doit être identique.


Pénalités :

Texture trop longue ou couchée chez le Scottish.

Fourrure qui manque de sous-poil et de densité en général.

Crâne plat, stop trop marqué, nez trop long.

Oreilles décollées à plus de 90° chez le Scottish Fold et le Highland Fold.

Jarrets clos.

Marques tabby fantômes chez les chats de couleur unie, sauf chez les chats de la série orange.


Refus de tout titre :

Queue trop courte.

Queue qui manque de flexibilité.

Pieds déformés.

Apparence trop proche de l’ Exotic Shorthair ou du Persan.

Narines pincées.

Ossature délicate. Manque de tonicité musculaire.

Taches blanches chez les chats autres que particolores.

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition..

Le Scottish Fold existe en deux variétés : les chats à poil court et ceux à poil long.

 

Ces derniers sont parfois nommés Highland, ou Highland Fold. Pour certains organismes, comme par exemple The International Cat Association (TICA), ils forment même une race à part entière, nommée Scottish Fold Longhair.

 

En parallèle, il existe des Scottish Straight, ou Highland Straight, qui ont le patrimoine génétique des Scottish Fold et donc les mêmes caractéristiques mais dont les oreilles sont droites, au lieu de repliées. Bien que ces chats ne soient pas toujours reconnus, que ce soit en tant que variété ou en tant que race distincte, ils sont essentiels à la bonne santé de la race. En effet, pour éviter des problèmes de santé, il est interdit de faire se reproduire deux Scottish Fold : l’un des deux parents doit obligatoirement être un Scottish Straight (ou une race autorisée, comme le British Shorthair ou l’American Shorthair).

Le Scottish Fold est proche des humains et très loyal. Il se montre affectueux et aime passer du temps avec tous les membres de sa famille, mais choisit rapidement son humain préféré, auquel il se montre tout particulièrement attaché. Il a besoin de beaucoup d’attention, mais n'est pas pour autant envahissant : si on lui fait comprendre qu’il dérange alors qu’il est installé sur les genoux, il prend place à coté sans rechigner, et si son maître n’a pas le temps de jouer avec lui, il se contente de le suivre partout dans la maison.

 

Sociable et décontracté, il adore l’attention qu’il peut recevoir des plus jeunes : c’est une race de chat idéale pour des enfants ayant appris à s’amuser avec les animaux et à les respecter.

 

En général, il apprécie également la compagnie de congénères et s’entend très bien avec les chiens habitués aux chats. Par contre, bien que possible – surtout s’il y a été habitué dès son plus jeune âge -, la cohabitation avec de petits animaux, rongeurs ou reptiles, est plutôt à éviter.

 

Modérément actif, il s’adapte très bien à la vie en appartement, surtout si sa famille prend la peine de passer chaque jour un peu de temps pour jouer avec lui.

 

Son besoin d’attention et d’interactions le rend assez enclin à souffrir de la solitude, mais la présence d’autres animaux dans le foyer est une bonne manière d’y remédier. En effet, s’il a des compagnons de jeu, il n’a pas de problème à passer ses journées à la maison lorsque ses maîtres sont au travail, se contentant simplement de demander un surplus de caresses le soir. Mais s’il venait à être laissé seul pour un long week-end voire des vacances, il risque fort d’exprimer son mal-être en causant des dommages plus ou moins conséquents.

 

Par ailleurs, le Scottish Fold est connu pour ses positions plus ou moins surprenantes : il dort sur son dos, s’assoit dans le canapé comme un humain, ou encore se dresse sur ses pattes arrière pour observer les environs, à la manière d’un suricate. Il préfère aussi boire l’eau coulant du robinet plutôt que celle de son bol, et certains individus ont l’habitude de manger avec leurs pattes.

 

Ces dernières sont d’ailleurs extrêmement agiles, lui permettant par exemple d’ouvrir des portes de placard ou d’attraper au vol un objet lancé par son maître. Aimant exploiter cet atout, le Scottish Fold apprécie tout particulièrement les jeux qui font appel à sa dextérité. Cela dit, il aime également les jeux de type puzzle pour chat, qui stimulent son intelligence et délivrent un peu de nourriture en cas de succès.

 

Enfin, il est peu bruyant, non seulement parce qu’il est modérément vocal, mais aussi parce que son miaulement est très léger, presque difficile à entendre.

Le Scottish Fold est dans l’ensemble une race de chat à la santé robuste, au point d’ailleurs que de nombreux spécimens dépassent les 15 ans.

 

Il est néanmoins susceptible de développer certaines maladies :

  • la cardiomyopathie hypertrophique, une augmentation des tissus cardiaques causant des perturbations du fonctionnement du coeur ;
  • la maladie polykistique des reins (ou polykystose rénale), une affection génétique causant de nombreux kystes dans les reins, qui peut aujourd’hui être détectée à l’aide d’un test ADN ;
  • l’ostéochondrodysplasie, qui affecte le développement des os et du cartilage et peut causer de l’arthrose dès le plus jeune âge, avec donc à la clef des douleurs et des difficultés de mouvement. Les premiers symptômes sont généralement une raideur des pattes arrière et/ou de la queue. Une queue très courte et épaisse est un indice que l'individu est potentiellement touché. 

 

Par ailleurs, bien que ce ne soit pas une maladie en soi et que le Scottish Fold est loin d’être la race la plus affectée, l’obésité du chat est un risque bien réel pour la santé de l’animal. Un bon maître doit donc régulièrement s’assurer que son compagnon n’est pas sujet à l’embonpoint, et corriger le tir si cela vient à être le cas, en faisant appel si besoin à l’aide d’un vétérinaire.

 

Enfin, compte tenu de la forme de ses oreilles et afin d’éviter les infections et les parasites, il faut leur accorder une attention particulière, c'est-à-dire les vérifier et les nettoyer fréquemment.

 

Pour éviter la reproduction entre deux Scottish Folds et les problèmes de santé qui en découlent souvent, il est possible d’organiser une saillie avec une autre race autorisée. The International Cat Association (TICA) autorise par exemple l’hybridation avec des British Shorthairs ou des American Shorthairs.

Un Scottish Fold à poil court n’a besoin que d’une séance de brossage par semaine pour conserver la beauté et la bonne santé de sa fourrure. En revanche, un Scottish Fold à poil long (ou Highland Fold) nécessite un brossage plus régulier pour éviter la formation de nœuds et éliminer le poil mort : l’idéal est de le faire deux ou trois par semaine.

 

Par ailleurs, une vérification hebdomadaire des dents, des yeux et des oreilles permet de s’assurer qu’elles sont bien propres et qu’il n’y a pas de risques d’infection. Une attention particulière doit être portée à ses oreilles, qu’il est conseillé de nettoyer avec un chiffon humide.

 

Enfin, selon son mode de vie, l’usure naturelle et l’utilisation du griffoir peuvent ou non suffire pour ses griffes. Si ce n’est pas le cas et qu’elles deviennent trop longues, on peut les tailler facilement à l’aide d’un coupe-ongles.

Le Scottish Fold peut très bien être nourri avec les aliments pour chat industriels que l’on trouve dans le commerce. Ceux-ci doivent cependant être de qualité et adaptés à son âge ainsi qu’à son niveau d’activité, afin de lui apporter les nutriments et vitamines essentiels à sa santé.

 

Étant généralement capable de s’autoréguler, il peut être laissé avec de la nourriture à disposition en permanence dans sa gamelle, mais il faut toutefois s’assurer qu’il ne prend pas trop de poids. Si cela devait être le cas, il est recommandé de consulter un vétérinaire afin d’établir un programme alimentaire adapté à ses besoins spécifiques.

Le prix moyen d’un chaton Scottish Fold se situe un peu en dessous de 1000 euros.

 

Cette moyenne cache cependant de grandes disparités entre les chatons aux caractéristiques physiques assez éloignées du standard, dont le prix peut baisser à 500 euros, et ceux issus de lignées prestigieuses et présentant des caractéristiques qui les prédestinent aux expositions félines, dont le prix peut être supérieur à 2500 euros.

 

Dans tous les cas, il n’y a pas de différence de prix notable entre mâles et femelles.

  • Un Scottish Fold, Norton, est le personnage principal du livre de Peter Gethers intitulé Le chat qui dînait chez Maxim’s (1994).

  • La popularité du Scottish Fold sur les réseaux sociaux, notamment grâce à des artistes comme Ed Sheeran ou Taylor Swift, a entraîné un regain d’intérêt pour cette race dans son pays d’origine. Ceci pose problème à la British Veterinary Association, qui en 2017 a informé officiellement de sa position contre l’élevage de cette race.

  • Le Pudelkatze, un chat créé en Allemagne mais non encore reconnu comme une race à part entière par les principales associations félines, est issu du croisement entre le Scottish Fold, le Devon Rex et le Shorthair Européen.
Trouvez un élevage de Scottish Fold près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Scottish Fold ou organiser une saillie entre Scottish Fold ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Scottish Fold

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race féline !

Vous connaissez bien les Scottish Fold, ou possédez vous-même un Scottish Fold ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer