Minuet

Minuet

Nom d'origine : Napoléon

Partager
 

Informations sur le Minuet

Les origines du Minuet

Le Minuet ou Napoléon est une race de chat récente originaire des États-Unis.

 

Un beau jour de juin 1995, Joseph Smith, un éleveur américain de chien Basset, découvrit, en lisant le Wall Street Journal, une photo de Munchkin et un article consacré à ce chat, appelé aussi le chat Basset, Il fut immédiatement séduit par cette race et ses caractéristiques distinctives : pattes courtes (comme le Basset dont il faisait l’élevage), yeux ronds et expressifs, absence de stop au niveau du nez. Il constata que les individus qui avaient des pattes longues et n’étaient donc pas conformes au standard de la race ressemblaient à des chats de gouttière.

 

Il se mit alors en tête de créer une race de chat originale, qui mettrait en jeu à la fois des individus à pattes courtes et d’autres à pattes longues, avec donc la longueur des pattes comme seule différence entre les uns et les autres. Les premiers seraient les seuls strictement conformes au standard de la race, mais les seconds seraient néanmoins conservés afin d’être utilisés pour le programme de reproduction.

 

Il se tourna alors vers son amie Deb Kenny, une éleveuse de Persan qui décida de l’aider dans ses recherches et devint, au fil du temps, son mentor dans la progression de son projet.

 

Les deux passionnés s’intéressèrent d’abord au gène relatif aux pattes courtes. Ce gène dominant, nommé M comme Munchkin, correspond à une mutation génétique spontanée. Toutefois, un individu qui hérite de chacun de ses parents un allèle M, c’est-à-dire qui est homozygote sur ce gène, n’est pas viable. Par conséquent, il n’est pas question de faire se reproduire deux individus aux pattes courtes, sous peine d’avoir une portée dans laquelle en moyenne la moitié des individus ne sont pas viables. La seule façon d’obtenir des sujets aux pattes courtes viables est de faire se reproduire un individu aux pattes courtes (un Munchkin) avec un autres aux pattes longues. En procédant ainsi, tous les chatons sont viables : 50% d’entre eux ont des pattes courtes (ils sont hétérozygotes sur le gène M), et 50% les ont de taille normale (ils sont homozygotes sur le gène correspondant aux pattes longues).

 

Joseph Smith et Deb Kenny s’attachèrent dès lors à sélectionner les races avec lesquelles ils croiseraient le Munchkin. Leurs choix se portèrent sur :

  • le Persan de type « Doll Face », qui correspond à l’apparence traditionnelle de la race. Il a une forme générale ronde, un nez moyennement long, des pattes assez courtes, une longue robe angora soyeuse et dense. Toutes les couleurs sont acceptées pour cette dernière, sauf le colourpoint ;
  • l’Himalayen, qui est issu du croisement entre le Persan et le Siamois. Il possède les mêmes caractéristiques globales que le Persan doll-face, mais la couleur du poil diffère : elle ne peut être que colourpoint ;
  • l’Exotic Shorthair, résultat du croisement entre le Persan et l’American Shortair. Il présente les mêmes caractéristiques principales caractéristiques que le Persan Doll Face, même s’il a un nez plus large. Toutes les couleurs de robe sont possibles.

 

Le choix de ces races avait pour but de donner au Minuet une allure générale aux formes arrondies, une robe arborant toutes les couleurs possibles (colourpoint ou non), et des pattes pouvant être aussi bien courtes que longues. De plus, exclure la possibilité de croisements avec le Persan Peke Face (au nez écrasé) permettait d’éviter les problèmes respiratoires inhérents à cette variété.

 

Le programme d’élevage démarra donc en 1996, lorsque Joseph Smith acheta une femelle Munchkin (dont la grand-mère était une chatte Persan) à Penny Squires, de la chatterie Penhaven Munchkin, tandis que Deb Kenny fournit un mâle Exotic Shorthair. Ils se reproduisirent dès l’année suivante et donnèrent naissance à une première portée. L’initiative fut couronnée de succès, puisque les chatons obtenus présentaient bien les caractéristiques voulues.

 

Ils nommèrent cette nouvelle race Napoléon, en référence au premier empereur des Français - et plus précisément à sa petite taille.

La reconnaissance de la race

Le Napoléon hérita à la fois des controverses concernant le Munchkin et le Persan.

 

En effet, dès sa création aux États-Unis dans les années 80, le Munchkin fit l’objet de nombreuses contestations. En effet, tant des éleveurs que certaines instances officielles considérèrent que l’élevage d’une race avec une malformation physique (les pattes courtes) était contraire à l’éthique.

 

Quant au Persan, il commençait alors à être sous le feu des critiques, en particulier depuis l’apparition alors récente des variétés Himalayen et Exotic Shorthair. Sans même parler du Persan Peke Face, qui était apparu dès les années 30... En effet, sa face aplatie et son nez écrasé induisent des problèmes respiratoires, tandis que ses yeux globuleux sont à l’origine de soucis du canal lacrymal. Il convient néanmoins de rappeler que Joseph Smith prit soin d’éviter d’introduire tout Persan Peke Face dans son programme d’élevage, afin justement d’éviter que le Napoléon souffre lui aussi de tels problèmes.

 

Dans ces conditions, on comprend aisément que la reconnaissance du Minuet par les différents organismes félins de référence, qu’ils soient de dimension internationale ou nationale, ne fut pas un long fleuve tranquille.

 

Joseph Smith et Deb Kenny reçurent ensuite l’aide de soutiens de poids, en la personne de Gloria Stephens, juge au sein de The International Cat Association (TICA) et de Solveig Pflueger, présidente du comité de génétique de l’organisme.

 

La première les aida à rédiger le standard de la race, tandis que la seconde plaida sa cause en interne. Leurs efforts furent récompensés en 2011, lorsque la TICA reconnut la race à titre provisoire. Elle décida toutefois en 2015 d’un changement de nom au profit de celui de Minuet, nettement plus consensuel. En effet, la référence à celui qui fut l’Empereur des Français pouvait passer pour insultante, même si ce dernier était effectivement de petite taille. L’année suivante, la race obtenue la reconnaissance pleine et entière de la TICA, si bien qu’il devint notamment possible pour ses représentants de concourir dans les expositions félines organisées sous l’égide de l’organisme.

 

Il se pourrait que ce dernier fasse des émules dans les années à venir, mais pour l’heure ni la Fédération internationale Féline (FIFé), ni la World Cat Federation (WCF), n’ont franchi le pas à leur tour. L’organisme félin de référence aux États-Unis, la Cat Fanciers’Association (CFA), ne reconnait pas non plus le Minuet, pas plus d’ailleurs que les organismes nationaux des autres pays : l’Association Féline Canadienne (AFC), le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique, le Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) français… Autant dire que beaucoup de chemin reste à parcourir pour que le Minuet fasse parler de lui dans le monde entier.

Comme c’est souvent le cas avec les nouvelles races de chat, la notoriété du Minuet se cantonne essentiellement à son pays d’origine, les États-Unis. Même là, cette notoriété est toute relative, même si sa reconnaissance par The International Cat Association (TICA) en 2016 lui a évidemment offert une certaine visibilité. Les choses pourraient bien sûr s’accélérer si d’autres organismes venaient à en faire de même.

 

En attendant, on compte pour l’heure une vingtaine d’éleveurs de Minuet aux États-Unis, mais la race a également commencé à essaimer un peu dans d’autres pays.

 

On trouve ainsi une poignée d’élevages en Australie, en Afrique du Sud ou encore en France.

Le Minuet est une race de chat de type bréviligne (ou cobby) qui se distingue par ses courtes pattes, héritées du Munchkin. Pour le reste, il doit la plupart de ses caractéristiques physiques au Persan, à commencer par son anatomie générale toute en rondeurs (corps, tête, oreilles, yeux…).

 

Bâti autour d’une cage thoracique large, son corps est musclé et possède une ossature forte, avec des épaules et des hanches bien fermes. La queue, de taille moyenne, est bien touffue. Si le chat a une fourrure longue, les poils qu’elle comporte sont en forme de plumes.

 

Les pattes sont musclées et courtes – celles situées à l’avant le sont d’ailleurs encore davantage que celles situées à l’arrière. Elles peuvent avoir une légère courbure sur la face interne. Les pieds sont ronds, et chez les sujets au poil long ils comportent des touffes de poils.

 

La tête repose sur un cou court et fort et est petite et large. Quel que soit l’angle sous lequel on la regarde, son contour est totalement rond. Les joues sont rondes et pleines, sans être bombées. Le nez est large et moyennement court, sans être écrasé. Les yeux sont grands, bien ronds et possèdent une expression douce et attendrissante. Ils peuvent être de toutes les couleurs, et certains sujets les ont vairons (un œil de chaque couleur). Quant aux oreilles, elles sont de taille petite à moyenne, bien écartées l’une de l’autre, et se terminent en arrondi.

 

Le Minuet se décline en deux variétés, avec à la fois des individus à poil court et d’autres à poil long. La longueur du pelage est la seule chose qui les différencie, et les uns comme les autres possèdent un sous-poil très dense.

 

Par ailleurs, quelle que soit sa longueur, son pelage est doux et soyeux. En outre, toutes les couleurs et tous les motifs sont acceptés par le standard de la race.

 

Enfin, cette race se caractéristique par la quasi-absence de dimorphisme sexuel : mâles et femelles sont de gabarit pratiquement identique.

 

Il convient enfin de préciser que, même si seuls les individus aux pattes courtes sont officiellement considérés comme des Minuets, les portées comptent également en moyenne une moitié d’individus aux pattes longues. En dehors de cette différence, ils sont en tous points identiques à leurs frères et sœurs. Leur existence est indispensable à la pérennité de la race, car une reproduction entre deux individus aux pattes courtes n’est pas envisageable : en effet, une bonne fraction des individus ne seraient tout simplement pas viables. Par conséquent, un individu aux pattes courtes ne soit se reproduire qu’avec un autre aux pattes longues.

Le Minuet se décline en 2 variétés :

  • le Minuet à poil court et pattes courtes ;
  • le Minuet à poil long et pattes courtes.

 

En dehors de la longueur de leur pelage, rien ne distingue les uns des autres, que ce soit au niveau de leur apparence ou de leur tempérament.

 

Par ailleurs, les portées comptent également en moyenne une moitié de chatons aux pattes longues, qui peuvent eux aussi avoir soit un poil court, soit un poil long. Ils ne sont pas reconnus comme des Minuets du fait de la longueur de leurs pattes, mais sont absolument indispensable aux programmes d’élevage. En effet, deux sujets aux pattes courtes ne peuvent se reproduire ensemble, car une partie de leurs chatons seraient homozygotes sur le gène associé aux pattes courtes, et de ce fait non viables. En tout état de cause, hormis la longueur de leurs pattes, ces sujets ont exactement les mêmes caractéristiques que ceux aux pattes courtes.

Le Minuet a hérité du calme et de la gentillesse de son ancêtre le Persan, mais aussi de l’énergie et la curiosité de son autre ancêtre le Munchkin.

 

C’est un chat très affectueux, qui sait à merveille faire le bonheur de sa famille. C’est particulièrement vrai avec les enfants : dès lors qu’ils sont suffisamment âgés pour savoir comment traiter un animal avec douceur et respect, ils trouvent en lui un partenaire de jeu enthousiaste – et réciproquement. Toutefois, même s’il est totalement dépourvu d’agressivité, il ne faut jamais le laisser seul avec un tout-petit – cela vaut d’ailleurs pour n’importe quelle race.

 

Il reste toutefois le chat d’un seul maître, c’est-à-dire qu’il a sa personne de prédilection – généralement celle qui consacre le plus de temps à s’occuper de lui. Très possessif à son égard, il la suit partout et ne manque pas une occasion de se blottir contre elle ou s’installer sur ses genoux.

 

Le fait qu’il ait généralement une relation privilégiée avec une personne en particulier ne doit toutefois pas faire oublier qu’il est très sociable et s’entend bien avec tous les membres de la famille. D’ailleurs, l’idéal est pour lui d’avoir quasi- continuellement une présence humaine à ses côtés, car il supporte très mal la solitude. Il n’est donc pas fait pour des personnes absentes de chez elles la plus grande partie de la journée, qui feraient mieux de choisir une race de chat indépendante.

 

Par ailleurs, son goût pour les humains ne se limite pas à ceux qu’il connaît. Social et confiant, il ne se méfie pas des étrangers, n’hésitant pas même à aller vers eux pour obtenir des caresses. Il faut d’ailleurs veiller à ce que cela ne puisse pas se retourner contre lui à l’occasion.

 

Sa sociabilité s’étend aussi à ses congénères. Ainsi, il s’accommode généralement fort bien de la présence d’un autre félin sous le même toit, à condition bien sûr que ce dernier ne soit pas non plus agressif à son égard. Cette compagnie peut d’ailleurs l’aider à mieux supporter les absences momentanées de ses maîtres.

 

Il fait également partie des races de chat qui s’entendent bien avec un chien, sous réserve bien sûr que lui-même supporte les chats. Néanmoins, s’il n’est pas habitué depuis son plus jeune âge à coexister avec l’espèce canine, les présentations et la cohabitation doivent être effectués très graduellement.

 

En ce qui concerne la coexistence avec des oiseaux et des petits rongeurs, le Napoléon étant de nature pacifique, tout se passe généralement bien, à partir du moment où chacun dispose d’un espace qui lui est propre.

 

Enfin, le Minuet est très actif et joueur. Des jouets pour chat sollicitant son intelligence sont d’ailleurs une bonne manière de le stimuler à la fois physiquement et mentalement, car il a tendance à être un peu fainéant et dormir s’il ne trouve rien à faire. En tout état de cause, son niveau d’activité élevé ne le rend pas pour autant incompatible avec une vie en appartement, à laquelle il est parfaitement capable de s’adapter si son maître n’habite pas dans une maison avec jardin.

 

Il est aussi très curieux, n’hésitant pas à compenser sa petite taille en se tenant sur son train arrière comme le fait un Suricate, afin de mieux observer en hauteur. Par ailleurs, même si ses pattes sont courtes, il est capable de sauter sur une chaise, un lit ou un meuble bas. Mieux vaut toutefois lui procurer un arbre à chat qui soit adapté à sa taille, au risque qu’il ne soit pas en mesure d’en profiter pleinement.

Le Minuet n’ayant été développé que récemment, on manque encore de recul sur le sujet, mais il semble avoir une santé solide.

 

Il est d’ailleurs capable de s’adapter à tous les climats. Cependant, pendant les périodes chaudes, il faut veiller à ce qu’il ait toujours de l’ombre et de l’eau fraîche à sa disposition.

 

Sans surprise, les maladies auxquelles il est prédisposé sont celles que l’on retrouve chez ses ancêtres le Persan et le Munckin :

  • la cataracte, qui provoque une dégénérescence du cristallin de l’œil et, à plus ou moins long terme, la cécité de l’animal. Si la rétine n’est pas touchée, il peut toutefois être opéré pour retrouver la vue ;
  • la polykystose rénale, une maladie génétique héréditaire qui touche également le Persan et l’Himalayen, et contre laquelle aucun traitement n’existe. Elle se traduit par la présence de kystes dans les reins et provoque une insuffisance rénale qui peut être fatale ;
  • la cardiomyopathie hypertrophique féline, qui peut être héréditaire et conduit le myocarde à devenir anormalement grand. Souvent asymptomatique, elle fait pourtant courir à l’animal un risque de mort subite. Toutefois, elle peut parfois se manifester par une accélération du rythme cardiaque, des vomissements et une apathie. Elle est incurable, mais des traitements permettent d’améliorer le quotidien du chat ;
  • la lordose, une déformation d’origine génétique qui se manifeste par une courbure excessive de la colonne vertébrale. Elle peut entraîner des douleurs avec l’âge ;
  • la teigne, une affection de la peau due à un champignon, qui est très contagieuse et peut être transmise à l’Homme, ainsi qu’aux autres animaux. Le symptôme le plus important est l’apparition de lésions squameuses avec perte de poils sur la peau ou à la base des griffes, sans pour autant que l’animal ne se gratte frénétiquement.

 

Comme pour toute race, il est préférable de s’adresser à un éleveur de Minuets consciencieux pour maximiser les chances d’adopter d’un chaton en bonne santé. Il doit pouvoir fournir un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, le détail des vaccins administrés ainsi que les résultats d’éventuels tests génétiques réalisés sur les parents ou le petit animal, en vue de réduire le risque de maladies héréditaires.

 

Par ailleurs, comme toute autre race de chat, le Minuet ne doit pas manquer sa visite de contrôle chez le vétérinaire, qui doit être effectuée au moins une fois par an. En plus de permettre au praticien de vérifier son état général et de déceler au plus tôt un éventuel problème, elle peut être l’occasion d’effectuer ses rappels de vaccins.

 

Une autre règle pour garder son chat en bonne santé est de s’assurer que sa protection antiparasitaire reste bien à jour. Il revient donc au maître de la renouveler tout au long de l’année, chaque fois que cela est nécessaire.

Le pelage du Minuet nécessite un entretien différent selon qu’il soit à poil court ou à poil long. Dans le premier cas, un brossage par semaine est suffisant. Dans le second, 4 à 5 ne sont pas de trop.

 

Lors de sa grande mue annuelle, au printemps, mieux vaut dans les deux cas effectuer un petit brossage chaque jour, afin de l’aider à se débarrasser des poils morts. Cela évite de trop longues séances à intervalle moins régulier, auxquelles il pourrait se montrer récalcitrant.

 

Quoi qu’il en soit, il est bon de commencer la séance avec un peigne à dents espacées, pour finir ensuite avec une brosse carde large et talquée.

 

La queue peut donner du fil à retordre, car des nœuds s’y forment facilement - surtout chez les sujets à poil long, des nœuds se forment facilement. Il est inutile d’insister s’ils ne se démêlent pas : mieux vaut couper au-dessus du nœud.

 

Il est indispensable par ailleurs de prendre une fois par semaine quelques instants pour nettoyer les yeux de son chat avec un tissu humide. C’est aussi l’occasion de vérifier l’absence de blessure à ce niveau, mais aussi qu’ils ne commencent pas à être recouverts d’un voile opaque, signe de la cataracte à laquelle cette race est prédisposée.

 

Il est aussi très important de passer une fois par semaines un chiffon humide dans ses oreilles, pour éviter les infections (otites, etc.).

 

Ses dents doivent aussi être brossées régulièrement, en utilisant à chaque fois un dentifrice adapté aux chats. Cela permet de prévenir l’accumulation de tarte, qui peut non seulement entraîner une mauvaise haleine du chat, mais aussi être à l’origine de maladies plus ou moins graves. S’il est habitué à des séances de toilettage quotidiennes, l’idéal est de les mettre à profit pour brosser ses dents chaque jour. En tout état de cause, mieux vaut éviter de le faire moins d’une fois par semaine.

 

Il est essentiel aussi de contrôler chaque mois la longueur de ses griffes, afin d’éviter qu’elles ne deviennent trop longues : elles pourraient non seulement le gêner, mais aussi se casser et potentiellement le blesser. S’il a accès au dehors, l’usure naturelle est le plus souvent suffisante pour les limer. En revanche, dans le cas contraire, il est généralement nécessaire de les lui couper manuellement. Au passage, s’il vits en appartement, il est indispensable qu’il ait un griffoir à sa disposition. À défaut, il serait tenté de faire ses griffes sur les meubles ou les rideaux.

 

Tout maître doit bien maîtriser les gestes nécessaires à l’entretien du poil, des yeux, des oreilles, des dents et des griffes de son chat. La première fois, il est judicieux d’apprendre comment faire auprès d’un vétérinaire ou un toiletteur professionnel, car des gestes inappropriés pourraient faire mal à l’animal, voire le blesser.

 

En tout cas, il ne faut pas hésiter à s’y mettre rapidement après son arrivée dans le foyer. En effet, plus un chat est habitué tôt à être manipulé, plus il accepte facilement les différents soins. De fait, pour peu que le maître sache y faire et n’hésite pas à les ponctuer de caresses et de petites attentions, ces séances d’entretien peuvent devenir des instants privilégiés avec son animal, lui qui justement est si proche de ses humains.

À l’instar de toutes les autres races, le Minuet a besoin d’une nourriture de qualité appropriée à son âge et à son niveau d’activité, afin de bien recevoir tous les nutriments dont il a besoin.

 

Par ailleurs, même si la race n’est pas prédisposée à l’obésité, il est nécessaire de contrôler son poids au moins une fois par mois. En cas d’augmentation injustifiée qui se confirme voire s’accentue lors des mesures suivantes, il est indispensable de prendre conseil auprès d’un vétérinaire. En effet, seul un professionnel est en mesure de diagnostiquer de manière certaine la source du problème (nourriture inadaptée, intolérance à un médicament, maladie...) et d’indiquer comment y remédier.

 

Il en va d’ailleurs de même si le petit félin maigrit anormalement ; il peut notamment s’agir là d’un symptôme d’une polykystose rénale, maladie à laquelle il est prédisposé.

 

Enfin, comme tout chat, le Minuet a besoin d’avoir en permanence de l’eau fraîche à sa disposition.

Le Minuet est une race de chat très récente et peu répandue. En dehors de son pays d’origine, les États-Unis, il peut donc être difficile de s’en procurer, ou du moins être nécessaire d’attendre de longs mois sur liste d’attente.

 

En tout cas, le prix d’un chaton Minuet se situe généralement autour de 1200 euros.

 

Au Canada, faute d’éleveur, l’option la plus pertinente est de se tourner vers les États-Unis, et il faut alors compter environ 2000 dollars.

 

Quel que soit le pays, le prix demandé dépend de la renommée de l’élevage, de la lignée dont l’animal est issu, mais aussi et surtout de ses caractéristiques intrinsèques – c’est d’ailleurs ce dernier point qui explique que des montants différents sont possibles au sein d’une même portée.

 

Dans le cas d’un achat à l’étranger, il faut prendre en compte que des coûts de transport et des frais administratifs viennent s’ajouter au prix d’achat. En outre, il convient bien sûr de respecter la législation concernant l’importation d’animaux.

Trouvez un élevage de Minuet près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Minuet

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race féline !

Vous connaissez bien les Minuet, ou possédez vous-même un Minuet ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer