Mau Égyptien

Mau Égyptien

Nom d'origine : Egyptian Mau
Standard : Standard LOOF – Mau égyptien

Partager
 

Caractéristiques du Mau Égyptien

Durée de vie moyenne
De 12 à 15 ans
Poids de la femelle
De 2.5 à 4,5 kilos
Poids du mâle
De 4 à 7 kilos
Taille de la femelle
De 25 à 28 cm
Taille du mâle
De 28 à 32 cm

Informations sur le Mau Égyptien

Descendant vraisemblablement du Chat sauvage d’Afrique, le Mau Egyptien est l’une des races de chat les plus anciennes au monde puisque ses origines remontent à l’Egypte antique. Il y a 5000 ans, les Egyptiens cohabitaient déjà avec des chats à la robe mouchetée et les vénéraient. D’ailleurs, plusieurs papyrus datant de plus de 3000 ans les représentent ; dans l’un des plus célèbres, le dieu-Soleil Ra prend la forme d’un chat à la robe mouchetée et décapite le démon-serpent Apep.

 

Toutefois, les origines du Mau Egyptien moderne sont bien plus récentes. Au début du 20ème siècle, plusieurs éleveurs européens importèrent et tentèrent de développer la race, notamment en Italie et en Allemagne, mais la Seconde Guerre Mondiale mit fin à l’expérience ; au sortir de cette dernière, elle était proche de l’extinction non seulement en Europe, mais aussi dans ses terres d’origine.

 

En 1953, une princesse russe qui vivait en exil en Italie, Natalie Troubetskoy, obtint deux femelles argentées, Baba et Liza, ainsi qu’un mâle de couleur bronze, Jojo. C’est avec ces trois félins qu’elle franchit l’Atlantique en 1956 pour s’installer à New York. Déterminée à assurer la pérennité de la race, elle se lança dans un programme d’élevage, nommant sa chatterie « Fatima », et rédigea un premier standard. Le succès fut rapidement au rendez-vous, de nombreuses personnes étant intéressées par un chat domestique ayant conservé l’apparence de ses ancêtres sauvages.

 

Dans les années 60 et 70, de nombreux éleveurs américains (comme Suzanne Schwertley, Wain Harding, Jean Kriszcuk ou Shirley Charbonneau, pour ne citer qu’eux) joignirent leurs efforts pour promouvoir la race et la faire reconnaître officiellement par la Cat Fanciers’ Association (CFA), l’organisme félin de référence du pays, ce qui fut le cas en 1977. Il approuva par la même occasion le nom de Mau Egyptien, qui constitue une double référence à ses origines, car « Mau » signifie « Chat » en égyptien. En 1979, dès sa création, la TICA (The International Cat Association) le reconnut elle aussi.

 

Toutefois, les choses se gâtèrent un peu au début des années 80, avec l’apparition de difficultés pour maintenir la race en bonne santé, du fait de la taille réduite du pool génétique sur lequel elle reposait alors. Le salut vint de Jean Mill, l’éleveuse à l’origine du Bengal, qui importa d’Inde des chats à la robe tachetée qu’elle parvint à faire enregistrer en tant qu’Egyptian Mau, quand bien même ils n’en étaient pas vraiment. Cet afflux de sang neuf, complété par l’import de plusieurs individus de la chatterie Fondcombe en France, permit d’éviter la trop grande consanguinité qui menaçait, et la race put ainsi continuer à se développer dans de bonnes conditions en Amérique du Nord.

 

Sa diffusion à l’international se poursuivit également, si bien que dans les années 90, elle était présente à la fois en Amérique et en Europe continentale, mais aussi sous des latitudes plus lointaines, tel le Japon. La Fédération Internationale Féline (FIFé) la reconnut à son tour en 1992.

 

Le Royaume-Uni, pourtant un pays avec une grande culture féline, fut un peu à la traîne, puisqu’il fallut attendre 1998 pour que Melissa Bateson importe les premiers Maus Egyptiens dans le pays, et 2006 pour que le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique accorde une reconnaissance définitive à la race.

 

Aujourd’hui, le Mau Egyptien est bien présent sur tous les continents, mais sa popularité reste nettement en deçà des nouvelles races de chat d'origine sauvage, comme le Bengal ou le Savannah. Aux Etats-Unis, il se situe autour de la 30ème place dans le classement des races en fonction du nombre d’enregistrements auprès de la CFA, et semble même marquer le pas, puisqu’il était plutôt autour de la 20ème au début des années 2010. Au Royaume-Uni, il connut un certain engouement après sa reconnaissance par le GCCF, avec près de 200 spécimens enregistrés chaque année vers 2010, mais sa popularité n’a fait que décliner par la suite, au point que depuis 2015 ce nombre est passé à moins de 100 par an.

 

La situation est différente en France où, s’il est encore loin de figurer parmi les races de chat les plus populaires auprès des Français, sa popularité augmente au fil des années : les enregistrements au Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) sont ainsi passés d’une petite cinquantaine autour de 2010 à plus de 150 à la fin de la décennie.

Le Mau Egyptien est un chat de type médioligne semi-foreign. Son corps est à la fois musculeux et élégant, bien posé sur des pattes longues (davantage à l’avant qu’à l’arrière) et puissantes, au point d’en faire un champion de vitesse. Il se distingue par un surplus de peau entre les flans et le postérieur, qui forme une espèce de poche ventrale appelée « gousset ». Sa queue est de taille moyenne et s’effile vers le bout.

 

Lorsqu’elle est vue de face, la tête du Mau Egyptien a une forme de triangle arrondi, sans lignes droites. Le front comporte une marque en M très distinctive, appelée « marque du scarabée ». Les yeux sont grands ouverts et ont une couleur nommée spécifiquement « vert groseille à maquereau ». Les oreilles, de taille moyenne, ont un bout arrondi.

 

La fourrure du Mau Egyptien est mi-longue, et sa texture dépend de la couleur de robe. Ainsi, les sujets black smoke (marques noires sur fond anthracite) et noir (marques noires sur fond noir, visibles seulement sous un certain éclairage) ont un poil fin et soyeux. Quant aux sujets silver (marques noires sur fond argenté) et bronze (marques brun foncé sur fond bronze), leur poil est dense et flexible.

 

Quelle que soit sa couleur, la robe du Mau Egyptien est donc toujours mouchetée. Il est d’ailleurs la seule race de chat domestique à présenter une telle particularité, car les autres races qui sont dans ce cas ont toutes été créées par l’homme.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est bien marqué : le mâle est sensiblement plus grand et lourd que la femelle.

Standard LOOF – Mau égyptien (11/29/2010)



TETE = 30 points

Forme = 5

Museau = 5

Yeux (forme et couleur) = 15

Oreilles = 5


CORPS =30 points

Torse = 15

Pattes = 5

Pieds = 5

Queue = 5


ROBE ET TEXTURE = 40 points

Longueur et texture = 5

Patron = 20

Couleur = 15



Robes reconnues :

Black silver spotted tabby, brown spotted tabby (bronze), black smoke, noir.

[Catégorie : traditionnelle

Divisions : solide, tabby (motif spotted tabby uniquement) et silver/smoke (smoke et motif spotted tabby uniquement)

Couleurs : noir]



Depuis Janvier 2006, le Mau noir est accepté en nouvelle couleur (NC).

NC : Les nouvelles couleurs peuvent être présentées en exposition mais ne peuvent pas obtenir de certificat de titre ni participer aux Best In Show.

Elles sont jugées et peuvent obtenir un excellent si le sujet présenté est d’un mérite suffisant.



Mariages autorisés :

Mau Egyptien x Mau Egyptien




Introduction :

Le Mau Egyptien est une race de chat domestique naturellement tachetée. Ce chat de taille moyenne qui combine puissance et élégance frappe par le contraste saisissant de sa robe courte et lustrée, et par l’expression de son regard d’un vert lumineux.



Tête :

De taille moyenne, la tête forme un triangle aux contours adoucis sans aucune face plane. Vu de face, les joues sont plates, sauf chez les mâles où les bajoues sont fréquentes. Le nez est de largeur égale sur toute sa longueur.

De profil, le front est légèrement arrondi et prolongé par une légère déclivité concave au niveau des yeux. Le nez est droit.



Museau :

Ni court ni long, le museau tout en courbes douces complète le triangle de la tête. Le menton est ferme, ni saillant ni en retrait.



Yeux :

En amande, les yeux sont grands et bien ouverts avec une implantation légèrement en oblique sans pour autant être orientale. La couleur idéale est dite "vert groseille à maquereau".



Oreilles :

De taille moyenne à grande, les oreilles sont larges à la base, arrondies au bout et placées assez espacées dans le prolongement des lignes formées par la tête. Vu de profil, elles sont implantées assez en arrière. L’extérieur des oreilles est couvert d’une fourrure très courte tandis que l’intérieur est presque transparent. Des plumets sont acceptés.



Encolure :

Bien marquée, l’encolure est arquée.



Corps :

De format semi-foreign, le corps, de taille moyenne, est une harmonieuse combinaison alliant puissance et élégance. Les épaules sont saillantes et on devine aisément leur angulation. La musculature est bien développée, surtout chez les mâles adultes qui peuvent être plus trapus que les femelles. Une poche ventrale caractéristique, appelée "gousset" est demandée entre les postérieurs.



Pattes :

De taille moyenne, les pattes ont une ossature modérée et une forte musculature. Les pattes arrière, plus hautes que les pattes avant, donnent un équilibre particulier au Mau Egyptien qui, debout, semble se tenir sur la pointe des pieds.



Pieds :

Petits et délicats, les pieds sont légèrement ovales, presque ronds.



Queue :

De taille moyenne, la queue est assez épaisse à la base et va en s’effilant légèrement jusqu’à son extrémité.



Robe et texture :

Courte, la robe doit cependant avoir une longueur suffisante pour que chaque poil (dans les zones tiquetées) présente au moins quatre bandes alternées, claires et foncées. Elle est bien couchée sur le corps. Chez le silver et le bronze, elle est douce et élastique au toucher. Chez le black smoke et le noir, elle est plus fine et soyeuse.



Patrons :

Seul le patron spotted tabby est accepté. Il doit y avoir un bon contraste entre la couleur pâle du fond de robe et les marques de couleur plus profonde. Le front présente le M caractéristique des tabby, et l’oeil, le maquillage égyptien typique. Une deuxième ligne placée sous le maquillage s’estompe vers l’oreille. Des lignes droites bien distinctes partent du M sur le crâne, passent par le cou et deviennent des taches bien alignées sur la colonne vertébrale. Les marques sont plus étendues sur les épaules, pour faire la transition entre les lignes et les spots. Le reste du corps est recouvert de taches de taille et de forme variables mais jamais alignées pour ne pas rappeler le motif mackerel tabby. Le cou est orné d’au moins un collier ouvert et le ventre présente des spots disposés en "boutons de gilet". Les pattes présentent des anneaux épais, qui peuvent être inégaux et ouverts. La queue est annelée, avec le bout noir sauf chez le bronze où le bout peut aller de brun foncé à noir.



Couleurs :

Silver : Base argentée, lumineuse, en contraste avec des spots noirs. L'arrière des oreilles est rose grisâtre ; l’extrémité est noire. Le nez, les lèvres et les yeux sont soulignés de noir. La gorge, le menton et les narines sont silver, paraissant blancs. La truffe est rouge brique. Les coussinets sont noirs avec du noir autour des doigts et sur les talons.

Bronze : Base bronze, brillante, se dégradant du chamois à l’ivoire sous le ventre, plus sombre sur l’arrièretrain et contrastant avec des spots noirs ou brun foncés. Un sous-poil gris est accepté. L'arrière des oreilles est rose fauve ; l’extrémité est marron foncé à noir. La gorge, le menton et les narines vont de blanc crème à beige. La truffe est rouge brique. Les coussinets sont brun foncé à noir avec la même couleur entre les doigts et l'arrière des pattes postérieures.

Black smoke : Bien que non agoutie, la couleur black smoke chez le Mau égyptien doit clairement laisser s’exprimer le patron spotted tabby (marques fantômes). La base du poil est argent lumineux sur un quart de la longueur, les trois quarts restants étant gris anthracite. Les spots colorés sur les trois quarts du poil sont noirs contrastant ainsi avec le reste de la robe. La gorge, le menton et les narines sont plus clairs. Le nez, les lèvres et les yeux sont soulignés de noir. La truffe et les coussinets sont noirs avec du noir autour des doigts et sur l'arrière des pattes postérieures.

Noir : Bien que non agoutie, la couleur noire chez le Mau égyptien peut laisser s’exprimer le patron spotted tabby (marques fantômes). Le poil est brillant sur toute sa longueur.




Tolérances :

Yeux ambre jusqu’à 24 mois.



Pénalités :

Tête ronde ou courte.

Museau pointu.

Petites oreilles.

Yeux ronds, petits ou de forme orientale.

Corps cobby ou oriental.

Queue courte.

Taches qui se touchent sur le corps.

Plusieurs traces de tarnish chez le silver.

Absence de collier ouvert.



Refus de tout titre :

Manque de taches.

Mauvaise couleur d’yeux.

Médaillons ou taches blanches.

Motifs autres que spotted.

Spots évoquant des rosettes.

Absence de ticking chez le silver ou chez le bronze.

Glitter.

Rufus chez le bronze, tarnish généralisé chez le silver.

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.

Le Mau Egyptien n’accorde pas son affection à tout le monde : pour gagner sa confiance, sa famille doit notamment lui donner toute l’attention qu’il mérite. Il semble apprécier d’être admiré et au centre de toutes les attentions comme l’étaient ses ancêtres, considérés dans l’Egypte antique comme des divinités. Une fois que le lien a été créé, il se montre entièrement dévoué et loyal, aimant passer son temps à s’amuser avec son maître ou recevoir des caresses.

 

Il se montre en revanche nettement plus méfiant envers les étrangers, tout comme il est assez timide et craintif dans un milieu agité et bruyant. Pour éviter un trop grand stress du chat, il est important de l’habituer dès son plus jeune âge à un certain niveau d’activité dans la maison, ainsi qu’aux divers bruits auxquels il peut être confronté plus tard : télévision ou musique à un volume élevé, aspirateur, sirène de pompiers… Ceci est tout particulièrement vrai pour les individus ayant vocation à prendre part à des expositions félines, car l’ambiance et l’agitation qui règnent lors de ces évènements peuvent être extrêmement éprouvantes pour un chat qui n’a connu jusqu’alors que le calme d’un foyer paisible.

 

Etant volontiers joueur, le Mau Egyptien aime la compagnie des enfants qui savent comment se comporter en présence d’un animal, mais fuit rapidement les plus petits et/ou ceux qu’il trouve trop agités à son goût. Il apprécie la compagnie de congénères ainsi que de chiens compatibles avec les chats, mais tient à rester le centre de l’univers pour sa famille.

 

En revanche, comme c’est un excellent chasseur, la cohabitation avec rongeurs, poissons ou oiseaux est à éviter, car elle aurait de grandes chances de tourner court. D'ailleurs, s’il a accès à l’extérieur, il ne faut pas s’étonner qu’il ramène de temps un temps un présent à sa famille, sous la forme d’une souris ou d’un oisillon. Il ne comprendrait pas alors que sa famille ne se réjouisse pas de pouvoir profiter du fruit de ses efforts, et il est donc conseillé de le féliciter avec moultes caresses et quelques friandises, afin de lui faire comprendre que son cadeau est apprécié.

 

Race de chat intelligente et active, le Mau Egyptien apprend vite à ramener un objet lancé, à courir après une souris en plastique ou encore à ouvrir une porte, qu’il s’agisse de celle du placard où sont rangées les friandises ou de celle qui lui offre cet accès à l’extérieur qu’il affectionne tant. Il peut néanmoins vivre cantonné en appartement, mais il est alors nécessaire de jouer avec lui quotidiennement et que ledit appartement soit suffisamment grand pour que ce petit bolide puisse courir à sa guise.

 

Par ailleurs, il fait partie des rares races de chat qui aiment l’eau. Bien qu’il demeure peu probable qu’il rejoigne son maître sous la douche, il peut s’amuser un certain temps avec l’eau de son bol ou un robinet qui coule. Il aime aussi sauter et se positionner en hauteur pour observer son territoire, si bien qu’il est fort possible que le haut d’une armoire devienne son lieu favori.

 

Enfin, bien qu’il ne soit pas très vocal, le Mau Egyptien n’hésite pas à faire entendre sa voix douce et mélodieuse lorsque sa gamelle est vide, ou lorsqu’il est particulièrement heureux. Il est aussi capable d’émettre des gloussements qui sont assez spécifiques à cette race, tout en remuant la queue d’une façon elle aussi plutôt inhabituelle.

Le Mau Egyptien est une race de chat très robuste et n’a pratiquement pas été façonné par la main de l’Homme tout au long de sa longue histoire, ce qui le rend peu sujet aux maladies génétiques.

 

Il est cependant davantage exposé à certaines affections :

  • la leucodystrophie,  une maladie du système nerveux extrêmement rare ;
  • des hernies ombilicales (un organe passe à travers la paroi abdominale), qui peuvent notamment être corrigées lors de la stérilisation du chat ;
  • la déficience en pyruvate kinase, une autre maladie rare, qui affecte une enzyme du sang. Elle cause de l’anémie chez les autres races, mais semble sans effet sur le Mau Egyptien : même si individu en est porteur, il ne semble pas développer de symptômes particuliers.

 

Par ailleurs, cette race est particulièrement sensible aux médicaments et aux anesthésiants ; avant tout traitement ou opération, il convient donc de s’assurer que le vétérinaire est bien conscient de cette spécificité.

 

Enfin, le risque d’obésité du chat est particulièrement prononcé chez le Mau Egyptien, en particulier s’il vit cantonné en intérieur. Ce n’est pas une maladie à proprement parler, mais peut être la cause ou un facteur aggravant de nombreux problèmes de santé.

Le Mau Egyptien est un chat facile d’entretien. En effet, un rapide brossage une fois par semaine est suffisant pour débarrasser sa fourrure des poils morts.

 

Cette séance de toilettage hebdomadaire est l’occasion également de vérifier que ses dents, ses yeux et ses oreilles sont bien propres et les nettoyer au besoin, afin d’éviter tout risque d’infection.

 

Enfin, si elles sont trop longues, il convient de tailler les griffes de son chat à l’aide d’un coupe-ongle. Il y a davantage de chances que ce soit le cas pour un individu qui vit en intérieur, puisque l’usure naturelle est alors moins conséquente.

Le Mau Egyptien n’est pas difficile pour ce qui a trait à ses repas, et peut être nourri sans problème avec les aliments industriels pour chat du commerce. Toutefois, ceux-ci doivent être de bonne qualité et adaptés à son âge et son niveau d’activité, afin de lui fournir tout ce dont il a besoin pour sa santé.

 

Comme il est plutôt gourmand et enclin à l’obésité, il faut bien surveiller ses rations quotidiennes et ne pas lui laisser de nourriture en permanence à disposition car, contrairement à d’autres races de chat, il n’est pas capable de s’auto-réguler.

Le prix d’un chaton Mau Egyptien est en moyenne d’environ 1400 euros.

 

Ce chiffre cache cependant de grandes disparités entre un sujet à l’ascendance prestigieuse et aux caractéristiques qui le destinent aux expositions félines, dont le prix peut facilement grimper à 1800 euros, et un autre destiné simplement à devenir un animal de compagnie, qui peut se trouver aux alentours de 1000 euros.

 

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de différence de prix notable entre chatons mâles et femelles.

  • Le Mau Egyptien est le chat domestique le plus rapide au monde, ses pattes arrière longues et puissantes et plus longues lui permettant d’atteindre des vitesses élevées : jusqu’à 48km/h.

  • Le Mau Egyptien est souvent confondu avec l’Ocicat, mais ils n’ont aucun lien de parenté. En effet, ce dernier est le fruit de croisements réalisés par des éleveurs britanniques entre des Abyssiniens, des Siamois et des chats au motif tabby.
Trouvez un élevage de Mau Égyptien près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Mau Égyptien ou organiser une saillie entre Mau Égyptien ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Mau Égyptien

J'adore cette race

   
Par Leclercq