Manx

Manx

Autres noms : Chat de l'île de Man
Nom d'origine : Manks
Standard : Standard LOOF – Manx & Cymric

Partager
 

Qualités du Manx

Tempérament du Manx

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Joueur
Peut rester seul
Sociable

Le Manx au quotidien

Mange peu
Miaule peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Manx

Poids
De 3.5 à 5,5 kilos
Taille
35 cm

Le Manx : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chat
Pour personne peu disponible
Pour petit budget
Pour une personne âgée

Informations sur le Manx

Le Manx existe depuis le milieu du 18ème siècle sur l’île de Man, située entre l’Angleterre et l’Irlande, mais ses origines exactes sont sujettes à spéculation. Une légende veut qu’il ait été le dernier animal à monter sur l’Arche de Noé et que sa queue ait été coupée à la fermeture de la porte. Une autre légende affirme que les envahisseurs, Vikings ou Irlandais selon les versions, coupaient la queue des chatons afin de les porter en tant que porte-bonheur : afin de protéger leur progéniture, les mamans chats auraient donc pris l’habitude de leur couper la queue d’un coup de dent dès la naissance. Enfin, une autre théorie farfelue veut qu’il résulte d’un croisement entre un chat et un lapin, mais il est prouvé scientifiquement que cela n’a aucun fondement.


De fait, l’explication la plus probable est qu’il s’agit d’une mutation génétique apparue de manière spontanée parmi la population féline de l’île, et qui s’est répandue rapidement grâce à sa dominance (il suffit qu’un seul des deux parents soit porteur du gène correspondant, et présente donc cette caractéristique, pour qu’une partie des chatons soient dans le même cas).


La présence de chats sur l’île de Man fait elle aussi l’objet de spéculations. Une théorie veut qu’ils y aient été apportés par les Vikings vers le 9ème siècle, une autre que ce sont les marins anglais qui les y ont introduits lors de leurs fréquents voyages depuis le 13ème siècle, et une autre encore qu’ils sont arrivés avec les rescapés du naufrage d’un galion espagnol en 1588. Ces différentes explications ont potentiellement toutes un fond de vérité, mais une chose est sûre : les premiers représentants de l’espèce féline apparus sur l’île avaient une queue complète.


Ce qui est certain également, c’est que le fait que l’île de Man soit un port connaissant un certain trafic international dans un contexte de multiplication des échanges commerciaux facilita la diffusion du Manx à travers le monde au cours du 19ème siècle, notamment au Royaume-Uni (dès le début du siècle) puis aux Etats-Unis. C’est ainsi qu’il fit partie des races de chats exposées lors des premières expositions félines de l’histoire, qui se tinrent à partir de 1871 en Grande Bretagne. Un standard de la race fut rédigé en 1903, et la célèbre Cat Fanciers’ Association (CFA) américaine la reconnut dès sa fondation en 1906. Il en alla de même lors de la création de la Fédération Internationale Féline (FIFé) en 1949, puis de celle de la TICA (The International Cat Association) en 1979.


Véritable symbole national de son île d’origine, où il apparaît notamment sur des pièces de monnaie, des timbres, des cartes postales ou encore des badges, le Manx reste peu populaire en dehors, malgré une longue histoire et une reconnaissance internationale. Aux Etats-Unis, les statistiques de la CFA le situent entre la 25ème et la 30ème place (sur environ 45) dans le classement des races en fonction de leur nombre d’enregistrements annuel. En Grande Bretagne, on constate même une certaine désaffection pour ce chat depuis 2006 : alors qu’on comptait une quarantaine d’individus enregistrés chaque année entre 1997 et 2006, leur nombre se compte désormais sur les doigts d’une main, même si l’année 2018 a marqué un sursaut, avec 22 naissances recensées. Reste à voir si ce dernier se prolongera dans le temps… En France, c’est aussi une race de chats rare, puisque seuls 56 spécimens ont été enregistrés au Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) entre 2003 et 2019. Leur nombre est même nul certaines années.

Le Manx a une morphologie de type bréviligne / cobby. Son corps est compact et tout en rondeurs, mais bien musclé et doté d’une ossature solide. Les pattes avant sont courtes et bien espacées, tandis que les pattes arrière sont bien plus longues.

 

À l’instar du reste de son corps, la tête du Manx est elle aussi tout en rondeurs, posée sur un cou large et court. Les oreilles, de taille moyenne, sont larges à la base et se terminent en arrondi. Les yeux, grands et bien ronds, peuvent arborer diverses couleurs : jaune, cuivre, noisette, vert ou même bleu.


L’absence de queue est la caractéristique la plus distinctive de ce chat. Contrairement aux Bobtails qui ont une queue courte, le Manx n’a pas de queue du tout (variété « rumpy »), ou seulement une excroissance osseuse (variété « riser ») constituée d’une à trois vertèbres sacrales, c’est-à-dire qui se trouvent au niveau des hanches. Le standard du Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) reconnaît aussi les spécimens ayant une queue courte constituée de 1 à 3 vertèbres caudales, c’est-à-dire situées au-delà des hanches et formant donc déjà une queue (variété « stumpy »), mais ni la Cat Fancier’s Association (CFA) ni le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) ne les acceptent. Il existe aussi des Manx qui ont une queue aussi longue que celle d’un chat d’une autre race (variété « longy ») ; ils ne sont reconnus comme des Manx par aucun standard, mais sont conservés dans le programme d’élevage, car ils peuvent tout de même donner naissance à des individus sans queue (« rumpy » ou « riser »).


Sa fourrure est composée d’un sous-poil dense cotonneux et d’un poil de couverture plus dur, à l’apparence brillante. Le sous-poil peut être moins dense en été, et les spécimens de couleur blanche ou claire peuvent avoir un poil de couverture plus doux. Son poil de couverture peut être soit court, soit long. Toutefois, alors que certains organismes considèrent le Manx à poil long comme une simple variété, d’autres (à l’instar par exemple de la Fédération Internationale Féline ou de The International Cat Association) le considèrent comme une race à part entière, distincte du Manx et nommée Cymric.


Toutes les couleurs de robe sont acceptées, à l’exception de celles résultant d’une hybridation : chocolat ou lavande. De la même manière, tous les motifs sont possibles sauf himalayen.


Enfin, le dimorphisme sexuel est bien marqué, la femelle étant plus petite que le mâle.

Standard LOOF – Manx & Cymric (06/12/2009)



TETE = 35 points

Profil = 5

Museau = 5

Nez = 5

Menton = 5

Oreilles = 5

Forme des yeux = 5

Couleur des yeux = 5


CORPS = 30 points

Encolure = 5

Torse = 10

Pattes et pieds = 5

Musculature = 5

Ossature = 5


QUEUE (ou absence) = 15 points


ROBE = 15 points

Longueur = 5

Texture = 5

Couleur = 5


CONDITION = 5 points




Robes reconnues :

Catégories : toutes

Divisions : solide, tabby, silver/smoke, solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc

Couleurs : toutes


Mariages autorisés :

Manx X Manx

Manx X Cymric ( Manx poil long)

Cymric X Cymric

Manx X British Shorthair

Manx X British Longhair

Cymrix X British Shorthair

Cymric X British Longhair


Il existe 4 catégories de Manx (ou Cymric) :

Le rumpy qui a une absence totale de queue; le rumpy riser qui a de 1 à 3 vertèbres sacrées formant un renflement; le stumpy qui possède de 1 à 3 vertèbres caudales; le longy qui possède une queue de longueur normale et n’est pas accepté en championnat.

Les Manx (ou Cymric) rumpy, rumpy riser et stumpy ne peuvent être mariés qu’à des Manx (ou des Cymric) longy.




Introduction :

Le Manx est un chat anoure, c’est-àdire sans queue, originaire de l’île de Man où il est apparu de manière naturelle.

Le Cymric est la variété à poil mi-long du Manx.



Tête :

La tête est large avec des contours bien arrondis quel que soit l'angle sous lequel on la regarde. Les joues sont pleines. Le crâne est arrondi, descendant par une courbe légèrement concave. Le nez est court et large. Un léger stop est admis. Les mâles adultes ont des bajoues puissantes.



Museau :

Vu de face comme de profil, le museau s’inscrit dans un cercle bien défini avec des pâtons fermes et pleins. Le nez et l’arête du nez sont droits. Le bout du nez est placé dans l'alignement du menton qui est bien ferme.



Yeux :

Ronds, grands et bien ouverts, les yeux sont bien écartés l’un de l’autre, ce qui accentue encore la largeur du nez. La couleur doit être uniforme et en accord avec celle de la robe. Les tonalités les plus intenses et les plus brillantes sont préférées.



Oreilles :

Larges à la base, les oreilles sont de taille moyenne à petite, arrondies à leur extrémité et placées bien espacées l’une de l’autre, de manière à respecter l’arrondi de la tête.



Encolure :

Trapue et musclée, l’encolure est très courte jusqu’à apparaître presque inexistante.



Corps :

De format cobby, le corps est compact, épais, musclé, puissant et bien rond. Le dos forme un arc continu et lisse, des épaules jusqu’à la croupe bien ronde. L’ossature est robuste et la musculature puissante. La taille est moyenne à grande.



Pattes :

Moyennes, les pattes sont légèrement moins hautes que la longueur du corps. L’ossature est robuste et la musculature puissante.



Pieds :

Ronds et fermes.



Queue :

Elle est absente. Il n’y aucune pénalité pour un léger renflement de cartilage, à condition qu’il n’arrête pas la caresse entre les reins et la croupe.



Robe et texture :

Manx : fourrure courte, dense, ferme et dressée au point de s’ouvrir sur l’encolure quand le chat tourne la tête. On peut la comparer aux poils d’un tapis de laine. La fourrure possède un sous-poil épais et donne l’impression d’une bonne protection naturelle.

Cymric : fourrure mi-longue, soyeuse, avec un sous-poil épais. La collerette et les culottes sont bien fournies




Tolérances :

Des variations saisonnières dans la texture du poil sont admises.

Manx : La texture peut différer un peu chez les chats de couleurs autres que le bleu, le lilac et le crème.

Cymric : La qualité de la texture peut être différente selon les couleurs, mais la densité doit être identique.



Pénalités :

Texture trop longue ou couchée chez le Manx.

Fourrure qui manque de sous-poil et de densité en général.

Crâne plat, stop trop marqué, nez trop long.

Oreilles placées droit sur la tête.

Pattes arrière courtes.

Dos plat.

Jarrets clos.



Refus de tout titre :

Taches blanches chez les chats autres que particolores.

Apparence trop proche de l’ Exotic Shorthair ou du Persan.

Narines pincées.

Ossature délicate. Manque de tonicité musculaire.

Corps long.

Faiblesse dans les pattes arrière causant une incapacité de se tenir debout ou de marcher normalement.

Présence de queue.

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.

Le Manx à poil long, aussi connu sous le nom de Cymric, est considéré selon les associations félines soit comme une simple variété du Manx (c’est la position adoptée notamment par le Governing Council of the Cat Fancy britannique et la Cat Fanciers’ Association américaine), soit comme une race à part entière (c’est le cas par exemple pour la Fédération Internationale Féline et The International Cat Association).


Par ailleurs, qu’ils arborent un poil court ou un poil long, les individus ne sont pas tous soit dépourvus totalement de queue (variété « rumpy ») soit dotés d’une petite excroissance constituée d’une à trois vertèbres sacrales (variété « riser »). Il existe en effet aussi des sujets à queue courte (variété « stumpy »), cette dernière comportant d’une à trois vertèbres caudales, ainsi que des sujets dotés d’une queue de longueur normale (variété « longy »).


Ces derniers ne sont pas considérés comme des Manx, mais sont néanmoins utilisés dans le programme d’élevage, car ils peuvent donner naissance à des portées saines comportant des chatons « rumpy » ou « riser ». Une chance, car la reproduction de deux parents « rumpy » ou « riser » pose problème, dans la mesure où une partie de leurs descendants sont victimes du syndrome du Manx, voire meurent avant même d’avoir vu le jour.

Le Manx est affectueux avec toute sa famille, mais il a souvent une personne favorite qu’il suit à la trace dans toute la maison et aux côtés de laquelle il aime se reposer. Il peut parfaitement passer la journée seul lorsque ses maîtres sont absents, mais préfère la compagnie de ses humains à la solitude : ce n’est pas une race de chats adaptée pour une personne souvent absente.


Son côté joueur en fait une race de chats adaptée avec des enfants, à condition qu’ils aient appris à se comporter avec les animaux et à les respecter. Il s’entend bien également avec les autres chats ainsi qu’avec les chiens habitués aux chats, dès lors qu’ils font connaissance progressivement. En revanche, comme il a conservé ses instincts de chasse, les petits rongeurs, oiseaux ou poissons risqueraient fort de connaître une fin rapide et tragique s’ils devaient cohabiter avec un Manx.


De caractère plutôt méfiant, il se montre réservé envers les inconnus et fait même un excellent chat de garde - ou du moins d’alerte -, ne manquant pas d’avertir son maître lorsque qu’un nouveau venu s’approche. S’il voit que celui-ci reste calme, il accepte la situation et en observe le déroulement.


Intelligent et jouissant d’une bonne dextérité, le Manx est un bon choix pour quiconque souhaite apprendre des tours à son chat, comme par exemple rapporter un objet. Il accepte aussi très bien d’être promené en laisse. Par contre, son intelligence peut aussi se retourner contre son maître : il est par exemple grandement susceptible de comprendre le fonctionnement d’une poignée de porte, et il est donc conseillé de bien fermer à clé l’armoire à nourriture.


C’est d’autant plus vrai que malgré ses rondeurs et son absence de queue, dont on pourrait penser à tort qu’elle nuit à son sens de l’équilibre, le Manx est étonnamment agile et actif. Ses puissantes pattes arrière en font un excellent sauteur, et il est tout à fait courant de le retrouver installé en haut d’une armoire. Autant dire que s’il bénéficie d’un accès à l’extérieur, il peut s’en donner à cœur joie… Cela dit, c’est aussi une race de chats adaptée à la vie en appartement, dès lors qu’il a suffisamment d’opportunités pour courir et jouer.


De son origine insulaire, le Manx a gardé une fascination pour l’eau qui peut par exemple l’amener à observer longuement un robinet qui coule ou à jouer avec l’eau du bain. Cela ne va toutefois pas beaucoup plus loin : il n’aime pas être mouillé, et n’a donc aucune chance par exemple de suivre son maître sous la douche.


Enfin, ce chat a une jolie voix dont il n’hésite pas à faire profiter son entourage en tenant conversation de temps à autre.

Le Manx porte un gène responsable de la disparition de sa queue, et cela a des conséquences sur sa santé. Ce gène est dominant (il n'y a pas besoin que les deux parents aient cette spécificité anatomique pour que leurs chatons l'aient aussi), mais il ne s’exprime pas de la même façon pour tous, raison pour laquelle certains chats n’ont pas de queue du tout, alors que d’autres ont une queue partielle.


Un foetus recevant deux gènes mutés connaît de graves problèmes de développement et meurt généralement dans l’utérus. Ceux ne recevant qu’un seul gène muté parviennent à se développer, sans queue ou avec une queue courte - on les désigne dans ce dernier cas comme appartenant à la variété « stumpy ». Toutefois, 20% à 30% d’entre eux sont affectés de ce qui est communément appelé le « Syndrome du Manx ».


Ce dernier affecte la colonne vertébrale ainsi que plusieurs organes internes comme la vessie, les intestins ou l’estomac. Ces malformations sont fatales à plus ou moins long terme, si bien que les chatons affectés sont le plus souvent euthanasiés. Ceux qui ne le sont pas meurent généralement au bout de 3 à 4 ans, le record étant de 5 ans. Ce syndrome est détectable à partir de 4 à 6 mois en observant le chaton, si bien qu’un éleveur de Manx responsable ne propose pas de petits à l’adoption avant cet âge.


Les individus épargnés mènent généralement une longue existence, puisque la plupart dépassent les 15 ans, et certains atteignent les 20 ans. Cela dit, ils sont davantage susceptible d’être touchés par certaines maladies :

  • l’arthrite de la queue, qui affecte surtout les individus « rumpy » et peut être très douloureuse pour l’animal ;
  • la dystrophie cornéenne, une maladie génétique des yeux qui se déclenche vers l’âge de 4 mois et cause des problèmes de vision pouvant finir par rendre le chat aveugle.

Le Manx est un chat facile à entretenir : le brosser une fois par semaine est suffisant pour conserver sa fourrure en bonne santé. Cette fréquence doit toutefois être accrue lors de ses mues annuelles, au printemps et à l’automne : un brossage tous les 2 ou 3 jours est alors de mise pour bien éliminer l’excès de poils morts.


La séance hebdomadaire de brossage du poil du chat est l’occasion de s’assurer que ses dents n’ont pas de caries ou de tartre, et que ses yeux et ses oreilles sont bien propres. Il convient de les nettoyer à l’aide d’un chiffon humide.

 

Enfin, si elles sont devenues trop longues, il faut tailler les griffes de son chat à l’aide d’un coupe-ongles, pour éviter qu’il ne soit gêné dans ses mouvements et déplacements. Cela étant, cette opération n'est généralement pas nécessaire, car un chat fait ses griffes régulièrement, se chargeant ainsi lui-même de les garder en bon état et à la bonne longueur.

Le Manx n’est pas difficile en termes d’alimentation et peut sans problème être nourri avec des aliments industriels pour chat disponibles dans le commerce. Il faut veiller à choisir des produits de qualité suffisante pour lui apporter les nutriments essentiels dont il a besoin, en fonction notamment de son âge et son niveau d’activité.


Ce chat est capable de s’autoréguler et peut être laissé avec de la nourriture à disposition en permanence, mais son maître se doit tout de même de surveiller ses rations et de s’assurer qu’il n’est pas en surpoids. Si cela venait à être le cas, il faut consulter un vétérinaire afin d’établir un programme alimentaire adapté.

Le prix d’un chaton Manx mâle est d’environ 800 euros, tandis que celui d’un chaton Manx femelle se situe plutôt aux alentours de 700 euros.

Stubbs, un chat sans queue considéré comme étant un Manx, est sans doute le seul chat au monde à avoir occupé une fonction publique. Plus particulièrement, il avait été désigné maire de la petite ville de Talkeetna, en Alaska. De 1997 jusqu’à sa mort en 2017, il assura avec dignité ses fonctions, recevant quotidiennement les touristes curieux de le rencontrer et terminant ses journées en savourant un verre d’eau mélangé à de l’herbe à chat au restaurant du coin.

Trouvez un élevage de Manx près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Manx

j'ai une copine qui à cette race de chat;ce n'est pas méchant.

   
Par laura

bonjours j ai un tres beau minou de cette race il est tellement beau et il est tres gatee c est vraie c est vraiment un chat pres de son maitre je trouve que sa va trop vite il va deja avoir 5 ans en aout il est noir et a une tache blanche au cou je vient de lire qu il ne pourrait paas compitionner mais je m en fout je l aime tellement il s appelle bizou et c est un vraie bijou . bonjour a tous ghislaine

0    0
Par ghislaine