Balinais

Balinais

Autres noms : Siamois à poils mi-longs
Noms d'origine : Balinese ou Purebred long-haired Siamese
Standard : Standard LOOF – Siamois, Oriental, Balinais, Mandarin

Partager
 

Qualités du Balinais

Tempérament du Balinais

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Joueur
Peut rester seul
Sociable

Le Balinais au quotidien

Mange peu
Miaule peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Balinais

Durée de vie moyenne
De 15 à 20 ans
Poids de la femelle
De 2.5 à 3,5 kilos
Poids du mâle
De 3 à 4 kilos
Taille de la femelle
De 20 à 24 cm
Taille du mâle
De 21 à 25 cm

Le Balinais : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chat
Pour personne peu disponible
Pour petit budget
Pour une personne âgée

Informations sur le Balinais

Le Balinais est un Siamois à poil long. Les origines de la race en tant que telle se situent aux Etats-Unis et remontent aux années 50, mais les premières références à de tels chats sont nettement plus anciennes. En effet, une tapisserie chinoise datant d’il y a plusieurs siècles représentait déjà des chats à poil long aux allures de Siamois. Plus récemment, en 1871, le magazine Penny Illustrated parlait d’un Siamois à poil long, et en 1928 la Cat Fancier’s Federation (CFF) américaine accepta l’enregistrement d’un Siamois dont les poils présentaient la particularité d’être longs.

 

Si certains pensent que ces chats sont le résultat d’un croisement entre le Siamois et une race à poil long comme le Persan ou l’Angora Turc, il est bien plus probable qu’il s’agisse plutôt d’une mutation génétique naturelle. En effet, les portées de Siamois voient depuis longtemps apparaître de temps à autres un spécimen à poils longs, mais ces individus étaient alors écartés du programme de reproduction, afin de ne pas dévier des caractéristiques bien définies de la race.

 

Dans les années 50, Marion Dorsey et Helen Smith, deux éleveuses de Siamois américaines basées respectivement en Californie et à New York, s’intéressèrent à ces chatons à poils longs et décidèrent de lancer un programme d’élevage dédié. Celui-ci porta ses fruits, puisqu’il donna naissance au Balinais que l’on connaît aujourd’hui.

 

Malgré ce que son nom pourrait laisser croire, le Balinais est donc bien une race de chat américaine. Cette appellation a été choisie par Helen Smith pour souligner sa grâce et son élégance, similaire à celle des danseurs de l’île de Bali.

 

Dès 1961, la Cat Fancier’s Federation (CFF) reconnut cette nouvelle race, et la Cat Fancier’s Association (CFA) en fit de même en 1970. En 1979, cette même CFA établit un nouveau standard pour une race baptisée Javanais dont les caractéristiques étaient celles du Balinais, et qui permettait simplement de couvrir les couleurs de robes non acceptées par le standard de ce dernier. En effet, le standard du Balinais avait été établi en acceptant les mêmes couleurs que celles du Siamois, à savoir seal, bleu, chocolat et lilas.

 

Cette même année 1979, The International Cat Association (TICA) reconnut elle aussi le Balinais, avant d’être suivie par la Fédération Internationale Féline (FIFé) en 1983 puis par le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique en 1986.

 

Aujourd’hui, bien qu’il soit présent et reconnu dans le monde entier, le Balinais reste un chat relativement peu courant. Dans son pays d’origine, les Etats-Unis, les statistiques de la CFA indiquent qu’il figure dans la deuxième moitié de tableau du classement des races en fonction du nombre d’enregistrements annuels. En France, moins de 20 spécimens sont enregistrés chaque année au Livre Officiel des Origines Félines (LOOF). En Grande-Bretagne, les chiffres de la GCCF montrent même un déclin très prononcé, notamment du fait de l’émergence de nouvelles races : les enregistrements auprès de l’organisme sont passés de 150 à 200 par an au début des années 2000 à moins de 50 à la fin des années 2010.

Le Balinais est un chat fin et délicat, qui combine harmonieusement élégance et raffinement.

 

Son corps de taille moyenne est tout en longueur et a une apparence svelte mais musclée. Ses pattes sont elles aussi tout en longueur et se terminent par de petits pieds ovales. Sa queue, longue et fine, est portée avec légèreté, à la manière d’une plume d’autruche.

 

Sa tête paraît triangulaire vue de face, et cette impression est renforcée par ses grandes oreilles, larges à la base, implantées dans le prolongement du crâne. Ses yeux en amande ont le même bleu intense que ceux du Siamois.

 

Sa fourrure est fine et soyeuse, et l’absence de sous-poil fait que son long poil de couverture, qui atteint environ 5 cm, reste près du corps et ne fait pas de nœuds. Il est bien plus long sur la queue, pouvant atteindre 12 cm à l’extrémité de cette dernière.

 

Le seul motif de robe autorisé est le colourpoint : le corps est d’une couleur donnée, mais ses extrémités arborent un autre colori, plus sombre et bien distinct. Si les seules couleurs autorisées par le standard original rédigé par la CFA en 1970 sont celles acceptées pour le Siamois, à savoir le seal, le bleu, le chocolat et le lilas, la grande majorité des standards actuels autorisent aussi le crème, le caramel, le roux, l’abricot ainsi que d’autres couleurs non traditionnelles.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est modérément marqué, le mâle étant légèrement plus grand que la femelle.

Standard LOOF – Siamois, Oriental, Balinais, Mandarin (12/06/2009)



TETE = 30 points

Profil = 6

Forme et longueur = 6

Menton = 3

Oreilles = 7

Forme et Placement des Yeux = 8


CORPS = 30 points

Taille, structure, musculature = 15

Cou = 3

Queue = 6

Pattes et pieds = 6


ROBE = 15 points

Texture = 8

Longueur = 7

COULEUR = 15 points

Robe = 10

Yeux = 5


CONDITION ET EQUILIBRE = 10 points


Robes reconnues :

Catégorie : traditionnelle (pour l’oriental et le mandarin), point (pour le siamois et le Balinais)

Divisions : solide, tabby, silver/smoke, solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc

Couleurs : toutes



Mariage autorisé :

Siamois X Siamois

Siamois X Balinais

Siamois X Oriental

Siamois X Mandarin

Balinais X Balinais

Balinais X Oriental

Balinais X Mandarin

Oriental X Oriental

Oriental X Mandarin

Mandarin X Mandarin




Introduction :

Le Siamois est une race très ancienne originaire d’Asie du Sud-Est. Elle a été sélectionnée par les éleveurs anglais dès la fin du XIXe siècle.

Il est à l’origine de 4 variétés de chats de type oriental qui diffèrent par la longueur du poil et le patron coloré :

le siamois : poil court, colourpoint;

l’oriental : poil court, entièrement coloré;

le Balinais : poil mi-long, colourpoint;

le mandarin : poil mi-long, entièrement coloré.

Le Siamois, l’Oriental, le Balinais et le Mandarin sont des chats longilignes, élégants, sveltes et bien musclés. Combinant harmonieusement une ossature fine et une musculature souple et ferme, ce sont des chats athlétiques aux lignes fluides.

Ces chats doivent être parfaitement équilibrés, l’harmonie générale ne devant pas être altérée par la présence d’une caractéristique morphologique extrême isolée.

Dotés d’une forte personnalité, ils sont vifs et bavards.



Tête :

Vu de face, la tête, de taille moyenne, est longue et triangulaire. Le crâne et le front sont plats ou légèrement arrondis.

On accepte trois types de profil : parfaitement droit, légèrement convexe ou en deux plans, le plan du front prolongeant le plan du nez sans cassure.

Les joues sont plates. Des bajoues sont autorisées chez les mâles adultes.



Museau :

Vu de face, le nez s’inscrit dans le triangle de la tête, sans pinch. L’extrémité du nez ne doit pas être étroite.

De profil, le nez est long et droit. Les mâchoires sont moyennes. Le menton est ferme, en ligne avec le bout du nez.



Yeux :

De taille moyenne, les yeux sont de forme orientale. En amande et bien espacés, ils sont inclinés vers le nez en harmonie avec le triangle de la tête. La couleur des yeux est du bleu le plus intense possible chez le siamois et le Balinais, et du vert le plus intense possible chez l’oriental et le mandarin. Les yeux impairs (vert et bleu) sont acceptés chez les particolores. Les yeux impairs et les yeux bleus sont acceptés chez les Orientaux blancs.



Oreilles :

Grandes, larges à la base, bien espacées, les oreilles prolongent le triangle de la tête.



Encolure :

Longue, fine et élégante, l’encolure dégage bien la tête des épaules.



Corps :

De type oriental et de taille moyenne, le corps est long, tubulaire et ferme. Il se révèle d’une densité étonnante quand on le manipule. Il est athlétique et élancé avec une musculature ferme et souple. Les épaules et les hanches sont de même largeur. L’ossature est fine.



Queue :

Elle est en harmonie avec la longueur du corps et la hauteur des pattes.

Siamois et Oriental: en forme de fouet, la queue longue et fine se termine en pointe.

Balinais et Mandarin : longue et fine, la queue est fournie et portée avec légèreté comme une plume d’autruche.



Pattes :

Longues et élégantes, les pattes sont en harmonie avec la longueur du corps. Leur ossature est fine et leur musculature ferme.



Pieds :

Ils sont ovales et petits.



Robe :

Siamois et Oriental : Très courte, très serrée, lustrée, la fourrure est bien couchée sur le corps. La texture en est fine et soyeuse.

Balinais et Mandarin : Mi-longue et fine, la fourrure est soyeuse et couchée sur le corps. Il n’y a pratiquement pas de sous-poil. La robe est plus courte sur les épaules et
va en s’allongeant sur les flancs. Les culottes et la queue sont bien fournies. Il ne doit pas avoir de collerette.



Couleur:

Le Siamois et le Balinais sont des colourpoint. Il doit donc y avoir un contraste net entre la couleur des points, qui est la plus homogène possible, et celle du corps qui est uniforme.
L’absence de marques fantômes est souhaitée, avec toutefois une tolérance chez les chats tabby.
Il doit être tenu compte de l’effet de l’âge et de la couleur de base sur l’évolution du patron colourpoint : les points sont souvent incomplètement développés chez le chaton, surtout dans les teintes diluées, tandis que des ombres plus foncées sur le corps d’un chat mature sont normales.



Condition :

Ni gras ni maigre, sa finesse ne doit pas être confondue avec de la maigreur.



Tolérances :

Siamois et Oriental :

Le Siamois variant (issu d’un Balinais ou d’un Mandarin) a une fourrure plus longue et une texture plus "mousseuse".

Balinais et Mandarin :

Développement incomplet de la fourrure chez les chats de moins de 12 mois.

Siamois et Balinais :

Masque incomplet, lunettes, marques fantômes sur la queue et les flancs chez les chatons et les jeunes adultes jusqu’à l'âge de 12 mois.

Oriental et Mandarin :

Marques tabby fantômes sur la queue et les flancs chez les chatons et les jeunes adultes jusqu’à 12 mois.



Pénalités :

Corps court ou massif, pattes courtes, ossature lourde.

Tête ronde et large. Museau court.

Cassure dans le profil. Pinch.

Manque de menton ou menton proéminent.

Yeux petits, ronds ou insuffisamment inclinés.

Siamois et Oriental : Fourrure longue, rêche ou grossière.

Balinais et Mandarin : Fourrure courte, rêche ou grossière. Absence de panache à la queue.

Siamois et Balinais : Taches foncées sur le ventre et/ou les flancs.

Manque de pigmentation des points.

Brindling, c’est-à-dire présence de poils blancs dans les points.

Masque étendu à toute la tête.



Refus de tout titre :

Taches blanches sauf chez les particolores.

Coussinets ou nez dépigmentés.

Toute anomalie de la queue.

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.

Siamois et Balinais : Couleur des yeux autre que bleu.

Oriental et Mandarin : Yeux or ou cuivre.

Balinais et Mandarin : présence de sous-poil (robe double).

Le cas des Balinais de couleur autre que seal, bleu, chocolat et lilas divise les amateurs de félins du monde entier, ainsi que les différents organismes. Si The International Cat Association (TICA) et le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) britannique considèrent que ces chats sont bien des Balinais, la Cat Fancier’s Association (CFA) américaine considère pour sa part depuis 1979 que tous les « Balinais » de couleur différente constituent une race distincte : le Javanais.

 

Malgré la fusion officielle en 2008 des deux races sous le standard CFA du Balinais, le terme Javanais reste couramment employé aux Etats-Unis pour définir les Balinais de couleurs différentes du standard initial.

 

Ce terme fut choisi en référence à l’île de Java, voisine de l’île de Bali, en Indonésie : c’est un clin d’œil au fait que le Javanais est proche du Balinais.

Le Balinais est un chat très câlin, qui se lie d’affection avec sa famille et ne la quitte pas des yeux. Il demande énormément d’attention, suivant son maître partout et cherchant constamment à jouer avec lui ou à recevoir des caresses. Sociable, il accepte sans difficultés les autres animaux de compagnie et apprécie la compagnie des enfants, sous réserve que ceux-ci aient appris préalablement comment se comporter avec des animaux.

 

Son besoin constant d’attention fait qu’il ne supporte pas bien la solitude, et il peut rapidement adopter un comportement destructeur s’il sent que sa famille ne lui accorde pas l’attention qu’il mérite. Il n'est donc pas adapté pour un maître souvent absent.

 

Il est connu pour être sensible aux émotions humaines, et sait venir réconforter un maître triste ou au contraire partager ses moments de joie. Il sait aussi interpréter les intonations de voix, si bien que des réprimandes risquent de blesser son caractère sensible, alors que des encouragements renforcent le lien qu’il a avec sa famille.

 

Actif, agile et curieux, le Balinais aime explorer les coins et recoins de la maison. Il peut par exemple ressortir de sous le lit avec un jouet perdu depuis des semaines ou retrouver cette vieille photo tombée derrière l’armoire du salon il y a plusieurs années. Cela dit, une de ses activités préférées reste de se promener sur les épaules d’un des membres de la famille.

 

Il est en outre très intelligent et joueur, ce qui en fait un excellent candidat pour apprendre des tours à son chat. Il est d’ailleurs fort possible qu’il en apprenne par lui-même, et vienne ensuite montrer fièrement à sa famille ce dont il est capable.

 

Malgré son niveau d’énergie élevé, c’est une race de chat qui vit très bien en appartement - si tant est que ce dernier n’est pas minuscule - et n’a pas besoin d’espace extérieur.

 

Enfin, une des principales caractéristiques du Balinais est sa propension à faire entendre sa voix. Il semble avoir un avis sur tout, et ne manque pas de le faire savoir, commentant aussi bien son repas que ce qu’il y a à la télévision ou la couverture du livre que son maître souhaite lire tranquillement. S’il n’a aucun problème à faire de longs monologues, il espère bien être écouté et risque de reprendre tout depuis le début s’il pense que sa famille n’a pas fait bien attention à ce qu’il dit. Autant dire que, tant en termes de niveau d’activité qu’en termes de volume sonore, il ne fait assurément pas partie des races de chat les plus calmes.

Le Balinais est une race de chat qui jouit d’une longévité assez exceptionnelle, puisque de nombreux spécimens atteignent voire dépassent l’âge de 20 ans.

 

Malgré cette robustesse dans l'ensemble, il présente un risque accru de contracter certaines maladies :

  • l’atrophie rétinienne progressive (APR), une maladie de la rétine qui mène à la cécité du chat ;
  • l’amyloïdose, une maladie causant une insuffisance rénale et qui a souvent une issue fatale ;
  • l’achalasie, ou méga-œsophage, un trouble gastrointestinal qui peut causer des blocages alimentaires ;
  • le strabisme, un trouble de la vision sans conséquences graves pour l’animal ;
  • l’acromélanisme, une condition génétique causant des changements de couleur du poil en fonction de la température de la peau.

 

Enfin, l’obésité est un risque important pour la santé du Balinais, mais qui peut facilement être évité par un maître vigilant et responsable.

Le Balinais est une race de chat d’entretien facile, car sa longue fourrure soyeuse n’a pas tendance à faire des nœuds et car il ne perd que très peu ses poils. Par conséquent, un simple brossage par semaine est suffisant.

 

Cette séance de brossage est l’occasion de vérifier que ses dents et ses yeux sont bien propres, et de porter une attention toute particulière à ses oreilles, qui ont souvent besoin d’être nettoyées à l’aide d’un chiffon mouillé. De même, il faut s’assurer que ses griffes ne sont pas trop longues, et les tailler si besoin est.

Le Balinais peut être difficile en termes de nourriture. Il accepte parfaitement les aliments pour chats industriels du commerce, mais a tendance à préférer la pâtée aux croquettes.

 

Dans tous les cas, il est nécessaire de donner à son animal une nourriture de qualité, adaptée à son âge et son niveau d’activité, afin de lui fournir tous les nutriments et vitamines nécessaires à sa bonne santé.

 

Actif et capable de s’autoréguler, le Balinais peut être laissé sans trop de risques avec de la nourriture disponible en permanence. Il convient toutefois de s’assurer régulièrement qu’il ne prend pas du poids, et consulter un vétérinaire afin de modifier ses habitudes alimentaires en cas d’embonpoint.

Un chaton Balinais coûte en moyenne 1000 euros. Contrairement à d’autres races, le prix pour adopter un Balinais est assez uniforme, puisque la fourchette de prix va de 900 à 1100 euros.

 

Il n’y a pas de différence de prix notable entre un chaton mâle et un chaton femelle.

Trouvez un élevage de Balinais près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Balinais ou organiser une saillie entre Balinais ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Balinais

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race féline !

Vous connaissez bien les Balinais, ou possédez vous-même un Balinais ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer