Toulon - Refuge des chats : un abandon toutes les dix-huit heures

07/11/2009
Partager
 

Photo : Christian Talon

Soixante animaux abandonnés en trente-cinq jours, soit un toutes les dix-huit heures. Les bénévoles de l'Association toulonnaise des amis du chat (Atac), en charge de la structure municipale à Lagoubran (1), ont du mal à aligner les chiffres.

Et pour cause : les abandons, entre le 1er juin et le 5 juillet, représentent le tiers de la totalité des animaux recueillis. Ils sont le reflet du comportement irresponsable de propriétaires faisant fi du respect de l'animal. Ils « confondent être vivant et objet », dénonce Valérie Celestrano, salariée au refuge.

« Ils viennent le soir, les jeter en bas du refuge. Ils n'ont pas le courage de nous les déposer », ajoute Michèle Medio, vice-présidente d'Atac.

Une chatte prénommée Cendre par les bénévoles porte encore les traces d'une cordelette, « ayant certainement servi à lui attacher les pattes pour l'emmener jusqu'ici ».

Pas assez de refuges dans le Var

Une situation « catastrophique qu'il ne faudrait pas voir perdurer car cela va vite devenir intolérable », explique Michèle Medio.

Les nouveaux animaux de compagnie allongent aussi la triste liste... « Cet été, nous n'avons jamais eu autant d'abandons d'animaux malades, diabétiques, atteints de paralysie », dénonce-t-elle. Beaucoup confondent le refuge avec « un zoo ou un dispensaire ». Il accueille 180 chats pour une capacité limitée à 150. Il ne peut, pour le bien-être des animaux, grossir indéfiniment.

La ville, propriétaire des lieux, subit comme les structures d'alentours (l'école du chat à Ollioules ou encore le refuge seynois) les actes d'abandons de propriétaires, venus de l'est et de l'ouest Var. « Il y a un manque cruel de refuges », reconnaît Muriel Cochet, adjointe déléguée à la protection animale.

Mais de là à multiplier sans fin les refuges, les collectivités locales, gestionnaires des deniers publics, mettent un bémol.

L'abandon est un délit

Devant la lâcheté humaine et un incivisme de plus en plus criant, le combat est sans fin. Que faire si ce n'est « porter le débat au niveau national pour considérer l'animal comme un être vivant, ou encore, éduquer dès le plus jeune âge sur le respect de l'animal », explique Muriel Cochet. Le Grenelle sur l'animal changera-t-il la donne ? Espérons-le. « L'abandon n'est pas un acte anodin, c'est un délit puni par la loi », explique l'élue.

Le dispensaire de la société protectrice des animaux (SPA), implantée à Saint-Jean-du-Var (2) en charge des soins des animaux de personnes démunies, est confronté, aussi, aux abandons.

3 000 chats errants en ville

Les chatons sont les premières victimes de la non prise de conscience de stériliser. « On a abandonné cette année, les chattes et leurs portées. Quatorze chatons pour le seul mois de juin ! Les abandons ont progressé d'environ dix pour cent par rapport à l'an dernier », constate la responsable, Joëlle Lenardi. « C'est de pire en pire. Aujourd'hui, les chats domestiqués et non stérilisés sont jetés, de plus en plus, à la rue. »

Selon Muriel Cochet, les associations estiment à 3 000 le nombre de chats errants dans la ville. La campagne de stérilisation, lancée avec la SPA, depuis l'automne 2008 et financée par la ville à hauteur de 10 000 euros, a permis, déjà, « de stériliser au 30 juin, 206 chats, et ce n'est pas fini. »



1. Refuge des chats de Lagoubran, boulevard Aristide-Briand, à Toulon. Tél. : 04.94.62.16.36.

2. Dispensaire de la SPA, 32 rue Berthier à Toulon.