Carcassonne. Les 27 chats de Françoise à Pont-Vieux

01.04.2010
Partager
 

Du lundi au dimanche, ils l'attendent. Derrière les grilles du grand bâtiment coincé entre la rue du Pont-Vieux et le square Gambetta, le futur siège de la SAAHLM, une trentaine de chats, les oreilles aux aguets, vont et viennent dans l'immense bâtisse. Lorsque Françoise Ledin arrive, poussant son vélo lourdement chargé, les matous accourent en tous sens.

 

Quelques uns préfèrent toutefois poursuivre leur sieste au soleil, le regard tourné vers la Cité. Depuis neuf ans qu'il pleuve ou qu'il vente, par moins dix ou plus trente, Françoise Ledin est au rendez-vous. A 17 h 30 pétantes. « Mais aujourd'hui, vous ne les verrez pas tous, prévient-elle d'avance, ils ne sont pas encore fait au décalage horaire… »

 

Mais l'odeur des croquettes est plus fort que tout. Un à un, ils arrivent. Aucun n'a un nom, mais Françoise Ledin, les connaît tous. « Avant, c'était une mamie qui s'occupait de ces chats, explique-t-elle. J'ai pris le relais quand elle a arrêté ». Avant les chats du Pont-Vieux, Françoise s'occupait des matous qui hantaient la coupole du Dôme. Elle a réussi à en faire adopter un certain nombre. Mais il en reste quatre. Des irréductibles. Assistante de vie auprès de personnes âgées dans la journée, Françoise Ledin est cependant inquiète.

 

Des travaux (enfin) de restructuration du bâtiment devraient débuter dans les semaines qui viennent pour accueillir le futur siège de la société HLM. Que deviendront les félins du Pont-Vieux, s'interroge leur protectrice… qui avant d'enfourcher son vélo, jette un dernier regard vers ces singuliers pensionnaires qui la reverront dès aujourd'hui, à la même heure.


--------------------------------------------------------------------------------

Stérilisés sur ses propres deniers
Françoise Ledin ne s'arrête pas à nourrir 15 chattes et 12 chats. Elle essaye aussi que la gent féline ne prolifère pas trop. Sur les 27 chats qui ont trouvé refuge dans cet ancien hospice, 24 sont stérilisés. L'an dernier, Françoise Ledin a dépensé plus de 700 euros chez le vétérinaire. Quant aux frais de nourriture, elle les assume. «Sauf lorsque l'on me donne des boîtes...»

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet