Les plus belles races de chats gris

Tête d'un chat Bleu Russe

Déjà il y a plus de 500 ans, Léonard de Vinci écrivait que le plus petit des félins est un chef-d’œuvre. Or, le pelage est incontestablement un aspect majeur de la beauté de cette œuvre d’art qu’est le chat.


Même si toutes ne sont pas reconnues, on compte aujourd’hui autour d’une centaine de races à travers le monde, qui présentent des pelages parfois très variés. Toutefois, trois d’entre elles se distinguent par une robe entièrement et systématiquement grise. Cela étant, beaucoup d’autres races peuvent également être grises, mais ce n’est pas la seule couleur qu’elles sont susceptibles d’arborer.

Qu’appelle-t-on une robe grise (ou bleue) ?

Un Chaton Chartreux regarde par la fenêtre

Chez le chat, la coloration du poil est due à des pigments de couleur, dont un appelé mélanine.

 

Cette dernière est fabriquée par les mélanocytes, des cellules pigmentaires présentes entre autres dans le derme, l’épiderme et les follicules pileux (des cavités au sein de la peau dans lesquels les poils prennent naissance et sont fabriqués). Plus les mélanocytes en produisent, plus la couleur du poil est foncée et tire vers le noir ; à l’inverse, une absence totale de production de mélanine donne un poil blanc.

 

La couleur de robe grise résulte d’une répartition irrégulière de la mélanine noire au sein de chaque poil ; elle est donc en quelque sorte du noir dilué, ce qui explique la coloration plus claire. On l’appelle aussi couramment « bleue ». La teinte peut aller du gris bleu quand la quantité de pigments est importante, au gris ardoise lorsque celle-ci est moindre.

La place des chats gris au sein de la gent féline

Tête d'un chat Nebelung

Parmi la centaine de races de chats qui existent à ce jour, rares sont celles dont les individus sont tous d’une seule et même couleur. Par exemple, le Khao Manee est la seule race de chats entièrement blanche, le Bombay est l’unique race de chat noire de manière systématique, et il n’existe aucune race composée uniquement de chats roux. En ce qui concerne la couleur grise, elles sont au nombre de trois : le Chartreux, le Korat et le Nebelung.

 

De manière générale, dans la plupart des races, plusieurs couleurs de robe différentes coexistent et sont reconnues par les organismes officiels. En conséquence, de nombreuses autres races que les trois précitées peuvent posséder un pelage de couleur grise, agrémenté ou non de différents motifs : solide (uni), tabby (tacheté, tiqueté…), agouti...

 

Chez certaines races comme le Bleu Russe, la robe grise prévaut largement. En revanche, chez d’autres, elle est moins répandue : par exemple, il est beaucoup plus rare de croiser un Sibérien gris que brun tabby, même si les deux coloris existent.

 

Au global, selon les statistiques du Livre Officiel des Origines Félines (LOOF), 16% des chats de race enregistrés en France sont de couleur grise, ce qui en fait la robe la plus représentée parmi les individus recensés. Le fait que le Chartreux fasse partie des races de chat préférées des Français n’est pas étranger à ce pourcentage élevé, puisqu’il représente à lui seul les trois quarts du total.

Les races de chat qui sont systématiquement grises

Trois races de chat possèdent systématiquement une magnifique fourrure bleue qui leur confère beauté et élégance : elles ne peuvent pas arborer une autre couleur.

Le Chartreux

Un Chartreux allongé

Originaire de Perse (l’actuel Iran), le Chartreux est une des races de chats domestiques les plus anciennes. Son histoire est empreinte de légendes, mais reste assez obscure. On suppose toutefois qu’il fut amené du Proche-Orient en Europe par des marchands, et que c’est ainsi qu’il finit par être considéré comme une race de chat françaises.

 

De taille moyenne, il possède un corps bien charpenté qui renvoie une image de puissance et de force. Toutefois, dans le même temps, sa tête ronde et large ainsi que ses yeux bien ouverts lui confèrent un air doux. Sa bouche donne même l’impression qu’il sourit.

 

Son poil de couverture court a une texture légèrement laineuse. Quant au sous-poil, il est très dense et augmente sensiblement le volume d’ensemble du pelage. Au global, ce chat est assez bien armé contre la pluie et l’humidité.

 

Par ailleurs, le poil ne peut être que bleu uni bien vif, dans toutes ses nuances. Des reflets argentés sont appréciés.

 

Dans tous les cas, ses grands yeux ronds contrastent bien avec sa robe, puisqu’ils peuvent arborer une teinte orange, cuivrée ou or.

 

Enfin, le Chartreux perd peu de poils : un brossage hebdomadaire suffit pour ôter les poils morts et préserver la beauté de sa robe. Une fréquence accrue s’impose toutefois pendant ses périodes de mue, en automne et au printemps : il est alors nécessaire de le faire deux à trois fois par semaine.

Le Korat

Un chat Korat allongé

Aussi appelé Malet ou Si-Sawat, le Korat est un chat bleu originaire du royaume de Siam (l’actuelle Thaïlande) et fait partie des races domestiques les plus anciennes. Les premières mentions le concernant figurent dans le Tamra Maew, un ouvrage entièrement consacré aux chats écrit quelque part entre le 14ème et le 18ème siècle à Ayutthayia, l’ancienne capitale du royaume. La tradition le considérait alors comme un chat porte-bonheur.

 

Ce petit félin de taille moyenne possède un corps tout en courbes et une musculature importante qui lui confère une allure puissante. Sa tête est assez remarquable, puisqu’elle a une forme de cœur. Ses yeux ne manquent pas non plus d’interpeller, puisqu’ils sont surdimensionnés par rapport à son visage, et d’un vert très lumineux qui contraste avec sa fourrure.

 

Sa robe bleue est courte. L’extrémité de chaque poil présente des reflets argentés qui illuminent son pelage.

 

Il est nécessaire de brosser le Korat une fois par semaine pour éliminer les poils morts et lustrer sa fourrure. Un brossage bi-hebdomadaire est même indispensable lors des périodes de mue, en automne et au printemps.

Le Nebelung

Un Nebelung allongé

Le Nebelung est la version à poil long du Bleu Russe (aussi appelé Russe). Il existait déjà à l’état naturel aux côtés de son cousin dans le nord-ouest de la Russie il y a plusieurs siècles. Toutefois, lui ne fut pas exporté en Europe, et le fait qu’il était chassé pour sa fourrure explique qu’il se raréfia peu à peu avant de disparaître totalement. Il fallut attendre 1984 pour que des passionnés américains parviennent à recréer la race à la suite de l’apparition spontanée d’un chat gris à poil long au sein d’une portée de chats à poils courts.

 

Le Nebelung est de taille moyenne et a un corps élancé et musclé, bâti tout en longueur. Le tout lui donne une apparence élégante et racée, qui est renforcée par son port de tête altier. Celle-ci est de forme triangulaire et repose sur un cou fin.

 

Son sous-poil est dense et duveteux. Il est recouvert par un poil de couverture dense, long, doux, fin et soyeux. Sa robe est plus longue, plus douce et légèrement plus foncée en hiver, et au contraire s’éclaircit en été. Quoi qu’il en soit, la seule couleur possible est le bleu, qui doit être éclatant. En outre, les poils se terminent par des reflets argentés, ce qui donne à sa fourrure un aspect brillant.

 

Ses grands yeux ressortent particulièrement au milieu de cette dernière, puisqu’ils sont d’un vert intense.

 

Comme beaucoup de chats à poil long, le Nebelung a un besoin d’entretien supérieur à la moyenne. En effet, il est indispensable de le brosser deux à trois fois par semaine pour retirer les poils morts et préserver la beauté de sa fourrure. Pendant ses périodes de mue, en automne et au printemps, il est même nécessaire de le faire chaque jour.

7 races de chat qui peuvent être grises

Aux côtés des trois races de chat toujours grises, il existe de nombreuses autres races susceptibles d’arborer plusieurs couleurs différentes – dont le gris.

 

Voici donc une sélection de 7 d’entre elles, qui peuvent avoir une robe bleue unie ou arborant un motif (tabby, par exemple).

Le Bleu Russe

Un Bleu Russe allongé sur un coussin

On ne sait que peu de choses sur les origines du Bleu Russe, mais comme son nom l’indique, il provient probablement de Russie. Il serait apparu plus précisément au 17ème siècle dans la région d’Arkhangelsk, sur les bords de la Mer Blanche, au nord-ouest du pays. Des premiers spécimens furent importés en Europe par des navigateurs britanniques dans les années 1860.

 

Ce petit félin de taille moyenne possède un corps tout en longueur. Ses muscles fins ainsi que ses pattes longues et élancées lui confèrent grâce et élégance, tandis que sa tête triangulaire et ses grands yeux d’un vert intense en forme de noisette lui donnent un air princier.

 

Son poil de couverture est court et très dense, mais fin et extrêmement doux. Le sous-poil est dru et de la même longueur.

 

Le cas du Bleu Russe est particulier, car la plupart des organismes le voient plutôt comme un chat systématiquement gris, puisqu’ils n’acceptent pas d’autres couleurs. C’est la position notamment de la Fédération Internationale Féline (FIFé), qui coordonne les institutions félines nationales d’une quarantaine de pays. D’autres en revanche, à l’instar par exemple du Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) français ainsi que du Governing Council of The Cat Fancy (GCCF) britannique, acceptent également les individus de couleur blanche ainsi que ceux de couleur noire, qui de toute façon ne sont pas légion.

 

Quoi qu’il en soit, lorsqu’il est de couleur bleue, celle-ci doit être uniforme. En outre, le bout des poils doit présenter des reflets argentés qui donnent à sa fourrure un aspect lumineux.

 

L’épaisseur de son sous-poil explique que le Bleu Russe doit être brossé deux à trois fois par semaine pour éviter l’accumulation de poils morts et conserver la brillance de sa fourrure. En périodes de mue, en automne et au printemps, mieux vaut même le faire tous les jours.

Le British Shorthair

Un British Shorthair debout

Le British Shorthair a des origines assez lointaines. Ses ancêtres sont des chats que les Romains rapportèrent d’Égypte il y a environ 2000 ans et diffusèrent dans toute l’Europe – notamment en Angleterre. Les petits félins s’adaptèrent au climat local, nettement plus froid et humide que celui de leurs terres d’origine : leur fourrure se densifia, leur corps devint plus trapu et musclé.

 

Le British Shorthair est donc de taille moyenne à grande, trapu et tout en rondeur. Il se distingue par sa tête bien ronde en forme de pomme, et ses grands yeux qui lui donnent une expression douce. D’une couleur brillante et intense, ces derniers sont souvent jaunes ou orange, mais peuvent aussi être bleus, verts ou bleu-vert. Chez certains individus, ils sont même vairons : l’un est bleu, et l’autre est d’une autre couleur.

 

Sa robe courte et très dense lui confère l’apparence d’une peluche. Par ailleurs, son pelage peut avoir une apparence assez variée, puisque toutes les couleurs de robe et un certain nombre de motifs sont permis. Cependant, les individus à la robe grise sont les plus nombreux.

 

Qu’il soit gris ou d’une autre couleur, le pelage du British Shorthair doit être entretenu en le brossant de manière hebdomadaire, afin d’ôter les poils morts. Pendant les périodes de mue, au printemps et en automne, mieux vaut même le faire deux ou trois fois par semaine, pour qu’il garde toute sa beauté.

Le Burmilla

Un Burmilla debout dans l'herbe

Le nom « Burmilla » est la contraction de Burmese et de Chinchilla, et pour cause : cette race de chat nouvelle est le résultat d’un accouplement accidentel entre un Burmese lilas et un Persan Chinchilla, survenu en 1981 en Grande-Bretagne. Séduite par la beauté du résultat obtenu, l’éleveuse chez qui ce mariage imprévu s’était produit décida de mettre sur pied un programme d’élevage à part entière.

 

Ce chat de taille moyenne possède un corps bien musclé et élégant. Il se distingue du Persan par le trait noir qui marque le contour de ses yeux, de son nez et de la ligne de sa bouche : il lui confère un air particulier, donnant presque l’impression qu’il est maquillé avec du khôl. Quant à ses grands yeux lumineux, qui peuvent être de couleur verte ou jaune, ils sont très expressifs et contribuent à ce que son minois renvoie dans l’ensemble une image de tendresse et de douceur.

 

Court et dense, son pelage est très soyeux. Sa couleur de fond est le blanc argenté, tandis que le bout du poil est d’une couleur plus foncée. De nombreuses options sont possibles : bleu, noir, marron, lilas, chocolat, crème et roux.

 

Le sous-poil étant très réduit, ce chat ne perd que peu de poils : un brossage hebdomadaire est suffisant pour retirer les poils morts et permettre à sa fourrure de conserver tout son lustre. Il convient toutefois de passer à une fréquence de deux fois par semaine pendant les périodes de mue, en automne et au printemps,

Le Manx

Un Manx debout dans un pré

Le Manx est une race de chat originale, puisqu’il possède une queue très courte voire pas de queue du tout. Il est originaire comme son nom l’indique de l’île de Man, entre l’Angleterre et l’Irlande, où il est présent depuis le 18ème siècle. Une légende raconte qu’il aurait perdu sa queue alors qu’il entrait dans l’arche de Noé : la porte se serait refermée sur celle-ci et l’aurait coupée net.

 

Le Manx possède un corps de taille moyenne, bien musclé, robuste et tout en rondeur. Ses yeux et sa tête sont eux aussi bien ronds, contribuant à son apparence de belle peluche. Autre particularité de la race, le fait que ses pattes arrière soient bien plus longues que celles à l’avant peut aussi lui donner l’allure d’un lapin. C’est une caractéristique que l’on retrouve d’ailleurs chez quelques autres félins, notamment le lynx.

 

Ce chat possède un sous-poil cotonneux et un poil de couverture dense et brillant, à la texture un peu dure. Même si tous les organismes ne sont pas totalement en phase sur le sujet, la plupart acceptent toutes les couleurs de robe. Le gris en tout cas l’est systématiquement.

 

Quant à ses yeux, ils sont grands, ronds et expressifs. Leur couleur doit être uniforme et en accord avec celle de la robe. Par ailleurs, il est préférable qu’elle soit intense et brillante.

 

Le pelage de ce chat ne nécessite pas beaucoup plus d’entretien que la moyenne de ses congénères : le brosser une fois par semaine suffit pour enlever les poils morts et préserver sa brillance. Cependant, lors des périodes de mue en automne et au printemps, il est indispensable de doubler voire tripler la fréquence.

Le Munchkin

Un chaton Munchkin gris

Le Munchkin présente la particularité d’avoir des pattes très courtes. Cette spécificité est due à une mutation génétique naturelle qui se manifesta notamment en 1983 aux États-Unis ; c’est à partir de ce moment-là que commença le développement de cette race.

 

Elle arbore un corps musclé, de taille moyenne et de forme rectangulaire, sans pour autant être compact. Les yeux sont en forme de noix et toutes les couleurs sont autorisées, mais ils doivent dans tous les cas être brillants et lumineux.

 

Le pelage peut lui aussi arborer toutes les couleurs, et est soit court, soit mi-long. À l’instar de la TICA (The International Cat Association), certains organismes considèrent que les individus à poil court et ceux à poil long relèvent de deux races différentes, là où d’autres voient plutôt cela comme deux variétés d’une même race.

 

Quoi qu’il en soit, le pelage des premiers est moelleux, dense et lustré. Un brossage une fois par semaine suffit alors pour retirer les poils morts et lui conserver tout son lustre. La fréquence doit être augmentée pendant les périodes de mue, en automne et au printemps, mais deux brossages hebdomadaires suffisent alors.

 

Quant aux seconds, ils possèdent un pelage très soyeux. Même si le sous-poil n’est pas très développé, un brossage deux fois par semaine s’impose. Il faut même passer à trois ou quatre fois lors des mues.

L’Oriental Shorthair

Un Oriental Shorthair gris allongé

L’élégant Oriental Shorthair est le fruit de croisements du Siamois avec l’Abyssin, le Bleu Russe, le British Shorthair ainsi que d’autres chats domestiques. À la base, l’éleveuse à l’origine de cette race souhaitant simplement obtenir un Siamois couleur chocolat - ce qu’elle parvint à faire, avant que de réitérer avec cette fois la mise au point d’un Siamois blanc. Les générations de chats qui suivirent permirent d’élargir la palette de couleurs du pelage à de nombreuses teintes supplémentaires, dont le gris.

 

Ce gracieux petit félin haut sur pattes a un long corps tubulaire. Son allure altière est renforcée par sa tête triangulaire, qui repose sur un long cou. Ses yeux sont en amande, et d’un vert très intense.

 

Sa robe courte est serrée, dense et soyeuse. Toutes les couleurs de pelage sont acceptées, et l’Oriental Shorthair peut notamment être gris uni.

 

Dans tous les cas, il se distingue par le faible besoin d’entretien de son pelage : le brosser une fois toutes les 1 à 2 semaines est suffisant pour retirer les poils morts et lui permettre de garder toute sa brillance.

Le Persan

Un chat Persan gris assis sur un mur

Le Persan est le résultat de croisements effectués en Grande-Bretagne durant la première moitié du 19ème siècle, entre d’une part des Angoras Turcs, et d’autre part des European Shorthairs originaires de France, d’Italie et de Grande-Bretagne. Tout au long des décennies qui suivirent, un important travail fut effectué par les éleveurs pour notamment élargir la palette de couleurs du pelage. Il en alla de même aux États-Unis pendant la première moitié du 20ème siècle.

 

Le corps de ce chat tout en rondeur, musclé et un peu trapu, repose sur des pattes relativement courtes. Sa tête ronde présente une expression pleine de douceur. Les yeux sont ronds eux aussi, et de grande taille. Ils peuvent être verts, bleu-vert, bleu foncé, bleu siamois, cuivre, orange foncé ou même vairons (un œil bleu foncé, l’autre cuivre ou orange foncé).

 

Son pelage est long, dense et soyeux. Le sous-poil est très abondant, et contribue fortement à lui donner un volume assez unique. Toutes les couleurs de robe sont permises, ce qui veut dire qu’il peut notamment exhiber une robe bleue.

 

Ses longs poils demandent un entretien quotidien. En effet, pour éviter qu’ils ne s’emmêlent et forment des nœuds, il faut les brosser et les peigner tous les jours. Des bains réguliers (de l’ordre d’une fois par mois) sont également nécessaires.

 

Par ailleurs, même en consacrant beaucoup de temps à son entretien, il est impossible d’échapper au fait que la fourrure de cet animal est un véritable aspirateur à feuilles, branchages, débris et autres saletés. Si on ajoute à cela le fait qu’il perd beaucoup de poils tout au long de l’année, on comprend aisément que ce n’est clairement pas un choix adapté pour une personne obnubilée par la propreté de son intérieur.

Le mot de la fin

« La nuit, tous les chats sont gris », dit un célèbre proverbe sur les chats. Pourtant, il n’existe en fait que trois races chez qui l’ensemble des individus arborent effectivement cette couleur de robe : le Chartreux, le Korat et le Nebelung.

 

Cela dit, la liste des chats gris est loin de se cantonner aux seules races qui arborent systématiquement cette couleur de robe. En effet, de nombreuses autres comptent dans leurs rangs des individus possédant un pelage bleu.

 

Quoi qu’il en soit, qu’il soit gris ou de toute autre couleur, le pelage ne saurait être le critère numéro un au moment de choisir un chat. Ce qui compte avant tout, ce sont ses besoins et l’adéquation ou non entre ces derniers et le mode de vie que l’on est en mesure de lui offrir.

 

En tout état de cause, si on tient à tout prix à opter pour un chat gris, ce n’est pas le choix qui manque en termes de races pouvant arborer cette couleur. Par conséquent, mieux vaut donc raisonner d’abord en termes de race, et ensuite écarter celles où ils n’existent pas d’individus gris.

Dernière modification : 04/02/2021.