Quel prix pour un chat de race ?

Un homme fait une pile avec des pièces de monnaie

Si les chats de gouttière représentent de très loin la majorité des adoptions à travers le monde, certains préfèrent opter plutôt pour un chat de race. Le choix est large : on compte pas moins d'une centaine de races de chats différentes, avec chacune ses particularités en termes d'apparence et/ou de tempérament.


Toutefois, qui dit chat de race dit également prix beaucoup plus important. Autant les chats de gouttière sont souvent donnés, autant les pure race représentent une grosse dépense à l'achat.


Combien faut-il s'attendre à payer pour un chat de race ? De quoi dépend ce montant ? Est-il justifié ? Existe-t-il un moyen d'obtenir un prix plus bas ?

Quel est le prix moyen d'un chat de race ?

Un chaton Savannah assis sur un mur de pierre

Le prix d'un chat de race commence généralement autour de 300 euros et peut atteindre voire dépasser les 3000 euros, en tout cas lorsqu'on achète auprès d'un éleveur. La race de chats la plus chère au monde est le Savannah : en fonction de la génération à laquelle il appartient, un chaton coûte entre 2500 et 7000 euros !

 

Cela dit, la plupart des races de chats coûtent entre 600 et 1500 euros (en tout cas tant qu'ils sont jeunes), ce qui reste une sacrée somme.

 

Dans tous les cas, ces chiffres paraissent importants - surtout lorsqu'on sait que le prix d'un chat de gouttière est généralement très faible voire nul. Ils impliquent évidemment que l'achat ne doit pas se faire sans être bien informé. Cela permet d'ailleurs déjà de comprendre comment s'expliquent ces montants en apparence élevés, et de quoi ils dépendent.

De quoi dépend le prix d'un chat de race ?

Un chat assis à coté d'un tableau noir

Le prix d'un chat de race dépend d'un certain nombre de facteurs, ce qui explique que la fourchette est assez large. La rareté de la race, la beauté de la robe, le sexe ou encore l'âge sont quelques-uns des facteurs ayant une influence notable sur le prix de vente, mais il en existe d'autres.

 

Ainsi, le prix d'un chat de race dépend notamment de :

  • sa race ;
  • son âge, les chatons étant de loin plus chers que les adultes ;
  • son sexe, les femelles étant souvent un peu plus chères que les mâles ;
  • la beauté et/ou la rareté de sa robe ;
  • la plus ou moins grande conformité au standard de la race ;
  • le palmarès de ses parents, c'est-à-dire les titres qu'ils ont obtenus à des concours félins ;
  • sa destination, un chat destiné à la reproduction ou à des concours étant plus cher qu’un autre destiné à devenir un simple animal de compagnie ;
  • les garanties de santé : vaccination complète contre le typhus, le coryza et la leucose, parents testés contre le sida du chat (FIV)... ;
  • les prestations réalisées par le vendeur : stérilisation ou non du chat vendu, transport éventuel jusqu'au domicile de l'acheteur...

 

Il existe donc un grand nombre de facteurs susceptibles d'influer sur le prix d'un chat de race.

Le prix moyen d'un chat, race par race

Un jeune Abyssin allongé sur le côté

Pour avoir une idée du montant qu'il faut s'apprêter à débourser, voici un tableau récapitulatif du prix des races de chats les plus recherchées, en Europe (France, Belgique et Suisse, notamment) et au Canada. Toutes n'y figurent pas : si la race recherchée n'est pas dans la liste, il est possible de se rendre la page de la liste complète des races, ou de contacter directement des éleveurs.

 

Ces valeurs correspondent à l'achat d'un chaton auprès d'un éleveur professionnel. Il existe en effet des chats de race à des prix plus accessibles, en fonction notamment de leur âge et de l'endroit où l'on adopte (en refuge notamment).

 

Par ailleurs, il convient d'avoir en tête que ces barèmes n’ont qu’une simple valeur indicative. En effet, les prix des chats de race n'étant pas encadrés, chaque éleveur est libre de fixer le montant qu'il souhaite pour ses petits protégés. Consulter les annonces de chats à vendre permet d'avoir une vision plus fine des prix pratiqués, et éventuellement de commencer à identifier des éleveurs dignes d'intérêt.

Le prix d'un chat de race en France, Belgique et Suisse

Voici en euros les prix généralement constatés en France, en Belgique et en Suisse, pour des chatons de race achetés auprès d'un éleveur professionnel.

 

Ils peuvent néanmoins varier en fonction du pays. Par exemple, si une race est davantage populaire en France qu'en Belgique, il y a des chances que cela se ressente au niveau du prix.

 

Race Prix d'achat en Europe
Abyssin 1000-1400 €
American Curl 900-1500 €
American Shorthair 600-1000 €
American Wirehair 800-1200 €
Angora Turc 800-1200 €
Bengal 800-3000 €
Bleu Russe 650-2500 €
Bombay 900-1300 €
British Shorthair 500-2500 €
British Longhair 900-1500 €
Burmese 800-1300 €
Chartreux 800-1400 €
Chat de Sibérie 600-2900 €
Cornish Rex 800-1000 €
Devon Rex 1200-1300 €
Exotic Shorthair 500-4000 €
Highland Fold 500-2000 €
Highland Straight 500-1500 €
Maine Coon 1400-1800 €
Mandarin 700-1200 €
Mau Egyptien 1000-1800 €
Munchkin 700-800 €
Nebelung 1000-1400 €
Norvégien 400-3000 €
Oriental Shorthair 800-1500 €
Persan 400-2500 €
Ragdoll 600-3000 €
Sacré de Birmanie 600-1400 €
Savannah 2500-7000 €
Scottish Fold 500-2500 €
Scottish Straight 500-2500 €
Selkirk Rex 800-1300 €
Siamois 1000-2000 €
Singapura 1000-1800 €
Somali 600-1600 €
Sphynx 1000-2000 €
Tonkinois 800-1000 €
Toyger 500-3000 €
Turc de Van 800-1000 €

Le prix d'un chat de race au Canada

Voici en dollars canadiens la fourchette de prix de quelques races de chats courantes au Canada, et qu'il est globalement assez facile de se procurer dans le pays. Ces montants correspondent à des chatons de race adoptés auprès d'éleveurs professionnels.

 

Race Prix d'achat au Canada
Abyssin 1000-2500 CAD
American Shorthair 600-1000 CAD
American Wirehair 600-1000 CAD
Bengal 1100-3000 CAD
Bombay 700-2000 CAD
British Shorthair 800-2000 CAD
Burmese 800-1000 CAD
Chat de Sibérie 1750-2350 CAD
Cornish Rex 800-1000 CAD
Devon Rex 1000-1200 CAD
Exotic Shorthair 800-1500 CAD
Maine Coon 1500-2500 CAD
Mandarin 1100-1300 CAD
Munchkin 600-1400 CAD
Norvégien 400-1500 CAD
Oriental Shorthair 500-1500 CAD
Persan 700-1600 CAD
Ragdoll 800-2000 CAD
Sacré de Birmanie 600-1000 CAD
Savannah 1000-10000 CAD
Scottish Fold 1000-2000 CAD
Scottish Straight 700-900 CAD
Siamois 700-1100 CAD
Sphynx 1200-1600 CAD
Tonkinois 800-1300 CAD

 

On remarque que les prix des chats de race au Canada sont globalement assez proches de ceux constatés en Europe : il y a rarement des écarts importants. Cela peut toutefois se produire, par exemple dans le cas d'une race très populaire d'un côté de l'Atlantique et assez rare de l'autre.

Pourquoi les chats de race sont-ils si chers ?

Un homme caresse un chat tigré

Le prix d'un chat de race est quelquefois si élevé qu'il peut sembler déraisonnable, voire injustifié.

 

Pourtant, beaucoup d'éleveurs font en réalité cette activité en dilettante, et même ceux dont c'est le métier à temps plein sont loin d'être fortunés. Leur principale motivation est avant tout leur passion pour les chats, bien plus que la volonté de gagner de l'argent par ce biais...

 

S'il est vrai qu'il y a parfois des abus (en particulier dans le cas des races rares et/ou très recherchées), le montant demandé ne sort pas de nulle part. Il reflète en fait nombre de dépenses supportées par l'éleveur : l'achat des chats reproducteurs, l'alimentation, les dépenses de santé et d'hygiène, le pedigree et les autres frais annexes. Ces dépenses sont d'autant plus importantes que l'éleveur est attaché à proposer des petits présentant les meilleures garanties en termes de santé et de caractère.

Le coût des reproducteurs

Un couple de chats allongés au chaud sur une couverture

Pour être en mesure de proposer des chatons de race, un éleveur doit avoir recours à des chats de race correspondent parfaitement au standard de la race en question, qui sont aptes à se reproduire et deviendront les parents des futurs petits.

 

Plus précisément, il peut choisir de posséder :

  • uniquement une ou des femelle(s), qu'il fait alors saillir par des mâles d'autres élevages ou de particuliers ;
  • à la fois un ou plusieurs mâle(s) et femelle(s), qu'il fait se reproduire ensemble et/ou avec des chats d'autres élevages pour éviter une forte consanguinité.

 

Pour chacun des reproducteurs qu'il possède, il doit donc supporter les dépenses courantes pour s'en occuper correctement (alimentation, vaccins, vermifuges, soins divers...), en plus du prix d'achat s'il les achète auprès d'autres personnes.

Le coût des femelles

Une chatte Maine Coon tricolore allaite ses petits

Puisque ce sont les femelles qui donnent naissance aux chatons et qui prennent soin d'eux jusqu'à leur sevrage, il est crucial que leur santé physique et mentale soit absolument irréprochable - encore plus que pour les mâles.

 

L'éleveur doit donc :

  • les sociabiliser correctement pour qu'elles soient bien équilibrées, et ainsi que leurs petits aient des chances de l'être également ;
  • surveiller de près leur croissance pour maximiser les chances qu'elles deviennent des adultes en parfaite santé ;
  • veiller sur elles pendant toute leur vie, depuis leur puberté jusqu'à leur retraite (voire leur belle mort s'il décide de les garder ensuite).

Le coût des mâles

Un beau chat mâle colourpoint avec un noeud papillon

Si l'éleveur possède aussi des mâles, il faut bien sûr qu'il en prenne grand soin pour que ceux-ci soient en très bonne santé et puissent donner naissance à des chatons qui ont eux aussi toutes les chances de l'être - et de le rester. Cela suppose donc toutes sortes de dépenses d'alimentation, de santé et de soins divers. Le coût reste toutefois moins élevé que pour une femelle, cette dernière ayant plus de « valeur » puisqu'elle donne naissance à des petits.

 

Cela dit, les mâles utilisés comme reproducteurs n'appartiennent pas forcément à l'éleveur : ce dernier peut très bien ne posséder qu'une ou plusieurs femelles. Dans ce cas, il doit payer pour faire saillir sa chatte. Cela représente alors un coût, qui dépend notamment de la race mais qui se situe le plus souvent entre 200 et 600 euros par saillie.

 

D'ailleurs, quand bien même il possède un ou plusieurs mâles, l'éleveur peut vouloir utiliser de temps en temps des mâles d'autres élevages, pour éviter une forte consanguinité parmi ses petits protégés. Cela étant, s'il parvient également à proposer ses propres mâles pour saillie, le coût final peut être à peu près nul de ce point de vue.

Le coût de l'alimentation

Des chatons tètent leur mère

Comme n'importe quel maître, l'éleveur doit évidemment nourrir ses chats tout au long de l'année. En temps normal, un mâle a généralement un peu plus d'appétit qu'une femelle. Néanmoins, quand elle est en gestation puis allaitante, cette dernière mange nettement plus qu'à l'accoutumée, puisque c'est elle qui nourrit ses petits.

 

Quant aux chatons, les nouveaux-nés tètent leur mère jusqu'à leur sevrage, et n'ont donc pas spécialement besoin d'être nourris. Il peut toutefois arriver que la chatte ne puisse pas allaiter, par exemple parce qu'elle est souffrante ou parce qu'elle ne produit pas suffisamment de lait pour toute sa portée. Il faut alors se procurer du lait maternisé pour chaton et nourrir soi-même les nouveaux-nés.

 

Après le sevrage des chatons, qui survient vers l'âge de 2 mois, ils ne tètent plus et ont besoin pour bien grandir d'une alimentation solide, riche en protéines et en nutriments. Même si les quantités à leur donner sont plus réduites que pour un adulte, cela représente un coût pour l'éleveur, jusqu'à ce qu'il les vende - ce qui se produit généralement vers 3 mois.

Le coût de la santé

Qu'il s'agisse des femelles, des mâles et des chatons, les dépenses de santé que l'éleveur doit supporter sont loin d'être négligeables. Elles n'en sont pas moins indispensables, puisqu'elles lui permettent de maximiser ses chances de proposer à l'adoption des petits sains et robustes.

La santé des chats reproducteurs

Un vétérinaire ausculte un chat noir et blanc à poil long

Encore plus que le père, la mère doit être vaccinée contre un certain nombre de maladies (leucose, coryza, typhus...) et traitée contre les vers. C'est crucial pour qu'elle ne puisse pas transmettre de maladies et/ou parasites à sa progéniture, à une période de leur vie pendant laquelle ils sont particulièrement vulnérables. Cela représente autour de 100 euros par an et par chat reproducteur.

 

Par ailleurs, avant de retenir un mâle ou une femelle comme reproducteur, il est utile de lui faire passer différents tests génétiques concernant au moins les maladies les plus graves : la leucose féline, la polykystose rénale et le sida du chat. Cela évite de faire se reproduire deux chats dont l'un serait atteint et risquerait de contaminer l'autre ainsi que les futurs petits. De tels tests coûtent généralement entre 30 et 50 euros chacun.

La santé des chatons

Un vétérinaire examine un chaton blanc pour une visite de routine

Les chatons doivent être vermifugés à partir de 2 semaines, traités contre les parasites externes (puces, tiques, etc.), et primo-vaccinés vers deux mois : l'ensemble représente autour de 100 euros de dépenses par chaton. Il faut aussi demander à un vétérinaire de les faire identifier, ce qui représente un montant supplémentaire d'environ 50 euros.

 

Si en outre l'éleveur décide de les faire stériliser, il lui en coûte environ 50 à 100 euros pour un mâle et 100 à 150 euros pour une femelle.

 

Enfin, en amont de leur cession, il doit faire établir pour chacun d'eux un certificat de bonne santé, rédigé par un vétérinaire et qui atteste que l'animal ne présente aucun signe de maladie. Le coût d'un tel document est de l'ordre de 40 euros, consultation comprise.

Le coût de l'hygiène

Une femme brosse le pelage d'un gros chat gris

En plus des dépenses de santé à la fois pour les chats reproducteurs et pour leurs petits, l'éleveur doit également supporter différents coûts nécessaires à leur hygiène et leur entretien.

 

Cela recoupe notamment :

  • le nettoyage des yeux et des oreilles ;
  • le brossage régulier des dents et le détartrage occasionnel ;
  • l'entretien du pelage : démêlage, brossage, coupe... ;
  • les bains et shampoings (notamment pour les chats sans poil) ;
  • les litières, qu'il faut nettoyer tous les jours et remplacer toutes les semaines.

 

Les chats demandent certes moins de soins que les chiens, notamment parce qu'ils font une bonne partie de leur toilette eux-mêmes. Pour autant, toutes ces opérations sont nécessaires, et requièrent l'achat de divers accessoires et produits. En particulier, l'entretien de la litière peut vite devenir onéreux.

 

Par ailleurs, pour certaines races demandant des soins particuliers, il faut prévoir également d'emmener de temps à autres les parents chez un toiletteur.

Le pedigree

Une femme caresse deux adorables chatons Bengal

Pour justifier qu'il propose des chatons pure race et appliquer un prix en conséquence, l'éleveur doit être en mesure de fournir leur pedigree. Cela suppose de les inscrire dans un livre des origines, registre des chats de race tenu par un organisme félin de référence du pays dans lequel il se trouve (sachant qu'il peut y en avoir plusieurs par pays).

 

Cela se fait auprès de :

  • en France, le Livre Officiel des Origines Félines (LOOF), seul organisme agréé dans le pays;
  • en Belgique, Felis Belgica (FBe) ou l'Organisation Féline Belge (OFB), entre autres options ;
  • en Suisse, la Fédération Féline Helvétique (FFH) ;
  • au Canada, la Canadian Cat Association (CCA) ou le Chats Canada Cats (CCC).

 

Le coût correspondant dépend de l'organisme. Ainsi, dans le cas du LOOF, il faut compter 20 euros par chaton pour la déclaration de naissance, puis 25 euros pour l'obtention de son pedigree avant ses 6 mois.

Les autres frais annexes

Un British Shorthair classic tabby lors d'une exposition féline

Pour trouver un acheteur, il faut le plus souvent passer par des annonces pour vente de chat et/ou se faire connaître par des expositions félines. Cela représente toutefois un coût, qui à la longue peut s'avérer élevé.

 

En ajoutant la marge de l'éleveur, tout cela conduit au prix élevé du chat de race.

Comment payer moins cher pour un chat de race ?

Si l'on rêve d'adopter un chat de race (par exemple si on est amoureux d'une race en particulier), disposer d'un budget restreint n'est pas forcément éliminatoire. En effet, quelques astuces peuvent aider à trouver des prix plus abordables.

L'adoption d'un chat adulte

Une très belle chatte tricolore aux yeux jaune orangé

Une astuce pour obtenir un chat de race tout en évitant de le payer trop cher peut être d'opter pour un chat un peu plus âgé voire un adulte.

 

En effet, autant les chatons de race sont extrêmement demandés et sont donc plus chers, autant le prix diminue fortement au fur et à mesure des mois qui passent. Par exemple, il est possible de trouver des Maine Coons adultes pour 500 euros voire moins, alors qu'un chaton coûterait plutôt autour de 1500 euros.

 

Il n'y a d'ailleurs pas besoin que l'animal soit très vieux pour cela : leur prix commence sérieusement à baisser dès qu'ils atteignent 2 ou 3 ans - ce qui, quand on sait que l'espérance de vie d'un chat est d'environ 15 ans, n'empêche pas de passer beaucoup de temps avec lui. En particulier, les chats de race utilisés comme reproducteurs par les éleveurs prennent leur retraite tôt et sont alors cédés à bas prix voire parfois donnés, alors que ce sont de superbes spécimens qui vaudraient techniquement beaucoup plus cher.

L'adoption en refuge

Un beau chat de race allongé dans une cage de refuge

Un bon moyen d'obtenir un chat de race sans se ruiner est de le trouver dans un refuge. En effet, contrairement à ce que l'on croit parfois, il n'y a pas que des chats de gouttière qui atterrissent dans de tels établissements. Cela peut donc être l'occasion de faire à la fois une bonne action et une bonne affaire.

 

Lorsqu'on adopte dans un refuge, le chat (qu'il soit de race ou non) est généralement cédé en échange d'une contribution financière dépassant rarement les 150 euros. Cette dernière permet de couvrir une partie des dépenses engagées par le refuge (alimentation, dépenses vétérinaires, stérilisation et identification si besoin...). Cela reste donc une option nettement moins coûteuse que de se tourner vers un éleveur professionnel.

 

Bien entendu, le choix est tout de même forcément plus réduit auprès des refuges qu'auprès de l'ensemble des éleveurs ou des particuliers. Si on souhaite jeter son dévolu sur une race très populaire et répandue, il ne devrait pas être trop difficile de trouver son bonheur ; en revanche, s'il s'agit d'une race plus confidentielle, mieux vaut s'armer de patience, ou se tourner vers une autre solution.

L'adoption d'un chat sans pedigree

Un chat croisé Chartreux marche dans l'herbe

Si l'on n'a pas les moyens d'acquérir un chaton de pure race, une alternative peut être de se tourner vers un animal sans pedigree, mais ayant tout de même l'apparence d'un pure race. Il peut résulter par exemple d'un croisement (y compris potentiellement involontaire) entre un chat de race et un chat de gouttière, ou entre deux races dont le mariage n'est pas autorisé.

 

L'avantage d'un tel matou est qu'il est bien moins onéreux qu'un véritable chat de race, quand bien même ses caractéristiques morphologiques en seraient très proches. En effet, faute de posséder un pedigree, il ne peut être vendu qu'en temps que « croisé », si bien que son prix ne dépasse alors normalement pas quelques centaines d'euros. Cela peut cela dit varier assez sensiblement en fonction de la(es) race(s) dont il est issu et des soins qui lui ont été apportés.

 

Bien évidemment, dans la mesure où il ne s'agit pas d'un véritable pure race, il n'est pas possible de l'inscrire dans un livre des origines, ni de le faire participer à des expositions félines. Cela vaudra d'ailleurs aussi pour ses descendants éventuels, le cas échéant. Néanmoins, si l'on est simplement à la recherche d'un compagnon de vie avec une apparence spécifique et des origines un peu plus « nobles » qu'un simple chat de gouttière, cette option mérite largement d'être étudiée.

L'adoption à l'étranger

Un chaton assis sur une valise prêt à voyager

Dans certains cas, se tourner vers l'étranger permet d'obtenir un chat de race moins cher, même quand on prend en compte le coût du transport et des formalités.

 

En effet, le prix d'un chat de race dépend comme toute chose de l'offre et de la demande dans le pays. Or, alors que la seconde peut fluctuer fortement en particulier du fait des effets de mode, la seconde met un certain temps à s'ajuster. Quand bien même une année donnée le nombre de personnes souhaitant adopter telle ou telle race augmente de 50%, il n'y a quasiment aucune chance que le nombre d'éleveurs de cette race et celui des chatons qu'ils proposent s'accroisse dans les mêmes proportions : dès lors, le prix ne peut que flamber. Une race peut donc voir son prix atteindre des sommets dans un pays donné, tout en étant beaucoup plus modéré - voire orienté à la baisse - dans d'autres pays.

 

Par ailleurs, au-delà des fluctuations de l'offre et de la demande, la rareté va généralement de pair avec un prix élevé. Ainsi, quand bien même leur popularité est stable, les races de chats les plus rares nécessitent généralement de débourser davantage que celles qui sont beaucoup plus répandues. Or, une race peut parfaitement être peu courante dans un pays, mais nettement plus dans un autre, avec donc à la clef une importante différences de prix.

 

Même dans le cas d'une race dont la population est très limitée partout dans le monde, les prix pratiqués sont généralement inférieurs dans son pays d'origine à ce qu'ils sont ailleurs.

 

Adopter son chat dans un pays étranger est donc une option à étudier, et qui s'avère parfois fort pertinente. Il faut toutefois avoir conscience du fait qu'elle ne va pas sans certains défauts et certaines complications, en particulier dans le cas d'un pays lointain :

  • la plus grande difficulté de visiter l'élevage et de voir le chaton en amont ;
  • les formalités pour pouvoir le faire entrer dans le pays : passeport, vaccins, quarantaine éventuelle... ;
  • le coût du transport.

 

Au final, même si l'on peut effectivement trouver des chatons de race moins chers à l'étranger que dans le pays où l'on réside, il faut être prêt à consacrer du temps et de l'argent pour effectuer les différentes formalités nécessaires pour l'acquérir puis le ramener. C'est surtout une option envisageable si l'on adopte dans un pays proche du sien (par exemple aux États-Unis lorsqu'on vit au Canada, ou en France lorsqu'on vit en Suisse) et si la procédure est simple : dans les autres cas, l'opération peut rapidement devenir un véritable casse-tête...

Chats de race pas chers : attention aux arnaques

Un chaton tout noir enfermé dans une cage

Dans la mesure où les chats de race se vendent assez cher, leur commerce attire des personnes malintentionnées qui essayent de soutirer de l'argent aux adoptants de diverses manières, n'hésitant pas notamment à jouer sur la corde sensible.

 

Il existe surtout deux types d'arnaques avec les annonces de chatons :

  • soit l'animal vendu n'existe pas : une fois un voire plusieurs paiement(s) réalisé(s), l'acheteur n'a plus de nouvelles du vendeur, et ne reçoit bien sûr pas l'animal qu'il était supposé recevoir ;
  • soit l'animal existe bel et bien, mais n'est pas de pure race et/ou provient d'un élevage intensif (une usine à chatons). Dans le second cas, il n'a pas été élevé correctement (nourriture, vaccins, vermifuges, socialisation...) afin de coûter beaucoup moins cher à « produire », et présente un risque beaucoup plus élevé de développer toutes sortes de problèmes de santé ou comportementaux.

 

Quel que soit le scénario, les escrocs prétendent généralement proposer des chatons de race et affichent des prix sensiblement inférieurs à la moyenne, dans le but d'attirer les acheteurs en leur donnant l'impression de faire une bonne affaire.

 

A contrario, un éleveur qui fait sérieusement son travail a engagé toutes sortes de dépenses pour proposer des chatons présentant les meilleures garanties en termes de santé et de tempérament : il n'a aucune raison de les « brader », sauf cas particuliers.

 

Il faut donc se montrer extrêmement prudent quand on tombe sur des chatons de race à des prix anormalement bas : il s'agit probablement d'arnaques. Le risque est plus élevé sur les sites généralistes que sur les sites spécialisés, car ces derniers effectuent en général un travail de validation des annonces plus rigoureux - même si certaines peuvent passer entre les mailles du filet.

 

Si on ne souhaite pas - ou ne peut pas - dépenser une importante somme d'argent pour acquérir un chaton de pure race, mieux vaut explorer une autre piste (adopter dans un refuge, opter pour un animal un peu plus âgé ou pour un croisé...) plutôt que de prendre le risque d'être victime d'une arnaque après avoir vu une annonce étrangement alléchante. Pour le coup, on aurait tout perdu...

Le mot de la fin

Même lorsqu'on souhaite adopter un chat de race, l'on peut être rebuté par le prix qu'il faut débourser à l'achat : plusieurs centaines voire milliers d'euros sont en effet à prévoir, en particulier pour un chaton.

 

Ce prix peut sembler abusif, comparé à un chat de gouttière qui ne coûte quasiment rien. Pourtant, il comprend un certain nombre de soins et de garanties, notamment le fait que des tests génétiques ont été réalisés pour exclure des maladies problématiques. C'est aussi l'assurance que le chaton a été bien soigné et sociabilisé, et donc qu'il a moins de chances de souffrir de problèmes de santé et de comportement.

 

De quoi démarrer la cohabitation sur de bonnes bases, et maximiser les chances qu'elle soit longue et heureuse. Cela mérite probablement de payer un peu plus cher au départ, non ?

Par Aurélia A. - Dernière modification : 04/14/2022.

Commentaires sur cet article

Bonjour,
Petite précision importante tout de même quant à l'obtention du pedigree que beaucoup de personne confondent, il faut préciser:
"Il faut payer l'inscription de chaque chaton au LOOF pour obtenir le pedigree PROVISOIRE". En effet, ce n'est pas parceque papa et maman sont pedigree que les chatons le seront. Ils devront passer par un juge pour obtenir un pedigree définitif si je ne m'abuse. C'est à prendre en considération lors de l'achat du chaton (ou d'un chiot d'ailleurs)

   
Par Persoc

Bonjour,

Mon ami doit aller chercher demain un chaton chartreux loof de 4 mois, non stérilisé, et il est vendu 1200€.

Je vois sur internet que le prix moyen d'un chartreux est entre 300 et 750€.

Quelqu'un aurait une explication à ce prix qui me paraît élevé?

Merci beaucoup.

Une réponse sur mon mail avant 13 h serait génial.

M. Signe

0    0
Par Signe

Elever une race est le plus souvent une passion dévorante et très coûteuse. Elever une race signifie l'améliorer par un travail de sélection très rigoureux.
Très rares sont les éleveurs qui tirent un bénéfice de leur élevage même officiellement déclaré, déclaration qui est obligatoire à partir de deux portées par an.
Le coût d'un élevage c'est : de la nourriture de qualité, des soins vétérinaires pointus et des rappels de vaccins chaque année, de nombreux tests de dépistage (maladies héréditaires et autres) des coûts d'hygiène (hygiène très poussée sinon risque de développer des maladies dans l'élevage), des coûts de toilettage pour les expos (les produits de qualité sont très chers), le coût des expos pour faire de vos chats des champions (voyages, hôtels, inscriptions aux expos, et frais divers affèrants), les coûts liés à l'enregistrement des chatons au LOOF, et autre sociétés félines,etc, etc.... Vendre un chaton entre 800 et 1500 euros (voire plus pour un très beau sujet) ce n'est donc pas du vol (Et le taux de mortalité des jeunes chatons est plus important dans les pures races que chez les gouttières)...
Pour ceux que tout cela choque Madame Michu, du coin de la rue, aura toujours un petit mistigri que sa Fifine de gouttière aura mis au monde à faire adopter pour zéro centime.

0    0
Par Romu

Eymeric dans les refuges SPA il faut payer ...
Pardon mais la nourriture plus les vaccins etc , ne reviennent pas à 1400 euros. je ne comprends pas pourquoi un chat " de race" devrait coûter 1400 euros! c'est parfois 1 mois de salaire pour certains, tout çà pour quoi? parce qu'ils ont tous tels caractéristiques? dans ce cas là, les chats tigrés aussi devraient être de races...

Pour ce qui est de stérilisé ou castré, Fabien je ne suis pas d'accord... un chat en appartement qui a ses chaleurs c'est l'horreur à vivre! et en plus il y a une surpopulation chez les chats des rues, qui ont bien souvent des maladies dangereuses pour eux et pour les autres, alors oui lorsque l'on ne veut pas de chatons c'est mieux de le faire

0    0
Par Aurélie

Bonjour,
Merci de bien vouloir verifier le tarif de l'highland straight qui est vendu au meme tarif que le British Longhair. de 1000 à 1400 €uros.
Cordialement
Angellyead

0    0
Par angellyead

un chat qu'il soit de race ou non comme tout autre animal il faut savoir s'en occuper, le prix ( parfois ) pousse les gens à ne pas en acheter et donc ne pas faire de bêtises ... .

0    0
Par elyna12

@Fabien : si vous ne voulez pas mettre un tel prix il existe les refuges et la SPA. Sinon... j'estime cela tout à fait normal! Les éleveurs ne peuvent, en général, pas vivre si ils ne comptent que sur l'adoption de leurs animaux, beaucoup travaillent ainsi à côté, ce qui montre que leur travail est bien souvent une passion avant d'être un gagne pain. De plus, si l'on considère l'investissement qu'il y a derrière chaque animal (il faut bien les nourrir, les entretenir... les chatons comme les reproducteurs), et le nombre de chaton par an et par portée, on peut dire que leurs prix sont bien souvent très raisonnables.

0    0
Par Eymeric

Je trouve honteux le prix pratiqué pour un chat loof et meme pour un chat de la meme race non loof !! c 'est tout bonnement de l'escroquerie de la part de certaines personnes ,éleveurs ou particuliers ,je n'appelle pas cela de l'amour pour la race ,mais tout simplement c'est pour de l'argent facile pour arrondir les fins de mois !!
Et quand plus on castre ou stérilise ,j'en ferai de meme aux personnes qui font subir cela à ces pauvres betes quelques soit la race !!!!!
C'est pareil pour le prix de transfert des joueurs de football ,c'est une honte

+1    0
Par Fabien

Il y a une énorme erreur sur le prix de vente d'un chaton tonkinois. 400euros, c'est le prix d'un chaton non LOOF, c'est à dire qui n'est pas de race.
Ils se vendent, selon les éleveurs, (nous sommes entre 5 et 10 en France) entre 800 et 900 euros, pour le variété poil court.
Pour la variété poil long, qui apparaîtra en France en 2011, le prix sera fixé entre 900 et 1200 euros (nous sommes 2 éleveurs lancés dans la variété poil long).
Merci de vérifier pour changement.

Bien félinement,
Mlle Gasser


0    0
Par vagas

Je pense que nous les éleveurs de RAGDOLL vous dirons que les prix sont plutot de : 900€ à 1400€ pour la reproduction avec pédigrée au LOOF.
Pour compagnie ou défaut sans pédigrée non LOOF de : 700€ à 900€

0    0
Par rolande50

Vous êtes loin du compte pour le prix d'un chat persan pure race avec pedigree :
chats de compagnie (avec un défaut) : de 650 à 800 euros
chats de reproduction (défaut compensé par des qualités) : de 900 à 1200 euros
chats d'exposition : de 1500 à 6000 et plus, suivant la notoriété et la qualité des parents (Artemis, Noblessa, Eden Lover....)

0    0
Par celtique
Chien.com Vous aimez aussi les chiens ?

Vous aimez aussi les chiens ?