Le Bengal, un chat sous haute surveillance en Belgique

17/02/2017
Partager :  

Le Bengal attire par sa beauté et son allure proche de celle d’un animal sauvage. Issu d’un croisement entre un chat domestique et un félin sauvage, le Bengal n’est pas un chat comme les autres ; il nécessite une attention particulière. Sa détention pose aussi des questions éthiques. L’une d’entre elle est le risque de trafic, lié au prélèvement régulier de félins sauvages nécessaire à la production de nouveaux Bengals. Sensible à ces questions, la Belgique s’est dotée d’une réglementation sur la détention de deux races de chats hybrides, le Bengal et le Savannah.  

Depuis 1986, cette réglementation détermine les espèces d’animaux domestiques autorisées en Belgique. La détention d’un chat Bengal ou d’un Savannah fait l’objet d’une autorisation spéciale, accordée par le Ministère du bien-être animal. Ces chats, qui ne sont pas considérés comme des races domestiques, doivent être détenus par des personnes motivées et compétentes. Un des objectifs visés est de limiter les risques d’abandon par des propriétaires qui ne seraient pas capables de répondre aux besoins de ces races exigeantes.

En France, il n’existe pas de réglementation particulière concernant les hybrides qui sont assimilés à des chats, animaux dont la détention est autorisée par l’arrêté du 11 août 2006.

 

Selon vous, est-il préférable d’avoir une réglementation sur la possession des chats hybrides ou faut-il accorder toute liberté dans ce domaine ?

Réagir à cette actualité

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet