Prendre le taxi ou un VTC avec son chat

Prendre le taxi ou un VTC avec son chat

Voyager avec un animal en transports en commun peut parfois se révéler être une véritable épreuve, aussi petit et docile soit-il. Ainsi, plutôt que de prendre le train avec son chat ou de se déplacer en bus avec son chat, il peut être tentant d'opter pour le taxi, plus privé et bien plus commode par bien des aspects.


Pour autant, là aussi l'exercice peut s'avérer légèrement plus compliqué qu'il n'y paraît au premier abord...

Partager
 

Le transport de personnes, une activité réglementée

Le transport de personnes, une activité réglementée

Le taxi et le VTC sont des activités réglementées proposant de transporter des personnes d'un point A à un point B, le trajet étant décidé par le client. Ils se distinguent des services de transport en commun par le fait que le voyage n'est pas pré-déterminé : le conducteur s'adapte à la demande de ses passagers. C'est cette flexibilité qui en fait des modes de transport plus pratiques que le bus ou le métro par exemple, mais aussi plus chers.

 

Le véhicule de transport utilisé par un taxi ou un VTC doit être conduit par un chauffeur professionnel, qui dispose donc d'une licence. Les plateformes de covoiturage telles que BlaBlaCar se contentent de mettre en contact des particuliers, et n'entrent donc pas dans ces catégories.

 

Le VTC se distingue du taxi par le fait qu'il nécessite une réservation : les chauffeurs ne peuvent donc pas se poster sur la voie publique, à la sortie des aéroports ou près des lieux touristiques, à la recherche de potentiels clients. Par ailleurs, le prix du trajet peut être convenu à l'avance, et être indépendant la durée effectivement mise.

Peut-on voyager en taxi ou VTC avec son chat ?

Peut-on voyager en taxi ou VTC avec son chat ?

Les métiers de taxi et VTC ont beau être des activités réglementées, les chauffeurs restent globalement libres en ce qui concerne le transport d'animaux de compagnie : à quelques exceptions près, ils peuvent donc refuser une course si elle implique la présence d'un petit félin à bord.

 

En tout état de cause, les conducteurs sont généralement moins réticents à l'idée de transporter un chat qu'un chien, car ce dernier est souvent plus imposant, moins propre, et potentiellement plus dangereux. Certains font néanmoins le choix de s'y opposer de manière ferme et définitive, par exemple s'ils souffrent d'allergie aux chats ou de phobie des chats (ailurophobie). Cette dernière est beaucoup moins courante que la peur des chiens (cynophobie), mais tout aussi handicapante pour le chauffeur ; refuser systématiquement d'embarquer un chat est alors le choix le plus raisonnable pour le bien-être et la sécurité de tous.

Prendre le taxi ou le VTC avec un chat en France

Prendre le taxi ou le VTC avec un chat en France

En France, les chauffeurs de taxi ou de VTC n'ont la possibilité de refuser une course que dans quelques cas bien précis. Le transport d'animaux de compagnie en fait partie : chaque conducteur est libre de décider s'il accepte ou non un chat à bord, et de fixer les conditions dans lesquelles celui-ci doit être transporté le cas échéant.

 

Dans le cas où l'animal est bel et bien accepté, le chauffeur peut également imposer un supplément au propriétaire. Le tarif n'étant pas fixe, il est préférable de se mettre d'accord sur le montant avant le début de la course, pour ne pas avoir de mauvaise surprise à l'arrivée.

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat en Belgique

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat en Belgique

En Belgique, les règles sont un peu plus souples qu'en France, car l'accord du conducteur de taxi ou VTC n'est nécessaire que dans le cas d'un animal ne pouvant être gardé sur les genoux. C'est ce que stipule l'article 18 du chapitre II sur les mesures de police concernant les voyageurs dans l'arrêté royal portant règlement de police relatif à l'exploitation des services de taxis.

 

Par conséquent, à quelques exceptions comme dans le cas d'un très grand chat, le transport en taxi ou en VTC en Belgique ne devrait pas réellement poser de problème.

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat en Suisse

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat en Suisse

En Suisse, il appartient également aux chauffeurs de taxi ou de VTC de choisir s'ils acceptent les chats à bord de leur véhicule.

 

Par conséquent, tout maître prévoyant d'avoir recours à ce moyen de transport avec son chat a intérêt à se renseigner au moment de la réservation, pour éviter les mauvaises surprises. Il peut également tenter sa chance directement sans réservation, mais il faut savoir que les conducteurs acceptant de transporter des animaux - même petits - restent assez rares.

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat au Canada

Prendre le taxi ou un VTC avec un chat au Canada

Au Canada, les chauffeurs de taxi et de VTC ont toute latitude pour accepter ou refuser de transporter un animal de compagnie, sans avoir à justifier leur décision.

 

Dans le cas où le conducteur accepte la présence d'un chat à bord, il a la possibilité de facturer au maître un montant supplémentaire pour le transport de sa petite boule de poils. Le tarif est laissé à la libre appréciation du chauffeur, et il est donc judicieux de vérifier ce point avant d'embarquer.

Les règles d'or pour un trajet en taxi ou en VTC avec un chat

Se déplacer en taxi ou en VTC avec un chat a beau être globalement plus confortable qu'en transport en commun, quelques précautions s'imposent pour que l'aventure ne se transforme pas en parcours du combattant, aussi bien pour le chauffeur que pour le maître ou son animal.

Demander l'autorisation du chauffeur de taxi ou de VTC

Demander l'autorisation du chauffeur de taxi ou de VTC

Puisque le chauffeur de taxi ou de VTC a parfaitement le droit de refuser un chat à bord, mieux vaut s'assurer d'emblée qu'il est d'accord pour prendre un chat à bord de son véhicule, plutôt que d'essayer de dissimuler l'animal sous un manteau ou dans un sac de transport. En effet, si la supercherie était découverte, le client pourrait tout bonnement se faire mettre dehors séance tenante par le conducteur - sans parler de l'inconfort d'un tel voyage pour le pauvre animal...

 

Mieux vaut également jouer cartes sur table dans le cas d'une réservation en amont et annoncer la présence d'un chat à bord, afin de s'assurer que soit envoyé un conducteur qui les accepte. A défaut, rien n'empêche le professionnel de refuser la course au dernier moment, ce qui placerait potentiellement le maître dans une situation pénible. Afin d'éviter ce genre de problème, certaines compagnies de taxis ou de VTC intègrent directement dans leur application ou formulaire de réservation un champ dédié à la présence d'un animal de compagnie, afin de choisir ensuite un chauffeur adapté à la situation.

Comment transporter son chat dans un taxi ou un VTC

Comment transporter son chat dans un taxi ou un VTC

Comme pour ce qui est d'accepter ou de refuser une course avec un animal, le chauffeur de taxi ou de VTC a son mot à dire en ce qui concerne les conditions dans lesquelles le chat est transporté à bord. Mais quand bien même s'il n'a pas d'exigence particulière en la matière, il est préférable pour le maître de prévoir certaines choses afin d'éviter les soucis pendant le trajet.

 

En particulier, il est vivement recommandé de mettre son chat dans une caisse de transport afin d'éviter qu'il ne salisse ou n'abîme le véhicule, ou pire, qu'il ne gêne le chauffeur pendant sa conduite. Il convient d'en tapisser le fond avec de vieux journaux ou une autre matière absorbante, car personne n'est à l'abri d'un petit accident pendant le voyage, en particulier si le chat souffre du mal des transports. Le cas échéant, il est préférable de ne pas lui donner à manger dans les heures qui précèdent le trajet, voire de demander à un vétérinaire de lui prescrire des anti-vomitifs ou anti-nauséeux si ce dernier s'annonce relativement long.

 

Enfin, le petit félin étant normalement un animal très propre, il est peu probable qu'il sente véritablement mauvais au point de justifier un refus de la part du conducteur, comme cela peut se produire par exemple avec un chien. La perspective du trajet peut en revanche être l'occasion d'effectuer un bon nettoyage de sa cage de transport, qui elle se salit généralement assez vite et s'imprègne facilement de mauvaises odeurs.

Les alternatives au taxi et au VTC

Les alternatives au taxi et au VTC

Que ce soit en France, en Suisse ou au Canada, les chauffeurs de taxi et de VTC ont la possibilité de refuser un chat à bord de leur véhicule, pour quelque motif que ce soit. Par conséquent, il n'est pas forcément évident pour un maître de pouvoir compter sur ce moyen de transport, en particulier dans les endroits plus reculés. Or, il peut dans certains cas avoir un besoin impératif de transporter son animal, par exemple s'il doit l'emmener chez le vétérinaire mais ne possède pas lui-même de véhicule ou n'est pas en mesure de conduire.

 

Pour répondre à cette demande spécifique mais non moins réelle, des taxis animaliers existent un peu partout dans le monde. Leur principe est exactement le même que celui des taxis ou VTC classiques, à l'exception du fait que leurs véhicules sont spécialement équipés pour le transport d'animaux. Ainsi, ces derniers sont dotés de cages de transport et d'autres accessoires bien utile dans certains cas : brancards, rampes d'accès... Ils offrent également de meilleures garanties sanitaires, puisqu'ils sont lavés et désinfectés après chaque client, de manière à éviter une éventuelle contamination par des parasites ou des maladies contagieuses. Certains de ces professionnels proposent même de transporter l'animal sans que son maître ait besoin d'être présent.

 

Si cette option ne convient pas non plus, ou qu'elle n'est pas disponible dans un rayon proche, il est toujours possible de se tourner vers de l'entraide entre particuliers, en s'inscrivant par exemple à une plateforme d'échange de services entre propriétaires d'animaux. Ce concept original est surtout utilisé pour des échanges de garde, de promenades ou de visites à domicile en cas d'absence, mais il peut également permettre de trouver un conducteur acceptant de dépanner un maître ne disposant pas d'un moyen de transport.

 

En dernier recours, il est possible également de faire du covoiturage avec son chat. Cette option est toutefois assez peu utilisée pour des trajets courte distance et n'est pas toujours très flexible, ce qui n'en fait pas la meilleure alternative au taxi ou au VTC. En tout état de cause, les conducteurs sont là aussi libres de refuser le transport d'un animal : rien ne garantit donc au maître qu'il sera plus chanceux de ce côté-là.

Le mot de la fin

Dans la mesure où la décision d'accepter un animal à bord est généralement laissée à l'appréciation de chaque conducteur de taxi ou de VTC, il n'est pas toujours évident pour un maître de se déplacer avec son chat par ce biais-ci. En tout cas, cela implique qu'il vaut mieux réserver en amont et annoncer la présence de l'animal, afin d'éviter les annulations de dernière minute.

 

Il existe en tout cas des alternatives : les transports en commun, bien sûr, ainsi que quelques solutions de transport individuel. Toutefois, les contraintes du trajet (lieu de départ, lieu d'arrivée et horaire) font que ces options ne sont pas forcément disponibles.

Dernière modification : 08/13/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.