Mettre son chat en pension : les pensions félines

Mettre son chat en pension : les pensions félines

Dans certains cas particuliers tels qu'un départ en vacances, un voyage d'affaires ou une hospitalisation, il peut être nécessaire de se séparer temporairement de son chat, s'il n'est pas possible de l'emmener avec soi.


La pensions pour chats représente alors une très bonne alternative : elle garde l'animal pendant l'absence de son maître, tout en étant garante de sa santé et de sa sécurité.

Partager
 

Le principe des pensions pour chat

Le principe des pensions pour chat

Les chenils ont longtemps inspiré davantage la méfiance que la confiance chez les propriétaires de chat. Pourtant, il existe de plus en plus de pensions qui proposent des services de qualité permettant de s'occuper convenablement d'un chat pendant l'absence de son maître.

 

En effet, une pension féline digne de ce nom ne se contente pas d'enfermer l'animal dans une cage et de le garder sous surveillance jusqu'à ce que le propriétaire revienne le chercher. Désormais, les établissements proposent :

  • des pièces confortables équipées d'accessoires divers (arbre à chat, litière, griffoir, etc.) pour que l'animal se sente presque comme chez lui ;
  • des séances quotidiennes de caresses et de jeux ;
  • un toilettage et des soins adaptés aux besoins de chaque pensionnaire ;
  • une alimentation de très bonne qualité, si le maître ne fournit pas lui-même de quoi nourrir son animal pendant son absence.

Quels chats sont autorisés en pension ?

Les chats agressifs sont souvent refusés en pension
Les chats agressifs sont souvent refusés en pension

Pour pouvoir placer son chat en pension, il convient de respecter certaines règles, qui peuvent dépendre d'un établissement à l'autre. Dans l'ensemble, les chats acceptés en pension sont les suivants :

 

 

 

  • ceux qui n'ont pas de maladies graves ou potentiellement contagieuses ;

 

 

  • ceux qui sont identifiés par puce électronique ou tatouage.

 

Des documents officiels tels qu'un certificat vétérinaire ou un passeport européen pour animaux de compagnie peuvent être requis par la pension féline pour attester des différents points précédents (vaccination du chat, stérilisation, identification, etc.).

 

Dans la mesure où chaque établissement est libre de fixer les règles qu'il souhaite, mieux vaut se renseigner au préalable pour éviter toute mauvaise surprise le jour J.

Comment choisir une pension pour chat

Comment choisir une pension pour chat

La meilleure façon de trouver un établissement de qualité près de chez soi est de consulter un annuaire des pensions pour chat, puis à se renseigner sur celles qui paraissent les plus intéressantes pour le maître. Les commentaires en ligne ou les réseaux sociaux permettent généralement de se faire rapidement un avis sur la question.

 

Pour autant, rien ne remplace en visite en personne sur les lieux : c'est la raison pour laquelle, avant de placer son chat en pension, il est préférable d'aller visiter les locaux et rencontrer le personnel. Les éléments qui doivent mettre la puce à l'oreille sont les suivants :

 

  • le maître doit avoir la possibilité de visiter les locaux sur simple rendez-vous, y compris avant toute réservation ;

 

  • les locaux doivent être propres, aérés, traités contre les insectes et les parasites, lumineux et réglés à la bonne température (chauffage l'hiver et climatisation l'été si le climat le requiert) ;

 

  • les box doivent être suffisamment spacieux par rapport au nombre d'animaux qu'ils sont censés héberger ; ils doivent être aménagés avec un bac à litière, des jouets pour chats, des paniers, des griffoirs, un support à escalader (étagères, arbres à chats...), un abri pour que chaque animal puisse s'isoler de ses colocataires s'il le souhaite, une fenêtre vers l'extérieur, etc. ;

 

  • les chats doivent sembler en bonne santé, bien traités et surtout heureux ; ils ne doivent pas être en trop grand nombre, pour éviter que la surpopulation ne soit à l'origine de stress, de bagarres entre chats, etc. ;

 

  • les employés doivent être des professionnels des animaux, possédant un certificat adéquat et capables de s'occuper correctement de leurs pensionnaires. Ils doivent se montrer patients, bienveillants, et surtout en assez grand nombre pour pouvoir consacrer du temps chaque jour à chaque animal ;

 

  • les chats doivent être correctement toilettés pendant le séjour, et doivent pouvoir être soignés si la situation l'exige. Généralement, les pensions félines de qualité concluent des partenariats avec des vétérinaires des environs pour pouvoir réagir sans délai en cas de souci de santé d'un des pensionnaires.

Combien de temps peut-on laisser son chat en pension ?

Combien de temps peut-on laisser son chat en pension ?

Selon la raison pour laquelle le maître s'absente, la durée du séjour en pension peut varier considérablement, allant de quelques jours à plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Dans certains cas, il n'est même pas possible pour le propriétaire du chat de savoir avec exactitude à quel moment il pourra récupérer son animal, par exemple s'il est hospitalisé. Heureusement, les pensions félines sont généralement flexibles et peuvent s'occuper d'un chat sur du long terme, du moment qu'elles ont la disponibilité nécessaire.

 

Il faut toutefois savoir qu'il est préférable de ne pas laisser un chat en pension trop longtemps. En effet, même s'il souffre moins de l'absence de son maître qu'un chien par exemple, il peut en revanche souffrir d'être éloigné de son territoire habituel et de rester confiné dans un lieu inconnu, a fortiori s'il avait l'habitude de passer une partie de ses journées en extérieur. De plus, la pension peut être un endroit stressant pour lui, en particulier s'il est peureux ou peu sociable, et qu'il se retrouve à devoir cohabiter avec des congénères inconnus. Pour ces raisons, mieux vaut éviter de laisser son chat en pension pendant plusieurs semaines.

 

À l'inverse, si le maître ne s'absente que quelques jours, il est généralement préférable de faire appel à un cat-sitter ou à une personne de confiance qui viendrait nourrir le matou chaque jour, plutôt que de le mettre en pension. Ainsi, il reste dans son environnement habituel, avec ses repères et sa routine, et ne sera pas trop perturbé par l'absence de sa famille.

Le tarif d'une pension pour chat

Le tarif d'une pension pour chat

Le prix d'une pension pour chat se situe généralement entre 10 et 15 euros par jour. Ce montant peut ensuite varier selon plusieurs facteurs :

 

  • les services et activités proposés par la pension : le nombre de séances de jeux et de caresses, l'aménagement des locaux, le temps que le personnel passe avec chaque animal, etc. ;

 

  • les besoins de chaque chat : toilettage particulier, traitement médicamenteux à lui prodiguer, régime alimentaire spécifique (par exemple dans le cas d'un chat nourri au régime BARF) ;

 

  • la durée du séjour : bien souvent, des tarifs plus intéressants sont proposés au-delà d'un certain nombre de jours ;

 

  • le nombre de pensions félines et de propriétaires de chats à proximité : plus la demande est forte, plus le prix risque d'être élevé ;

 

  • la période de l'année : là encore, les jours où la demande est importante (congés scolaires, week-ends, etc.), les prix risquent de grimper en conséquence.

 

Des remises peuvent ensuite s'appliquer en fonction des cas. Par exemple, si un propriétaire confie à une même pension plusieurs animaux en même temps, il peut facilement obtenir une réduction comprise entre 15 et 20% selon les établissements. Certaines pensions proposent aussi une journée gratuite à tout nouveau maître qui laisserait son animal plus d'un certain nombre de jours d'affilée.

 

Il ne faut bien évidemment pas se contenter de comparer les prix dans l'absolu (d'autant que pour les chats il y a peu de variations d'un établissement à l'autre), mais s'intéresser plutôt au ratio prix / qualité des services proposés. L'idéal est que l'animal passe un séjour confortable et qu'il soit bien traité, et non pas simplement que le maître ait réalisé une bonne affaire...

 

Une fois que le maître et l'établissement se sont mis d'accord sur les conditions du séjour et le prix correspondant, il ne reste plus qu'à réserver la chambre de son chat en payant un acompte d'un montant de l'ordre de 30%. Cette somme n'est pas restituée au propriétaire s'il décide finalement d'annuler la réservation.

Préparer l'arrivée et limiter le stress du chat en pension

Une fois la réservation effectuée, il ne reste plus qu'à préparer l'arrivée du chat dans sa nouvelle maison.

Limiter le stress

Limiter le stress

Les félins étant des animaux territoriaux, ils peuvent être au début un peu perturbés de se retrouver loin de leur domicile, mais ils finissent par trouver leurs marques en quelques jours si le personnel est attentif et les locaux bien aménagés.

 

Contrairement à un chien par exemple, il n'est pas forcément recommandé de laisser au chat certains de ses accessoires habituels, en particulier s'il doit être amené à partager sa "chambre" avec des congénères inconnus, car cela pourrait perturber la "neutralité du territoire" et mettre à mal la cohabitation. En revanche, si le chat loge dans un box individuel, il n'y a généralement pas de problème pour lui laisser quelques jouets qu'il affectionne, sa gamelle ou même son panier.

Limiter les problèmes digestifs

Limiter les problèmes digestifs

Par ailleurs, l'appareil digestif d'un chat est plus sensible que celui d'un être humain : un changement brutal de nourriture peut donc provoquer des troubles digestifs, tels que des diarrhées ou des vomissements. Pour limiter les risques, il est préférable d'éviter de modifier son régime alimentaire. Le plus souvent, les pensions proposent une alimentation sous forme de croquettes de haute qualité : si le chat n'est pas habitué à de tels aliments, il est recommandé :

 

  • soit de fournir à la pension féline la nourriture habituelle du chat pour qu'elle puisse continuer à le nourrir "comme à la maison", si la durée du séjour n'est pas trop longue ;

 

 

Si le chat souffre d'allergies alimentaires particulières, il est important de le signaler à la pension, a fortiori si c'est elle qui doit se procurer la nourriture.

Préparer les soins et médicaments

Préparer les soins et médicaments

Si le chat doit suivre un traitement ou un toilettage précis et qui nécessite l'utilisation de produits spécifiques (médicaments, lotions pour l'entretien des yeux ou des oreilles...), il est important de les fournir à la pension, accompagnés de l'ordonnance vétérinaire correspondante le cas échéant, pour que le personnel puisse se charger des soins pendant l'absence du maître. Si la quantité fournie n'est pas suffisante pour couvrir l'ensemble du séjour, l'établissement peut faire le choix, pour ne pas interrompre le traitement, d'acheter le produit lui-même et de le refacturer ensuite au propriétaire lorsque celui-ci vient récupérer son animal.

 

Il faut toutefois savoir que si les soins à apporter sont trop fastidieux, ou si la maladie dont souffre le chat est grave et/ou contagieuse, la pension peut faire le choix de refuser de prendre en charge l'animal et d'annuler la réservation, même le jour J. De plus, dans ce cas, l'acompte n'est généralement pas remboursé au propriétaire. Par conséquent, en cas de doute, mieux vaut se renseigner en amont sur le règlement de la pension, pour éviter une mauvaise surprise de dernière minute.

Chat en pension : quid de la responsabilité juridique ?

Chat en pension : quid de la responsabilité juridique ?

Les pensions félines ont beau embaucher du personnel habilité à s'occuper des animaux, elles ne sont pas à l'abri d'un accident - pas plus que n'importe quel maître d'ailleurs. Par exemple, le chat peut s'enfuir, faire une mauvaise chute, griffer ou mordre un congénère ou un membre du personnel, se battre avec un autre chat, etc. Dans des cas extrêmes, par exemple un incendie ou une inondation, il peut même être gravement blessé, voire décéder... La question se pose alors de la responsabilité juridique entre le propriétaire, l'établissement et l'éventuelle victime.

 

En France, en Belgique, en Suise et au Québec, ce sont respectivement l'article 1243 du Code civil français, l'article 1385 du Code civil belge, les articles 472 à 491 du Code des obligations suisse, et l'article 1466 du Code civil du Québec qui définissent la responsabilité du propriétaire et d'un éventuel gardien. Chez les trois premiers, la législation est claire : lorsqu'un chat est confié à un gardien (par exemple une pension féline), un transfert de garde s'opère entre les deux parties, et c'est ce dernier qui devient civilement responsable de l'animal. En revanche, au Québec, le Code civil prévoit que le propriétaire et le gardien sont tous deux responsables des préjudices causés par l'animal pendant la durée du contrat.

 

Par conséquent, hormis au Québec où la situation est un peu différente, c'est à l'assurance responsabilité civile professionnelle de la pension féline de prendre en charge l'intégralité des dégâts causés par ou sur le chat pendant le séjour, qu'il s'agisse d'une blessure, d'un accident, d'une fugue... Ceci explique le fait que les établissements refusent généralement d'accueillir des animaux malades ou agressifs.

Le mot de la fin

Les pensions félines sont idéales lorsqu'on souhaite faire garder son chat pendant une courte période. Pour faciliter la séparation et ne pas le perturber, il est important de choisir le bon établissement et de s'assurer que le personnel prendra bien soin de lui. Le plus sage est de recueillir des avis sur internet et d'aller visiter les lieux avant de réserver.

 

Enfin, si le maître est réticent à l'idée de laisser son chat en pension, il peut recourir à des alternatives et le confier à des amis, à une famille d'accueil, ou éventuellement à un cat-sitter. Les félins étant attachés à leur territoire, cette dernière option peut être intéressante pour une absence de seulement quelques jours.

Dernière modification : 03/24/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet