Naissance de deux chatons viverrin au zoo de Washington

16.06.2012
Partager
 

Le parc zoologique national de Washington (Smithsonian National Zoological Park), aux Etats-Unis, célèbre la naissance de deux petits chats viverrin. Un espoir pour cette espèce hautement menacée.

C’est une grande première. Les efforts menés par le parc zoologique national de Washington pour faire reproduire des chats viverrin, une espèce menacée, ont enfin abouti. Electra, une femelle de 7 ans, a donné naissance le 18 mai à deux chatons viables et aujourd’hui en bonne santé. Les petits, de plus en plus indépendants devraient bientôt recevoir leur première série de vaccins.

Cette initiative, s’inscrit dans un programme d’étude consistant à mettre en évidence les facteurs stimulant la reproduction dans le but de sélectionner les partenaires adaptés. Pour Electra, deux mâles ont été choisis selon des critères génétiques, sociaux, de caractère et de santé globale. Toutefois, seulement un seul d’entre eux, Lek, est parvenu à féconder la femelle (l’autre n’ayant obtenu aucun signe d’intérêt de sa part).

Les deux chatons nourrissent déjà l’espoir des professionnels du parc de par leur génome peu représenté dans la population captive des chats viverrin. Cette caractéristique pourrait les faire devenir dans le futur, de bons partenaires de reproduction. "C'est très gratifiant que nos efforts aient porté leurs fruits", confit le directeur Dennis Kelly dans un communiqué. Il poursuit : "L'avenir de leurs cousins ​​sauvages est très incertain, et il est impératif de faire tout notre possible pour assurer leur survie".

Une espèce menacée par la pollution des eaux et l’élevage de crevette

Le chat viverrin, ou chat pêcheur est une espèce endémique de l’Inde et de l’Asie du Sud. On le trouve généralement sur les berges des fleuves où il chasse poissons, grenouilles, oiseaux aquatiques et autres petits animaux marins. Ses pattes légèrement palmés font de lui un prédateur très agile en milieu aquatique. Malheureusement, son habitat est de plus en plus menacé par les braconniers, la pollution des eaux et les élevages de crevettes qui investissent de plus en plus de surfaces.

Les populations de chat viverrin sauvages ont diminué de moitié au cours des 18 dernières années, incitant l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) à reconsidérer le statut de l'espèce qui est passé de la catégorie "Vulnérable" à "En danger" en 2008.