Le tigre du Bengale : morphologie, alimentation, mode de vie...

Le tigre du Bengale : morphologie, alimentation, mode de vie...

Le tigre du Bengale est un félin au corps massif et musclé, qui est capable de s'en prendre à bien plus gros que lui. Pour cette raison, il a toujours suscité à la fois admiration et terreur chez l’Homme. Il n'a d'ailleurs absolument pas peur de ce dernier, ce qui conduit régulièrement à des accidents.


Longtemps chassé et tué par les humains, il est désormais menacé de disparition, comme la plupart des grands félins.


Retour sur ce majestueux roi de la jungle qui n'en finit pas de captiver les foules...

Partager
 

Classification et histoire du tigre du Bengale

Classification et histoire du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale, que l'on appelle aussi tigre royal du Bengale, est la sous-espèce de tigre la plus connue. Son nom latin est Panthera Tigris Tigris. Comme son nom l'indique, il vit principalement dans le golfe du Bengale, une zone à cheval sur l'Inde et le Bangladesh. On en trouve aussi en Birmanie et au Népal, dans des effectifs plus réduits.

 

Ce félin fait partie de la sous-famille des Pantherinae, au même titre que les autres tigres, le lion, la panthère nébuleuse ou le léopard de l'Amour. Ces espèces se distinguent par leur taille imposante - raison pour laquelle ils sont couramment appelés "les grands félins" - mais surtout par leur capacité à rugir, contrairement aux espèces de chats sauvages, au guépard ou encore au puma, qui ne peuvent que miauler.

La morphologie du tigre du Bengale

La morphologie du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale est un des plus grands prédateurs du règne animal actuel, même s'il reste plus petit et plus léger que son cousin le tigre de Sibérie (qui est d'ailleurs le plus gros félin actuel et le troisième plus gros prédateur au monde, juste derrière l'ours kodiak et l'ours polaire). À l'âge adulte, il n'est lui-même la proie d'aucun autre animal : on le qualifie donc de superprédateur.

 

Un mâle tigre du Bengale adulte mesure un peu moins de 3 mètres et pèse 225 kg en moyenne. Le mâle le plus imposant jamais recensé mesurait même 3,20 mètres. Au moment où il fut abattu par un chasseur, il venait de manger un petit buffle et atteignait quasiment 400 kg ; les scientifiques ont estimé que son poids "normal" devait donc avoisiner les 325 kg.

 

À côté de leurs impressionnants compagnons, les femelles font bien pâle figure : elles sont un peu plus petites et surtout deux fois moins lourdes, puisqu'elles mesurent entre 2,3 et 2,7 mètres de long et pèsent "seulement" autour de 135 kg.

 

Malgré cette grande différence de gabarit, mâle et femelle sont assez semblables et ne sont pas faciles à distinguer, d'autant qu'ils ont la même hauteur au garrot : environ un mètre. Les premiers ont toutefois des moustaches un peu plus longues que les secondes.

 

Le pelage du tigre du Bengale le distingue très aisément des autres espèces de félidés et lui assure un camouflage adéquat au sein de son environnement. En effet, ses rayures noires bien visibles sur son pelage jaune ou orangé lui permettent de se fondre au sein de la végétation haute sans être repéré. Plusieurs spécimens au pelage blanc ont aussi été recensés à l'état sauvage : la couleur de leur robe serait due à la mutation d'un gène.

 

Le tigre du Bengale possède aussi des canines exceptionnellement longues pour un félin, puisqu'elles mesurent entre 7 et 10 cm de long. Elles lui permettent de déchiqueter la chair de ses proies : s’il vient à les perdre pour une quelconque raison, il ne peut plus se nourrir et finit par mourir de faim.

 

Enfin, il rugit de façon caractéristique : lorsque le terrain est dégagé, son cri peut se faire entendre à plus de deux kilomètres de distance.

Le mode de vie du tigre du Bengale

Le mode de vie du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale vit en moyenne une quinzaine d'années à l'état sauvage. En captivité, il peut atteindre 25 ans.

 

Comme la plupart des félins, c'est un animal solitaire, qui n’aime pas partager son territoire avec des congénères. Pour éviter des rencontres inopinées et des combats féroces inutiles, il délimite son territoire en urinant, en laissant des sécrétions (phéromones) particulièrement odorantes et en griffant l'écorce des arbres à la périphérie de son domaine. Ce dernier peut s'étendre sur une superficie de 100 km², car le tigre a besoin d’un très vaste espace pour évoluer et surtout trouver sa nourriture.

 

C'est également un animal nocturne, comme beaucoup de félins. Il est de fait très rare d’observer un tigre du Bengale en pleine journée, car c'est alors le moment où il dort, à l'abri dans une de ses tanières. Par ailleurs, en dépit de sa taille imposante, il est de nature discrète et timide. Par exemple, pour ne pas se faire repérer, il enterre ses excréments - un peu comme les chats - et dissimule les carcasses de ses proies dans des fourrés. Parfois, il les recouvre aussi de feuilles mortes, pour être sûr qu’aucun autre grand prédateur ne pourra y goûter en son absence.

Le régime alimentaire du tigre du Bengale

Le régime alimentaire du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale est un redoutable prédateur, capable de tuer sans difficulté un animal deux fois plus grand que lui. Mais son corps massif n'est pas taillé pour la course, et il ne peut espérer prendre de vitesse des proies rapides et agiles comme le cerf. Il préfère donc chasser à l'affût, en rampant, dissimulé au milieu des herbes ou des buissons.

 

Lorsque la proie qu'il a repérée est suffisamment proche de lui, il effectue un bond puissant sur elle et la plaque au sol de tout son poids. Il tue les petits animaux d'un coup de dents, et les plus grosses en leur lacérant la nuque de ses griffes et dents tranchantes. Cette technique de chasse en apparence redoutable est pourtant rarement couronnée de succès, puisqu'on estime qu'il ne réussit qu'une tentative sur cent. De fait, si sa proie parvient à lui échapper, il renonce très souvent à la poursuivre et préfère attendre une prochaine victime.

 

Le tigre du Bengale est un opportuniste, qui s'en prend de préférence aux animaux âgés, faibles ou malades, qui peuvent difficilement se débattre et s'enfuir. Son régime alimentaire est très varié : taureaux sauvages, buffles, cerfs axis, sangliers, singes, porcs-épics et même lézards sont quelques-unes de ses proies potentielles. Lorsqu'il souhaite s'en prendre à de gros animaux, comme des gaurs ou des éléphants, il peut faire momentanément équipe avec des congénères.

 

Une fois que la chasse a été fructueuse, il préfère d'abord traîner sa proie à un endroit sûr avant de la manger. Un tigre mange traditionnellement jusqu’à 30 kg de viande en une seule nuit. Une fois qu'il est repu, si la proie qu'il a attrapée est de grande taille, il cache les restes de la carcasse dans des fourrés pour pouvoir continuer à la manger pendant plusieurs jours.

L'habitat du tigre du Bengale

L'habitat du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale est surtout présent dans les forêts de mangroves des Sundarbans, une région située au niveau du delta du Gange, à cheval sur l'Inde et le Bangladesh et descendant jusqu'au golfe du Bengale. On en trouve également dans une moindre mesure dans le reste de l'Inde, dans la partie centrale et nord du pays, ainsi qu'en Birmanie et au Népal.

 

Contrairement aux autres tigres, il peut vivre dans des milieux assez différents : s'il préfère les mangroves, il s'accommode parfaitement de forêts plus ou moins denses et même d'habitats plus secs comme la savane.

La reproduction chez le tigre du Bengale

La reproduction chez le tigre du Bengale

Les tigres du Bengale atteignent leur maturité sexuelle à l'âge de 3-4 ans pour les femelles et 4-5 ans pour les mâles, ce qui est relativement tardif pour un félin.

 

Le rut a généralement lieu au printemps. Le mâle se rend alors sur le territoire d’une femelle en vue de l’accoupler. Cette dernière n'étant en chaleur que trois à sept jours d'affilée, les deux tigres ne restent ensemble que très peu de temps. Aussitôt après l’accouplement, le mâle retourne sur son propre territoire et ne se soucie plus ni de sa compagne, ni de ses futurs petits.

 

La gestation de la tigresse dure environ 15 semaines. Au terme de celle-ci, elle donne naissance à une portée de 2 à 4 tigrons. Ceux-ci restent aveugles une dizaine de jours et sont allaités par leur mère pendant les 8 premières semaines de leur vie. Ils commencent ensuite à se nourrir de petites proies que leur mère leur rapporte régulièrement.

 

Vers l’âge de 7 mois, cette dernière les initie à la chasse jusqu’à ce qu’ils soient complètement autonomes. Ils sont âgés de 11 mois quand ils deviennent aptes à chasser sans elle, et ont en moyenne 16 mois quand ils sont en mesure de s'en prendre à des grosses proies. Pour autant, ils ne partent pas établir leur propre territoire avant l'âge de deux ou trois ans. C'est seulement à partir de ce moment-là que la femelle peut à nouveau s'accoupler.

 

Surprenamment, malgré la longue protection maternelle dont ils bénéficient, les scientifiques estiment que plus de la moitié des tigrons du Bengale meurent avant d’atteindre leur maturité sexuelle. Une étude intitulée « The Contribution of Variance in Lifetime Reproduction to Effective Population Size in Tigers » et publiée dans la revue scientifique Conservation Biology en 1991 a ainsi montré que la mortalité était de 34% chez les tigrons de moins d'un an, et de 17% chez ceux âgés d'un à deux ans. La cause principale semble être les affrontements territoriaux entre congénères. Les autres causes sont plus variées : des évènements naturels (incendies, inondations...), le manque de ressources pour pouvoir nourrir tous les petits, la chasse par l'être humain, etc.

La sauvegarde du tigre du Bengale

La sauvegarde du tigre du Bengale

Le tigre du Bengale fait partie des nombreuses espèces de félins dont la survie est menacée. Il est considéré par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comme étant en danger.

 

Pendant très longtemps, la principale menace qui pesait sur le roi de la jungle était liée à la chasse : en effet, du temps où l'Inde était sous domination britannique (entre 1757 et 1947), son superbe pelage était très convoité des riches notables indiens et des colons anglais.

 

En outre, il a toujours été très prisé par la médecine traditionnelle chinoise : certains de ses os et organes servent aujourd'hui encore à fabriquer toutes sortes de remèdes ou à concocter des potions aux vertus aphrodisiaques. Par ailleurs, pour protéger leur bétail des assauts de ce terrible animal, les éleveurs indiens et bangladais ont longtemps utilisé en nombre des appâts empoisonnés, commettant un véritable massacre.

 

Les autorités indiennes n'ont pris conscience de la catastrophe qu'à la suite du recensement effectué en 1972 : il ne restait alors plus que 1850 tigres du Bengale à l'état sauvage en Inde, contre 40 000 à 50 000 au début du 20ème siècle et 100 000 en 1900. Depuis, un programme de protection a été mis en place : la chasse et le commerce de ce grand félin sont désormais interdits, et 28 parcs nationaux ont été créés, représentant une superficie totale de près de 25.000 km². Ces mesures ont permis de limiter drastiquement la chasse du tigre et de faire repartir ses effectifs à la hausse ; ainsi, un recensement effectué en 2018 a estimé la population de l'espèce à un peu moins de 3000 individus.

 

Malgré ces efforts, le braconnage persiste, et on compte chaque année une cinquantaine de spécimens tués par des braconniers ou des éleveurs. En parallèle, la déforestation massive et la raréfaction des proies poussent les félins à s'en prendre au bétail, voire à l'Homme pour se nourrir. Ainsi, chaque année, des dizaines d'Indiens sont tués par des tigres. Dans ce contexte, il est difficile d'expliquer aux populations locales qu'elles doivent protéger ce splendide animal...

Vidéo documentaire sur le tigre du Bengale

Dernière modification : 04/11/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

Salut j'adore.

   
Par hdgfu

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet