Le jaguar dans l'histoire

Le jaguar dans le folklore

Le jaguar dans le folklore

A travers les siècles, le jaguar a joué un rôle essentiel dans le folklore des peuples qui partagent son domaine. Dans les forêts oppressants d'Amérique latine, le jaguar était un être mystérieux, doté de pouvoirs surnaturels et ses grognements saccadés, rappelant la phase finale du rugissement du lion, semaient la terreur. On a ainsi retrouvé des jaguars sculptés, vieux de 5 000 à 6 000 ans. Les Olmèques, peuple du Mexique, déformaient même leurs propres têtes pour les faire ressembler à celle du jaguar.

 

Au sommet de la colline qui surplombe Oaxaca, au Mexique, les Zatopèques ont construit la citadelle de Cosijo, le Dieu-Jaguar, et on a retrouvé des os de jaguar minutieusement sculptés dans les tombes creusées dans les flancs de la colline. Pendant la domination espagnole, des « hommes-jaguars », comme les « hommes-panthères » africains, pratiquaient des assassinats rituels, portant pour ornements la peau, des dents et des griffes de jaguar.

 

Pour les Mayas du Guatemala, du Honduras et du Yucatan, le jaguar soutenait le monde avec le crocodile ; les dieux de la pluie étaient représentés sous forme de jaguars. Les tribus de Guyane considèrent le jaguar comme leur ancêtre. Dans le temple des jaguars de Chichén Itza, au Yucatan, une frise représente des jaguars sculptés tenant des cœurs humains dans leurs griffes tandis que des guerriers nus leur lancent des torches en flammes. Il y a également un jaguar sculpté, laqué de rouge brillant, aux dents de pierre blanche et aux yeux de jade étincelants.

Un félin recherché

Un félin recherché

Le jaguar a la malencontreuse coutume d'attaquer le bétail domestique = bœufs, chevaux, mules, moutons, chèvres, ânes et lamas. L'élevage s'étant répandu sur tout son territoire, le jaguar souffre de la disparition de son habitat. Les éleveurs voient en lui « l'ennemi numéro 1 » et font appel à des équipes de « tigreros » (chasseurs de tigres) pour l'éliminer. Les « tigreros » en question se servent généralement de chiens pour traquer le jaguar puis tuent l'animal à coups de lances ou de fusils.

 

Il arrive que le jaguar attaque l'homme et il emporte parfois même des enfants, mais à la différence du tigre ou de la panthère, il ne semble pas que l'animal puisse devenir « mangeur d'hommes ». On raconte l'histoire de 2 hommes qui avaient tiré sur un jaguar depuis leur bateau. Le jaguar nagea vers eux, prit pied sur le bateau et les occupants qui s'étaient jetés à l'eau n'eurent d'autre choix que de contempler avec stupéfaction le jaguar qui s'éloignait dans le canot, en séchant sa fourrure à coups de langue consciencieux.

 

L'animal a été également chassé sans merci pour sa fourrure, superbe, très recherchée. Les seuls Etats-Unis ont importé 13 516 peaux en 1968 et 9 831 en 1969... Depuis lors, la protection juridique internationale et nationale a entraîné le déclin du commerce des peaux de jaguar, même si la loi n'a pas toujours été appliquée strictement. La plupart des pays important ou exportant des peaux de jaguars sont aujourd'hui Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) qui interdit le commerce du jaguar et de ses produits.

Dernière modification : 11/11/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Sommaire de l'article

Auteur

Phyto-aromatologue spécialisée Canins & Félins

Voir le site

Vidéos sur ce sujet