L'ocelot : morphologie, habitat, mode de vie...

L'ocelot : morphologie, habitat, mode de vie...

L'ocelot est un félin sauvage en moyenne deux à trois fois plus gros qu'un chat domestique. C'est un cousin du Margay, un autre chat sauvage d'Amérique du Sud avec lequel il est souvent confondu.


Sa fourrure tachetée est souvent considérée comme la plus belle de tous les félins, ce qui lui a longtemps valu d'être traqué et tué par des chasseurs et braconniers. Aujourd'hui, sa chasse et son commerce sont interdits, mais l'ocelot reste fragilisé par la déforestation.

Partager
 

La classification de l'ocelot

La classification de l'ocelot

L'ocelot (Leopardus pardalis) est un petit félin nocturne qui vit dans la plupart des pays d'Amérique centrale et latine. Il appartient à la sous-famille des félinés (Felinae), qui regroupe tous les félins capables de miauler mais incapables de rugir. On compte aujourd'hui douze sous-espèces d'ocelots.

 

Ce félin a longtemps été classé dans le genre Felis, au même titre que le chat domestique, le Chat Ganté ou le Chat Chaus. Désormais, il est considéré comme appartenant au genre Leopardus, tout comme le Margay, l'Oncille, le Kodkod et plusieurs autres espèces de chats sauvages d'Amérique du Sud.

 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les félins du genre Leopardus sont assez éloignés génétiquement du léopard, qui appartient à la sous-famille des grands félins. Ce genre regroupe en fait des chats possédant un pelage tacheté, qui leur donne l'allure de panthère miniature.

La morphologie de l'ocelot

La morphologie de l'ocelot

L'ocelot est un félin environ deux fois plus grand que celle d'un chat domestique. Les mâles pèsent entre 9 et 13 kg, et mesurent généralement entre 85 cm et un mètre de long, sans compter la queue. Les femelles sont plus petites et moins lourdes : elles mesurent entre 66 et 82 cm, et pèsent entre 7 et 10 kg. La queue mesure entre 30 et 40 cm de long, soit entre un tiers et un quart de la longueur totale de l'animal.

 

L'ocelot ressemble beaucoup à son cousin le margay, mais est plus grand et a des oreilles plus longues que ce dernier. Il possède un pelage ras marqué d'ocelles, c'est-à-dire de taches arrondies dont le centre est d'une couleur différente de celle du contour. Ces ocelles sombres et incomplètes forment des bandes foncées alignées tout le long du corps. La couleur du pelage varie selon le type de milieu dans lequel il vit : plutôt jaune orangé dans les forêts, et plutôt grisâtre dans la brousse. Le ventre est plus clair, presque blanc, et porte également des taches noires. Enfin, la queue est annelée de noir ou possède des barres noires sur sa face supérieure. 

Le comportement de l'ocelot

Le comportement de l'ocelot

Comme la plupart des félins, l'ocelot est un animal territorial, qui marque les limites de sa "propriété" en arrosant les arbres d'urine. Les femelles occupent des territoires allant de 0,8 à 15 km2 et qui ne se recouvrent pas. Les mâles ont des territoires plus grands, qui recouvrent en partie ceux de plusieurs femelles.

 

C'est un animal solitaire, même si certains individus vivent parfois en couple. Dans son environnement naturel, il dépasse rarement plus de dix ans, mais en captivité, il peut vivre jusqu'à vingt ans, soit plus longtemps que l'espérance de vie d'un chat. Peu farouche, il s'acclimate bien à la présence de l'Homme, et s'apprivoise plutôt facilement.

 

Enfin, c'est un bon grimpeur, qui dort dans les arbres pendant la journée et descend au sol pour chasser une fois la nuit venue. Lorsqu'il dort, il adopte une posture inhabituelle, consistant à poser la tête sur les pattes antérieures étendues, à la manière d'un chien. C'est le seul félin à dormir dans cette position.

L'habitat de l'ocelot

L'habitat de l'ocelot

L'ocelot est présent dans un grand nombre de pays d'Amérique centrale et latine : on le trouve ainsi notamment en Argentine, au Mexique, au Venezuela, au Paraguay, en Colombie, en Equateur, en Bolivie, en Guyane, et même au sud des Etats-Unis.

 

Il vit de préférence dans les forêts, qu'elles soient tropicales ou au contraire plutôt sèches et constituées de feuillus. On peut toutefois le trouver également dans la brousse et la savane. Son pelage est plus ou moins coloré selon le milieu dans lequel il vit, de manière à lui assurer le meilleur des camouflages possibles.

 

Lorsqu'il vit dans les forêts, il passe une grande partie de son temps dans les arbres et en descend surtout la nuit, pour chasser.

Le régime alimentaire de l'ocelot

Le régime alimentaire de l'ocelot

Comme la plupart des félins, l'ocelot est un animal opportuniste, qui peut se nourrir d'un grand nombre d'animaux différents : ainsi, même s'il préfère les petits rongeurs comme les rats ou les agoutis, il peut aussi consommer des oiseaux, des reptiles, des poissons, des crustacés et même des chauve-souris. Sa taille lui permet également de s'en prendre à des mammifères plus gros, comme des singes, des faons ou des fourmilliers.

 

C'est un chasseur essentiellement nocturne, et bien qu'étant bon grimpeur, il préfère chasser sa nourriture au sol. Son odorat est très développé, mais c'est surtout sur son ouïe, sa vue et ses vibrisses (moustaches) qu'il compte pour se repérer et trouver ses proies dans l'obscurité. Comme beaucoup de petits félins, il dispose d'une ouïe très fine qui lui permet de les détecter à distance.

 

Lorsqu'il a repéré une cible, l'ocelot procède comme un chat domestique : il s'aplatit sur le ventre, rampe vers elle, puis bondit d'un coup et la tue d'une morsure à la nuque. Dans le cas où deux ocelots vivent et chassent en coupe, ils se communiquent leur position respective par des cris.

La reproduction chez l'ocelot

La reproduction chez l'ocelot

Le cycle de reproduction de l'ocelot n'est pas très bien connu des scientifiques, en tout cas pour ce qui est des individus vivant à l'état sauvage. On pense qu'il peut se reproduire deux fois par an, en été et en hiver, mais il existe probablement des saisons des amours différentes selon les régions dans lesquelles il vit.

 

Lorsqu'elle est en chaleur, la femelle lance des appels bruyants pour attirer un mâle. Pendant l'accouplement, ce dernier la tient par la nuque. Dès que l'acte est accompli, elle repousse violemment son partenaire, mais elle peut l'inviter plus tard à reprendre l'accouplement. Le mâle retourne ensuite sur son territoire pour reprendre sa vie, laissant la femelle s'occuper de sa progéniture. Il arrive toutefois qu'il reste vivre en couple avec la femelle, mais cela est rare.

 

Chez cette espèce, la gestation dure en moyenne 80 jours, soit un peu plus longtemps que la gestation chez le chat. La mère met au monde en moyenne un ou deux petits par portée, qui naissent aveugles et le demeurent pendant quelques jours. Elle les protège comme la prunelle de ses yeux et ne les quitte qu'en cas d'absolue nécessité, par exemple pour aller en quête de nourriture.

 

Pendant les premières semaines, les petits ocelots sont nourris exclusivement avec le lait de leur mère. Par la suite, lorsque leur régime alimentaire commence à se diversifier, celle-ci leur rapporte des proies vivantes au nid pour qu'ils apprennent à tuer de petits animaux.

 

Lorsqu'ils atteignent l'âge de deux mois, ils commencent à suivre leur mère partout, mais ne deviennent indépendants que cinq ou six mois plus tard, lorsqu'ils atteignent leur maturité sexuelle. Ils restent toutefois sur le même territoire pendant encore un an et demi, car ils ne sont alors pas suffisamment bons chasseurs pour se débrouiller par eux-mêmes. La mère les emmène avec elle pour leur apprendre ses techniques de chasse et leur donner l'occasion de s'entraîner. Lorsqu'ils atteignent deux ans et qu'ils sont suffisamment doués, elle les expulse du nid s'ils ne partent pas d'eux-mêmes.

L'ocelot, une espèce fragilisée mais pas menacée

L'ocelot, une espèce fragilisée mais pas menacée

Comme la quasi-totalité des espèces de félins sauvages, l'ocelot est aujourd'hui fragilisé par la fragmentation de son habitat et la déforestation qui a cours en Amérique du Sud. Par ailleurs, il a très longtemps été chassé pour son pelage, qui est souvent considéré comme le plus beau de tous les félins. Entre 1960 et 1970, le commerce de sa fourrure était florissant, et on vendait en moyenne plus de 200.000 peaux d'ocelots par an.

 

Depuis 1972, ce félin est protégé sur la majeure partie de son aire de répartition par diverses législations nationales qui interdisent sa chasse ainsi que son commerce. Ces dispositions ont permis de stabiliser sa population, et même de la voir repartir à la hausse dans certaines zones. L'ocelot est d'ailleurs aujourd'hui un des rares félins à être considéré comme une préoccupation mineure par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Dernière modification : 06/13/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

J'adore l'ocelot 1 de mes animaux préférés #love

   
Par Léna

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet