« Le Chat de la voisine », de Yves Montand (1958)

 

 

Vous connaissez « Le Chat de la voisine », de l’artiste Yves Montand ? Avec une pointe (ou plus) d’ironie, le chanteur dresse dans le refrain le portrait d’un chat plutôt oisif, qui « mange la bonne cuisine et fait ses gros ronrons sur un bel édredon ». Une manière de dénoncer la société avec une belle pirouette dans les couplets : « Je ne parlerai pas du soldat qui a peur d'échanger une jambe contre une croix d'honneur, du vieillard rejeté aux poubelles de la faim… Je n'en parlerai pas, mieux vaut ce p'tit refrain… ».

Dernière modification : 09/28/2018.