Simon, le chat qui sauva un équipage de la marine anglaise

Affiche de Simon le chat qui sauva la marine anglaise

Simon était un jeune chat d'un an errant dans les docks de Hong Kong lorsqu’il fut adopté en 1948 par le matelot George Hickinbottom, membre de la frégate britannique HMS Amethyst.Il fut rapidement apprécié par l’équipage, car il eut la bonne idée de s’attaquer aux souris courant sur les ponts inférieurs du bateau. D’ailleurs, il n’hésitait pas à laisser les cadavres de ses proies sur les lits des marins en guise de cadeau affectueux. Simon prit également ses aises au sein du bateau, jusqu’à s’octroyer le droit de dormir dans la casquette du capitaine.

 

En 1949, la frégate eut pour mission de remonter le fleuve Yang-Tsé pour remplacer un navire allié sur place. Le 20 avril, alors qu’ils étaient à mi-parcours, une attaque de l'Armée Populaire de Libération chinoise fit s’échouer le bateau. Pendant l’attaque, l’Amethyst fut touchée plus de cinquante fois par des tirs, et une vingtaine d’hommes furent tués. La cabine du capitaine fut également touchée : le lieutenant Skinner, capitaine en place, mourut peu après des suites de ses blessures. Simon, la mascotte du bateau, fut quant à lui sérieusement blessé et brûlé. Il parvint toutefois à se traîner jusqu’au pont afin d’être vu et transporté à l’infirmerie, où l'équipe le prit en charge. Néanmoins, ses chances de survie n’étaient pas encourageantes, les médecins estimant qu’il ne passerait pas la nuit. Au final, Simon survécut et, après une très courte convalescence, il retourna à son activité favorite : la chasse aux rats.

 

Si une partie de l’équipage put s’enfuir pendant l’attaque du 20 avril en nageant jusqu’à l’autre rive, l’autre moitié resta prisonnière pendant plus de 100 jours dans ce navire échoué et en mauvais état. Rapidement, les rats en profitèrent pour coloniser le navire et s’attaquer aux vivres restants. Mais c’était sans compter sur Simon, qui redoubla alors d’efforts pour éradiquer les rongeurs indésirables, tout en distrayant les membres de l’équipage restant.

 

Dans la nuit du 30 au 31 juillet, le HMS Amethyst tenta une évasion et réussit par miracle à fuir le Yang-Tsé. De retour en Angleterre, Simon devint une véritable star et reçut plusieurs distinctions pour ses talents de « dératiseur » lors de l'incident du Yang-Tsé : la médaille « Animal Victoria Cross », la médaille « Blue Cross », ainsi que la célèbre médaille Dickin.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : Tom, le chat dénicheur de nourriture en temps de guerre
  2. Page 2 : Pitouchi, le brave chaton soldat qui sauva son maître des ennemis
  3. Page 3 : Simon, le chat qui sauva un équipage de la marine anglaise
  4. Page 4 : Tommy, le chat qui téléphona aux secours pour sauver son maître
  5. Page 5 : Bob, le chat abandonné qui sortit son maître de la drogue
  6. Page 6 : Tiger, le chat qui sauva sa maîtresse de 97 ans d’une attaque de Pitbulls
  7. Page 7 : Koshka, le chat qui redonna le goût de vivre à un soldat américain en Afghanistan
  8. Page 8 : Smudge, le chat qui défendit son jeune propriétaire lors d’une bagarre
  9. Page 9 : Tara, la petite chatte qui sauva son jeune propriétaire des crocs d’un molosse
  10. Page 10 : Herbie, le chat qui sentit la détresse respiratoire du bébé de la maison
  11. Page 11 : Canaille, le chat noir qui sauva sa maîtresse d’une agression à domicile
  12. Page 12 : Mistigri, le chat qui sauva sa famille d’une fuite de gaz
  13. Page 13 : Masha, la chatte qui se comporta en maman et sauva un bébé abandonné dans un carton
  14. Page 14 : Théo, le chat qui sauva sa propriétaire de la mort
  15. Page 15 : Missy, le chat qui détecta le cancer de sa propriétaire
  16. Page 16 : Le chat sauveteur des montagnes suisses
  17. Page 17 : Pussy, le chaton qui sauva d’un incendie son maître ivre
  18. Page 18 : Tink, le chat donneur d’alerte qui sauva sa famille des flammes
  19. Page 19 : Merrick, le chat qui détectait les baisses du taux de sucre de sa propriétaire diabétique
  20. Page 20 : Shotzie, le félin qui sauva son maître d’un infarctus