« Salon de coiffure avec singes et chats », de Abraham Teniers (1648)

« Salon de coiffure avec singes et chats », de Abraham Teniers (1648)

Salon de coiffure avec singes et chats (Barbierstube mit Affen und Katzen) est une œuvre du peintre flamand Abraham Teniers (1629-1670), spécialisé dans les peintures de genre de la vie quotidienne, notamment des paysages. Elle appartient aux collections du Kunsthistorisches Museum (Musée d’histoire de l’art) de Vienne, en Autriche.

 

Ce tableau représente des animaux anthropomorphiques, et plus précisément des singes qui sont au service de chats au sein d’un salon de coiffure. Ces derniers sont assis nonchalamment et semblent se préparer pour un événement.

 

L'œil du spectateur est d'abord attiré par le chat vaniteux au pelage marron strié de noir qui se trouve au premier plan et regarde avec admiration sa propre image dans le miroir. Dans cette œuvre comme dans d’autres à dimension anthropomorphique, Teniers se sert de figures animales pour dénoncer de manière indirecte les vices de la société. Ainsi, Salon de coiffure avec singes et chats critique la vanité et le culte de l’apparence chez les êtres humains.

 

Cette œuvre a peut-être inspiré l’artiste américain Cassius Marcellus Coolidge (1844-1934) pour son tableau Chiens jouant au poker (1903). En effet, ce dernier a recours également à des représentations anthropomorphiques d’animaux pour exprimer un message satirique à l’encontre de la société humaine.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La représentation du chat dans l’histoire de l’art et de la peinture
  2. Page 2 : « La tentation de saint Antoine », de Jérôme Bosch (1502)
  3. Page 3 : « Salon de coiffure avec singes et chats », de Abraham Teniers (1648)
  4. Page 4 : « Magdaleine Pinceloup de la Grange, née de Parseval », de Jean-Baptiste Perronneau (1747)
  5. Page 5 : « Le Chat Angora », de Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard (1780)
  6. Page 6 : « Chats qui se battent », de Francisco de Goya (1786)
  7. Page 7 : « Deux chats qui se battent », de John James Audubon (1826)
  8. Page 8 : « Le déjeuner du chat », de Théodule-Augustin Ribot (1860).
  9. Page 9 : « Jeu de chaton », de Henriette Ronner-Knip (1878)
  10. Page 10 : « Femme avec un chat », de Pierre-Auguste Renoir (1885)
  11. Page 11 : « Julie Manet » ou « L’Enfant au chat », de Pierre-Auguste Renoir (1887)
  12. Page 12 : « Les amours de ma femme », de Carl Kahler (1891)
  13. Page 13 : « Contentement », de Henriette Ronner-Knip (1900)
  14. Page 14 : « Jeune fille au tricot et au chat », de Albert Anker (1903)
  15. Page 15 : « Femme avec chat », de Kees von Dongen (1908)
  16. Page 16 : « A Summer Tea Party », de Louis Wain
  17. Page 17 : « Marguerite au chat noir », de Henri Matisse (1910)
  18. Page 18 : « Le pont », de Carl Olof Larsson (1912)
  19. Page 19 : « Le chat aux poissons rouges », de Henri Matisse (1914)
  20. Page 20 : « Le jour où elle s’est transformée en chat », de Arthur Rackham (1920)
  21. Page 21 : « Autoportrait au chat », de Tsuguharu-Léonard Foujita (1926)
  22. Page 22 : « Le chat et l’oiseau », de Paul Klee (1928)
  23. Page 23 : « Chat dévorant un oiseau », de Pablo Picasso (1939)
  24. Page 24 : « Tête de chat », Georg Baselitz (1967)
  25. Page 25 : « M. et Mme Clark et Percy », de David Hockney (1971)
  26. Page 26 : « Ink », de Endre Penovác (2015)

Discussions sur ce sujet