« Les amours de ma femme », de Carl Kahler (1891)

« Les amours de ma femme », de Carl Kahler (1891)

Les amours de ma femme (My Wife’s Lovers) est un tableau de l’artiste autrichien Carl Kahler (1856-1906), spécialisé en peinture animalière. L’œuvre est une commande de la millionnaire américaine Kate Birdsall Johnson (1833-1893), qui possédait pas moins de 350 chats et souhaitait faire représenter 42 d’entre eux. Elle fut vendue aux enchères en 2015, et appartient depuis à un collectionneur privé.

 

Avant ses premiers coups de pinceaux, l’artiste passa plusieurs années à observer ses sujets dans leur vie quotidienne, ce qui explique que le résultat obtenu soit si réaliste. Kahler représente ainsi des chats dans différentes postures du quotidien : l’un fait ses griffes sur un tapis, l’autre miaule, un autre se prélasse, plusieurs jouent avec un papillon, etc. Une attention toute particulière a été apportée à la réalisation de la fourrure des félins, qui semble plus vraie que nature.

 

L’élégance des chats et la blancheur immaculée de leur fourrure rappelle la richesse de leur propriétaire, qui avait une équipe de domestiques exclusivement dédiés au bien-être de ses compagnons à quatre pattes. Le tableau immortalise donc la place privilégiée des chats dans le foyer d’une nantie de la fin du 19ème siècle.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La représentation du chat dans l’histoire de l’art et de la peinture
  2. Page 2 : « La tentation de saint Antoine », de Jérôme Bosch (1502)
  3. Page 3 : « Salon de coiffure avec singes et chats », de Abraham Teniers (1648)
  4. Page 4 : « Magdaleine Pinceloup de la Grange, née de Parseval », de Jean-Baptiste Perronneau (1747)
  5. Page 5 : « Le Chat Angora », de Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard (1780)
  6. Page 6 : « Chats qui se battent », de Francisco de Goya (1786)
  7. Page 7 : « Deux chats qui se battent », de John James Audubon (1826)
  8. Page 8 : « Le déjeuner du chat », de Théodule-Augustin Ribot (1860).
  9. Page 9 : « Jeu de chaton », de Henriette Ronner-Knip (1878)
  10. Page 10 : « Femme avec un chat », de Pierre-Auguste Renoir (1885)
  11. Page 11 : « Julie Manet » ou « L’Enfant au chat », de Pierre-Auguste Renoir (1887)
  12. Page 12 : « Les amours de ma femme », de Carl Kahler (1891)
  13. Page 13 : « Contentement », de Henriette Ronner-Knip (1900)
  14. Page 14 : « Jeune fille au tricot et au chat », de Albert Anker (1903)
  15. Page 15 : « Femme avec chat », de Kees von Dongen (1908)
  16. Page 16 : « A Summer Tea Party », de Louis Wain
  17. Page 17 : « Marguerite au chat noir », de Henri Matisse (1910)
  18. Page 18 : « Le pont », de Carl Olof Larsson (1912)
  19. Page 19 : « Le chat aux poissons rouges », de Henri Matisse (1914)
  20. Page 20 : « Le jour où elle s’est transformée en chat », de Arthur Rackham (1920)
  21. Page 21 : « Autoportrait au chat », de Tsuguharu-Léonard Foujita (1926)
  22. Page 22 : « Le chat et l’oiseau », de Paul Klee (1928)
  23. Page 23 : « Chat dévorant un oiseau », de Pablo Picasso (1939)
  24. Page 24 : « Tête de chat », Georg Baselitz (1967)
  25. Page 25 : « M. et Mme Clark et Percy », de David Hockney (1971)
  26. Page 26 : « Ink », de Endre Penovác (2015)

Discussions sur ce sujet