Suisse - Nouvelle arme contre l'allergie aux chats

02/06/2008
Partager
 

Un Institut de recherche à Davos a mis au point un vaccin cent fois plus efficace que les extraits naturels actuellement utilisés. Les tests cliniques sur des humains vont bientôt débuter.


Cathy Crausaz, Davos
Mardi 5 février 2008



Nez qui coule, yeux qui pleurent, éternuement à répétition: les symptômes de l'allergie aux chats sont désagréables. Pire, ils peuvent être dangereux et conduire à un choc anaphylactique, une réaction allergique exacerbée qui peut être mortelle. Bonne nouvelle pour les milliers de personnes qui souffrent de cette pathologie: les chercheurs de l'Institut suisse de recherche sur les allergies et l'asthme (SIAF), à Davos, ont mis au point un nouveau vaccin qui sera testé sur des humains dès la mi-février. Selon Reto Crameri, qui dirige la section de biologie moléculaire du SIAF, il est 100 fois plus efficace que les extraits naturels actuellement utilisés.

L'allergie aux chats concerne une grande portion de la population - 3,8% en Suisse. Contrairement aux idées reçues, les poils de chats eux-mêmes ne sont pas allergènes. La responsable est une protéine qui est notamment produite par la peau des félins (glandes sébacées). Il s'agit d'un des allergènes les plus puissants que l'on connaisse. On retrouve également cette protéine dans la salive de nos compagnons à quatre pattes. Et comme ils ont la fâcheuse habitude de se lécher pour se laver, ils la répandent sur leurs poils, qui se déposent un peu partout sur le passage...

A Davos, les recherches ont débuté il y a bientôt cinq ans. Les résultats sont ébouriffants. Plus rien à voir avec la thérapie immunitaire proposée jusqu'ici, qui implique 20 à 30 injections d'allergènes (substance capable de provoquer une réaction allergique) durant trois mois, suivis d'une injection mensuelle pendant 3 à 5 ans. Soit un traitement long et lourd. «L'idée de base était de réduire la toxicité. Désormais seules trois vaccinations étalées sur 30 jours suffiront», explique Reto Crameri.

Le nouveau vaccin contre l'allergie aux chats devrait en principe protéger le patient durant toute sa vie. L'avancée réside dans l'approche du traitement. On ne s'attaque plus aux insuffisances respiratoires avec des produits toxiques, mais on se base sur la génétique. L'élément clé? Les MAT, pour «Modular antigen translocating molecules». Ces protéines sont capables de localiser précisément les cellules immunitaires qui sont responsables des réactions allergiques. Les antigènes sont délivrés de manière mieux ciblée, ce qui renforce l'efficacité et la rapidité d'action du vaccin. Comparons le mode d'action à l'envoi d'une lettre. Si le postier ne dispose pas du nom du destinataire, il devra aller sonner à toutes les portes de l'immeuble. Par contre, s'il connaît le nom et l'adresse exacte, il pourra délivrer le message au bon destinataire de manière efficace, précise et rapide.

Le nouveau vaccin a été testé sur des souris, ainsi que sur des cellules humaines. Les résultats sont concluants. Début janvier, le SIAF a obtenu le feu vert de Swissmedic, l'institut suisse pour les produits thérapeutiques, pour lancer les essais cliniques sur des humains. Ceux-ci vont débuter à la mi-février à Zurich. Vingt personnes ont été sélectionnées pour cette première phase. Les tests seront ensuite étendus à d'autres panels de plusieurs milliers de personnes.

A terme, le concept de vaccination mis au point par l'équipe du professeur Crameri pourrait s'appliquer à d'autres allergies comme le rhume des foins: «Nous travaillons déjà sur le pollen de bouleau et les acariens. Mais à ce niveau, les recherches vont sans doute prendre un plus de temps». L'enjeu est de taille. En vingt ans, les allergies ont doublé. Et les manifestations sont de plus en plus sévères. Un peu plus d'un tiers de la population suisse souffre d'allergies. Selon les projections des spécialistes, un Européen sur deux sera allergique en 2020.

Les débouchés commerciaux sont donc considérables. Le SIAF a d'ores et déjà signé un contrat pour la production et la distribution de son vaccin avec l'entreprise allemande Imvision Sàrl de Hanovre. Reste qu'il va falloir s'armer de patience: il sera commercialisé au mieux dans trois ans.

Un vaccin à vie contre l´allergie aux chats?
Photo: Keystone