Allergie au chat : les allergies causées par les chats

8 millions de Français posséderaient un chat. Mais nombreuses sont sont les personnes qui doivent renoncer à adopter un chat ou se voient obligés de se séparer de leur compagnon parce qu'ils y sont allergiques.


Si posséder un chat alors qu'on se sait allergique n'est pas forcément une bonne idée, ce serait une erreur de croire qu'un chat a systématiquement tendance à rendre les humains allergiques. Au contraire, pour un jeune enfant, la présence d'un chat à ses côtés pourrait réduire le risque qu'à l'avenir il développe une allergie.


En tout état de cause, si votre bonheur passe par la présence d'un chat dans votre foyer, voici quelques informations à connaître, ainsi que des conseils qui pourraient vous être utiles au quotidien.

Page 1 :
Les causes et symptômes d'une allergie au chat

Les chats causent-ils réellement des allergies ?

Le débat qui consiste à savoir si le chat provoque ou non des allergies n'est pas encore complètement clos. Les opinions sont toujours partagées, aussi bien dans l'opinion publique que chez les spécialistes.

 

Allant à contre-courant de la pensée jusqu'alors dominante, le docteur Ownby, directeur de la faculté de médecine de Géorgie (Etats-Unis), a publié en 2002 une étude affirmant que la présence de chats dans une maison aurait tendance à réduire le risque d'y devenir allergique. En effet, après avoir suivi 474 sujets pendant 7 ans, son équipe de chercheurs a abouti à la conclusion selon laquelle les enfants élevés en compagnie d'au moins deux animaux domestiques ont deux fois moins de chances de souffrir d'asthme ou de développer une allergie.

 

Selon le spécialiste, c'est le cadre de vie trop propre et stérilisé des sociétés modernes qui expliquerait que tant d'enfants développent des allergies et de l'asthme. A contrario, lorsqu'un enfant grandit en présence d'un chat, il est en contact permanent avec ses bactéries et ses particules allergisantes, principalement via les poils et la salive. L'organisme de l'enfant se renforce à leur contact et développe ainsi une réponse aux agressions extérieures.

 

Une étude allemande abonde dans ce sens, même si l'analyse a porté sur la présence d'enfants élevés en présence d'un chien. Le constat est sans appel : le fait d'avoir un chien à la maison diminue la sensibilité des enfants à l'ensemble des allergènes respiratoires, y compris par exemple ceux liés au pollen. Il est cependant important de noter que ce phénomène fonctionne seulement si l'enfant est élevé dès son plus jeune âge en compagnie d'animaux. Dans le cas contraire, le chat peut provoquer des réactions allergiques chez les enfants non habitués.

 

Il est évidemment trop tôt pour recommander la présence d'un chat dans tous les foyers, mais nul doute que des études vont continuer d'être menées sur le sujet.

Les causes des allergies aux chats

La plupart des personnes allergiques aux chats pensent que leurs désagréments sont dus aux poils de l’animal, mais la réalité est un peu plus complexe. La réaction allergique est en fait provoquée par des protéines se trouvant dans les squames (peaux mortes), la salive, l'urine, les glandes sudoripares et les glandes sébacées du chat. La plus célèbre de ces protéines est la protéine Fel d 1, hautement allergisante.

 

Le système immunitaire fabrique des anticorps pour combattre les agents pathogènes, tels que les bactéries et les virus. Mais chez une personne souffrant d’allergie aux chats, le système immunitaire confond ces protéines avec des substances nuisibles, et fabrique des anticorps pour les combattre. C'est ce qui déclenche le mécanisme inflammatoire parfois violent que l'on observe chez les sujets sensibles.

 

La présence de telles protéines dans le sébum et la salive des chats contribue au fait que leurs poils sont très allergisants, en particulier à leur base. En effet, en faisant leur toilette plusieurs fois par jour, les chats enduisent quotidiennement leur pelage d'allergènes. C'est d'ailleurs ce qui explique qu'ils sont responsables d'environ 2/3 des allergies liées aux animaux.

Les personnes prédisposées à l'allergie aux chats

Il semblerait que la génétique joue un rôle dans l’apparition des allergies, ce qui signifie qu'une personne a plus de chances de développer une allergie aux chats si un membre de sa famille en est lui-même atteint.

 

D'autre part, les allergènes étant de poids et de taille très modestes (17 microns), ils sont presque constamment en suspension dans l'air et sont alors ingérés par les humains de la maison. C'est particulièrement vrai pour les enfants, qui sont à une hauteur idéale. Des particules de Fel d 1 peuvent en outre être retrouvées même dans une maison n'accueillant pas de chat, car elles sont transportées dans l’air et se fixent sur les vêtements et les meubles.

Les symptômes d’une allergie au chat

Une allergie au chat se manifeste peu de temps après un contact avec les particules allergènes et se traduit généralement par une inflammation des muqueuses, notamment des yeux et des sinus, entraînant une sensation de nez bouché. Certaines personnes peuvent également développer une éruption cutanée sur le visage, le cou ou le haut de la poitrine, ou avoir des crises d’eczéma.

 

Un sentiment de fatigue généralisée est fréquent dans les allergies non traitées, de même qu'une toux persistante et un écoulement nasal. Dans les cas sérieux, les allergies au chat peuvent provoquer une crise d'asthme aiguë ou de l’asthme chronique.

 

Comme le délai pour passer de la sensibilisation à l'allergie peut être très long (parfois plusieurs années), le lien avec son animal de compagnie n'est pas toujours fait lorsqu'une rhinite ou de l'asthme apparaît.

Page 1 :
Les causes et symptômes d'une allergie au chat
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Sommaire de l'article

Discussions sur ce sujet

Articles sur le même thème