Le tigre blanc : morphologie, habitat, reproduction...

Vue proche d'un tigre blanc aux yeux bleus

Bien connu pour son pelage orange vif bardé de longues rayures noires, le tigre existe pourtant aussi en version « noir et blanc ». Aussi rare qu'apprécié et recherché, le tigre blanc fascine, impressionne, captive... et suscite même la polémique - notamment en ce qui concerne son élevage. Bref, il fait beaucoup parler de lui.


Voici donc une petite présentation de ce félin hors du commun, et de ce qu'il faut savoir à son sujet.

Qu'est-ce qu'un tigre blanc ?

Un tigre blanc allongé sur un rocher

Le tigre blanc est un animal appartenant à l'espèce Panthera tigris et qui possède comme son nom l'indique la particularité d'être doté d'un pelage blanc rayé de noir, au lieu du traditionnel roux et noir. Il ne s'agit donc pas d'une espèce à part, mais d'une couleur « anormale » au sein de l'espèce - un peu comme la panthère noire, qui ne constitue pas une espèce de panthère à part. Il est parfois appelé Panthera tigris uncia, mais ce nom n'a pas de valeur taxonomique.

 

Il existe par ailleurs des tigres qui sont presque intégralement blancs, avec des rayures tellement claires qu'elles sont à peine visibles. De tels individus sont toutefois qualifiés de tigres albinos plutôt que de tigres blancs.

 

Concernant ces derniers, il s'agit contrairement à une croyance largement répandue de tigres du Bengale, et non de tigres de Sibérie. Cela signifie donc qu'on les trouve dans les habitats chauds et humides d'Inde et du Bangladesh, et pas du tout dans les terres froides et enneigées de Russie - pourtant plus adaptés que les forêts à cette couleur de pelage.

Pourquoi existe-t-il des tigres blancs ?

Un tigre blanc couché dans un parc

Le tigre blanc doit son étonnant pelage à une mutation génétique spontanée appelée leucisme (ou parfois leuticisme).

 

Cette mutation cause une absence de pigmentation sur une large partie du corps - celle qui normalement devrait être orangée. C'est en quelque sorte l'« inverse » de la panthère noire, dont le pelage est anormalement foncé à cause d'une autre anomalie génétique appelée mélanisme. A priori, le leucisme se transmet de manière récessive : cela signifie que les deux parents doivent être porteurs de la mutation et la transmettre pour qu'un petit le soit aussi. Si un seul des deux parents transmet l'anomalie, les tigreaux ont un pelage classique ; par contre, ils peuvent donner éventuellement naissance à des tigreaux blancs, en fonction du patrimoine génétique de leur partenaire.

 

Le leucisme est différent de l'albinisme : ce dernier est causé par une mutation génétique distincte, située a priori sur un autre gène. La différence est aussi morphologique, puisque les rayures noires sont bien visibles dans le premier cas, alors qu'elles sont très claires voire absentes dans le second. Les deux existent chez le tigre ; toutefois, c'est au premier cas que le terme « tigre blanc » fait référence - bien qu'en l'occurrence les spécimens en question ne soient pas immaculés.

 

Les premières traces de tigre blanc dans la nature remontent au 16ème siècle : de tels spécimens existent donc depuis longtemps. Toutefois, c'est surtout à partir du début du 20ème siècle qu'ils ont commencé à faire réellement parler d'eux, notamment à la suite de la découverte en Inde d'une vingtaine de nouveaux cas en seulement quelques décennies. De fait, la mutation génétique qui en est à l'origine survient vraisemblablement assez régulièrement dans le milieu naturel.

La morphologie du tigre blanc

Un beau tigre blanc aux yeux bleus allongé dans la neige

Comme son nom l'indique, le tigre blanc se reconnaît essentiellement à son pelage blanc ou éventuellement crème, rayé de noir ou de marron foncé. Il s'agit là de sa principale particularité par rapport à tous les autres tigres, mais ce n'est pas la seule : en effet, il possède aussi des yeux bleus plutôt que jaunes, une truffe et/ou des coussinets de couleur rose plutôt que marron, et un gabarit généralement un peu plus imposant que la moyenne (aussi bien à la naissance qu'à l'âge adulte).

 

En dehors de ces aspects, il n'est pas très différent du tigre du Bengale tel qu'on le connaît habituellement. Ainsi, à l'âge adulte, un mâle peut dépasser 3 mètres de long et peser plus de 230 kg, alors qu'une femelle mesure plutôt autour de 2,5 mètres et pèse aux alentours de 135 kg.

 

Il existe par ailleurs des tigres qui sont presque intégralement blancs, avec des rayures tellement claires qu'elles sont à peine visibles. De tels individus sont qualifiés de tigres albinos plutôt que de tigres blancs.

Le mode de vie du tigre blanc

Un tigre blanc est allongé sur un rocher dans une jungle

Le mode de vie du tigre blanc est le même que celui d'un tigre du Bengale doté d'un pelage classique.

 

Ainsi, c'est un animal solitaire et territorial, qui ne rencontre ses congénères qu'au moment de la reproduction. Que ce soit un mâle ou une femelle, son domaine peut facilement atteindre 100 km², en fonction notamment de l'abondance des proies. Pour marquer les limites de son territoire et dissuader les intrus d'y pénétrer, il utilise globalement les mêmes techniques que la plupart des autres félins : griffures sur les arbres, urine, défécation... Par ailleurs, comme beaucoup d'autres félins, il a tendance à dormir le jour et à être actif la nuit.

 

C'est un chasseur opportuniste, qui adapte son régime alimentaire aux proies disponibles sur son territoire : sangliers, singes, cerfs, buffles... Sa taille impressionnante lui permet de s'en prendre à des animaux deux fois plus gros que lui, mais ne lui permet pas de courir très vite. Cela explique qu'il chasse de préférence à l'affût, comme la plupart de ses cousins.

 

Il est difficile de savoir si le tigre blanc est réellement désavantagé dans son milieu naturel par rapport à ses congénères colorés. Intuitivement, on pourrait penser que dans la jungle, un animal arborant un tel pelage a plus de difficultés à passer inaperçu de ses proies et/ou à échapper à ses prédateurs - en particulier lorsqu'il est encore petit et peut facilement être tué par d'autres carnivores. Pourtant, le fait qu'il existe depuis longtemps et soit même plutôt répandu dans certaines zones suggère qu'il n'est pas tant handicapé que cela au quotidien. Une hypothèse avancée pour l'expliquer est que sa couleur plus visible serait compensée en partie voire totalement par sa taille plus imposante que celle de ses congénères.

La santé du tigre blanc

Vue proche d'un beau tigre blanc

Il n'y a pas que sur le plan de la morphologie qu'il existe des différences entre le tigre du Bengale classique et sa version au pelage blanc : c'est le cas également en termes de santé.

 

En particulier, le tigre blanc semble prédisposé au strabisme, c'est-à-dire au fait d'avoir un oeil ou les deux qui louche(nt) - notamment en situation de stress. Cette spécificité est encore mal comprise : elle est probablement liée directement à la mutation génétique à l'origine du leucisme. On constate d'ailleurs la même tendance au strabisme chez certaines races de chats aux yeux bleus comme le Siamois, bien que la cause sous-jacente ne soit potentiellement pas la même.

 

Une autre particularité est que le tigre blanc réagirait plus sévèrement à certaines substances utilisées habituellement comme produits anesthésiants pour les grands félins. Toutefois, on ne sait pas à quoi cela est dû.

 

En dehors de ces deux aspects, le tigre blanc ne serait pas vraiment prédisposé à des problèmes de santé en particulier - en tout cas pour ce que l'on en sait aujourd'hui.

 

Ce constat ne vaut toutefois que dans la nature. En effet, divers élevages de tigres blancs ont été créés - notamment en Asie - à partir d'un faible nombre d'individus, ce qui implique notamment une très forte consanguinité. Les spécimens qui en sont issus présentent donc une nette prédisposition à toutes sortes d'affections plus ou moins graves : déficience immunitaire, troubles neurologiques, déformation de la colonne vertébrale, problèmes oculaires...

La reproduction du tigre blanc

Un tigreau blanc et un tigreau roux dans l'herbe

Dans la mesure où le tigre blanc n'est pas à une espèce ou sous-espèce distincte de tigre, sa reproduction avec des tigres du Bengale au pelage classique ne pose aucun problème. Elle est d'ailleurs chose courante dans la nature.

 

Il est difficile de savoir si cette couleur particulière est un atout ou au contraire un désavantage lorsqu'il s'agit de trouver un partenaire de reproduction. Peut-être n'a t-elle d'ailleurs pas d'impact du tout.

 

Quoi qu'il en soit, la reproduction se passe de la même façon que pour un spécimen n'arborant pas un pelage blanc : la gestation dure environ 15 semaines, et aboutit à la naissance de 2 à 4 petits en moyenne. Selon les gènes qui leur ont été transmis par leurs parents, les petits peuvent être normaux ou blancs. Les deux cas peuvent d'ailleurs se cumuler au sein d'une même portée. Par contre, deux tigres blancs qui se reproduisent ensemble ne peuvent avoir que des petits arborant eux aussi un tel pelage.

 

Quelle que soit leur couleur, les tigreaux grandissent globalement de la même façon : ils sont sevrés vers l'âge de 2 mois, commencent à apprendre à chasser vers 7 mois, sont capables de se procurer seuls leur nourriture vers 16 mois, puis quittent leur mère vers 2 ou 3 ans pour établir leur propre territoire.

L'espérance de vie du tigre blanc

Un grand tigre blanc couché sur un rocher

L'espérance de vie du tigre blanc est globalement la même que celle d'un autre tigre, que ce soit du Bengale ou d'ailleurs : jusqu'à 25 ans en captivité, et autour de 15 ans dans la nature.

 

En effet, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne semble pas spécialement désavantagé par sa couleur dans son milieu naturel : l'inconvénient d'être plus visible des autres animaux (notamment lorsqu'il chasse) à cause de son pelage est peut-être compensé par sa taille, un peu plus grande que la moyenne des autres tigres du Bengale.

Vidéo sur le tigre blanc

Dernière modification : 27/09/2023.