L'anxiété de séparation chez le chat

L'anxiété de séparation chez le chat

Le chat est connu pour être un animal solitaire, indépendant et plus attaché à son territoire qu'à son maître. Cependant, il est prouvé que certains chats peuvent, à l'instar de certains chiens, souffrir d'angoisse et d'anxiété de séparation lorsque leur maître s'absente.


Si les signes sont discrets, la souffrance de l'animal n'en est pas moins bien présente : il est donc important d'apprendre à reconnaitre ces signes et de mettre en place des solutions pour diminuer ou, encore mieux, éviter cette anxiété liée à la séparation.

Partager
 

Qu’est-ce que l’anxiété de séparation du chat ?

Dans l'imaginaire collectif, un chat est un gros dormeur qui n'aime pas trop être dérangé, et qui est un animal solitaire. C'est d'ailleurs pourquoi beaucoup de personnes qui vivent en appartement préfèrent adopter un chat qu'adopter un chien. En effet, elles se disent qu'en leur absence, leur compagnon ne fera que dormir et manger, et supportera très bien la solitude.

 

C'est en effet vrai dans la majorité des cas, mais il arrive que certains chats supportent très mal cette solitude et développent une anxiété dite de séparation.

 

L'anxiété de séparation est un trouble de comportement du chat qui s'exprime par un stress du chat intense, ainsi que par des signes de détresse lorsque le chat est séparé de ses maîtres ou d'une personne à laquelle il est très attaché. Il ne s'agit donc pas d'un simple état d'ennui, mais plutôt d'un véritable état de panique qui peut pousser l'animal à faire des bêtises, voire se faire du mal.

Comment reconnaitre les signes d’anxiété de séparation chez le chat ?

Un chat qui souffre d'anxiété de séparation a un attachement extrêmement fort à son maître. Certains signes dans son comportement peuvent donner l'alerte quant à son mal-être :

  • le chat émet des miaulements incessants de jour comme de nuit ;
  • le chat suit son maître comme son ombre ;
  • le chat est malpropre : il fait ses besoins hors de la litière, et de préférence dans des endroits de passage du maître (lit, canapé, tapis...) ;
  • le chat se lèche compulsivement, jusqu'à perdre son pelage sur une partie du corps, se faire saigner ou même créer des plaies ;
  • on constate des troubles de l'alimentation du chat, comme par exemple manger trop vite puis vomir, ingérer des objets non comestibles pouvant provoquer une occlusion intestinale, ou encore refuser de s'alimenter et présenter une anorexie temporaire lorsque le maître est absent ;
  • le chat fait des griffades et/ou morsures excessives sur tout ce qui se trouve sur son passage (chaussure, coussin, canapé, rideaux, etc.).

 

Ces signes montrent que l'animal est en souffrance, et qu'il fait comme il peut pour essayer d'évacuer ce stress, en agissant de manière incontrôlée. Par conséquent, si vous remarquez un ou plusieurs de ces symptômes chez votre compagnon, il ne faut surtout pas punir le chat ou le gronder, mais plutôt aller demander conseil à votre vétérinaire ou un comportementaliste félin, qui pourra vous aider à comprendre exactement ce qui ne va pas, et soulager voire mettre fin à cette anxiété de séparation.

Quelles sont les causes de l’anxiété du chat ?

A ce jour, il n'existe pas encore d'explications scientifiques permettant de comprendre avec certitude l'apparition du phénomène d'anxiété de séparation chez le chat. On estime néanmoins qu'elle serait due à la conjonction d'un ou plusieurs facteurs (génétique, relationnel et/ou environnemental), et dépend aussi du caractère individuel de chaque chat.


En tout état de cause, certaines races de chats sont connues pour être de manière générale davantage sujettes au stress  ; c'est le cas par exemple des Siamois et des Abyssins. Il convient donc d'être d'autant plus vigilant avec ces chats.

 

La relation que le chat a entretenu avec sa mère lorsqu'il était petit joue également un rôle important. En effet, durant ses premiers mois de vie, le chaton est totalement dépendant de sa mère : c'est elle qui le nourrit, le toilette, mais également le rassure et lui donne l'affection nécessaire à son bien-être. C'est pourquoi la loi interdit d'adopter un chaton ayant moins de trois mois : son sevrage affectif n'étant pas terminé, il pourrait être davantage enclin à développer des angoisses de toutes sortes une fois adulte.

 

Cela dit, quand bien même ce délai est respecté, certains chats ont tout simplement un besoin exacerbé d'attention. Ils voient en leur maître une "maman chat" c'est-à-dire un référent pour les nourrir, les caresser, jouer... En résumé, leur offrir une présence et un territoire propices à leur épanouissement, leur sécurité et leur bonheur.

 

Pour un chat souffrant d'anxiété de séparation, lorsque le maître quitte le périmètre du territoire, l'angoisse commence, ainsi que les comportements déviants. Alors, que faire ?

Comment traiter et prévenir l’angoisse de séparation du chat ?

L'anxiété du chat causée par la séparation d'avec son maître n'est pas une fatalité. Il existe en effet plusieurs solutions qu'il est possible de mettre en place afin de le rassurer, diminuer ses angoisses et son niveau de stress.

La musique apaise le chat

En premier lieu, il a été prouvé par deux chercheurs du département de psychologie de l'Université du Wisconsin (Etats-Unis), Charles T. Snowdon et Megan Savage, que la musique douce, en particulier la musique classique, a un effet relaxant les chats.

 

Ainsi, avant de quitter votre maison, pensez donc à laisser à votre chat un peu de musique (pas trop forte) dans une pièce afin qu’il s’apaise.

Banaliser son départ et son retour

Il est également important de banaliser votre comportement avant que vous ne quittiez la maison. En effet, lorsque le chat vous voit à heure fixe prendre votre sac, vos clés ou votre manteau, il associe ce moment à un stress, car il comprend que vous allez partir. Il faut donc l'habituer à vous voir sortir et rentrer plusieurs fois de la maison.

 

Pour ce faire, rien de mieux que de pratiquer des entrées et sorties avec sac, clés et manteau, d'abord pour quelques secondes, puis pour quelques minutes, puis des demi-heures, etc. Il finira par réaliser que vous revenez à chaque fois et qu'il n'y a pas lieu de s'angoisser.

 

De même, lorsque vous rentrez chez vous après le travail, n'hésitez pas à ignorer le chat pendant quelques minutes, afin que celui-ci n'accorde pas autant d'importance à vos allées et venues.

 

En clair, prenez soin de ne pas théâtraliser vos départs et vos retours : au contraire, faites-en sorte qu'il s'agisse de "non-évènements", de choses on ne peut plus banales.

Fournir au chat de quoi s'occuper

L'anxiété du chat étant favorisée par l'ennui et le manque d'activité, il est judicieux de multiplier les opportunités de divertissement.

 

En premier lieu, le chat est un grand joueur et un chasseur invétéré. Par conséquent, mettre à sa disposition des jouets pour chat de toutes sortes est un bon moyen de lui faire passer le temps, mais aussi de le stimuler physiquement et/ou intellectuellement. N'hésitez pas à l'observer afin d'identifier ceux qui lui plaisent le plus. Il existe également des distributeurs de nourriture ludiques, qui permettent de solliciter et développer l'intelligence de son chat tout en lui permettant de se nourrir.

 

Par ailleurs, le chat étant un grand contemplateur, un autre moyen de le détourner de son anxiété est de lui donner la possibilité d'observer l'activité extérieure. Pour un félin ayant accès à un jardin extérieur, il n'y a rien de particulier à faire. Pour les autres, qui sont cantonnés à l'intérieur, il est judicieux de leur aménager un espace d'où ils pourront observer ce qu'il se passe dehors.

 

Enfin, un chat qui s'ennuie quand son maître est là risque de trouver le temps encore plus long en son absence. Avant de le quitter pour la journée, mais aussi en rentrant le soir (mais pas forcément immédiatement, comme évoqué précédemment), il est important de passer du temps à caresser et brosser le chat de manière à le réconforter, mais aussi de jouer avec son chat afin de le faire se dépenser physiquement et de renforcer votre complicité.

Faire appel à un professionnel

Si votre chat semble en grande souffrance à cause de son anxiété de séparation et que vous remarquez des signes qui menacent sa santé, comme un léchage excessif entraînant des pertes de poils localisées ou des saignements, un problème de malpropreté du chat, une anorexie du chat ou autre problème alimentaire, il est alors fortement recommandé de consulter un vétérinaire. Ce dernier pourra vous prescrire un traitement médicamenteux temporaire et/ou des phéromones apaisantes pour chat à diffuser dans votre intérieur. Vous pouvez aussi vous rendre chez un comportementaliste félin qui vous guidera pas à pas afin que l'anxiété de séparation du chat disparaisse.

Le mot de la fin

La grande majorité des chats ne sont pas dérangés par des moments de solitude au cours de leur journée, fussent-ils très longs. Certains peuvent toutefois en souffrir.

 

De fait, un chat est un animal très sensible, ce qui le rend assez facilement sujet au stress. Si l'absence de son maître semble être pour lui une source d'anxiété, il convient d'arriver à déceler s'il arrive à s'apaiser par lui-même rapidement, ou si au contraire il est en souffrance permanente lors de telles absences. Le cas échéant, il est important d'agir rapidement afin que la situation ne s'aggrave pas, et si besoin de solliciter l'aide d'un professionnel des chats.

 

En tout état de cause, même si votre chat est très attaché à vous, comme le serait un enfant, il doit aussi apprendre à vivre par lui-même, et vous pouvez l'y aider.

Dernière modification : 05/26/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.