Les signes que la cohabitation pose problème

Les signes que la cohabitation pose problème

Les signes que la cohabitation pose problème

Une nouvelle cohabitation peut être source d’anxiété, impliquant une modification du comportement du chat, comme une agressivité accrue ou des marquages urinaires. On parle parfois de jalousie du chat lors de l’arrivée d’un nouveau membre dans le foyer, mais il s’agit d’anthropomorphisme, c’est-à-dire de transposition inappropriée sur un animal de réactions et comportements spécifiquement humains. En effet, si le chat change son comportement à l’arrivée dans la famille d’un congénère, d’un animal d’une autre espèce ou d’un bébé, ce n’est pas par « jalousie », mais du fait de sentiments et d’émotions propres à l’espèce féline.

 

Par ailleurs, il serait erroné de penser qu’absolument tout se joue lors lors de la première rencontre entre les deux animaux. Elle a certes une importance majeure, mais ce n’est pas parce qu’elle tourne mal que la cohabitation est vouée à l’échec, pas plus que sa réussite ne garantit qu’il en ira toujours ainsi par la suite. En effet, une cohabitation acceptée et bien établie peut tout à fait se dégrader au cours du temps.

 

Cette dégradation de la relation entre le chat et l’autre animal peut se faire progressivement. En la matière, la vieillesse est probablement le principal facteur de risque. En effet, l’altération des capacités de perception sensorielle entraîne une modification du comportement des animaux. Par exemple, un chat qui vieillit peut ne plus supporter aussi facilement les contacts physiques, a fortiori s’ils sont brusques et fréquents, et ce sans que l’autre animal ne le comprenne : ce changement peut être source d’incompréhension et de tension.

 

Les signes que la cohabitation pose problème

La relation entre le chat et l’autre animal peut aussi se dégrader brusquement, par exemple si l’un des deux attaque subitement l’autre et que cela laisse des séquelles dans leur relation.

 

Dans tous les cas, si le maître commence à sentir que la cohabitation des deux animaux tourne mal, que leur relation est de plus en plus houleuse, il lui faut revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire s’assurer que les conditions d’une bonne cohabitation entre un chat et un autre animal sont bien remplies. Si, malgré tout, les choses ne vont pas mieux, il ne doit pas hésiter à se tourner vers un comportementaliste félin professionnel pour obtenir de l’aide.

Le mot de la fin

Faire vivre ensemble un chat et un autre animal n’est pas forcément chose aisée, et le résultat est toujours pour partie imprévisible.

 

Il n’en reste pas moins qu’il existe différentes manières de maximiser les chances de réussite, tant au moment de la première rencontre que par la suite. En particulier, le maître doit s’assurer en amont que les deux animaux sont a priori aptes à cohabiter, aménager au mieux l’espace de vie afin que chacun dispose de son territoire, préparer la première rencontre et garder son calme en toute circonstance, afin de ne générer aucune association négative dans la relation entre les deux.

 

De fait, tout est possible, dans un sens comme dans l’autre : Internet regorge d’ailleurs d’exemples de cohabitations parfois complètement improbables entre des chats et des représentants d’autres espèces. Mais une chose demeure certaine : rien n’est jamais acquis, et la relation entre les deux animaux est susceptible d’évoluer fortement au cours du temps.

Dernière modification : 09/05/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet