Les conditions d’une bonne cohabitation entre un chat et un autre animal

Les conditions d’une bonne cohabitation entre un chat et un autre animal

Faire cohabiter son chat avec d’autres animaux appartenant à des espèces différentes requiert une certaine préparation, car de nombreux facteurs sont à prendre en compte avant d’amener un nouvel animal à vivre avec son chat.

Bien connaître son chat

Bien connaître son chat

La cohabitation est possible même si le chat n’a pas été habitué dès son plus jeune âge. Toutefois, certains points sont à prendre en compte :

 

  • L’âge est un facteur important : l’animal déjà en place et le nouvel arrivant ne doivent pas avoir une différence d’âge trop importante, car un animal trop vieux, ayant ses sens affaiblis et sa motricité réduite, aura plus de mal à accepter un animal plus jeune, dont les assauts joueurs pourraient être une source majeure de stress ;

  • Un chat malade et fragile aura également plus de difficultés à accepter un nouveau cohabitant, avec à la clef des risques d’agressivité du chat, de marquages urinaires fréquents, et de méfiance constante envers le nouveau venu ;

  • L’hyper-dépendance d’un chat envers son maître (ou hyper-attachement) peut aussi être un frein à la cohabitation : toute modification de l’attention du maître, notamment si celle-ci devient partagée avec un nouvel arrivant (il peut s’agir d’un nouvel animal, mais également par exemple d’un bébé) peut être source d’angoisse pour le félin ;

  • Si le chat souffre d’anxiété, ses problèmes de comportement (agressivitémarquages urinaires…) risquent d’être aggravés par l’arrivée d’un nouvel habitant.

 

Faire appel à un comportementaliste félin avant d'envisager l'arrivée d'un animal supplémentaire au sein du foyer peut être bénéfique afin que celui-ci évalue la situation et donne un avis d’expert sur la probabilité qu’une telle cohabitation se fasse harmonieusement.

Un lieu de vie adapté

Un lieu de vie adapté

Faire cohabiter plusieurs animaux nécessite d’avoir un lieu de vie adapté.

 

En particulier, il convient de disposer de suffisamment d’espace pour que chacun puisse garder une certaine indépendance. Par exemple, s’il n’est pas raisonnable de vivre avec un chat dans moins de 25m², ce chiffre passe à 50m² si un chat et un chien doivent cohabiter au sein du logement.

 

Le chat a besoin notamment d’endroits accessibles situés en hauteur (par exemple au sein d’un arbre à chat) et d’espaces pour s’isoler, et il convient que la litière du chat ne soit pas accessible aux autres animaux.

Le choix du nouvel habitant

Le choix du nouvel habitant

Mettre toutes les chances de son côté pour que la cohabitation se déroule au mieux requiert aussi de bien choisir le nouvel arrivant.

 

En premier lieu, il est important que ce dernier soit en bonne santé émotionnelle et qu’il ait lui aussi été habitué à fréquenter d’autres animaux dès le plus jeune âge. Il convient donc de privilégier un élevage où il aura été habitué à côtoyer d’autres espèces, de préférence avec des conditions proches en terme de mode de vie. Par exemple, un chien ayant été élevé en plein air aura sûrement vu son instinct de chasse stimulé, ce qui risque de rendre difficile la cohabitation avec des animaux d’autres espèces, puisqu’ils auront toutes les chances d’être considérés comme des proies.

 

La taille des animaux fréquentés est également à prendre en compte : un chat qui aurait déjà cohabité avec un chien de petite taille, comme par exemple un Chihuahua, ne percevra évidemment pas un Labrador Retriever de la même manière.

 

Enfin, un chat acceptera plus facilement un nouvel animal bébé plutôt qu’un adulte, car celui-ci sera perçu comme un trouble-fête plutôt que comme un réel danger.

Ne pas perturber son chat

Ne pas perturber son chat

Le chat est un animal très routinier, qui n’est pas du tout adepte du changement. Par conséquent, afin d’éviter – ou du moins limiter - le stress du chat causé par l’arrivée d’un nouveau membre dans le foyer, la règle d’or est de modifier le moins possible ses habitudes : les moments passés avec son maître (jeux, câlins…) doivent être préservés autant que faire se peut, et les espaces relevant de son territoire (lieu de couchage du chat, gamelle du chat, litière du chat…) doivent autant que possible ne pas être chamboulés.

 

Quoi qu’il advienne, il est primordial qu’il puisse s’isoler et dispose d’un accès privilégié à certains endroits.

Dernière modification : 09/05/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet