La première rencontre entre un chien et un chat

Pour favoriser la cohabitation entre un chien et un chat, l'introduction du nouvel arrivant doit être faite doucement. Il faut aussi prendre en compte les expériences passées des animaux, surtout si elles sont négatives.

Introduire un nouveau chat ou chien au sein du foyer

Introduire un nouveau chat ou chien au sein du foyer

Avant d'introduire un chat ou un chien dans le foyer, il est fortement recommandé d'estimer le degré de socialisation et la capacité d'adaptation à l'autre espèce des deux animaux. Ce n'est donc ni la race du chien ni le gabarit qui doivent être retenus pour le choix d'un chien, mais bien le comportement de l'individu. En effet, un chien de grande taille peut se montrer calme et doux, alors qu'un chien de petite taille peut être très excité par la présence du chat. Plus que pour toute autre adoption de chien, il est idéal de se renseigner auprès de l'éleveur canin afin d'effectuer le meilleur choix du chiot à adopter au sein de la portée.

 

Il en est de même pour le choix d'un chat à adopter. Il n'existe pas de race de chat idéale pour réussir une future cohabitation ; il s'agit plutôt de choisir un individu qui a les capacités requises et optimales pour s'assurer un grand taux de réussite. 

 

Introduire un chiot auprès d'un chat adulte est tout à fait envisageable. Celui-ci aura le temps de s'habituer avant que le petit ne grandisse et n'aboie suffisamment fort pour l'effrayer. L'important est de laisser le chat poser lui-même ses limites au chiot turbulent, ainsi que la possibilité de s'isoler comme il veut.

 

En revanche, introduire un chaton auprès d'un chien qui n'a pas été familiarisé au chat peut s'avérer plus difficile. Il y a intérêt à ce que le chien soit bien sous le contrôle de ses maîtres, et à faire appel à un comportementaliste canin pour aider.

 

Introduire un chien adulte auprès d'un chat lui aussi adulte est une opération bien plus difficile encore. Cependant, si le chat a été correctement socialisé à un grand nombre de stimuli et que, globalement, il n'est pas peureux, alors il y a un espoir. Encore vaut-il mieux lui présenter un chien particulièrement calme et doux dans ses gestes et déplacements, pour qu'il puisse s'y habituer lentement, jusqu'à ne plus le craindre.

Les maîtres jouent un rôle primordial dans la cohabitation entre un chien et un chat

Les attitudes des maîtres dans ces différentes mises en présence sont capitales. Suivant que l'on fait se rencontrer des individus de ces deux espèces, adultes ou jeunes, socialisés précocement ou non, les risques sont variés. La peur de voir "le gros" (chat ou chien) griffer ou mordre "le petit" est légitime : le danger peut être réel. Le chat peut griffer sérieusement le chien, voire lui crever un oeil. Quant au chien, il peut tuer d'un coup de dent, surtout s'il s'agit d'un grand gabarit ou de certains terriers vindicatifs. Il est donc important que les maîtres soient attentif à leurs animaux lorsqu'ils se rencontrent.

L'importance du comportement du chien dans une cohabitation

On pense bien souvent que plus le chien est gros, plus le chat en aura peur. C'est vrai lorsque le chat n'est pas socialisé aux chiens, mais on peut tout à fait faire cohabiter de petits chats avec des chiens de grand gabarit, dès lors qu'ils ont grandi ensemble. Le principal n'est pas la taille, mais bien le comportement du chien. Or, les molosses, malgré leur mauvaise réputation, ne sont pas les chiens les plus hargneux ni plus excités.

Éviter les expériences négatives lors des rencontres permet une meilleure cohabitation

Il faut tout faire pour limiter les situations conflictuelles ou susceptibles de le devenir. Par exemple, le repas ne doit pas être servi au même endroit et, si le jeune chien a un os, on empêchera le chat d'aller le renifler avec intérêt. Il est également idéal que le chat mange en hauteur et le chien au sol, pour éviter les conflits autour de l'alimentation.

Comment oganiser la première rencontre entre le chat et le chien ?

Comment oganiser la première rencontre entre le chat et le chien ?

Chez les deux espèces, le sens olfactif est important. Il est donc recommandé d'utiliser un bout de tissu que l'on place chez le futur pensionnaire, chez l'éleveur. L'objectif est de présenter la maison, en associant une friandise ou un jouet à l'odeur du futur foyer.

 

Il est aussi possible d'isoler le résident physiquement et psychologiquement, c'est à dire de pas s'occuper de lui pendant un ou deux jours.

 

Il est souhaitable que la première présentation se déroule dans un lieu sécurisé et neutre, offrant une possibilité d'échappement au chat (un meuble, un arbre...). Elle peut se dérouler dans la salle de jeux des enfants, dans un grand garage, dans un jardin...

 

Dès que le nouveau apparaît, il faut offrir quelque chose d'agréable et caresser le résident sans s'occuper du nouveau venu. Dans le cas du chiot présenté au chat, quelqu'un retiendra le chiot avec une petite laisse pour que l'approche ne soit pas précipitée. Si, à l'inverse, c'est un chaton qui est présenté au chien adulte, le maître incitera son chien à de la modération : "Non ! Pas toucher !".

 

Il faut laisser le chat poser ses limites et ne jamais le forcer à un contact. C'est souvent le chat qui donnera le rythme à la progression de cette cohabitation. Ainsi, essayer de forcer les choses en obligeant un chat à être proche d'un chien ou à se laisser sentir par le chien ne fera qu'envenimer la situation. 

L'expérience des animaux est importante dans la cohabitation entre un chien et un chat

L'expérience des animaux est importante dans la cohabitation entre un chien et un chat

Un chat habitué aux chiens se contente de hérisser le poil, mais n'attaque pas. Il ne fuit pas non plus ; il attend. En général, ce comportement freine l'agression et le contact va se transformer, pour le chien, en exploration par le flair.

 

Un chat qui a essuyé des attaques douloureuses ou une chatte qui vient de mettre bas ne réagiront pas de la même façon. Ils se prépareront à l'attaque. Le regard se rétrécit, les pupilles se dilatent et les oreilles se rabattent en arrière. Le chat feule, les babines retroussées, prêt à cracher si l'approche se précise. La queue se dresse, gonflée et agitée de saccades, et le poil est hérissé pour se grossir davantage et tenter d'impressionner. L'attaque sera portée latéralement et sera très rapide. Il se laissera tomber sur le dos et ramènera très haut les pattes arrières pour labourer le ventre de l'adversaire.

 

En général, si le chien hésite, les yeux du chat, qui cherchaient déjà une direction de fuite, vont le trahir et il va s'échapper très vite pour se mettre hors de portée. Ce n'est toutefois pas le cas pour les chats ayant de l'expérience et pour les mères ayant leur progéniture a proximité.

Le partage du territoire pour un chat et un chien

Le partage du territoire pour un chat et un chien

Afin que le chat puisse se reposer, dormir ou faire sa toilette sans stress, il faut lui laisser la possibilité de s'isoler dans des refuges en hauteur et/ou des pièces inaccessibles au chien. 

 

Imaginant que cela va rapprocher le chat et le chien, les propriétaires sont parfois tentés d'installer la gamelle du chat à proximité de la gamelle du chien. C'est une erreur, car, d'une part, un chat se sent vulnérable au sol, et d'autre part, le chien peut se montrer agressif pour défendre sa gamelle, même vide. Ainsi, afin d'apporter tranquillité et sérénité dans le foyer, il est conseillé de mettre la gamelle du chat en hauteur.

 

Enfin, par précaution, il vaut mieux épointer les griffes du chat.

Le mot de la fin

La cohabitation entre un chien et un chat n'est pas impossible, loin de là ! Ils peuvent même s'entendre et s'apprécier.

 

La clé est une socialisation dès le plus jeune âge. De plus, l'intégration du nouvel arrivant doit se faire doucement, en préparant les deux animaux à leur future cohabitation. Les difficultés de cohabitation rencontrées sont diverses et variées, les solutions ne peuvent donc être appliquées qu'au car par cas. Pour les chats plus difficiles, un comportementaliste félin devrait apporter une aide précieuse.

 

Mais si l'animal n'est vraiment pas prêt à accueillir un compagnon d'une autre espèce, le mieux reste de ne pas en adopter.

Dernière modification : 09/29/2018.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Auteur

Danièle Mirat - Florence Cailliot-d’Ivernois


  • Comportementaliste spécialiste des relations Homme/Chien ;

  • Éthologue et comportementaliste spécialisée dans le comportement du chat.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet