Education du chat : comment éduquer un chaton ou un adulte

Education du chat : comment éduquer un chaton ou un adulte

Les chats ont la réputation d’être de mauvais élèves. Leur indépendance fait même partie de leur charme...


Bien sûr, ce dernier se dissipe quelque peu face à des coussins griffés ou des poubelles éventrées. Mais il ne faut pas pour autant désespérer, car ceci n’a rien d’inéluctable : même si ce n’est pas aussi facile qu’avec un chien, il est possible d'éduquer un chat pour qu'il s’adapte à son environnement social et domestique, ainsi qu’aux attentes de son maître. Pour y parvenir, il convient de faire preuve de patience, d’inventivité, et appliquer certaines techniques avec constance.

Partager
 

Est-il possible d’éduquer n’importe quel chat ?

Est-il possible d’éduquer n’importe quel chat ?

La propension d’un chat à être éduqué dépend de nombreux facteurs.

 

Ainsi, certaines races de chats, à l’instar les Abyssins ou les Birmans, sont réputées plus dociles ou sociales que d’autres. Par ailleurs, certains éleveurs de chat soutiennent que les femelles sont plus attentives et affectueuses.

 

En outre, les chatons sont plus faciles à éduquer correctement qu’un adulte, qui a pu acquérir de mauvaises habitudes.

 

En tout état de cause, au-delà de ces prédispositions biologiques, la personnalité du chat entre également grandement en jeu.

 

Les chats errants récemment adoptés sont un cas particulier. En effet, les chatons sauvages se méfient très tôt des humains. C’est pourquoi il est recommandé de les séparer de leur mère dès leur sevrage, vers 8 semaines, et de poursuivre leur éducation à part. Adopter plusieurs chatons d’une même portée vous facilitera la tâche, car ils apprennent les uns des autres.

Il est aussi possible d’apprivoiser un chat errant adulte, mais il faudra redoubler de patience et de rigueur. Autant dire que ce n’est pas le choix idéal pour un premier chat.

 

Il n’en reste pas moins que le comportement de n’importe quel chat peut s’améliorer grâce à un entraînement persistant. Un chat peut être éduqué à tout âge, même si l’idéal reste évidemment de commencer le plus tôt possible.

Un bon départ : éduquer son chaton

Un bon départ : éduquer son chaton

Jusqu’à 3 mois, un chaton apprend surtout de sa mère. Elle lui transmet les bases de l’alimentation, de l’hygiène, ainsi que des interactions félines et humaines.

 

Par conséquent, pour perfectionner son éducation, rien de mieux que de jouer les mamans chat !


Vous pouvez ainsi par exemple :

  • Le saisir délicatement par la peau du cou, le déposer sur le flanc et lui caresser le ventre. Lorsqu’il est ainsi rendu calme et immobile, vous pouvez lui prodiguer les soins nécessaires : brossage du poil, coupe des griffes...
  • Dès 4 semaines, le déposer dans le bac à litière après chaque repas, ou à chaque fois qu’il cherche un endroit où faire ses besoins. Prenez-lui la patte et montrez-lui comment gratter les granulés.
  • Nettoyer sa fourrure à petites touches avec une éponge mouillée, comme les coups de langue que donnerait la mère. Veillez en particulier à ce que son arrière-train et ses pattes soient toujours impeccables, pour qu’il prenne le réflexe de se nettoyer. 

 

Par ailleurs, pour que votre chaton sache chasser ou jouer sans se blesser, évitez de l’isoler de ses frères et soeurs avant l’âge de 3 mois.

 

Habituez-le aussi au contact physique avec les humains en le prenant dans vos bras, en le nettoyant et en jouant avec lui. Enfin, achevez la sociabilisation du chaton en organisant des rencontres sous surveillance avec des visiteurs, des enfants et d’autres animaux, comme par exemple des chiens.

(Ré)éduquer un chat adulte

(Ré)éduquer un chat adulte

La situation se complique s'il s'agit d'adopter un chat déjà adulte qu’il faut (ré)éduquer. En effet, la technique de la "maman chat" fonctionne de moins en moins bien au fur et à mesure que le chat devient adulte et autonome.

 

Néanmoins, un chat peut apprendre à tout âge, à condition que vous vous adaptiez à sa personnalité. Son "entraînement" n’a rien à voir avec celui que l’on peut mettre en place, par exemple, avec un chien, notamment parce que ce n’est pas un animal de meute. Votre chat ne vous considère pas comme un "alpha" aux ordres duquel il doit obéir. Les cris, coups, et autres humiliations sont inutiles : punir un chat ne sert à rien.

 

A la place, vous devez parvenir à réorienter l’instinct de votre chat, afin de le convaincre de vouloir la même chose que vous.

 

Pour ce faire :

  • Fixez-vous un objectif simple à la fois. Commencez par l’évidence (apprentissage de la propreté, interdiction du vol de nourriture...) avant de gagner en complexité (interactions sociales...) ;
  • Mieux vaut répéter un bref entraînement plusieurs fois au cours de la journée que de prévoir une longue et éprouvante session, car votre chat se lassera rapidement ;
  • Récompensez ses efforts par une friandise pour chat ou une caresse. En cas d’indifférence, persistez en testant de nouvelles méthodes ;
  • Corrigez les comportements indésirables du chat. Vous devez vous montrer ferme mais sans pour autant avoir recours à la violence, afin de désamorcer toute escalade agressive et conserver la confiance de votre compagnon.

L’éducation du chat : les 4 points essentiels

L’éducation du chat : les 4 points essentiels

Apprendre à un chat à utiliser la litière

Les chats chérissent la propreté, mais pas toujours leur bac à litière.

 

Commencez par bien le positionner : loin de la nourriture du chat, dans un coin isolé mais proche des lieux de passage. Maintenez-le propre, en enlevant les défections une fois par jour et en changeant tout le contenu dès qu’il sent trop fort. Testez plusieurs types de litière pour chat, jusqu’à ce que vous en trouviez un qui plaise à votre chat.

 

Si votre chat a fait ses besoins hors du bac à litière, désinfectez l’endroit avec soin, car les chats se repèrent à l’odeur. Vous pouvez ensuite :

  • décourager une nouvelle "utilisation" grâce un répulsif pour chat naturel (peaux d’agrumes, sauge...), chimique, voire physique (papier d’aluminium…) ;
  • au contraire, placer le bac à litière du chat à proximité, surtout si le comportement persiste.

Apprendre à un chat où faire ses griffes

Dans tous les cas, votre chat va chercher à faire ses griffes, car c'est pour lui un besoin naturel. Pour éviter qu’il ne dégrade votre intérieur, la démarche est la même que pour l’apprentissage de l’utilisation de la litière par un chaton. Dès que votre chat s’attaque à un fauteuil ou à tout autre objet interdit, déposez-le devant son arbre à chat. N’hésitez pas à lui prendre la patte et à lui faire gratter l'arbre à chat, pour qu’il en teste la texture.

 

Couper les griffes de son chat une fois par semaine est aussi une bonne manière de décourager les comportements indésirables. Vous devez par contre l’y habituer très jeune, sans quoi il aura du mal à l’accepter. Munissez-vous de ciseaux spécifiquement conçus à cette fin, et veillez à ne couper que la pointe de la griffe, sans toucher les vaisseaux.

 

Cela n’a évidemment rien à voir avec le dégriffage, qui consiste à retirer définitivement les griffes du chat - une pratique dangereuse et douloureuse.

Sécuriser l'environnement du chat

Un chat adore explorer son territoire. Pour éviter les accidents, organisez votre intérieur comme vous le feriez pour un jeune enfant :

  • Rangez la nourriture et les "jouets" improvisés (papiers, stylos, maquillage...) ;
  • Mettez sous clé tous les produits toxiques pour le chat ;
  • Ne laissez pas traîner de petits objets pouvant être avalés ;
  • Fermez porte et fenêtres...

 

 

En outre, vous pouvez - et vous devez ! - interdire au chat certains endroits, tels que le comptoir de la cuisine ou le placard à médicaments (les médicaments humains peuvent être toxiques pour les chats).

 

Rendez ces endroits inaccessibles en votre absence, placez-y si besoin un répulsif pour chat, et ne laissez jamais votre chat s’y balader sans réaction. Montrez votre désapprobation en l'interpellant à haute voix : au-delà de l’émotion négative, la surprise d’un bruit inattendu rendra l’expérience déplaisante pour lui. Soyez consistant dans vos réactions, afin que le chat associe systématiquement le fait d'approcher d'un endroit interdit à une expérience négative, qui n’offre aucune récompense.

 

A la place, offrez-lui des alternatives. Par exemple, si votre chat veut à tout prix vous accompagner dans la cuisine ou la salle de bain, contrôlez sa présence en lui aménageant un poste d’observation en hauteur.

Éviter l’agressivité et les coups de griffe du chat

En cas de mordillages, de crachats ou encore de coups de griffes, qu’il s’agisse d’un jeu qui dégénère ou d’une véritable agression, vous devez réagir immédiatement.

 

Pour cela, émettez un petit cri aigu qui surprendra votre chat, puis ignorez-le jusqu’à ce qu’il se calme.

 

S’il récidive, donnez-lui une petite tape sur le bout du nez, en maîtrisant bien sûr votre force : il n’est pas question d’avoir recours à la violence, car cela ne pourrait qu’être contre-productif. Vous pouvez aussi vous munir d’un spray et lui envoyer une giclée d’eau pour interrompre l’agression. S’il se montre toujours agité, isolez-le dans une pièce le temps qu’il se calme.

Le mot de la fin

Eduquer son chat demande une certaine patience et une vigilance constante, mais cela n’a rien d’une mission impossible. Vous serez même probablement surpris(e) par son intelligence et sa capacité à apprendre et à s’adapter !

 

Pour peu que vous vous armiez de patience, de quelques notions de psychologie féline et de bonnes règles d’entraînement, nul doute que la complicité qui va naître et se renforcer entre vous et votre compagnon vous soufflera de nouvelles solutions aux petits tracas du quotidien.

Dernière modification : 09/12/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet