Slippers et Tom Quartz, les chats de Theodore Roosevelt

Le président Theodore Roosevelt avec l'un de ses chats, Slippers.

À l’exception de Donald Trump (né en 1946), tous les présidents américains eurent des animaux à la Maison-Blanche. Toutefois, rares sont ceux à leur avoir témoigné autant d’intérêt que Theodore Roosevelt (1858-1919).

 

Grand adepte de la chasse ainsi que de la taxidermie et important contributeur au Musée d’histoire naturelle cofondé par son père, le 26ème président fut aussi celui à avoir eu le plus d’animaux domestiques. De fait, pendant ses deux mandats présidentiels (1901-1909), la Maison-Blanche se transforma en véritable zoo : elle accueillit notamment une hyène, un lézard, un serpent, un blaireau et même des ours. Theodore Roosevelt eut également plus de chiens que n’importe quel autre président.

 

La gent féline conservait néanmoins une place de choix au milieu de tous ces animaux plus ou moins exotiques. Elle comptait deux représentants : un chat tigré du nom de Slippers (« pantoufles », en français) et un autre nommé Tom Quartz, en hommage au chat du roman A la dure de Mark Twain (1835-1910).

 

Slippers n’était pas un chat comme les autres. Polydactyle, il possédait six orteils à chaque patte et se fit remarquer notamment en participant à de nombreux dîners officiels à la Maison-Blanche - au grand dam du personnel de service, qui n’avait d’autre choix que de contourner cet impérieux félin ayant le droit d’aller où bon lui semblait.

 

Quant à Tom Quartz, il était animé d’une forte animosité envers Jack, le Manchester Terrier des Roosevelt. En effet, ce dernier avait peur des chats. Ce détail n’échappa guère au petit félin, comme en attesta le président lui-même dans une lettre adressée en 1903 à son fils : « Tom Quartz est sans doute le chaton le plus fourbe que j’ai jamais vu. Il ne cesse de jouer des tours à Jack, et j’ai très peur que Jack finisse par s’énerver. »

 

Certains visiteurs et employés de la Maison-Blanche firent eux aussi les frais du comportement espiègle du chat présidentiel. Il s’attaqua par exemple au président de la Chambre des représentants et à quelques autres politiciens, dont un sénateur. Il semble toutefois que ces attaques n’avaient aucun rapport avec un quelconque désaccord de nature politique : Tom Quartz était simplement un chat très joueur.

Dernière modification : 06/01/2023.